L'ablation du polype urétral est une opération mini-invasive visant à exciser la formation volumétrique de la muqueuse urétrale, au sein du tissu sain. L'option d'intervention chirurgicale est sélectionnée individuellement, en fonction des caractéristiques cliniques.

En savoir plus sur l'opération

Au centre de chirurgie de l'hôpital GMS, les opérations d'élimination des polypes urétraux sont effectuées par des chirurgiens urologues expérimentés, qui ont effectué de nombreuses interventions de ce type..

Le polype urétral est une prolifération de tissu de la membrane muqueuse de l'urètre de nature bénigne. Les polypes urétraux sont les plus courants chez les femmes. Les facteurs prédisposants possibles à l'apparition d'une telle éducation peuvent être un déséquilibre hormonal, une blessure mécanique ou une inflammation..

Le traitement consiste en une ablation chirurgicale de la tumeur.

Les tactiques opératoires dépendent des caractéristiques cliniques et consistent généralement en une ablation chirurgicale ou électrochirurgicale du polype. Ces interventions sont réalisées selon la technique de la «chirurgie d'un jour» et ne nécessitent pas d'hospitalisation plus longue..

Pourquoi la chirurgie est-elle nécessaire

La croissance des polypes de l'urètre peut causer beaucoup d'inconfort, d'inconfort et de douleur. En outre, le gonflement peut saigner à mesure qu'il se développe et peut également bloquer l'urètre, interférant avec la miction normale. Les grosses excroissances peuvent bloquer complètement la lumière urétrale, provoquant une rétention urinaire.

Bien que les polypes soient des néoplasmes bénins, la possibilité de leur malignité (malignité) ne peut être complètement exclue. Compte tenu de tous ces risques, les polypes urétraux doivent être retirés. La thérapie conservatrice est inefficace. Vous ne pouvez vous débarrasser d'un néoplasme qu'avec l'aide d'une intervention chirurgicale..

Retrait d'un polype urétral à l'hôpital GMS

L'élimination de la formation de polypose urétrale au centre de chirurgie de l'hôpital GMS est confortable et indolore. L'utilisation d'équipements de haute technologie, ainsi que la vaste expérience pratique de nos spécialistes, permettent d'effectuer la manipulation rapidement et efficacement, même dans un cas difficile. Et la surveillance et l'examen médical postopératoire peuvent éliminer le risque de complications et éliminer tout inconfort après la procédure.

Avantages de l'élimination des polypes urétraux avec nous:

  • l'opération ne nécessite pas de préparation complexe et peut être réalisée le jour du traitement;
  • l'éducation est supprimée sans laisser de trace;
  • l'intervention est réalisée en salle d'opération ambulatoire;
  • vous resterez à la clinique pendant seulement quelques heures et vous pourrez ensuite reprendre vos activités habituelles.

Nos médecins utilisent des techniques chirurgicales modernes, douces et mini-invasives, y compris la chirurgie au laser et aux ondes radio.

Quelles indications traiter

Tant que la tumeur n'a pas atteint une certaine taille, il n'y a aucun symptôme. L'apparition d'inconfort indique que la croissance polypeuse se développe depuis longtemps. Les signes caractéristiques de la pathologie sont:

  • difficulté, violation de la miction;
  • douleur, crampes, sensation de brûlure en urinant;
  • l'apparition d'un écoulement sanglant de l'urètre;
  • rapports sexuels douloureux chez les femmes;
  • rétention urinaire aiguë.

Si vous remarquez des symptômes similaires chez vous, dépêchez-vous de demander l'aide d'un médecin. Un rendez-vous pour une consultation avec un urologue à l'hôpital GMS se fait 24 heures sur 24, par téléphone ou en ligne.

Coût d'élimination des polypes urétraux

Les prix indiqués dans la liste de prix peuvent différer des prix réels. Veuillez vérifier le coût réel par téléphone +7 495 104 8605 (24 heures sur 24) ou à la clinique de l'hôpital GMS à l'adresse: Moscou, st. Kalanchevskaya, 45 ans.

NomPrix ​​communPrix ​​réduit 30%
Excision du polype urétral102860 frotter.72,002 frotter.

La liste de prix n'est pas une offre publique. Les services sont fournis uniquement sur la base d'un contrat conclu.

Notre clinique accepte les cartes plastiques MasterCard, VISA, Maestro, MIR.

Polype urétral chez la femme: causes, symptômes, traitement, complications

Un polype urétral est un néoplasme bénin situé sur la couche épithéliale de la paroi de l'urètre. La maladie est diagnostiquée chez 4% des patients urologiques sollicitant l'aide d'un médecin.

Un polype est une croissance arrondie sur un pédicule. Chez les femmes, cette pathologie survient beaucoup plus souvent que chez les hommes, en raison des caractéristiques structurelles du système génito-urinaire..

Le risque de développer la maladie augmente avec l'âge. Le plus souvent, la maladie est diagnostiquée chez les femmes de plus de cinquante ans. Ceci est facilité par des infections passées, une altération de l'apport sanguin aux parois de l'urètre et des changements des niveaux hormonaux après la ménopause..

Classification

En fonction des raisons du développement de la pathologie, de la structure tissulaire et du nombre de néoplasmes, ils sont classés comme suit:

Ce sont des excroissances nodulaires, constituées de tissu glandulaire, dans lesquelles se développent les vaisseaux sanguins. Le plus souvent, ce type de néoplasme survient en cas de déséquilibre hormonal. Les polypes de ce type se développent très rapidement et peuvent envahir les couches inférieures du tissu urétral. Lors de l'examen histologique, des kystes sont également souvent trouvés chez les patients (cavités remplies de sécrétion ou de liquide séreux)

Ce type de croissance consiste en des tissus conjonctifs assez denses avec un nombre minimum de vaisseaux sanguins et entrecoupés de cellules glandulaires. Dans la plupart des cas, la cause de leur apparition est une maladie infectieuse ou une violation de la nutrition cellulaire des tissus urétraux. Habituellement, un seul polype est diagnostiqué, qui se développe lentement et n'affecte pratiquement pas les couches adjacentes. De telles formations dégénèrent très rarement en tumeurs malignes.

Chez les femmes, dans la plupart des cas, la formation de polypes se produit sur la paroi arrière de l'urètre. Ils se propagent souvent aux tissus du vagin. Les néoplasmes peuvent atteindre de grandes tailles - jusqu'à un centimètre de diamètre.

Les raisons

Les raisons de la prolifération des polypes urétraux comprennent:

Maladies infectieuses du système génito-urinaire (chlamydia, gonorrhée, mycoplasmose, urétrite)

La réponse inflammatoire entraîne une diminution de l'immunité locale et des dommages cellulaires. Le résultat est une augmentation de la carcinogenèse et la formation de tumeurs.

Des formations peuvent survenir à la suite de blessures de l'urètre à la suite d'opérations chirurgicales du système génito-urinaire, lors d'un avortement ou d'un accouchement difficile, ainsi que lorsque des calculs quittent les reins par les uretères et la vessie

Changements hormonaux

Le plus souvent, la pathologie se développe chez les femmes pendant la ménopause, lorsque le niveau d'œstrogène dans le corps diminue. Les personnes atteintes de diabète sucré et d'hypothyroïdie sont également sensibles à la maladie.

La pathologie peut être héréditaire, de sorte que le risque de maladie chez les enfants dont les parents ont des néoplasmes augmente

Il existe également des facteurs provoquants qui contribuent au développement de la maladie. Ceux-ci inclus:

  • mauvaises habitudes;
  • stress;
  • une mauvaise nutrition;
  • activité physique excessive;
  • changements d'âge.

Symptômes

Initiale

Au stade initial de la maladie, les symptômes peuvent être absents. Certaines femmes signalent un léger inconfort en urinant ou une sensation de vidange incomplète de la vessie. Ces signes ressemblent à une cystite ou à une urétrite, donc dans la plupart des cas, ces maladies commencent à être traitées.

Au fil du temps, la formation augmente et les symptômes apparaissent plus vivement. Les principaux symptômes de la pathologie comprennent:

  • douleur et sensation de brûlure en urinant;
  • inconfort dans l'urètre lors de la marche ou pendant les rapports sexuels;
  • sensation de plénitude dans la vessie après avoir uriné;
  • incontinence urinaire: d'abord lors des éternuements, de la toux ou de l'effort physique, plus tard, lorsque le polype atteint une grande taille, l'urine peut fuir constamment, ce qui gêne la femme;
  • sang dans les urines. Ce trouble apparaît lorsque le polype se développe dans le tissu sous la membrane muqueuse de l'urètre..

Si le néoplasme n'est pas éliminé à temps, l'ajout d'une infection bactérienne est possible, à la suite de laquelle:

  • pyélonéphrite: inflammation des reins;
  • cystite: inflammation de la vessie.

Lorsque l'infection se joint, des douleurs surviennent dans la région lombaire ou dans le bas de l'abdomen, une envie fréquente d'uriner, un œdème et un écoulement purulent.

Tranchant

Si l'accumulation se développe rapidement et rétrécit la lumière urétrale, cela provoque une rétention urinaire aiguë. Le plus souvent, ce problème survient chez les hommes. Cela est dû aux caractéristiques anatomiques (urètre long et étroit). Mais dans certains cas, les femmes sont également confrontées à cela..

Il y a certains signes de cette pathologie:

  • l'apparition de douleurs dans le bas de l'abdomen, qui s'intensifie lorsque vous appuyez sur cette zone;
  • incapacité à vider la vessie, malgré une forte envie d'uriner;
  • l'apparition d'anxiété: une personne ne peut pas s'asseoir au même endroit, se déplace en position pliée.

Les symptômes aigus se développent très rapidement, parfois en quelques heures. Dans ce cas, il est possible de restaurer l'écoulement de l'urine uniquement à l'aide d'un cathétérisme..

Diagnostique

Un petit polype sur l'urètre chez la femme est généralement détecté par hasard lors d'un rendez-vous prophylactique ou lors d'un examen pour d'autres maladies.

Le diagnostic des néoplasmes comprend:

  • méthodes de laboratoire: analyse générale du sang et de l'urine, prélèvement de biomatériaux de l'urètre et du vagin, histologie;
  • examen échographique du système urinaire: le moyen le plus simple, le plus indolore et le plus efficace de détecter la formation, ainsi que la capacité d'évaluer la microstructure de la croissance;
  • urétrographie: l'une des méthodes modernes d'examen aux rayons X, qui permet de déterminer la localisation et la taille des polypes (ils peuvent être vus sur la photo), ainsi que le diamètre de la lumière de différentes parties de l'urètre. L'urétrographie ascendante est techniquement plus difficile à imager l'urètre féminin que chez l'homme..

Traitement

Une intervention chirurgicale est nécessaire si le polype provoque des symptômes désagréables, des saignements ou une altération du débit urinaire.

Méthodes pour éliminer les excroissances:

  • destruction physique. Les polypes peuvent être éliminés par électrocautérisation, laser ou cryodestruction. La procédure est réalisée sous anesthésie générale ou locale. Dans ce cas, les formations sont éliminées, adhérant précisément à ses limites et sans endommager les tissus sains;
  • excision chirurgicale. Cette méthode d'élimination est utilisée si la formation est importante ou potentiellement maligne. Les manipulations sont effectuées sous anesthésie générale suivie d'une suture.

Si la taille du néoplasme est petite, alors qu'il n'y a pas de symptômes de la maladie, et également si la pathologie est détectée chez une personne âgée, l'ablation n'est pas effectuée, se limitant à la thérapie du processus inflammatoire et à l'observation.

Traitement avec des méthodes folkloriques

Pour le traitement de la pathologie, des remèdes populaires sont utilisés qui, selon les avis des patients, aident dans certains cas à se débarrasser du problème:

  • recette numéro 1: l'herbe de chélidoine est écrasée et pressée le jus, qui est mélangé dans la même proportion avec 70% d'alcool médical. Le produit fini est pris 20 gouttes trois fois par jour une demi-heure avant les repas. Le traitement se poursuit pendant un mois, puis une pause de deux semaines est prise et, si nécessaire, il est repris;
  • recette numéro 2: 6 cuillères à soupe de graines de citrouille sèches sans enveloppe sont moulues en farine et mélangées avec six jaunes d'œufs de poule durs. Au stade suivant, ajoutez 500 ml d'huile d'olive raffinée et mettez au bain-marie pendant 20 minutes. Prenez une cuillère à café à jeun une fois par jour. Le traitement est effectué pendant une semaine, puis faites une pause de cinq jours. Le médicament fini est conservé dans un récipient en verre hermétiquement fermé au réfrigérateur;
  • recette numéro 3: mélanger 2 parties de bourgeons de bouleau, 3 parties de prêle et 4 parties de busserole. 2 cuillères à soupe de matières premières sèches sont versées dans 400 ml d'eau bouillante et infusées pendant une heure. Filtrer et prendre 100 ml 4 fois par jour. La durée du traitement est d'un mois. Ce remède aide à arrêter la croissance des polypes..

