Un polype urétral est une tumeur bénigne qui se forme sur l'urètre. Dans ce cas, la couche épithéliale de l'urètre est endommagée. Code CIM-10 pour la maladie D30.4.

L'urètre est un organe en forme de tube qui draine l'urine de la vessie. Chez les hommes, le canal élimine également les spermatozoïdes de l'organe reproducteur. Dans le corps masculin, l'urètre commence dans la vessie, passe à travers la prostate, le périnée (l'espace entre le scrotum et l'anus), le pénis.

Chez la femme, l'urètre est beaucoup plus court (2,5 à 4 cm): il va de la vessie à l'avant du vagin et s'ouvre à l'extérieur du corps. Le débit urinaire normal est indolore et contrôlé. Le débit est fort, l'urine est claire, sans sang visible. Le plus souvent, la maladie touche les femmes de plus de 55 ans, âgées.

Causes d'occurrence

Les causes de l'apparition d'une tumeur sur l'urètre sont causées par:

  • abcès;
  • fracture pelvienne, blessure accidentelle;
  • infection;
  • traumatisme causé par des instruments médicaux (cathéters ou cystoscopes);
  • problèmes de santé présents à la naissance;
  • troubles pathologiques du système immunitaire;
  • expériences psychologiques, stress;
  • mauvaises habitudes personnelles;
  • faibles niveaux de l'hormone œstrogène, pendant la postménopause.

Le polype, du grec, signifie «à plusieurs pattes», est une lésion qui est projetée macroscopiquement de la membrane muqueuse. Cela arrive de 1 mm à 1 cm, mais avec des complications, il peut atteindre de grandes tailles, il existe un risque de blocage de l'uretère. Avec une croissance rapide, le polype peut devenir malin.

Une masse urétrale est rare et est constituée de tissu fibreux, peut inclure des muscles lisses, de petits kystes ou des cellules nerveuses, avec un pédicule vasculaire, recouvert d'une fine couche protectrice de tissu. Se produit sur le site de l'ouverture externe dans l'urètre.

Les principaux symptômes de la maladie:

  1. Bosse dans le vagin.
  2. Écoulement vaginal sanglant.
  3. Blocage de la production d'urine.
  4. J'ai souvent envie d'écrire.

Comment diagnostiquer un polype

Un polype bénin jusqu'à 1 cm est difficile à identifier. Pour la douleur, la miction lente, vous devriez consulter un médecin.

Les polypes urétraux sont détectés par:

  • cystoscope;
  • cystouréthrogramme urinaire (VCUG);
  • urétrogramme rétrograde;
  • échographie.

Les polypes sur la vessie sont détectés avec un cystoscope. C'est un télescope long et fin avec de la lumière à l'extrémité qui permet à l'urologue de regarder à l'intérieur du corps. Réalisé sous anesthésie générale chez les enfants.

Les urologues utilisent un test appelé cystoscopie pour évaluer la muqueuse de l'urètre, la vessie. Une procédure ambulatoire peut exclure la possibilité de lésions malignes.

Le test clé pour le diagnostic des lésions urétrales bénignes est le cystouréthrogramme urinaire (VCUG). VCUG est un type de test aux rayons X. VCUG utilise un colorant spécial injecté dans l'urètre pour montrer les structures.

Pour un diagnostic précis, vous devez consulter un urologue, passer un certain nombre de tests:

  1. Hémogramme complet (NFS), où les facteurs sont importants: urée, créatinine, glucose, potassium sodium chlore (K, Na, Cl).
  2. Analyse de l'urine.
  3. Analyse des selles - protozoaires et helminthes (microscopie).
  4. Urétéroscopie.
  5. Uroflowmetry.
  6. Examen histologique du polype retiré.

Si une croissance est détectée, le médecin traitant effectuera une biopsie transurétrale pour s'assurer que la croissance est bénigne. Mais pour le meilleur résultat, une excision transvésicale du polype est utilisée..

Méthodes de traitement

Une intervention chirurgicale est nécessaire lorsque le patient a des difficultés avec l'uretère, des complications dans l'urètre, une détérioration de la santé ou un échec du traitement conservateur.

Utiliser des herbes

Avant de passer aux médicaments, les experts recommandent d'utiliser des herbes. Il est important de vérifier avant utilisation s'il existe des réactions allergiques aux composants..