Avant d'utiliser des remèdes populaires pour le traitement des néoplasmes de l'urètre, vous devriez consulter votre médecin.

Complications

Si l'accumulation n'est pas éliminée à temps, les complications suivantes peuvent survenir:

  • malignité (transformation d'une tumeur bénigne en néoplasme malin);
  • cystite chronique, pyélonéphrite ou urétrite;
  • violation de l'intégrité de la membrane muqueuse de l'urètre, entraînant des saignements fréquents, conduisant au développement d'une anémie ferriprive.

L'élimination des polypes doit être effectuée quel que soit leur type, car il existe un risque de dégénérescence en une forme maligne, surtout si la croissance se développe rapidement et atteint une grande taille.

Si des signes de pathologie sont détectés, vous devez contacter un gynécologue ou un urologue.

Vidéo

Nous proposons de visionner une vidéo sur le thème de l'article.

Quelles sont les méthodes de traitement (élimination) des polypes chez les femmes sur l'urètre de l'urètre

Les polypes sont des excroissances bénignes qui se développent à partir du tissu épithélial. Les femmes sont beaucoup plus souvent confrontées à ce problème, car leur urètre ne mesure que 3-5 cm. L'incidence maximale se produit entre 50 et 60 ans.

Raisons de la manifestation

Le polype urétral se produit dans le contexte d'une lésion de l'épithélium de l'urètre. Cela conduit à une prolifération accrue (division cellulaire) et à la formation d'une croissance de forme ronde sur la tige.

Les facteurs prédisposant au développement de cette pathologie sont:

  1. Inflammation chronique de l'urètre (urétrite). Elle est causée par une infection, des blessures mécaniques (pierres ou corps étrangers), une réaction allergique.
  2. Troubles hormonaux La cause est un dysfonctionnement des ovaires, des glandes surrénales ou d'autres glandes. Les femmes atteintes de pathologie thyroïdienne (hypothyroïdie) et de diabète sucré sont plus sensibles à la maladie.
  3. Période de ménopause et postménopause. Pendant ces périodes de la vie d'une femme, la fonction de reproduction s'estompe progressivement. Cela réduit la production d'œstrogènes. Ces derniers ont un effet antitumoral..
  4. L'hérédité pesée.
  5. IST (infections sexuellement transmissibles). Les polypes de l'urètre et de l'uretère sont souvent associés à la chlamydia, à la trichomonase et à la gonorrhée. Les femmes peuvent être infectées par ces maladies par contact sexuel avec la pratique de rapports sexuels non protégés..
  6. Traumatisme urétral. Se produisent lors d'interventions médicales (cathétérisme, prélèvement d'un frottis), lithiase urinaire, travail difficile et rupture périnéale.
  7. Irritation de l'urètre avec leucorrhée (écoulement du tractus génital). Peut-être dans le contexte de la colpite (inflammation de la muqueuse vaginale) et de la cervicite (inflammation du col de l'utérus).
  8. Dommages vasculaires.
  9. Fractures des os pelviens.

Les symptômes de la maladie sont:

  1. Troubles dysuriques. Ceux-ci incluent la douleur lors de la miction, les brûlures pendant la miction et la difficulté à commencer la miction. Certaines femmes souffrent d'incontinence urinaire. Dans ce cas, l'urine est libérée involontairement lors du rire, de la toux et des éternuements..
  2. Mélange de sang dans l'urètre (hématurie). Possible lorsque le polype se développe dans la couche sous-muqueuse.
  3. Rétention urinaire aiguë. Il est rarement observé chez les femmes. Cela se produit lorsque le polype chevauche complètement la lumière de l'urètre. Dans le même temps, l'état général s'aggrave et des douleurs dans le bas-ventre apparaissent..
  4. Sentiment de vidange incomplète de la vessie. Est le premier signe de la maladie.
  5. Inconfort pendant les rapports sexuels.

Diagnostic et traitement chirurgical

Le diagnostic est posé par l'urologue après un examen complet du patient. Tu auras besoin de:

  1. Prise d'anamnèse (établissement des facteurs de risque et des plaintes).
  2. Palpation de l'abdomen.
  3. Analyse sanguine générale. En présence d'une infection dans l'urètre d'une femme, des signes d'inflammation se manifestent sous la forme d'une augmentation de la VS et de la leucocytose.
  4. Analyse d'urine générale. Détecte souvent la présence de leucocytes et de bactéries.
  5. Biopsie.
  6. Analyse histologique (examen d'un fragment de polype au microscope). Est effectué pour exclure la tumeur.
  7. Ultrason.
  8. Cystoscopie (examen de la vessie).
  9. Urétéroscopie (examen de l'urètre d'une femme).
  10. Urétrographie (examen aux rayons X).
  11. Échantillon de trois verres.
  12. Analyse d'urine selon Nechiporenko et Zimnitsky.
  13. Examen des frottis.

Si vous suspectez un polype dans l'urètre, vous devez exclure le cancer, la sténose (rétrécissement de l'urètre), l'urétrite aiguë et chronique.

Le traitement des polypes est principalement radical (chirurgical). Les interventions suivantes sont possibles:

  • excision avec un scalpel;
  • élimination endoscopique du néoplasme;
  • thérapie par ondes radio (exposition à des faisceaux radio haute fréquence);
  • électrocoagulation;
  • thérapie au laser;
  • cryodestruction (destruction par l'azote liquide).

Si un polype urétral est trouvé chez une femme, une anesthésie peut être nécessaire.

Cryodestruction et électrocoagulation

Le retrait du polype urétral chez la femme peut être réalisé par cryodestruction. Le polype est éliminé avec de l'azote liquide en congelant le néoplasme. Cette méthode de traitement est peu invasive. Ses avantages: pas de perte de sang, indolore, haute efficacité et faible taux de récidive.

Pendant l'électrocautérisation, le médecin utilise un dispositif en boucle auquel un courant électrique est fourni. Il chauffe le polype et brûle les tissus affectés. Une anesthésie est requise au préalable. Les avantages de cette méthode de traitement sont l'abordabilité et la simplicité..

Résection transurétrale endoscopique

Dans certains cas, le polype urétral est retiré par voie endoscopique. Une sonde est insérée dans l'urètre, après quoi les tissus pathologiques sont excisés sous observation optique.

Cette méthode supprime les grandes formations (1 cm ou plus) situées à la base de l'urètre. La période de rééducation après cette opération est de 4 à 5 jours..

Résection en coin de l'urètre

La résection en coin implique l'excision d'un polype dans un tissu sain avec un scalpel.

L'opération est indiquée pour un grand néoplasme avec une base large.

La ligature de la base, l'excision de l'accumulation, la suture des tissus avec des matériaux résorbables et l'introduction d'un cathéter dans l'urètre sont effectuées. Ensuite, le polype est envoyé pour analyse histologique..

Méthodes traditionnelles de traitement

Si un polype est trouvé dans l'urètre, le traitement implique l'utilisation de la médecine traditionnelle. Ceux-ci comprennent les infusions, les bains, les décoctions et les mélanges. Le jus de chélidoine dilué avec de l'eau est souvent utilisé.

Il est pris 20 gouttes avant les repas. Le jus peut être humidifié avec des tampons et appliqué sur l'ouverture externe de l'urètre (avec localisation externe du néoplasme).

Bains et mélanges médicinaux

Avec un polype de l'urètre chez la femme, le traitement comprend l'utilisation des moyens suivants:

  1. Mélanges à base d'argousier, de graines de citrouille et de jaunes de poulet.
  2. Mélanges à base d'argousier, d'alcool et de viorne pour administration orale.
  3. Plateaux avec décoction ou infusion d'herbes médicinales (camomille, ficelle, prêle, calendula).
  4. Plateaux avec graines de carvi, bouleau et feuilles de fraise.

Teintures et décoctions

Le schéma thérapeutique des polypes urétraux chez la femme comprend:

  1. Décoction à base de bourgeons de pin et de cônes de houblon.
  2. Teinture de renouée.
  3. Teinture de champignons Chaga.
  4. Teinture à base de noix.

Conséquences et prévisions

Les conséquences de l'apparition d'un néoplasme dans l'urètre féminin peuvent être:

  • rétrécissement de l'urètre;
  • malignité;
  • rétention urinaire aiguë;
  • incontinence urinaire;
  • pyélonéphrite;
  • saignement;
  • anémie.

Le pronostic de cette pathologie est favorable. La probabilité de malignité est faible.

La prévention

Pour éviter qu'un polype n'apparaisse sur l'urètre, vous devez:

  • traiter en temps opportun les maladies gynécologiques;
  • prévenir et traiter l'urétrite;
  • exclure les rapports sexuels non protégés;
  • éliminer toute blessure;
  • normaliser l'activité sexuelle;
  • maintenir des niveaux d'hormones optimaux.

La prévention de la rechute implique l'ablation correcte en temps opportun du néoplasme et l'observation par un médecin.

Polype urétral chez la femme

Le polype de l'urètre chez la femme est le néoplasme bénin le plus courant de l'urètre. Les polypes dans l'urètre chez les femmes peuvent affecter considérablement leur état mental, réduire leur qualité de vie. Les médecins de l'hôpital Yusupov diagnostiquent la maladie à l'aide des derniers équipements des principaux fabricants américains et européens.

Les urologues enlèvent chirurgicalement les polypes urétraux chez les femmes. Avant l'opération, une antibiothérapie est réalisée avec des antibiotiques de dernière génération, auxquels les micro-organismes vivant dans l'urètre sont particulièrement sensibles. Le personnel médical est attentif aux souhaits des patients.

Causes des polypes urétraux chez les femmes

Jusqu'à présent, il n'y a pas eu de consensus sur les causes des processus polypogéniques dans la muqueuse urétrale. Certains scientifiques citent les résultats d'études qui indiquent que la plupart des polypes ne sont pas une tumeur bénigne, mais le résultat de troubles focaux de la prolifération de l'épithélium urétral. Ils sont causés par des déséquilibres peu clairs dans l'équilibre des interactions mésenchymateuses-épithéliales..

La croissance des polypes de l'urètre chez la femme peut commencer sous l'influence de changements dyshormonaux dans la zone urogénitale et de processus infectieux et inflammatoires chroniques. Le rôle principal dans l'apparition des polypes est attribué aux agents responsables des maladies infectieuses du système génito-urinaire. L'agent infectieux le plus courant chez les patients atteints de polypes urétraux est l'uréeplasma urealiticum. Dans 30% des cas, la maladie est associée à la chlamydia trachomatis, aux trichomonas génito-urinaires et au mycoplasme génital. En l'absence d'infection urogénitale, un polype urétral chez la femme se développe après des opérations gynécologiques, en période préménopausique et pendant la ménopause.

Diagnostic des polypes de l'urètre

La localisation des polypes principalement dans la zone de l'ouverture externe de l'urètre détermine le tableau clinique de la maladie chez la femme:

  • Brûler et couper en urinant;
  • Pollakiurie (le besoin de mictions répétées pendant la journée ou la nuit, sous réserve de la libération d'un volume quotidien normal ou réduit d'urine);
  • Strangurie (difficulté à uriner)
  • Urétrorragie post-coïtale (écoulement de sang de l'urètre après un rapport sexuel).

Les symptômes du polype urétral chez la femme comprennent des épisodes de rétention urinaire aiguë, une hématurie initiale (écoulement de sang de l'urètre en dehors de l'acte de miction).

Le schéma d'examen des patients atteints de polypes urétraux à l'hôpital Yusupov comprend l'étude des raclures de l'urètre et du canal cervical pour une infection urogénitale à l'aide de la méthode de culture et de la PCR (réaction en chaîne par polymérase). Les assistants de laboratoire déterminent la teneur en TNF-α, IL-1β et IL-4 dans le sérum sanguin a été déterminée par dosage immunoenzymatique.

Pour étudier le système de microcirculation de la muqueuse urétrale avec un polype, un analyseur de microcirculation sanguine au laser est utilisé. Déterminer le débit sanguin moyen, ou l'indice de microcirculation, l'écart type, les caractéristiques amplitude-fréquence dans diverses plages de fluctuations du flux sanguin, sur la base desquels l'indice de mouvement de flux a été calculé, qui reflète l'efficacité de la régulation de la microcirculation.

Les histologues effectuent un examen au microscope électronique des coupes de tissus semi-minces et ultrafines. Un examen optique optique et une analyse morphométrique ont été réalisés à l'aide d'un microscope universel et d'un appareil photo numérique. En présence d'un polype de l'urètre chez la femme, les photos sont discutées par des spécialistes de profils différents.

Lors de l'examen endoscopique, les polypes urétraux chez la femme sont des formations ressemblant à une tumeur dans la lèvre postérieure de l'ouverture externe de l'urètre dont la taille varie de 2 mm à 1–2 cm, sur un pédicule ou sur une large base. Ils ont une surface lisse, parfois saignante.

Traitement des polypes urétraux chez la femme

Après le diagnostic le plus précis, les médecins de l'hôpital Yusupov élaborent un plan de traitement individuel pour le patient. En cas de suspicion de processus inflammatoire actif, les médecins de l'hôpital Yusupov, s'il existe un polype dans l'urètre chez la femme, effectuent un traitement antibactérien et anti-inflammatoire complexe. La chirurgie pour enlever le polype urétral chez la femme (bonnes critiques) est la principale méthode de la maladie. Les médecins utilisent l'électrocoagulation, la cryodestruction.

Lorsque le polype est situé à l'ouverture externe de l'urètre, les chirurgiens pratiquent une résection en forme de coin de la muqueuse urétrale. Si le néoplasme est localisé dans l'urètre postérieur, la radiodestruction est réalisée à l'aide d'un urétroscope.

L'élimination des polypes urétraux est effectuée à l'aide d'un couteau à ondes radio. Le néoplasme est excisé dans les tissus sains. La méthode par ondes radio pour éliminer les polypes vous permet d'effectuer l'opération sans effusion de sang et sans brûlure (contrairement à l'électrocoagulation), pour éviter les traumatismes des tissus adjacents. Le résultat de la procédure peut être évalué immédiatement après l'opération, mais l'inconfort et le gonflement peuvent persister jusqu'à trois mois.

L'opération est réalisée en ambulatoire dans une petite salle d'opération. La procédure est réalisée sous anesthésie locale en utilisant des anesthésiques modernes à action prolongée. Avec une excitabilité psycho-émotionnelle élevée du patient, les anesthésiologistes de l'hôpital Yusupov effectuent une sédation et utilisent une anesthésie intraveineuse.

Une femme lors d'une opération est en position sur une chaise gynécologique. Lorsque le polype est situé dans la zone de l'ouverture externe de l'urètre, une résection en forme de coin de la muqueuse urétrale est réalisée dans le tissu sain avec le retrait du polype en un seul bloc. Les chirurgiens restaurent le défaut muqueux à l'aide de matériaux de suture biodégradables modernes. Aucun point de suture n'est requis après la chirurgie. Le cathéter urétral est laissé pendant 2 à 4 jours après la chirurgie.

Lorsque le polype est situé dans la partie postérieure de l'urètre, les urologues utilisent une urétroscopie flexible ou rigide et une ablation au laser du polype dans les tissus sains. Après avoir arrêté le saignement, l'instrument est retiré. Un cathéter urétral est placé pendant deux jours à une semaine. La durée de la procédure est de 30 à 40 minutes. Après cela, le patient rentre à la maison.

Après une intervention chirurgicale pour enlever le polype de l'urètre chez la femme, les critiques sont bonnes. Pendant jusqu'à deux semaines, le patient peut ressentir de l'inconfort et des troubles urinaires. Les médecins recommandent aux femmes, dans la semaine suivant la procédure, de limiter les sports, de ne pas visiter le sauna, les bains et la piscine. Dans chaque cas, les urologues de l'hôpital Yusupov développent un schéma individuel de procédures qui réduisent le risque de récidive de la maladie. S'il y a des signes d'un polype dans l'urètre chez la femme, appeler.

Vous ne pouvez toujours pas vous débarrasser des polypes urétraux?

Toute personne peut faire face à une maladie du système urinaire telle qu'un polype de l'urètre. Le problème est commun aux femmes et aux hommes. Cependant, le sexe féminin est plus susceptible de rencontrer cette maladie en raison des particularités de l'anatomie de la structure (voir photos) de l'urètre. Chez l'homme, l'urètre a une forme plus allongée, plus grande que la longueur de cet élément du système urinaire chez la femme.

Les statistiques indiquent que le diagnostic de polype urétral ne représente pas plus de 5% de toutes les pathologies tumorales enregistrées.

Qu'est-ce qu'un polype urétral?

Un néoplasme formé par un tissu épithélial situé sur l'une des parois de l'urètre, qui a un caractère bénin, est appelé un polype urétral. La maladie a reçu le code 41.3 selon la CIM-10.

Le polype est représenté par une forme de larme ronde ou ovale. La croissance est attachée à la paroi de l'organe en raison de la «jambe». Les tissus néoplasiques sont sujets aux formations vasculaires, de sorte que le polype peut saigner.

Les formes initiales du problème sont presque invisibles. Mais au fil du temps, la croissance peut augmenter considérablement en taille et bloquer l'ouverture de l'urètre, puis perturber l'écoulement naturel de la décharge. Il existe également des risques de dégénérescence maligne du tissu polype. Pour cette raison, vous ne devez pas négliger le traitement de la maladie. Au moindre inconfort dans le système génito-urinaire, vous devriez demander une consultation en personne avec un médecin.

Facteurs de risque et causes du développement de polypes dans l'urètre

Différents types de polypose sont le plus souvent diagnostiqués chez des catégories de personnes de plus de 45 ans. Le pourcentage le plus élevé de la maladie est enregistré chez les patients âgés de 50 ans et plus. Théoriquement, toutes les catégories d'âge sont susceptibles de développer des excroissances dans l'urètre (à l'exception des enfants).

Un certain nombre de facteurs contribuent au développement du problème:

  • Plus de 45 ans,
  • La présence de maladies chroniques du système endocrinien et reproducteur,
  • Manque d'hygiène personnelle appropriée,
  • Infections génito-urinaires fréquentes,
  • La présence de blessures caractéristiques (région pelvienne, organes génitaux),
  • Instabilité hormonale du corps,
  • Système immunitaire faible.

En présence de tout ou partie des situations ci-dessus, le polype urétral ne se développe que dans 3 à 4% des cas. Ceci est facilité par les raisons suivantes:

  • Infections aiguës ou chroniques du système génito-urinaire (chlamydia, ureaplasmose, herpès virus, etc.),
  • Hypothermie de stress et inflammation ultérieure du système génito-urinaire,
  • Déséquilibre hormonal,
  • Irritation prolongée de l'urètre à la suite d'un écoulement abondant (leucorrhée, autres options),
  • Lésion des vaisseaux sanguins de l'urètre,
  • Immobilité prolongée à la suite d'une blessure, d'une maladie,
  • Changements des niveaux hormonaux liés à l'âge.

Le développement d'une croissance dans le tubule urétral peut être associé à d'autres processus cachés dans le corps. Les éléments ci-dessus ne sont que les options les plus courantes pour les facteurs et les causes.

Symptômes et signes

Malheureusement, dans les phases initiales, il est presque impossible de détecter le problème par vous-même. Un petit polype urétral ne cause aucun inconfort à une personne. Avec une croissance significative d'un néoplasme bénin, certains signes de la maladie deviennent perceptibles:

  • Miction douloureuse,
  • Inconfort pendant ou après les rapports sexuels,
  • Dessin de douleurs dans les organes pelviens,
  • Dispersion anormale du jet pendant la miction,
  • Décharge retardée pendant les toilettes,
  • L'apparition d'une urétrite d'étiologie inconnue.

Pour tout inconfort dans le système urinaire, un examen détaillé est nécessaire pour aider à identifier et à établir un diagnostic précis. Le polype urétral nécessite un traitement spécial. Ce problème n'est pratiquement pas éliminé à lui seul..

Diagnostic et traitement

Pour poser un diagnostic de polype urétral, un examen complet est nécessaire, qui comprend:

  • Parler à un médecin de plaintes, au cours desquelles il est déterminé s'il existe des signes indiquant la présence d'une maladie,
  • Examen visuel (ou à l'aide de dispositifs spéciaux-cystourethroscopie) pour la présence de polypes dans l'urètre,
  • Tests de laboratoire pour la présence d'une flore spécifique (frottis, grattage, analyse d'urine).

Sur la base des indicateurs d'analyses et de détails révélés lors de l'examen et de l'interrogatoire du patient, le spécialiste tire une conclusion. Ensuite, une méthode de traitement adéquate est sélectionnée pour une personne atteinte d'une maladie..

Traitement

Avec une croissance significative du polype dans l'urètre, seule l'élimination du néoplasme peut être efficace. Si l'accumulation n'est pas inconfortable, votre médecin peut recommander un suivi. Aucune action n'est prise avant la période où le problème devient perceptible pour le patient.

Le plus souvent, l'élimination des polypes urétraux est effectuée par l'une des méthodes suivantes.

  • Cryodestruction. À l'aide de basses températures, le néoplasme peut être éliminé avec le moindre risque de complications. Cette procédure utilise une anesthésie locale. La phase active de l'intervention chirurgicale ne dure pas plus de 10 minutes.
  • Électrocoagulation. À l'aide d'impulsions de courant, il est possible d'éliminer de manière fiable l'accumulation sans endommager les tissus sains adjacents. Ce type d'opération ne nécessite pas non plus l'utilisation d'une anesthésie générale. La procédure ne dure pas longtemps. Le patient ne ressent ni douleur ni inconfort.
  • Electroexcision. La manipulation est efficace pour éliminer les petites tumeurs.
  • Technique des ondes radio. Pour la destruction des tissus pathologiques, l'effet des ondes radio est efficace. Cette méthode vous permet d'éliminer facilement et précisément (couche par couche) le néoplasme sans blesser les tissus sains. Après avoir appliqué la méthode des ondes radio, il ne reste aucune cicatrice ni cicatrice.
  • Excision en forme de coin de la tumeur. Cette option de traitement chirurgical est utilisée dans les cas où la taille du polype est importante. Cette technique nécessite que le patient soit endormi sous anesthésie générale. La durée de la manipulation ne dépasse pas 20 minutes. Après l'opération, une observation stationnaire est requise pendant 2-3 jours.

Après l'opération, un échantillon de tissu est envoyé pour histologie, pour l'exclusion ultérieure d'un diagnostic oncologique.

Pour prévenir les rechutes et prévenir le développement de complications, le patient après le retrait des polypes peut se voir prescrire une antibiothérapie utilisant des anti-inflammatoires et des antibiotiques à large spectre. En complément, une cure d'immunomodulateurs est souvent prescrite. L'élimination de la cause fondamentale de la formation de la polypose urétrale est considérée comme la base du succès du traitement. Si la cause de la maladie est une infection, il est nécessaire d'éliminer ou de supprimer l'activité de la flore pathogène. Avec les maladies chroniques concomitantes, il est nécessaire d'obtenir une compensation stable. Sinon, l'effet du traitement ne sera que temporaire..

ethnoscience

Certains médicaments traditionnels peuvent être utilisés comme un complément efficace au traitement de base. Ils visent plus souvent à renforcer le système immunitaire et à supprimer le processus inflammatoire. Avant d'utiliser des produits faits maison, vous devriez consulter votre médecin..

Chélidoine

Le jus de chélidoine est souvent utilisé pour traiter divers néoplasmes (bénins). On pense que ce médicament est efficace pour les polypes urétraux.

Mélange d'alcool

Pour cuisiner, vous avez besoin de jus de plantes fraîchement pressé et de vodka. Les liquides sont pris dans des proportions égales et soigneusement mélangés dans un récipient en verre (flacon, pot, bouteille). Le mélange fini est pris 20 gouttes avant les repas 1 à 2 fois par jour, pendant 40 à 45 jours. Ensuite, vous avez besoin d'une semaine de pause, suivie d'une répétition du cours.