  1. La chélidoine est l'une des méthodes efficaces contre les polypes urétraux. Aide avec les néoplasmes malins. Le jus de chélidoine est appliqué sur de la gaze, appliqué, laissé pendant la nuit. Il est permis de faire des turundas imbibées de jus en les plaçant dans le vagin. Recette de teinture: 1 partie de jus de chélidoine dans 5 parties d'alcool à 70%, laissez infuser pendant 15 jours, prenez 10 gouttes 2 fois par jour.
  2. Moustache dorée. Pour préparer une teinture à partir d'une plante, vous avez besoin de 20 articulations des appendices. Versez 400 ml de vodka sur la plante, laissez reposer 10 jours, en remuant de temps en temps, en agitant. Prenez cette façon: 2 fois par jour 30 minutes avant les repas, 20 gouttes de teinture de 100 ml d'eau. Le traitement dure 30 jours et après une pause de 10 jours, vous pouvez le répéter. L'ensemble du traitement dure six mois. L'outil aide à soulager l'inflammation des organes pelviens, à restaurer les glandes productrices d'hormones, à renforcer l'immunité.
  1. Oignon. Des tampons à l'oignon sont préparés quotidiennement. Les gros oignons doivent être bien lavés et cuits au four. Retirez le milieu, adoucissez. De la gaze, vous devez former un joint, mettez de la pulpe d'oignon. Après avoir terminé le cours, vous devez faire une pause de 10 jours et répéter le cours 2 à 3 fois. La méthode est efficace contre les virus, les bactéries, nettoie les muqueuses, soulage l'inflammation. La taille des polypes diminue.
  2. Teintures à base de plantes. Traitement: nous préparons et injectons des microclysters à partir d'herbes. La procédure implique l'introduction de la solution à travers le rectum à l'aide d'une poire en caoutchouc. Vous aurez besoin de teintures de calendula, rotocan, propolis. La solution doit être préparée quotidiennement. Le volume préparé doit être divisé en 2 parties pour le processus du matin et du soir. Prendre 1 cuillère à café de la teinture, diluer avec 100 ml d'eau. Le traitement dure 30 jours, les teintures alternent - calendula (10 jours), rotocan (10 jours), propolis (10 jours). Ensuite, vous devez faire une pause de 20 jours, répétez la procédure 2-3 fois.

Grâce à ce traitement, le cycle menstruel est établi, la quantité de pertes vaginales diminue, l'inflammation des organes génitaux est supprimée, la croissance de l'endomètre diminue et les polypes disparaissent..

Traitement des polypes urétraux avec homéopathie

L'homéopathie est un traitement constitutionnel et traditionnel dont le but principal est de soulager les plaintes de manière douce et permanente. Une personne doit être considérée mentalement, émotionnellement, physiquement, dans son ensemble, améliorant ainsi sa santé, son style de vie.

Lorsque le traitement est effectué à l'aide d'une intervention chirurgicale, il y a des complications. En homéopathie, il existe un large éventail de remèdes qui peuvent être prescrits pour un ensemble de plaintes, sans complications.

Avantages, objectifs du traitement homéopathique:

  • la sortie d'urine s'améliore;
  • la douleur et l'enflure diminuent;
  • la membrane lésée de l'urètre est considérée comme la cause fondamentale;
  • la membrane muqueuse de l'urètre des voies urinaires endommagée par l'infection, par exemple les MST, est traitée avec des médicaments homéopathiques qui facilitent la vie;
  • un problème prostatique ou un autre symptôme qui provoque un polype de l'urètre peut être traité par homéopathie, qui soulage avec succès les plaintes;
  • facilite l'écoulement de l'urine, l'incontinence, la rétention urinaire;
  • agit sur les muscles de l'urètre, la muqueuse des voies urinaires, pour éviter les complications;
  • l'homéopathie aide à se remettre des interventions chirurgicales;
  • effets secondaires d'autres thérapies traditionnelles, les procédures chirurgicales sont traitées par homéopathie sans aucun effet secondaire.

Traitement médical

La probabilité de guérir un polype sur l'uretère sans recourir à une intervention chirurgicale existe, mais pas toujours. La prise de médicaments permet non seulement à un petit polype de diminuer de taille, mais de s'en débarrasser complètement.

Si une femme envisage d'accoucher, il vaut mieux ne pas recourir à la chirurgie. L'opération peut entraîner des problèmes de conception d'un enfant.

Le médecin prescrit un traitement hormonal avec des médicaments qui abaissent efficacement la quantité d'hormone œstrogène, augmentent l'hormone progestérone, ainsi, la maladie disparaît.

Chirurgie

Pour se débarrasser rapidement de la tumeur, une intervention chirurgicale est utilisée. Grâce à des équipements et des technologies modernes, la chirurgie cause aujourd'hui le moins de dommages au corps féminin. Mais il y a des complications postopératoires.