Tampons au jus de chélidoine

Si le néoplasme est situé à l'entrée de l'ouverture urinaire, des écouvillons stériles imbibés de jus de plante peuvent être utilisés pour appliquer sur les polypes. La procédure doit être effectuée avec prudence, en évitant les lésions tissulaires..

Infusion

Une suspension séchée (broyage fin ou grossier) de chélidoine d'une quantité de 30 grammes (1 cuillère à soupe) est versée avec de l'eau bouillante 200 grammes. Couvrir le récipient avec le mélange avec un couvercle et laisser infuser pendant 40 minutes. Ensuite, la perfusion est placée dans un bain-marie et réchauffée lentement pendant 30 minutes. Le produit fini est utilisé pour les bains de guérison. Vous pouvez l'utiliser tous les deux jours pendant 7 à 10 jours.

Le jus de chélidoine donne un effet cautérisant, par conséquent, l'utilisation de tout produit à base de cette plante médicinale doit être effectuée clairement selon les instructions, après accord avec le médecin.

Ablation du polype urétral: types d'intervention et traitement après chirurgie

Les polypes du canal urétral sont des néoplasmes bénins qui se développent dans la lumière de l'urètre. Le plus souvent, ils ont une jambe de petite taille. Dans le contexte de la croissance des polypes de l'urètre, les symptômes caractéristiques augmentent rapidement, en raison du chevauchement de la lumière des voies urinaires et de l'obstruction de l'écoulement de l'urine.
Les cliniciens recommandent l'ablation obligatoire du polype urétral en relation avec d'autres complications dans le contexte de la croissance des néoplasmes. Cependant, dans la pratique médicale, tout n'est pas si simple..

Éliminer ou non le polype urétral?

Malgré l'opinion sans équivoque des médecins sur la nécessité d'éliminer les polypes, ils font attention à un certain nombre de contre-indications, au degré des manifestations cliniques (plus de détails sur les symptômes d'un polype dans l'urètre chez la femme peuvent être trouvés ici, comment le polype urétral se manifeste chez les hommes à partir d'un article séparé), l'âge du patient et les critères anamnestiques généraux.

Il existe plusieurs tactiques médicales principales:

  • Attente - la présence de contre-indications relatives à l'élimination et l'absence de manifestations cliniques;
  • Conservateur - symptômes bénins qui ne menacent pas la vie et n'entraînent pas de conséquences mortelles sur la santé;
  • Chirurgical.

Une ablation chirurgicale est nécessaire si:

  • exacerbations persistantes de maladies inflammatoires du système génito-urinaire;
  • violation régulière de l'écoulement de l'urine;
  • avec un polype en croissance ou une forte tendance à la malignité.

Il est impossible de déterminer de manière fiable la nature de l'influence pathologique de certains facteurs sur la croissance des polypes, mais le schéma est précisément connu: plus le polype urétral est gros, plus les risques de traumatisme et de malignité sont élevés.

Remarque! Le danger des polypes urétraux réside non seulement dans les risques oncologiques, mais également dans le dysfonctionnement du système génito-urinaire, y compris la chronicité des processus inflammatoires.

Fonctionnalités de suppression

La méthode d'élimination des polypes urétraux est choisie en fonction de la localisation de la croissance, du degré de son influence sur l'écoulement normal de l'urine.

Les types suivants d'élimination des foyers de polypose sont effectués:

  1. Section en forme de coin. La méthode est efficace pour les grands polypes. Les tissus du foyer de polypose sont excisés sous la forme d'un coin dans les tissus sains, après quoi des sutures auto-résorbables sont appliquées sur la zone de coupe.
  2. TUR ou résection transurétrale. Un équipement endoscopique spécial est passé à travers l'urètre, qui, à l'aide d'une boucle, excise le foyer polype et cautérise la surface de la plaie avec des courants, un laser, des ondes radio).

Basé sur la méthode de moxibustion, il existe plusieurs méthodes principales:

  • Électrocoagulation - destruction des tissus sous l'influence de courants à basse fréquence, durcissement simultané des vaisseaux sanguins à la surface de la plaie;
  • Cryodestruction - congélation préliminaire du polype et élimination de sa fragmentation avec une boucle endoscopique;
  • Méthode des ondes radio - une méthode douce dans laquelle le polype est détruit par l'influence des ondes radio dirigées.

La méthode prédominante est précisément la méthode des ondes radio, qui ne laisse pas de tissu cicatriciel, contribue à une récupération rapide après les opérations.

Après tout type de retrait, le polype extrait est envoyé pour une analyse histologique pour établir l'atypie cellulaire. En présence de cellules malignes, le patient doit être inscrit auprès d'un dispensaire, suivi d'un examen au moins 2 fois par an.

Malheureusement, aucune opération ne peut garantir l'absence de rechutes et exclure la formation de nouveaux foyers pathologiques.

Activités préparatoires

Avant de prescrire une intervention chirurgicale, toute une gamme de mesures diagnostiques doit être réalisée..

Parmi les méthodes de recherche efficaces, on distingue:

  • Tests cliniques généraux (sang, urine, fèces);
  • ECHOKG ou ECG pour évaluer les fonctions du cœur et des vaisseaux sanguins;
  • Examen par un gynécologue ou un urologue;
  • Urétéroscopie (méthode de diagnostic endoscopique);
  • Échographie des organes pelviens.

Étant donné que les polypes se forment dans le contexte de pathologies existantes, il existe un traitement obligatoire des processus infectieux, à l'exception des cas nécessitant une intervention chirurgicale d'urgence avec une urine stagnante.

Sur la base de la totalité des données obtenues, les tactiques du processus de traitement, le type d'intervention et le degré de risque de diverses complications postopératoires sont évalués..

Comment enlever un polype urétral?

L'opération d'élimination des polypes urétraux doit être réalisée à jeun. Au moins 12 heures doivent s'écouler entre le dernier repas et la manipulation. Le jour fixé, le patient est invité au service de chirurgie, posé sur un canapé spécial, universel pour les femmes et les hommes.

Extérieurement, la chaise ressemble à une chaise gynécologique et est familière à de nombreuses femmes. Ensuite, le patient est placé sur un canapé, une anesthésie est administrée.

Après cela, un certain nombre des manipulations suivantes sont effectuées:

  1. Traitement des organes génitaux avec une solution antiseptique;
  2. Introduction de l'urétroscope dans la lumière de l'urètre;
  3. Capture du polype et son excision;
  4. Cautérisation avec courants, laser, ondes radio;
  5. Retirer le polype et l'envoyer pour l'histologie;
  6. Insertion de cathéter.

Après l'opération, le patient est réanimé, surveillé pendant plusieurs heures.

Pendant la journée, le patient est obligé de porter un cathéter urinaire spécial:

  • Premièrement, le risque de stagnation urinaire est éliminé..
  • Deuxièmement, l'effet négatif de l'urine sur les muqueuses endommagées du canal urétral diminue.

Tout au long de l'opération, l'hémodynamique, l'état d'activité cardiaque et respiratoire sont surveillés.

Après la chirurgie, 1 à 2 jours doivent être passés dans un hôpital pour éliminer le risque de complications précoces.

Complications possibles après le retrait

Le retrait correctement effectué élimine pratiquement divers risques de complications postopératoires. Les méthodes modernes et l'expérience d'un chirurgien urologue annulent les complications tardives.

Parmi les premiers, ils se distinguent particulièrement:

  • l'apparition de sang dans l'urine;
  • miction douloureuse;
  • syndrome d'une vessie vide;
  • augmentation de la température corporelle (pas plus de 37).

Tous ces symptômes sont normaux, persistent pendant environ 2-3 jours et se transmettent d'eux-mêmes.

Avec une augmentation des symptômes désagréables, avec l'ajout d'un écoulement atypique de l'urètre (sang, pus, exsudat muqueux), une complication infectieuse secondaire peut être suspectée. La raison en est peut-être une maladie inflammatoire non traitée avant la manipulation ou un antiseptique insuffisant pendant l'opération..

Traitement après la chirurgie

Le traitement médicamenteux après la chirurgie consiste à éliminer les risques de lésions infectieuses du système génito-urinaire, des voies urogénitales, y compris la cystite, l'urétrite, les maladies vénériennes.

Toute une gamme de médicaments réparateurs est prescrite:

  • Agents uroseptiques pour l'assainissement de l'urine et des voies urinaires: Furadonin, Furamag, Nitroxoline;
  • Antibiotiques de divers groupes pendant environ 7 à 10 jours pour exclure les complications postopératoires dans le contexte des maladies inflammatoires chroniques;
  • Médicaments antispasmodiques pour réduire les spasmes douloureux: Spazmalgon, Drotaverin;
  • Analgésiques non stéroïdiens: ibuprofène, kétoprofène, Nurofène.

Dans le même temps, le traitement conservateur doit être complété par des complexes de vitamines pour augmenter l'immunité générale et locale, fournir un régime protecteur pendant toute la période de récupération, observer une hygiène approfondie de la zone intime et éviter les rapports sexuels pendant les 7 à 10 jours suivants. Après cela, il est impératif d'utiliser des méthodes de contraception barrière.

L'élimination des polypes urétraux n'est prescrite que lorsque des symptômes caractéristiques sont attachés, même s'il existe des preuves de la présence de cellules atypiques après un examen histologique. L'élimination est réalisée selon un large éventail d'indications avec la prise en compte obligatoire des risques postopératoires potentiels.

Comment enlever les polypes sur la peau lisez notre article.

Vous pouvez prendre rendez-vous avec un médecin directement sur notre ressource.

Polype de l'urètre chez la femme: symptômes, médicaments et traitement alternatif, et 3 méthodes d'élimination

Sur la membrane muqueuse de l'urètre, sous l'influence de facteurs indésirables, un processus pathologique de croissance tissulaire commence.

En conséquence, une petite tumeur se forme sur une jambe mince - un polype de l'urètre.

La formation est bénigne, mais a tendance à se développer et à dégénérer en un malin, par conséquent, nécessite un diagnostic rapide et un traitement chirurgical.

Informations de base

Le polype urétéral peut être diagnostiqué à tout âge et chez des patients de tout sexe. La seule différence est l'emplacement du néoplasme.

En raison des différences dans la structure de l'urètre chez les hommes, les polypes se trouvent plus souvent près de la prostate et de la prostate.

Chez la femme, l'uretère est plus court et plus large, donc une tumeur se forme à la sortie dans la partie externe de l'urètre ou sur la paroi arrière de la dernière partie (distale) de l'urètre.

Le plus souvent, ce sont les femmes qui sont sensibles à la pathologie. Parmi toutes les lésions bénignes chez la femme, les polypes sont diagnostiqués dans 5% des cas..

La tumeur elle-même est rouge, se connecte à la paroi de l'uretère avec une jambe mince et, contrairement à un papillome lâche, a une surface lisse.

Le polype est généralement rond ou en forme de larme et de petite taille, de 1 à 10 mm, mais peut atteindre un diamètre plus impressionnant qui bloque la lumière de l'uretère.

Causes d'occurrence

Sous l'influence de facteurs défavorables, le corps active le mécanisme de défense, ce qui conduit à la formation d'un néoplasme. Les raisons qui peuvent provoquer le début de l'éducation comprennent:

  1. Lésion de la muqueuse urétérale pendant une intervention chirurgicale, un contact sexuel ou à la suite de la libération de calculs par le système urinaire.
  2. Changements hormonaux causés par des troubles endocriniens ou résultant de la ménopause.
  3. Interruption de grossesse ou travail difficile. Il endommage également la muqueuse urétrale..
  4. Maladies inflammatoires et infectieuses (colpite, urétrite chronique, cervicite).
  5. Troubles du système digestif et des intestins causés par une mauvaise nutrition. En particulier, une pathologie peut survenir en raison d'une constipation prolongée..
  6. Facteur héréditaire. Si les parents ont reçu un diagnostic de polypes dans l'uretère, l'enfant a également une forte probabilité de développer une tumeur..
  7. Les infections sexuellement transmissibles. Le virus de l'herpès et le papillomavirus, la trichomonase, la chlamydia, la gonorrhée, la mycoplasmose, l'uréeplasmose peuvent provoquer la formation d'un polype.

Prise de certains médicaments, mauvais environnement, stress prolongé, mauvaises habitudes et mauvaise alimentation. Toutes ces raisons peuvent également conduire au développement d'une tumeur..