Les formations sont supprimées dans les situations suivantes:

  • le traitement hormonal a échoué;
  • polype de plus de 1 cm et de plus de 40 ans;
  • la présence de tissus pathologiquement altérés, dont les communautés peuvent servir de base à l'oncologie.

Gelé

La tumeur est gelée. S'il y a un néoplasme à l'intérieur du canal, utilisez un urétroscope. À l'extérieur, cet outil n'est pas nécessaire.

Pour de telles manipulations, une anesthésie locale est utilisée. L'opération ne prend que 10 à 15 minutes. L'essence de la méthode: utiliser de basses températures pour désexciter la tumeur, perturber le processus d'activité vitale des cellules pour la détruire.

  • aucune perte de sang;
  • aucune cicatrice, aucune difficulté à se vider;
  • le patient ne ressent pas de douleur;
  • il n'est pas nécessaire de recoudre la membrane muqueuse;
  • vous pouvez rentrer chez vous immédiatement après l'opération.

Élimination d'un polype avec un courant

Avant utilisation, l'équipement est ajusté par le médecin afin que l'effet ne se produise que sur les tissus à problèmes. Les cellules saines ne sont pas affectées. Une anesthésie locale est appliquée. La femme ne ressent pas de douleur.

  • avec de grosses tumeurs;
  • si le néoplasme n'est pas bénin;
  • le sang ne coagule pas;
  • s'il y a inflammation.

Radiation

L'équipement est accordé à la pureté de la vague. Le tissu endommagé est éliminé en couches. Cela permet aux cellules saines de ne pas être blessées. Il n'y a pas de cicatrices ou de cicatrices après la procédure. Récupération rapide du corps.

Découper

La chirurgie en coin est nécessaire si la croissance est importante. Une partie du canal du trou extérieur est coupée avec un coin. Avec les tissus endommagés, les cellules saines sont éliminées. Des points sont appliqués qui se dissoudront après le retrait.

Il y aura un drainage dans la vessie pendant 24 heures. Le néoplasme est pris pour examen. L'ensemble du processus se déroule sous anesthésie, mais pas pour longtemps: 15-20 minutes. Après l'opération, l'hôpital est surveillé pendant 2-3 jours.

Conséquences de la méthode: l'urètre se rétrécit, l'incision saigne, là encore une intervention chirurgicale est inévitable.

Après un congé de 1 à 3 mois, mangez selon le régime prescrit par votre médecin. Interdit: épicé, acide, salé, alcoolisé. Cela est nécessaire pour que les tissus de la membrane muqueuse ne deviennent pas enflammés, le processus de récupération du corps va plus vite.

En médecine, la technique d'élimination est réalisée:

  • résection - consiste à couper les tissus blessés;
  • laser.

Période postopératoire

Après l'opération, toutes sortes de conséquences sont possibles. Une rechute peut survenir dans les 10 ans. La raison de cette complication réside dans le mode de vie inchangé avant et après la chirurgie. Les mauvaises habitudes, l'inactivité "aident" à retourner la maladie. Les professionnels conseillent: faire de l'exercice, manger sainement, faire une promenade avant de se coucher, nager.

Les statistiques montrent que les polypes urétraux sont rares, sur 10 000 personnes, seulement 400 en sont diagnostiquées. Prends soin de ta santé!

Ablation du polype urétral: types d'intervention et traitement après chirurgie

Les polypes du canal urétral sont des néoplasmes bénins qui se développent dans la lumière de l'urètre. Le plus souvent, ils ont une jambe de petite taille. Dans le contexte de la croissance des polypes de l'urètre, les symptômes caractéristiques augmentent rapidement, en raison du chevauchement de la lumière des voies urinaires et de l'obstruction de l'écoulement de l'urine.
Les cliniciens recommandent l'ablation obligatoire du polype urétral en relation avec d'autres complications dans le contexte de la croissance des néoplasmes. Cependant, dans la pratique médicale, tout n'est pas si simple..

Éliminer ou non le polype urétral?

Malgré l'opinion sans équivoque des médecins sur la nécessité d'éliminer les polypes, ils font attention à un certain nombre de contre-indications, au degré des manifestations cliniques (plus de détails sur les symptômes d'un polype dans l'urètre chez la femme peuvent être trouvés ici, comment le polype urétral se manifeste chez les hommes à partir d'un article séparé), l'âge du patient et les critères anamnestiques généraux.

Il existe plusieurs tactiques médicales principales:

  • Attente - la présence de contre-indications relatives à l'élimination et l'absence de manifestations cliniques;
  • Conservateur - symptômes bénins qui ne menacent pas la vie et n'entraînent pas de conséquences mortelles sur la santé;
  • Chirurgical.

Une ablation chirurgicale est nécessaire si:

  • exacerbations persistantes de maladies inflammatoires du système génito-urinaire;
  • violation régulière de l'écoulement de l'urine;
  • avec un polype en croissance ou une forte tendance à la malignité.

Il est impossible de déterminer de manière fiable la nature de l'influence pathologique de certains facteurs sur la croissance des polypes, mais le schéma est précisément connu: plus le polype urétral est gros, plus les risques de traumatisme et de malignité sont élevés.

Remarque! Le danger des polypes urétraux réside non seulement dans les risques oncologiques, mais également dans le dysfonctionnement du système génito-urinaire, y compris la chronicité des processus inflammatoires.

Fonctionnalités de suppression

La méthode d'élimination des polypes urétraux est choisie en fonction de la localisation de la croissance, du degré de son influence sur l'écoulement normal de l'urine.

Les types suivants d'élimination des foyers de polypose sont effectués:

  1. Section en forme de coin. La méthode est efficace pour les grands polypes. Les tissus du foyer de polypose sont excisés sous la forme d'un coin dans les tissus sains, après quoi des sutures auto-résorbables sont appliquées sur la zone de coupe.
  2. TUR ou résection transurétrale. Un équipement endoscopique spécial est passé à travers l'urètre, qui, à l'aide d'une boucle, excise le foyer polype et cautérise la surface de la plaie avec des courants, un laser, des ondes radio).

Basé sur la méthode de moxibustion, il existe plusieurs méthodes principales:

  • Électrocoagulation - destruction des tissus sous l'influence de courants à basse fréquence, durcissement simultané des vaisseaux sanguins à la surface de la plaie;
  • Cryodestruction - congélation préliminaire du polype et élimination de sa fragmentation avec une boucle endoscopique;
  • Méthode des ondes radio - une méthode douce dans laquelle le polype est détruit par l'influence des ondes radio dirigées.

La méthode prédominante est précisément la méthode des ondes radio, qui ne laisse pas de tissu cicatriciel, contribue à une récupération rapide après les opérations.

Après tout type de retrait, le polype extrait est envoyé pour une analyse histologique pour établir l'atypie cellulaire. En présence de cellules malignes, le patient doit être inscrit auprès d'un dispensaire, suivi d'un examen au moins 2 fois par an.

Malheureusement, aucune opération ne peut garantir l'absence de rechutes et exclure la formation de nouveaux foyers pathologiques.

Activités préparatoires

Avant de prescrire une intervention chirurgicale, toute une gamme de mesures diagnostiques doit être réalisée..

Parmi les méthodes de recherche efficaces, on distingue:

  • Tests cliniques généraux (sang, urine, fèces);
  • ECHOKG ou ECG pour évaluer les fonctions du cœur et des vaisseaux sanguins;
  • Examen par un gynécologue ou un urologue;
  • Urétéroscopie (méthode de diagnostic endoscopique);
  • Échographie des organes pelviens.

Étant donné que les polypes se forment dans le contexte de pathologies existantes, il existe un traitement obligatoire des processus infectieux, à l'exception des cas nécessitant une intervention chirurgicale d'urgence avec une urine stagnante.

Sur la base de la totalité des données obtenues, les tactiques du processus de traitement, le type d'intervention et le degré de risque de diverses complications postopératoires sont évalués..

Comment enlever un polype urétral?

L'opération d'élimination des polypes urétraux doit être réalisée à jeun. Au moins 12 heures doivent s'écouler entre le dernier repas et la manipulation. Le jour fixé, le patient est invité au service de chirurgie, posé sur un canapé spécial, universel pour les femmes et les hommes.

Extérieurement, la chaise ressemble à une chaise gynécologique et est familière à de nombreuses femmes. Ensuite, le patient est placé sur un canapé, une anesthésie est administrée.

Après cela, un certain nombre des manipulations suivantes sont effectuées:

  1. Traitement des organes génitaux avec une solution antiseptique;
  2. Introduction de l'urétroscope dans la lumière de l'urètre;
  3. Capture du polype et son excision;
  4. Cautérisation avec courants, laser, ondes radio;
  5. Retirer le polype et l'envoyer pour l'histologie;
  6. Insertion de cathéter.

Après l'opération, le patient est réanimé, surveillé pendant plusieurs heures.