Image clinique

Tant que la tumeur est petite, elle ne provoque aucune gêne chez le patient, ce qui rend difficile le diagnostic de la pathologie aux premiers stades de développement. Ce n'est qu'en augmentant en taille que l'éducation commence à montrer des symptômes désagréables. En règle générale, les plaintes des patients sont les suivantes:

  • une sensation de présence d'un corps étranger dans l'uretère;
  • démangeaisons et brûlures pendant la miction;
  • la température monte;
  • inconfort dans le bas de l'abdomen;
  • douleur pendant les rapports sexuels;
  • l'apparence de faiblesse;
  • éclaboussures d'urine pendant la miction;
  • si la tumeur est volumineuse, des douleurs dans l'urètre et des difficultés à uriner sont possibles;
  • parfois il y a du sang dans l'urine.

Il peut y avoir une augmentation de la fréquence de l'envie d'uriner, surtout la nuit. Et si une infection pénètre dans le système urinaire, aller aux toilettes deviendra plus fréquent pendant la journée.De plus, cela s'accompagnera de douleurs, d'un changement de couleur de l'urine et de l'apparition de pus dans l'urine..

Un autre symptôme désagréable d'un polype dans l'urètre chez une femme peut être un écoulement involontaire d'urine pendant la toux, le rire, les éternuements ou l'effort physique..

La formation est douce et lisse au toucher, et si le néoplasme est à la sortie de l'urètre, la femme peut la détecter elle-même.

Danger de maladie

Malgré le fait que la formation soit bénigne, le traitement du polype doit être abordé avec tout le sérieux. Une tumeur qui n'est pas retirée à temps peut entraîner de graves complications:

  • la sensibilité de la vessie aux infections augmente, ce qui signifie que la cystite apparaîtra régulièrement;
  • en raison de la même infection et de la même difficulté à uriner, la probabilité de développer une pyélonéphrite est élevée;
  • les lésions polypiques de la membrane muqueuse de l'uretère provoquent des saignements, ce qui conduit finalement à une anémie et à l'occlusion de l'urètre avec un caillot sanguin;
  • un blocage des voies urinaires et de l'urètre peut également survenir en raison d'un néoplasme considérablement envahi;
  • et la conséquence la plus dangereuse est la transformation d'un polype en tumeur cancéreuse.

Quel médecin contacter?

Après avoir découvert les premiers symptômes, vous ne devez pas reporter la visite chez le médecin..

Vous pouvez vous rendre chez le thérapeute local et il vous dirigera vers le bon spécialiste.

Ou vous pouvez prendre rendez-vous indépendamment avec un urologue et pour les femmes, un gynécologue.

Thérapies

Si le diagnostic est confirmé, le médecin décide de la méthode de traitement appropriée.

Avec une tumeur de taille moyenne qui ne cause pas d'inconfort au patient, des tactiques en attente sont choisies.

Dans ce cas, aucune action n'est prise, mais seul un suivi régulier de l'évolution de la taille du néoplasme est effectué..

Si le polype dans l'urètre de la femme est volumineux, provoque des saignements, se développe rapidement et s'accompagne de sensations douloureuses, le traitement habituel ne fonctionnera pas et une opération est prescrite pour l'éliminer.

Il existe de nombreuses façons par lesquelles un chirurgien peut retirer un polype et la méthode chirurgicale est choisie en fonction de la taille de la tumeur, de sa localisation et de la complexité du cas..

Cryodestruction

La congélation de la tumeur avec de l'azote liquide (une substance à basse température) est effectuée si la tumeur est située près de l'entrée de l'uretère et est petite.

La procédure ne prend pas plus de 10 minutes et est réalisée sous anesthésie locale.

Un médicament anesthésique est appliqué sur la membrane muqueuse de l'urètre et après un quart d'heure, la zone touchée est exposée à de basses températures. Les cellules du néoplasme meurent et la tumeur est rejetée d'elle-même après quelques jours.

Il n'y a pas de saignement pendant la procédure chirurgicale, la méthode ne laisse pas de cicatrices ou de cicatrices dans la zone d'exposition à l'azote. De plus, la cryodestruction ne nécessite pas une longue période de récupération et après la procédure, le patient peut rentrer chez lui.

Électrocoagulation

L'électrocoagulation est une procédure similaire à bien des égards à la cryodestruction, seulement dans ce cas, un courant électrique est appliqué à la tumeur.

Une méthode rapide et indolore est utilisée pour les petits polypes situés dans la partie externe de l'urètre.

Sous l'influence du courant, les cellules tumorales meurent, tandis que les tissus sains ne sont pas endommagés.

Mais cette méthode a des contre-indications..

La cautérisation n'est pas réalisée avec des polypes de nature maligne, en cas de violation du taux de coagulation sanguine et avec une taille impressionnante de la tumeur.

De plus, l'inflammation de la membrane muqueuse est éliminée au préalable et alors seulement le néoplasme est éliminé.

Méthode par ondes radio pour supprimer l'éducation

Cette méthode vise l'élimination couche par couche du tissu tumoral lors du processus d'exposition du polype aux ondes radio. La méthode est considérée comme la moins traumatisante, a une courte période de récupération et n'a pas de complications.

Excision de l'éducation en forme de coin

De grandes formations localisées dans la partie externe de l'uretère sont soumises à une excision en forme de coin. L'opération est plus longue et prend environ une demi-heure, est réalisée sous anesthésie générale, après quoi le patient doit être à l'hôpital pendant plusieurs jours et la période de récupération générale dure deux semaines.

La tumeur est excisée avec la section triangulaire de la muqueuse urétrale. À l'avenir, les bords de la plaie sont suturés avec des sutures auto-résorbables qui ne nécessitent pas de retrait de suture.

Si la tumeur est située sur la paroi postérieure de l'urètre ou en cas de suspicion de malignité du polype, une résection transurétrale endoscopique est utilisée.

L'opération dure environ 30 minutes sous anesthésie locale ou générale.

Un résectoscope est inséré à l'intérieur de l'urètre, la formation est excisée et un cathéter est inséré pendant plusieurs jours pour drainer l'urine.

La période de rééducation est de deux semaines, pendant lesquelles il faut éviter les rapports sexuels, les procédures d'eau et les visites au bain.

Remèdes populaires

Il est possible de soulager l'inflammation et d'augmenter la résistance du corps aux infections en utilisant des méthodes traditionnelles. Le traitement à domicile n'empêche pas la mise en œuvre de recommandations médicales et ne peut être utilisé qu'en tant que mesure auxiliaire. Voici quelques moyens:

  1. Faites bouillir 4 tasses d'eau et ajoutez la succession, le calendula et la camomille sur une cuillerée. Infuser pendant 10 minutes, filtrer et verser dans un récipient large. Prenez un bain de siège tous les jours pendant deux semaines, à l'exclusion des jours de vos règles. Les bains seront efficaces si la tumeur est située près de la sortie de l'urètre.
  2. Mélangez 1,5 tasse de vodka avec 10 genoux écrasés d'une moustache dorée et retirez-les dans un endroit sombre pendant 10 jours. Le matin à jeun, buvez une cuillère à café de teinture pendant 4 semaines.
  3. Versez un verre d'eau bouillie dans un thermos et ajoutez une pincée de chélidoine. Laisser une nuit, filtrer et boire une cuillère à soupe matin et soir pendant 4 semaines.

Mesures préventives

À titre préventif, les mesures préventives suivantes peuvent être prises pour réduire le risque de formation de polypes:

  • éviter les relations sexuelles promiscuité et utiliser un équipement de protection individuelle;
  • tous les 6 mois pour être examiné par un gynécologue;
  • ne pas déclencher de maladies inflammatoires et infectieuses du système génito-urinaire et digestif;
  • pendant la ménopause, utilisez des médicaments pour normaliser les niveaux hormonaux;
  • abandonner la dépendance à l'alcool et à la nicotine, adhérer à une nutrition appropriée et prendre des complexes vitaminiques pour renforcer l'immunité.

Vous devez prendre votre santé au sérieux et, si vous trouvez les premiers symptômes alarmants de la maladie, consultez un médecin..

Le traitement de l'éducation, commencé aux premiers stades du développement de la pathologie, préviendra les complications et rétablira la santé en peu de temps.

Où suis-je: Accueil »Liste des maladies» Polypes

Le polype urétral est une formation bénigne située sur la surface interne de l'urètre. La tumeur se développe à partir de la couche épithéliale de la paroi du canal. Sa consistance est molle, soumise au processus de vascularisation et saigne donc souvent. Le polype urétral a une jambe, sa forme peut être ronde ou en forme de larme, la couleur est rouge foncé. En cas de blessure ou d'infection de la formation, sa surface passe de lisse à ulcérée.

Selon les statistiques, ces formations ne représentent pas plus de 4% de toutes les tumeurs de la région urogénitale chez les femmes. Dans la population masculine, les polypes urétraux ne sont pas diagnostiqués aussi souvent, ce qui est dû aux particularités de sa structure. Chez la femme, l'urètre est beaucoup plus court que chez l'homme et ne dépasse pas 50 mm de longueur. L'âge moyen auquel les polypes de cette région sont diagnostiqués est compris entre 50 et 70 ans..

Symptômes d'un polype urétral chez la femme

En ce qui concerne le tableau clinique, il n'y a pratiquement aucun signe de présence d'une tumeur aux premiers stades de son développement..

À mesure que l'éducation se développe, une femme peut commencer à ressentir les symptômes suivants:

Difficulté à uriner. La femme commence à ressentir une sensation de brûlure et des démangeaisons en essayant de se vider..

L'envie impérative de vider la vessie la nuit conduit à une violation de la période de repos.

Pendant le processus de miction, le flux d'urine peut dévier dans un sens ou dans l'autre, selon l'endroit où se trouve le polype.

Une femme peut souffrir d'incontinence urinaire partielle. Autrement dit, il est libéré avec une forte toux, lorsqu'un organe est plein, lorsque vous riez..

Le sang peut être vu dans le liquide sécrété, ce qui est dû au fait que les excroissances polypes ont leurs propres vaisseaux sanguins. La surface de la tumeur est facilement blessée et commence à saigner. La décharge peut être à la fois unique et constante, avec une libération abondante de sang.

L'obstruction infravesicale est un autre signe de croissance de polypose dans l'urètre d'une femme. Au début, le muscle s'épaissit et l'urine est expulsée en raison de l'augmentation de la pression. Au fur et à mesure que les propriétés compensatoires du muscle sont perdues et que la tumeur continue de croître, les parois de la vessie elle-même, les uretères et le bassin rénal s'étirent. En conséquence, une pyélonéphrite se développe, ce qui nécessite une attention médicale immédiate..

Pendant l'intimité, une femme peut éprouver des sensations douloureuses, et après que son sang soit sorti de l'urètre.

Avec l'ajout de la cystite ascendante, chaque tentative de vidange causera de la douleur, la miction devient plus fréquente, un écoulement purulent du canal peut apparaître. L'urine elle-même devient de couleur sombre (en présence d'impuretés sanguines) et d'une odeur désagréable (en cas d'infection purulente).

Cependant, de tels symptômes ne surviennent que lorsque la tumeur atteint une taille impressionnante. Lorsqu'il est petit, le diagnostic est assez problématique, car le polype ne donne pratiquement aucun symptôme..

Causes du polype urétral chez la femme

Certains facteurs peuvent déclencher la croissance de l'éducation, parmi lesquels:

Urétrite chronique prolongée, dans laquelle les parois du canal qui excrètent l'urine deviennent enflammées. Le tissu enflammé a tendance à supprimer le processus pathologique en augmentant sa propre zone et commence à se développer, à la suite de quoi une tumeur se forme.

Trouble hormonal du fonctionnement des ovaires.

Troubles de la glande endocrine, diabète sucré progressif.

Cervicite et colpite, dans lesquelles la leucorrhée émise contribue à une irritation constante de l'urètre de la femme.

Lésion des vaisseaux sanguins de l'urètre. Ils peuvent être obtenus lors de l'examen ou du traitement de la vessie, en raison de la constipation chronique, lors de l'accouchement.

Les infections sexuellement transmissibles. La chlamydia, la gonorrhée, l'uréeplasmose, la trichomonase, l'herpès génital peuvent provoquer la formation d'un polype. L'infection par le papillomavirus humain devient souvent un provocateur de croissance.