Pendant la journée, le patient est obligé de porter un cathéter urinaire spécial:

  • Premièrement, le risque de stagnation urinaire est éliminé..
  • Deuxièmement, l'effet négatif de l'urine sur les muqueuses endommagées du canal urétral diminue.

Tout au long de l'opération, l'hémodynamique, l'état d'activité cardiaque et respiratoire sont surveillés.

Après la chirurgie, 1 à 2 jours doivent être passés dans un hôpital pour éliminer le risque de complications précoces.

Complications possibles après le retrait

Le retrait correctement effectué élimine pratiquement divers risques de complications postopératoires. Les méthodes modernes et l'expérience d'un chirurgien urologue annulent les complications tardives.

Parmi les premiers, ils se distinguent particulièrement:

  • l'apparition de sang dans l'urine;
  • miction douloureuse;
  • syndrome d'une vessie vide;
  • augmentation de la température corporelle (pas plus de 37).

Tous ces symptômes sont normaux, persistent pendant environ 2-3 jours et se transmettent d'eux-mêmes.

Avec une augmentation des symptômes désagréables, avec l'ajout d'un écoulement atypique de l'urètre (sang, pus, exsudat muqueux), une complication infectieuse secondaire peut être suspectée. La raison en est peut-être une maladie inflammatoire non traitée avant la manipulation ou un antiseptique insuffisant pendant l'opération..

Traitement après la chirurgie

Le traitement médicamenteux après la chirurgie consiste à éliminer les risques de lésions infectieuses du système génito-urinaire, des voies urogénitales, y compris la cystite, l'urétrite, les maladies vénériennes.

Toute une gamme de médicaments réparateurs est prescrite:

  • Agents uroseptiques pour l'assainissement de l'urine et des voies urinaires: Furadonin, Furamag, Nitroxoline;
  • Antibiotiques de divers groupes pendant environ 7 à 10 jours pour exclure les complications postopératoires dans le contexte des maladies inflammatoires chroniques;
  • Médicaments antispasmodiques pour réduire les spasmes douloureux: Spazmalgon, Drotaverin;
  • Analgésiques non stéroïdiens: ibuprofène, kétoprofène, Nurofène.

Dans le même temps, le traitement conservateur doit être complété par des complexes de vitamines pour augmenter l'immunité générale et locale, fournir un régime protecteur pendant toute la période de récupération, observer une hygiène approfondie de la zone intime et éviter les rapports sexuels pendant les 7 à 10 jours suivants. Après cela, il est impératif d'utiliser des méthodes de contraception barrière.

L'élimination des polypes urétraux n'est prescrite que lorsque des symptômes caractéristiques sont attachés, même s'il existe des preuves de la présence de cellules atypiques après un examen histologique. L'élimination est réalisée selon un large éventail d'indications avec la prise en compte obligatoire des risques postopératoires potentiels.

Comment enlever les polypes sur la peau lisez notre article.

Vous pouvez prendre rendez-vous avec un médecin directement sur notre ressource.

Quelles sont les méthodes de traitement (élimination) des polypes chez les femmes sur l'urètre de l'urètre

Les polypes sont des excroissances bénignes qui se développent à partir du tissu épithélial. Les femmes sont beaucoup plus souvent confrontées à ce problème, car leur urètre ne mesure que 3-5 cm. L'incidence maximale se produit entre 50 et 60 ans.

Raisons de la manifestation

Le polype urétral se produit dans le contexte d'une lésion de l'épithélium de l'urètre. Cela conduit à une prolifération accrue (division cellulaire) et à la formation d'une croissance de forme ronde sur la tige.

Les facteurs prédisposant au développement de cette pathologie sont:

  1. Inflammation chronique de l'urètre (urétrite). Elle est causée par une infection, des blessures mécaniques (pierres ou corps étrangers), une réaction allergique.
  2. Troubles hormonaux La cause est un dysfonctionnement des ovaires, des glandes surrénales ou d'autres glandes. Les femmes atteintes de pathologie thyroïdienne (hypothyroïdie) et de diabète sucré sont plus sensibles à la maladie.
  3. Période de ménopause et postménopause. Pendant ces périodes de la vie d'une femme, la fonction de reproduction s'estompe progressivement. Cela réduit la production d'œstrogènes. Ces derniers ont un effet antitumoral..
  4. L'hérédité pesée.
  5. IST (infections sexuellement transmissibles). Les polypes de l'urètre et de l'uretère sont souvent associés à la chlamydia, à la trichomonase et à la gonorrhée. Les femmes peuvent être infectées par ces maladies par contact sexuel avec la pratique de rapports sexuels non protégés..
  6. Traumatisme urétral. Se produisent lors d'interventions médicales (cathétérisme, prélèvement d'un frottis), lithiase urinaire, travail difficile et rupture périnéale.
  7. Irritation de l'urètre avec leucorrhée (écoulement du tractus génital). Peut-être dans le contexte de la colpite (inflammation de la muqueuse vaginale) et de la cervicite (inflammation du col de l'utérus).
  8. Dommages vasculaires.
  9. Fractures des os pelviens.

Les symptômes de la maladie sont:

  1. Troubles dysuriques. Ceux-ci incluent la douleur lors de la miction, les brûlures pendant la miction et la difficulté à commencer la miction. Certaines femmes souffrent d'incontinence urinaire. Dans ce cas, l'urine est libérée involontairement lors du rire, de la toux et des éternuements..
  2. Mélange de sang dans l'urètre (hématurie). Possible lorsque le polype se développe dans la couche sous-muqueuse.
  3. Rétention urinaire aiguë. Il est rarement observé chez les femmes. Cela se produit lorsque le polype chevauche complètement la lumière de l'urètre. Dans le même temps, l'état général s'aggrave et des douleurs dans le bas-ventre apparaissent..
  4. Sentiment de vidange incomplète de la vessie. Est le premier signe de la maladie.
  5. Inconfort pendant les rapports sexuels.

Diagnostic et traitement chirurgical

Le diagnostic est posé par l'urologue après un examen complet du patient. Tu auras besoin de:

  1. Prise d'anamnèse (établissement des facteurs de risque et des plaintes).
  2. Palpation de l'abdomen.
  3. Analyse sanguine générale. En présence d'une infection dans l'urètre d'une femme, des signes d'inflammation se manifestent sous la forme d'une augmentation de la VS et de la leucocytose.
  4. Analyse d'urine générale. Détecte souvent la présence de leucocytes et de bactéries.
  5. Biopsie.
  6. Analyse histologique (examen d'un fragment de polype au microscope). Est effectué pour exclure la tumeur.
  7. Ultrason.
  8. Cystoscopie (examen de la vessie).
  9. Urétéroscopie (examen de l'urètre d'une femme).
  10. Urétrographie (examen aux rayons X).
  11. Échantillon de trois verres.
  12. Analyse d'urine selon Nechiporenko et Zimnitsky.
  13. Examen des frottis.

Si vous suspectez un polype dans l'urètre, vous devez exclure le cancer, la sténose (rétrécissement de l'urètre), l'urétrite aiguë et chronique.

Le traitement des polypes est principalement radical (chirurgical). Les interventions suivantes sont possibles:

  • excision avec un scalpel;
  • élimination endoscopique du néoplasme;
  • thérapie par ondes radio (exposition à des faisceaux radio haute fréquence);
  • électrocoagulation;
  • thérapie au laser;
  • cryodestruction (destruction par l'azote liquide).

Si un polype urétral est trouvé chez une femme, une anesthésie peut être nécessaire.

Cryodestruction et électrocoagulation

Le retrait du polype urétral chez la femme peut être réalisé par cryodestruction. Le polype est éliminé avec de l'azote liquide en congelant le néoplasme. Cette méthode de traitement est peu invasive. Ses avantages: pas de perte de sang, indolore, haute efficacité et faible taux de récidive.

Pendant l'électrocautérisation, le médecin utilise un dispositif en boucle auquel un courant électrique est fourni. Il chauffe le polype et brûle les tissus affectés. Une anesthésie est requise au préalable. Les avantages de cette méthode de traitement sont l'abordabilité et la simplicité..

Résection transurétrale endoscopique

Dans certains cas, le polype urétral est retiré par voie endoscopique. Une sonde est insérée dans l'urètre, après quoi les tissus pathologiques sont excisés sous observation optique.

Cette méthode supprime les grandes formations (1 cm ou plus) situées à la base de l'urètre. La période de rééducation après cette opération est de 4 à 5 jours..

Résection en coin de l'urètre

La résection en coin implique l'excision d'un polype dans un tissu sain avec un scalpel.

L'opération est indiquée pour un grand néoplasme avec une base large.

La ligature de la base, l'excision de l'accumulation, la suture des tissus avec des matériaux résorbables et l'introduction d'un cathéter dans l'urètre sont effectuées. Ensuite, le polype est envoyé pour analyse histologique..

Méthodes traditionnelles de traitement

Si un polype est trouvé dans l'urètre, le traitement implique l'utilisation de la médecine traditionnelle. Ceux-ci comprennent les infusions, les bains, les décoctions et les mélanges. Le jus de chélidoine dilué avec de l'eau est souvent utilisé.