Changements hormonaux survenant dans le corps d'une femme à mesure qu'elle vieillit. Dans ce cas, nous parlons de la ménopause et de la période postménopausique. Par conséquent, un facteur indirect affectant la croissance possible de l'éducation est l'âge de plus de 50 ans..

Les fractures pelviennes et les maladies du tractus gastro-intestinal peuvent être une condition préalable à la croissance tumorale.

Pourquoi les polypes urétraux sont-ils dangereux??

Si nous ignorons la croissance de la polypose dans l'urètre, cela pose un certain danger pour la santé d'une femme.

Les risques sont les suivants:

Développement de l'hématurie. De plus, une microhématurie et une macrohématurie peuvent survenir. Une perte de sang constante peut entraîner le développement d'une anémie. De plus, une tamponnade des voies urinaires avec un caillot sanguin peut survenir. Dans ce cas, le patient aura besoin de soins médicaux d'urgence..

Développement de la cystite. La présence d'une formation pathologique dans l'urètre rend la vessie plus vulnérable et sensible à diverses infections.

Développement de la pyélonéphrite. La maladie peut commencer à la suite d'une infection pénétrant dans les reins par la voie ascendante. Cela se produit dans le contexte de la cystite ou dans le contexte d'une urine stagnante en raison de l'impossibilité de vider.

Obstruction de la vessie, qui se manifeste par l'incapacité de vider la vessie, car le polype bloque complètement le canal urinaire.

Malignité de l'éducation. La dégénérescence tumorale se produit assez rarement, cependant, un tel danger ne peut être exclu. Par conséquent, quelle que soit la taille de la formation existante, il est nécessaire de la supprimer..

Traitement des polypes urétraux chez la femme

Il n'y a pas de traitement conservateur pour un polype localisé dans l'urètre d'une femme. Par conséquent, si une telle formation est trouvée, une intervention chirurgicale est nécessaire. Il existe plusieurs façons d'éliminer une tumeur du corps d'une femme..

Cryodestruction

Cette méthode d'élimination est basée sur l'impact sur la tumeur à basse température. S'il est situé à l'extérieur du canal, l'utilisation d'un urétroscope n'est pas nécessaire.

La procédure ne nécessite pas l'introduction d'une anesthésie générale, seule une anesthésie locale est suffisante. En règle générale, la chirurgie ne prend pas plus de 10 minutes. Pendant le processus de refroidissement, le liquide de la tumeur se transforme en glace, l'activité vitale des cellules est perturbée et elle meurt.

Parmi les avantages de cette méthode pour se débarrasser d'un polype urétral:

La zone nécrotique ne saigne pas.

Il n'y aura pas de cicatrices ni de cicatrices sur le site de l'attachement du polype, ce qui à l'avenir ne conduira pas à des problèmes de miction.

La procédure est indolore, ne nécessite pas l'introduction d'une anesthésie générale.

Aucun point de suture n'est requis sur le site de traitement.

Aucune hospitalisation n'est requise après l'intervention.

Électrocoagulation

Cette méthode pour se débarrasser d'un polype urétral est basée sur l'utilisation du courant électrique. Dans le même temps, le médecin est en mesure de contrôler la profondeur de l'exposition, ce qui évite de blesser les tissus sains. La procédure ne nécessite pas l'introduction du patient dans un état d'anesthésie générale, car elle est pratiquement indolore.

Cependant, cette méthode d'élimination des excroissances de polypose ne peut pas être utilisée en cas de troubles de la coagulation sanguine, la formation est importante ou maligne. En présence d'un processus inflammatoire dans le corps, il doit d'abord être éliminé.

Méthode par ondes radio pour supprimer l'éducation

Dans ce cas, la formation est affectée par le rayonnement des ondes radio, ce qui contribue à la destruction des tissus pathologiques. La croissance polypoïde est éliminée en couches, ce qui minimise le risque de dommages aux tissus sains. Après une telle intervention, il n'y a pas non plus de cicatrices ni de cicatrices, et la période de récupération est considérablement réduite.

Excision de l'éducation en forme de coin

Cette procédure est appropriée pour une utilisation si l'éducation est de taille impressionnante. Après l'excision, plusieurs points de suture seront nécessaires. L'opération nécessite l'introduction d'une anesthésie générale. Une femme devra passer un maximum de 2 jours à l'hôpital. L'opération elle-même est courte et ne prend pas plus de 20 minutes.

Pendant la procédure, une section en forme de triangle de l'ouverture du canal externe sera supprimée. Avec ce site, la tumeur est éliminée. Des sutures auto-résorbables sont utilisées pour la fixation. Un drain est inséré dans la vessie pendant les 24 heures suivantes. Les tissus prélevés sont envoyés pour un examen histologique plus approfondi, qui déterminera la présence de cellules atypiques. S'il y a un risque de rétrécissement de l'urètre, les médecins effectuent son expansion à l'aide d'une bougie spéciale.

Après l'opération, il faudra un certain temps pour adhérer à un régime spécial. Elle consiste à exclure les aliments qui irritent la muqueuse urétrale des aliments. Par conséquent, il vaut la peine d'abandonner les aliments et les boissons acides, salés et épicés. L'alcool est totalement interdit.

Quel médecin contacter?

Indépendamment de l'emplacement de la polypose dans l'urètre de la femme, elle doit être rapidement retirée. Après la chirurgie, un examen régulier par un urologue est nécessaire. Vous devriez voir votre médecin au moins une fois tous les six mois. Cela doit être fait afin d'éviter la récurrence de la maladie..

Si la croissance de la polypose a été provoquée par des maladies infectieuses existantes, il est nécessaire de s'en débarrasser, sinon il ne sera pas possible d'obtenir une rémission stable. Le traitement n'est prescrit que par un médecin, en fonction de l'étiologie de l'infection. En règle générale, le pronostic de guérison est favorable si la tumeur a été excisée de manière radicale. Cela donne une garantie sans équivoque que la femme n'aura pas de rechute à l'avenir..

Quant aux autres mesures préventives, elles doivent être régulièrement observées non seulement par l'urologue, mais également par le gynécologue. L'élimination rapide des infections et la normalisation des niveaux hormonaux sont une garantie que les excroissances polypes dans l'urètre ne réapparaîtront pas. Il est également important d'éviter de blesser l'urètre et d'utiliser un préservatif pendant les rapports sexuels..

"Herbe de chèvre lubrique" - une herbe incroyable pour les hommes!

12 herbes qui abaissent efficacement la glycémie

"Pose ta question

Polypes dans l'utérus - traitement innovant et élimination des polypes cervicaux, causes et symptômes
Traitement des polypes avec des remèdes populaires, sans chirurgie
Polypes dans le nez - pourquoi sont-ils dangereux? Peut-il être guéri sans chirurgie?
Polype fibreux glandulaire de l'endomètre
Polypes de la vésicule biliaire - que faire?
Polype du canal cervical
Polypes intestinaux - causes, symptômes, traitement et élimination
Polypes dans l'estomac
Prenez rendez-vous avec un médecin! Les meilleurs médecins, offres spécialesS'inscrire

Tables de calcul pour hommes, femmes et enfants, tous âges!

Découvrez les raisons des écarts!

Décodage de tous types d'analyses!

Vous ne connaissez pas votre maladie? Trouvez-le par symptômes!

Renseignez-vous sur les maladies possibles;

Les polypes sont des excroissances bénignes qui se développent à partir du tissu épithélial. Les femmes sont beaucoup plus souvent confrontées à ce problème, car leur urètre ne mesure que 3-5 cm. L'incidence maximale se produit entre 50 et 60 ans.

Raisons de la manifestation

Le polype urétral se produit dans le contexte d'une lésion de l'épithélium de l'urètre. Cela conduit à une prolifération accrue (division cellulaire) et à la formation d'une croissance de forme ronde sur la tige.

Les facteurs prédisposant au développement de cette pathologie sont:

  1. Inflammation chronique de l'urètre (urétrite). Elle est causée par une infection, des blessures mécaniques (pierres ou corps étrangers), une réaction allergique.
  2. Troubles hormonaux La cause est un dysfonctionnement des ovaires, des glandes surrénales ou d'autres glandes. Les femmes atteintes de pathologie thyroïdienne (hypothyroïdie) et de diabète sucré sont plus sensibles à la maladie.
  3. Période de ménopause et postménopause. Pendant ces périodes de la vie d'une femme, la fonction de reproduction s'estompe progressivement. Cela réduit la production d'œstrogènes. Ces derniers ont un effet antitumoral..
  4. L'hérédité pesée.
  5. IST (infections sexuellement transmissibles). Les polypes de l'urètre et de l'uretère sont souvent associés à la chlamydia, à la trichomonase et à la gonorrhée. Les femmes peuvent être infectées par ces maladies par contact sexuel avec la pratique de rapports sexuels non protégés..
  6. Traumatisme urétral. Se produisent lors d'interventions médicales (cathétérisme, prélèvement d'un frottis), lithiase urinaire, travail difficile et rupture périnéale.
  7. Irritation de l'urètre avec leucorrhée (écoulement du tractus génital). Peut-être dans le contexte de la colpite (inflammation de la muqueuse vaginale) et de la cervicite (inflammation du col de l'utérus).
  8. Dommages vasculaires.
  9. Fractures des os pelviens.

Les symptômes de la maladie sont:

  1. Troubles dysuriques. Ceux-ci incluent la douleur lors de la miction, les brûlures pendant la miction et la difficulté à commencer la miction. Certaines femmes souffrent d'incontinence urinaire. Dans ce cas, l'urine est libérée involontairement lors du rire, de la toux et des éternuements..
  2. Mélange de sang dans l'urètre (hématurie). Possible lorsque le polype se développe dans la couche sous-muqueuse.
  3. Rétention urinaire aiguë. Il est rarement observé chez les femmes. Cela se produit lorsque le polype chevauche complètement la lumière de l'urètre. Dans le même temps, l'état général s'aggrave et des douleurs dans le bas-ventre apparaissent..
  4. Sentiment de vidange incomplète de la vessie. Est le premier signe de la maladie.
  5. Inconfort pendant les rapports sexuels.

Diagnostic et traitement chirurgical

Le diagnostic est posé par l'urologue après un examen complet du patient. Tu auras besoin de:

  1. Prise d'anamnèse (établissement des facteurs de risque et des plaintes).
  2. Palpation de l'abdomen.
  3. Analyse sanguine générale. En présence d'une infection dans l'urètre d'une femme, des signes d'inflammation se manifestent sous la forme d'une augmentation de la VS et de la leucocytose.
  4. Analyse d'urine générale. Détecte souvent la présence de leucocytes et de bactéries.
  5. Biopsie.
  6. Analyse histologique (examen d'un fragment de polype au microscope). Est effectué pour exclure la tumeur.
  7. Ultrason.
  8. Cystoscopie (examen de la vessie).
  9. Urétéroscopie (examen de l'urètre d'une femme).
  10. Urétrographie (examen aux rayons X).
  11. Échantillon de trois verres.
  12. Analyse d'urine selon Nechiporenko et Zimnitsky.
  13. Examen des frottis.

Si vous suspectez un polype dans l'urètre, vous devez exclure le cancer, la sténose (rétrécissement de l'urètre), l'urétrite aiguë et chronique.

Le traitement des polypes est principalement radical (chirurgical). Les interventions suivantes sont possibles:

  • excision avec un scalpel;
  • élimination endoscopique du néoplasme;
  • thérapie par ondes radio (exposition à des faisceaux radio haute fréquence);
  • électrocoagulation;
  • thérapie au laser;
  • cryodestruction (destruction par l'azote liquide).

Si un polype urétral est trouvé chez une femme, une anesthésie peut être nécessaire.

Cryodestruction et électrocoagulation

Le retrait du polype urétral chez la femme peut être réalisé par cryodestruction. Le polype est éliminé avec de l'azote liquide en congelant le néoplasme. Cette méthode de traitement est peu invasive. Ses avantages: pas de perte de sang, indolore, haute efficacité et faible taux de récidive.

Pendant l'électrocautérisation, le médecin utilise un dispositif en boucle auquel un courant électrique est fourni. Il chauffe le polype et brûle les tissus affectés. Une anesthésie est requise au préalable. Les avantages de cette méthode de traitement sont l'abordabilité et la simplicité..

Résection transurétrale endoscopique

Dans certains cas, le polype urétral est retiré par voie endoscopique. Une sonde est insérée dans l'urètre, après quoi les tissus pathologiques sont excisés sous observation optique.