Il est pris 20 gouttes avant les repas. Le jus peut être humidifié avec des tampons et appliqué sur l'ouverture externe de l'urètre (avec localisation externe du néoplasme).

Bains et mélanges médicinaux

Avec un polype de l'urètre chez la femme, le traitement comprend l'utilisation des moyens suivants:

  1. Mélanges à base d'argousier, de graines de citrouille et de jaunes de poulet.
  2. Mélanges à base d'argousier, d'alcool et de viorne pour administration orale.
  3. Plateaux avec décoction ou infusion d'herbes médicinales (camomille, ficelle, prêle, calendula).
  4. Plateaux avec graines de carvi, bouleau et feuilles de fraise.

Teintures et décoctions

Le schéma thérapeutique des polypes urétraux chez la femme comprend:

  1. Décoction à base de bourgeons de pin et de cônes de houblon.
  2. Teinture de renouée.
  3. Teinture de champignons Chaga.
  4. Teinture à base de noix.

Conséquences et prévisions

Les conséquences de l'apparition d'un néoplasme dans l'urètre féminin peuvent être:

  • rétrécissement de l'urètre;
  • malignité;
  • rétention urinaire aiguë;
  • incontinence urinaire;
  • pyélonéphrite;
  • saignement;
  • anémie.

Le pronostic de cette pathologie est favorable. La probabilité de malignité est faible.

La prévention

Pour éviter qu'un polype n'apparaisse sur l'urètre, vous devez:

  • traiter en temps opportun les maladies gynécologiques;
  • prévenir et traiter l'urétrite;
  • exclure les rapports sexuels non protégés;
  • éliminer toute blessure;
  • normaliser l'activité sexuelle;
  • maintenir des niveaux d'hormones optimaux.

La prévention de la rechute implique l'ablation correcte en temps opportun du néoplasme et l'observation par un médecin.

Ablation du polype urétral

L'ablation du polype urétral est une opération mini-invasive visant à exciser la formation volumétrique de la muqueuse urétrale, au sein du tissu sain. L'option d'intervention chirurgicale est sélectionnée individuellement, en fonction des caractéristiques cliniques.

En savoir plus sur l'opération

Au centre de chirurgie de l'hôpital GMS, les opérations d'élimination des polypes urétraux sont effectuées par des chirurgiens urologues expérimentés, qui ont effectué de nombreuses interventions de ce type..

Le polype urétral est une prolifération de tissu de la membrane muqueuse de l'urètre de nature bénigne. Les polypes urétraux sont les plus courants chez les femmes. Les facteurs prédisposants possibles à l'apparition d'une telle éducation peuvent être un déséquilibre hormonal, une blessure mécanique ou une inflammation..

Le traitement consiste en une ablation chirurgicale de la tumeur.

Les tactiques opératoires dépendent des caractéristiques cliniques et consistent généralement en une ablation chirurgicale ou électrochirurgicale du polype. Ces interventions sont réalisées selon la technique de la «chirurgie d'un jour» et ne nécessitent pas d'hospitalisation plus longue..

Pourquoi la chirurgie est-elle nécessaire

La croissance des polypes de l'urètre peut causer beaucoup d'inconfort, d'inconfort et de douleur. En outre, le gonflement peut saigner à mesure qu'il se développe et peut également bloquer l'urètre, interférant avec la miction normale. Les grosses excroissances peuvent bloquer complètement la lumière urétrale, provoquant une rétention urinaire.

Bien que les polypes soient des néoplasmes bénins, la possibilité de leur malignité (malignité) ne peut être complètement exclue. Compte tenu de tous ces risques, les polypes urétraux doivent être retirés. La thérapie conservatrice est inefficace. Vous ne pouvez vous débarrasser d'un néoplasme qu'avec l'aide d'une intervention chirurgicale..

Retrait d'un polype urétral à l'hôpital GMS

L'élimination de la formation de polypose urétrale au centre de chirurgie de l'hôpital GMS est confortable et indolore. L'utilisation d'équipements de haute technologie, ainsi que la vaste expérience pratique de nos spécialistes, permettent d'effectuer la manipulation rapidement et efficacement, même dans un cas difficile. Et la surveillance et l'examen médical postopératoire peuvent éliminer le risque de complications et éliminer tout inconfort après la procédure.

Avantages de l'élimination des polypes urétraux avec nous:

  • l'opération ne nécessite pas de préparation complexe et peut être réalisée le jour du traitement;
  • l'éducation est supprimée sans laisser de trace;
  • l'intervention est réalisée en salle d'opération ambulatoire;
  • vous resterez à la clinique pendant seulement quelques heures et vous pourrez ensuite reprendre vos activités habituelles.