Cette méthode supprime les grandes formations (1 cm ou plus) situées à la base de l'urètre. La période de rééducation après cette opération est de 4 à 5 jours..

Résection en coin de l'urètre

La résection en coin implique l'excision d'un polype dans un tissu sain avec un scalpel.

L'opération est indiquée pour un grand néoplasme avec une base large.

La ligature de la base, l'excision de l'accumulation, la suture des tissus avec des matériaux résorbables et l'introduction d'un cathéter dans l'urètre sont effectuées. Ensuite, le polype est envoyé pour analyse histologique..

Méthodes traditionnelles de traitement

Si un polype est trouvé dans l'urètre, le traitement implique l'utilisation de la médecine traditionnelle. Ceux-ci comprennent les infusions, les bains, les décoctions et les mélanges. Le jus de chélidoine dilué avec de l'eau est souvent utilisé.

Il est pris 20 gouttes avant les repas. Le jus peut être humidifié avec des tampons et appliqué sur l'ouverture externe de l'urètre (avec localisation externe du néoplasme).

Bains et mélanges médicinaux

Avec un polype de l'urètre chez la femme, le traitement comprend l'utilisation des moyens suivants:

  1. Mélanges à base d'argousier, de graines de citrouille et de jaunes de poulet.
  2. Mélanges à base d'argousier, d'alcool et de viorne pour administration orale.
  3. Plateaux avec décoction ou infusion d'herbes médicinales (camomille, ficelle, prêle, calendula).
  4. Plateaux avec graines de carvi, bouleau et feuilles de fraise.

Teintures et décoctions

Le schéma thérapeutique des polypes urétraux chez la femme comprend:

  1. Décoction à base de bourgeons de pin et de cônes de houblon.
  2. Teinture de renouée.
  3. Teinture de champignons Chaga.
  4. Teinture à base de noix.

Conséquences et prévisions

Les conséquences de l'apparition d'un néoplasme dans l'urètre féminin peuvent être:

  • rétrécissement de l'urètre;
  • malignité;
  • rétention urinaire aiguë;
  • incontinence urinaire;
  • pyélonéphrite;
  • saignement;
  • anémie.

Le pronostic de cette pathologie est favorable. La probabilité de malignité est faible.

La prévention

Pour éviter qu'un polype n'apparaisse sur l'urètre, vous devez:

  • traiter en temps opportun les maladies gynécologiques;
  • prévenir et traiter l'urétrite;
  • exclure les rapports sexuels non protégés;
  • éliminer toute blessure;
  • normaliser l'activité sexuelle;
  • maintenir des niveaux d'hormones optimaux.

La prévention de la rechute implique l'ablation correcte en temps opportun du néoplasme et l'observation par un médecin.

Comme vous le savez, il vaut mieux commencer à traiter toutes les maladies le plus tôt possible. Et pour les trouver, il est nécessaire de se rendre périodiquement dans un établissement médical et de subir des examens appropriés. C'est le seul moyen de prévenir le développement de maladies graves, contre lesquelles aucune personne n'est à l'abri. L'une de ces affections est le polype urétral chez la femme. Nous examinerons plus en détail le traitement, les causes et les symptômes de cette pathologie..

Polype urétral: qu'est-ce que c'est

Le polype urétral est une tumeur bénigne dont le site principal de localisation est la surface externe de l'urètre. Le néoplasme a une forme ronde ou en forme de larme, se développe à partir de tissu conjonctif fibreux. Il a une consistance molle, a tendance à former des vaisseaux sanguins et saigne donc fréquemment. Le polype urétral est caractérisé par la présence d'une jambe. Une telle tumeur a tendance à augmenter rapidement de taille, ce qui peut provoquer un blocage de l'urètre..

Il est à noter que les femmes sont les plus sujettes à la formation de polypes urétraux. Cela est dû au fait que leur urètre est beaucoup plus court que celui des hommes. Chez les femmes, la tumeur se forme principalement dans la zone de l'ouverture externe de l'urètre. Dans ce cas, il peut être vu à l'œil nu, par conséquent, le néoplasme est souvent détecté lors d'un examen de routine. Mais parfois, un polype urétral chez la femme (le traitement de la maladie est décrit ci-dessous) peut être localisé dans la partie centrale de l'urètre. Pour le détecter, vous avez besoin d'un équipement spécial.

Causes de la polyproduction

En règle générale, la croissance d'un polype se produit sous l'influence de certains facteurs. Les principaux sont:

• violation des niveaux hormonaux et de la microflore vaginale;

• changements hormonaux liés à l'âge;

• troubles du système endocrinien;

• colpite et cervicite;

• traumatisme mécanique de l'urètre associé à l'accouchement, à un examen médical ou à un contact sexuel;

• infections sexuellement transmissibles (gonorrhée, trichomonase, ureaplasmose, chlamydia, herpès génital, papillomavirus).

De plus, les conditions préalables au développement de la maladie peuvent être de mauvaises habitudes, le stress et une alimentation malsaine. L'hérédité joue un rôle important.

À quel point les polypes urétraux sont-ils dangereux chez les femmes?

Le néoplasme lui-même ne présente pas un grand danger. Cependant, si la pathologie n'est pas éliminée à temps, des complications graves peuvent se développer..

Premièrement, le système urinaire peut être perturbé, entraînant une rétention urinaire et des difficultés à uriner. Les gros polypes peuvent bloquer complètement l'urètre, rendant la vidange impossible.

Deuxièmement, un polype de l'urètre chez la femme, dont le traitement est le plus souvent radical, peut provoquer une hématurie, c'est-à-dire l'apparition de sang dans les urines. En fin de compte, dans le contexte d'une perte de sang prolongée, une anémie peut se développer..

Troisièmement, en raison de la présence d'une tumeur dans l'urètre, la vessie devient plus sensible aux infections, ce qui peut provoquer le développement d'une cystite et d'une pyélonéphrite. L'urétrite chronique se développe souvent.

Quatrièmement, la croissance du néoplasme conduit au fait que l'intimité pour une femme devient douloureuse.

Cinquièmement, malgré le fait que le polype soit de nature bénigne, dans de rares cas, il peut encore dégénérer en une tumeur maligne. Par conséquent, quelle que soit la taille du polype, il doit être supprimé..

Sur la base de ce qui précède, nous pouvons conclure que la maladie ne peut pas démarrer. Plus tôt une consultation avec un urologue est reçue, plus le risque de complications possibles est faible.

Comment reconnaître une maladie

Le tableau clinique de la pathologie est tel qu'aux premiers stades de développement, ses signes sont pratiquement absents. À mesure que le polype se développe, les symptômes de la maladie deviennent plus prononcés. Alors, comment la présence d'une telle pathologie en tant que polype de l'urètre apparaît-elle chez les femmes?

• Difficulté à uriner avec démangeaisons et brûlures.

• La présence d'un néoplasme mou qui peut être ressenti ou vu par vous-même.

• Déviation du jet d'urine sur le côté et ses éclaboussures pendant la miction.

• Présence de sang dans les urines.

• Douleur pendant les rapports sexuels et saignement de l'urètre après les rapports sexuels.

• Sensation d’un corps étranger dans l’urètre.

Diagnostique

Si vous soupçonnez la présence d'un polype urétral, vous devez consulter un urologue. De plus, il est important non seulement de confirmer le diagnostic, mais également d'identifier d'éventuelles infections chroniques qui contribuent à la formation de polypes..

Les principales méthodes de recherche sont:

• une conversation avec un médecin et un examen médical;

• culture bactérienne de l'urine, prélèvement et examen d'un frottis de l'urètre, réalisation d'une PCR afin d'identifier l'agent causal de l'infection;

• cystoscopie (examen endoscopique de l'urètre et de la vessie).

Polype urétral chez la femme: traitement

Avant d'envisager les options de traitement possibles, vous devez immédiatement faire une réserve qu'il n'y a pas de traitement conservateur pour cette pathologie. Par conséquent, lorsqu'une formation semblable à une tumeur est détectée, les médecins insistent sur une intervention chirurgicale.

De nos jours, l'ablation d'un polype urétral chez la femme est réalisée de plusieurs manières..

Si le polype est situé à l'extérieur, la méthode de cryodestruction ou d'électrocoagulation est utilisée. La première méthode est basée sur l'effet des basses températures sur la tumeur. L'électrocoagulation (moxibustion) implique l'utilisation d'un courant électrique. Ils recourent également à l'élimination des ondes radio du polype, qui consiste à utiliser des ondes radio.

Dans le cas où le polype a atteint une taille significative et est situé à l'intérieur de l'urètre, une résection en forme de coin est réalisée, dans laquelle le chirurgien excise mécaniquement la tumeur.

Polype urétral chez la femme: traitement avec des remèdes populaires

Si le néoplasme est petit et ne cause aucun inconvénient, vous pouvez essayer de vous débarrasser du polype en utilisant la médecine traditionnelle. Cependant, un tel traitement prend du temps, de plus, il est rarement efficace, car la cause de la maladie se trouve à l'intérieur. Les remèdes populaires, en règle générale, ne peuvent agir que comme thérapie de soutien, c'est-à-dire renforcer le système immunitaire et réduire l'inflammation, mais ils ne peuvent pas remplacer le traitement traditionnel..

Pour éliminer la pathologie, des bougies à la propolis et à l'ichtyol sont utilisées, ainsi que des lavements avec des infusions et des décoctions à base de plantes. À cette fin, la chélidoine est le plus souvent utilisée..

Dans tous les cas, la possibilité et l'opportunité de la phytothérapie doivent être convenues avec le médecin traitant. Étant donné que le polype urétral chez la femme, dont le traitement est le plus souvent chirurgical, a tendance à dégénérer et ne présente pas de symptômes prononcés aux premiers stades de développement, son traitement nécessite une approche sérieuse. Par conséquent, seul un spécialiste qualifié doit traiter le traitement..

Le polype urétral chez la femme fait référence à des excroissances de type tumoral du tissu muqueux causées par une dysplasie des parois de la lumière de l'urètre. L'urètre chez les femmes est beaucoup plus court que chez les hommes, par conséquent, cette partie du tractus urogénital est plus souvent sensible aux lésions infectieuses, aux néoplasmes polypes et à diverses déformations pathologiques. Les cliniciens classent les polypes comme des tumeurs oncologiques potentiellement dangereuses, ils recommandent donc leur élimination rapide. Cependant, la spéculation seule ne suffit pas pour utiliser des traitements radicaux..

Qu'est-ce que le polype urétral chez la femme?

Le polype dans l'urètre fait référence à des excroissances initialement bénignes sur la membrane muqueuse de l'urètre, avec une localisation prédominante à la sortie de l'urètre. Selon les statistiques, les polypes urétraux ne représentent que 3,5% de tous les néoplasmes de type tumoral dans le tractus urogénital..

La consistance du polype est douce, la structure contient un composant vasculaire abondant.

Les tumeurs sont sujettes à des traumatismes excessifs, par exemple lorsque:

  • irritation avec l'urine,
  • la libération de calculs avec lithiase urinaire,
  • processus inflammatoire.

Chaque polype a une base, une tige et un corps. En l'absence de jambe épaisse, une croissance se produit sur une base large. La forme du polype est variée: champignon, en forme de goutte, rond. Avec les lésions érosives et ulcéreuses de la muqueuse urétrale, les contours du polype sont déformés, deviennent nettement inégaux.

Le diagnostic des polypes urétraux chez les femmes n'est généralement pas difficile, étant donné l'emplacement près de la sortie de l'urètre. Il est possible d'identifier une pathologie lors d'un examen gynécologique de routine. Lorsque le polype est localisé plus près de la vessie, le diagnostic nécessite l'utilisation d'instruments spéciaux.

Remarque: le groupe à risque comprend les femmes après plusieurs naissances ayant des antécédents de maladies gynécologiques fréquentes, de pathologies rénales et urinaires, ainsi qu'à l'âge de 45 ans.

Variétés de polypes dans l'urètre des femmes

La classification des polypes urétraux comporte plusieurs catégories: localisation, nombre, prévalence, structure morphologique.

Un critère important pour évaluer la gestion ultérieure des tactiques de traitement est le type de foyer de polypose:

  • Papillomateux. Les excroissances sont le résultat d'une atypie rapide des cellules, se réfèrent à des néoplasmes avec des risques oncologiques accrus.
  • Adénomateux. Les adénomes de l'urètre sont une situation clinique rare, mais ils présentent les plus grands risques de transformation cellulaire en cancer.
  • Fibreux. La formation de croissances pathologiques se produit en raison de la formation de tissu cicatriciel à la suite de divers facteurs négatifs.
  • Glandulaire fibreux. Le volume prédominant dans la structure morphologique d'un tel polype est constitué de cellules glandulaires. Les risques de malignité sont suffisamment élevés. Les polypes fibreux glandulaires peuvent être sécréteurs et non fonctionnels.

Quel que soit le type d'occurrence des polypes, il est important de surveiller leur développement dynamique. Les risques de cancer dépendent de la taille de la tumeur. Plus la croissance est intense et plus la taille est grande, plus les risques de malignité des cellules tumorales en malignes sont élevés.

Facteurs prédisposants

Le mécanisme d'apparition des polypes est dû à un traumatisme ou à une dysplasie de l'intégrité des muqueuses du canal urétral à n'importe quelle longueur. Les polypes ne se forment pas dans le contexte de la santé absolue du système génito-urinaire de la femme.

Malgré la connaissance des mécanismes d'apparition des polypes urétraux, il est impossible de distinguer de manière fiable une seule cause. Il s'agit plutôt d'un ensemble de facteurs pathologiques multiples..

Les causes possibles de la division cellulaire compensatrice chaotique sont:

  • Violation des niveaux hormonaux (maladie thyroïdienne, grossesse, ménopause, utilisation inadéquate des contraceptifs oraux);
  • Maladies inflammatoires chroniques (cystite, urétrite, pyélonéphrite, néphrite);
  • Maladies sexuellement transmissibles (gonorrhée, ureaplasmose, chlamydia, herpès, syphilis, sida);
  • Papillomavirus humain;
  • Lésions traumatiques de l'intégrité de l'urètre (manipulations chirurgicales et diagnostiques, travail difficile, interruption de grossesse);
  • Fractures comminutives de l'articulation de la hanche;
  • Oncologie de toute autre localisation;
  • Urolithiase ou tumeurs et polypes de la vessie.

Remarque! Le facteur héréditaire est également important. En présence d'une hérédité chargée et d'un cancer de l'urètre du tractus génito-urinaire chez des parents proches, la probabilité de polypes augmente considérablement.

Les principaux symptômes

Aux premiers stades de la maladie, les manifestations des polypes urétraux sont insignifiantes. Souvent, toute autre maladie présentant des symptômes similaires est prise à tort pour les symptômes d'un trouble..

Cependant, à mesure que le néoplasme se développe, les manifestations cliniques suivantes sont possibles:

  • Difficulté à uriner - un changement de jet, une sensation de vidange incomplète de la vessie;
  • Douleurs, crampes, brûlures dans la zone de la sortie urétrale;
  • Incontinence urinaire partielle, comme les éternuements, la toux, les rires roulants;
  • La présence de sang dans l'urine - explicite ou latente, révélée à la suite de recherches en laboratoire sur des biomatériaux;
  • Obstruction infravesicale - épaississement du muscle muqueux urétral et distension des parois urétrales;
  • Symptômes de l'inflammation rénale - le passage de l'infection le long du chemin ascendant.

Lorsque le polype chevauche la lumière du canal urétral, des signes de rétention urinaire aiguë apparaissent. La condition est accompagnée de fortes douleurs dans le bas-ventre, une sensation de distension douloureuse dans la région de la vessie, un malaise général. La situation clinique nécessite une intervention chirurgicale obligatoire.

Mesures diagnostiques

Les méthodes de diagnostic sont dues aux plaintes de la femme avec l'apparition de symptômes inquiétants. En plus d'étudier l'histoire clinique vitale et l'examen physique d'une femme, la palpation des organes pelviens, un certain nombre de méthodes de recherche en laboratoire et instrumentales sont effectuées.

Parmi les analyses cliniques générales, on distingue particulièrement:

  • analyses d'urine, de sang, de matières fécales;
  • un frottis du canal urétral et du vagin pour la stérilité et la culture bactérienne;
  • examen histologique des sites tissulaires pathologiques (biopsie).

Parmi les méthodes instrumentales sont utilisées:

  • Ultrason. Souvent, c'est à l'échographie que les tumeurs de la vessie et de l'urètre sont détectées accidentellement;
  • Cystourethroscopie. Méthode endoscopique, qui permet d'évaluer l'état des structures muqueuses, de prélever du biomatériau pour l'histologie;
  • Urographie excrétrice avec contraste - pour évaluer le débit urinaire, la vessie et le soulagement de l'urètre.

Habituellement, ces méthodes sont suffisantes pour différencier avec précision une maladie d'une autre. Si une tumeur maligne est suspectée, une étude IRM, une tomodensitométrie avec contraste peut être réalisée.

Les risques de cancer dépendent de la taille de la tumeur. Plus la croissance est intense et plus la taille est grande, plus les risques de malignité des cellules tumorales en malignes sont élevés.

Traitement

Indépendamment de la localisation et du volume des foyers de polypose, le traitement a trois directions principales:

  1. La tactique attendue - est construite sur la base de l'absence de tableau clinique, avec de petites tailles de polypes uniques;
  2. Traitement médicamenteux conservateur - généralement symptomatique lorsque des signes de pathologie apparaissent;
  3. L'intervention chirurgicale est une méthode de traitement radicale avec des symptômes caractéristiques, ainsi qu'avec le risque de tumeur maligne.

La physiothérapie, les médicaments et les méthodes traditionnelles sont toutes des mesures auxiliaires pour prévenir la croissance tumorale, se préparer et se rétablir après la chirurgie.

Les tactiques de traitement des polypes chez les femmes âgées

Compte tenu des caractéristiques d'âge, le traitement des polypes peut différer légèrement.

Les risques de tumeur maligne augmentent avec l'apparition de:

  • climatère,
  • changements liés à l'âge (y compris les changements hormonaux),
  • chronicité de certaines maladies des reins et des voies urinaires.

L'objectif principal est la normalisation des niveaux hormonaux avec des médicaments hormonaux.

Le traitement symptomatique des excroissances pathologiques chez les femmes de tout âge commence par la nomination des médicaments suivants:

  • Agents hormonaux (Yarina, Zhanin, Utrozhestan);
  • Médicaments antispasmodiques (No-Shpa, Spazmalgon, Papaverine);
  • Analgésiques (Nurofen, Ibuprofen);
  • Agents uroseptiques (Furamag, Furadonin, Kanefron pour les antiseptiques des néphrons rénaux);
  • Médicaments diurétiques (Diuver, Furosémide, Lasix);
  • Complexes de vitamines pour renforcer l'immunité générale et locale;
  • Agents anti-inflammatoires et antibactériens à large spectre (Tsifran OD, antibiotiques de divers groupes).

Plus l'âge est avancé, plus les cliniciens sont enclins à retirer le polype. La méthode radicale résout non seulement les problèmes de transformations des cellules cancéreuses, mais peut également à l'avenir prévenir les risques de développement rapide de l'oncologie.

Élimination des excroissances urétrales

Avant de choisir une tactique chirurgicale, une femme subit un examen complet, un traitement en présence d'une inflammation active et une préparation à une intervention (à l'exception des cas chirurgicaux aigus). En cas d'antécédents médicaux compliqués, la décision sur l'opération est prise collégialement, sur la base des conclusions de plusieurs spécialistes à la fois dans le profil médical concerné.

Il existe plusieurs tactiques opérationnelles:

  • Résection transurétrale (en abbr. TUR). La méthode endoscopique de retrait avec un résectoscope, qui implique l'introduction d'instruments spéciaux dans la cavité du canal urétral, l'excision du polype avec une boucle et la coagulation simultanée des vaisseaux, la surface de la plaie avec un laser, le courant électrique. La méthode est efficace contre les petits polypes simples.
  • Cryodestruction. La méthode est due au traitement préliminaire du polype avec de l'azote liquide et de basses températures. L'action agressive vous permet de détruire le polype et de le supprimer en utilisant la méthode TUR à la fois ou par fragmentation. La surface de la plaie, si nécessaire, est également cautérisée pour éviter les saignements.
  • Résection en forme de coin de l'urètre. La méthode est utilisée pour les gros polypes situés à la sortie de l'urètre. Pendant l'opération, un triangle de tissu muqueux est enlevé avec l'épithélium envahi dans les tissus sains. Des sutures auto-résorbables sont appliquées sur la surface de la plaie, traitées avec des antiseptiques et un cathéter de Foley est inséré pour normaliser le débit urinaire.

Au cours de l'opération, le néoplasme enlevé est forcément livré au laboratoire pour examen histologique. L'histologie vous permet de déterminer la structure morphologique de la tumeur, et en cas d'atypie cellulaire, elle aide à déterminer les tactiques de prise en charge postopératoire du patient.

Conséquences des polypes urétraux

Si les symptômes désagréables sont ignorés et qu'il n'y a pas de traitement adéquat, il existe des risques de complications..

Les principales conséquences des foyers de polypose sont:

  • Dégénérescence des cellules en cancéreuses et métastases (dans certains cas, la situation devient inopérable);
  • Le développement d'une hématurie persistante et d'une anémie ferriprive (apparition de sang dans les urines, risque de blocage de l'urètre avec un caillot sanguin);
  • Inflammation chronique des reins (la pyélonéphrite et la néphrite peuvent entraîner une détérioration de la fonction rénale et le développement d'une insuffisance rénale);
  • Cystite chronique (des rechutes régulières d'inflammation de la vessie peuvent avoir des conséquences graves, y compris des lésions érosives des parois de la vessie, leur perforation);
  • Rétrécissement brutal de l'urètre et perturbation de la miction normale.

C'est important! Les complications des polypes urétraux sont toujours graves, c'est pourquoi il est si important de commencer un traitement en temps opportun. Le soulagement permanent des symptômes avec des médicaments a un certain nombre d'effets secondaires qui peuvent affecter considérablement la fonctionnalité du tube digestif, du système hépatobiliaire et des structures rénales.

Traitement avec des remèdes populaires

Pour le traitement des polypes dans l'urètre, vous pouvez essayer des méthodes non conventionnelles basées sur les effets des herbes médicinales..

Les principales recettes sont:

  • Une décoction de chélidoine. 1 cuillère à soupe. une cuillerée de la plante est brassée dans 300 ml d'eau bouillante, insistée et bu pendant la journée à parts égales. La durée totale du cours est de 1 mois.
  • Une décoction de bourgeons de pin. Les reins sont connectés à des cônes de houblon, prenez 1 cuillère à soupe. une cuillerée du mélange, versez 300 ml d'eau froide et faites bouillir à feu doux pendant environ une demi-heure. Une fois le bouillon filtré et bu à jeun, 50 ml pendant une semaine. Après un repos de 6 jours, le cours est répété.
  • Frais médicinaux. La camomille, la prêle et l'ortie sont versés avec de l'eau bouillante et insistés pendant plusieurs heures. Après le bouillon, ils boivent 250 ml plusieurs fois par jour..

Il est efficace de faire des bains sédentaires à partir d'un bouillon raide de chélidoine, d'écorce de chêne, de prêle, d'herbe de renouée, de bouleau et de boutons de pin. La chélidoine peut être utilisée comme composant indépendant.

Remarque: de nombreux guérisseurs font l'éloge des recettes de teinture à base de chélidoine, de propolis, de moustache dorée. Ils peuvent être pris par voie orale ou utilisés comme traitement de l'urètre, après dilution avec de l'eau 1: 100 pour éviter les brûlures de la membrane muqueuse.

Des méthodes de traitement alternatives peuvent être efficaces pour arrêter la croissance et le développement des complications des polypes situés à l'entrée de la lumière urétrale. Avec une localisation profonde, un tel traitement est au mieux inefficace..

Informations utiles sur une maladie aussi courante que l'urétrite chez les femmes dans cette vidéo:

Les polypes urétraux chez les femmes nécessitent un diagnostic et un traitement minutieux. Le pronostic des tumeurs d'une telle localisation dépend en grande partie de l'opportunité du processus de traitement. La meilleure solution est l'ablation chirurgicale suivie d'un examen diagnostique au moins 2 fois par an..

Découvrez comment traiter les polypes de la vessie chez la femme dans cet article.

Vous pouvez prendre rendez-vous avec un médecin directement sur notre ressource.

Articles Sur La Leucémie