Nos médecins utilisent des techniques chirurgicales modernes, douces et mini-invasives, y compris la chirurgie au laser et aux ondes radio.

Quelles indications traiter

Tant que la tumeur n'a pas atteint une certaine taille, il n'y a aucun symptôme. L'apparition d'inconfort indique que la croissance polypeuse se développe depuis longtemps. Les signes caractéristiques de la pathologie sont:

  • difficulté, violation de la miction;
  • douleur, crampes, sensation de brûlure en urinant;
  • l'apparition d'un écoulement sanglant de l'urètre;
  • rapports sexuels douloureux chez les femmes;
  • rétention urinaire aiguë.

Si vous remarquez des symptômes similaires chez vous, dépêchez-vous de demander l'aide d'un médecin. Un rendez-vous pour une consultation avec un urologue à l'hôpital GMS se fait 24 heures sur 24, par téléphone ou en ligne.

Coût d'élimination des polypes urétraux

Les prix indiqués dans la liste de prix peuvent différer des prix réels. Veuillez vérifier le coût réel par téléphone +7 495 104 8605 (24 heures sur 24) ou à la clinique de l'hôpital GMS à l'adresse: Moscou, st. Kalanchevskaya, 45 ans.

NomPrix ​​communPrix ​​réduit 30%
Excision du polype urétral102860 frotter.72,002 frotter.

La liste de prix n'est pas une offre publique. Les services sont fournis uniquement sur la base d'un contrat conclu.

Notre clinique accepte les cartes plastiques MasterCard, VISA, Maestro, MIR.

Polype urétral chez la femme: causes, symptômes, traitement, complications

Un polype urétral est un néoplasme bénin situé sur la couche épithéliale de la paroi de l'urètre. La maladie est diagnostiquée chez 4% des patients urologiques sollicitant l'aide d'un médecin.

Un polype est une croissance arrondie sur un pédicule. Chez les femmes, cette pathologie survient beaucoup plus souvent que chez les hommes, en raison des caractéristiques structurelles du système génito-urinaire..

Le risque de développer la maladie augmente avec l'âge. Le plus souvent, la maladie est diagnostiquée chez les femmes de plus de cinquante ans. Ceci est facilité par des infections passées, une altération de l'apport sanguin aux parois de l'urètre et des changements des niveaux hormonaux après la ménopause..

Classification

En fonction des raisons du développement de la pathologie, de la structure tissulaire et du nombre de néoplasmes, ils sont classés comme suit:

Ce sont des excroissances nodulaires, constituées de tissu glandulaire, dans lesquelles se développent les vaisseaux sanguins. Le plus souvent, ce type de néoplasme survient en cas de déséquilibre hormonal. Les polypes de ce type se développent très rapidement et peuvent envahir les couches inférieures du tissu urétral. Lors de l'examen histologique, des kystes sont également souvent trouvés chez les patients (cavités remplies de sécrétion ou de liquide séreux)

Ce type de croissance consiste en des tissus conjonctifs assez denses avec un nombre minimum de vaisseaux sanguins et entrecoupés de cellules glandulaires. Dans la plupart des cas, la cause de leur apparition est une maladie infectieuse ou une violation de la nutrition cellulaire des tissus urétraux. Habituellement, un seul polype est diagnostiqué, qui se développe lentement et n'affecte pratiquement pas les couches adjacentes. De telles formations dégénèrent très rarement en tumeurs malignes.

Chez les femmes, dans la plupart des cas, la formation de polypes se produit sur la paroi arrière de l'urètre. Ils se propagent souvent aux tissus du vagin. Les néoplasmes peuvent atteindre de grandes tailles - jusqu'à un centimètre de diamètre.

Les raisons

Les raisons de la prolifération des polypes urétraux comprennent:

Maladies infectieuses du système génito-urinaire (chlamydia, gonorrhée, mycoplasmose, urétrite)

La réponse inflammatoire entraîne une diminution de l'immunité locale et des dommages cellulaires. Le résultat est une augmentation de la carcinogenèse et la formation de tumeurs.

Des formations peuvent survenir à la suite de blessures de l'urètre à la suite d'opérations chirurgicales du système génito-urinaire, lors d'un avortement ou d'un accouchement difficile, ainsi que lorsque des calculs quittent les reins par les uretères et la vessie

Changements hormonaux

Le plus souvent, la pathologie se développe chez les femmes pendant la ménopause, lorsque le niveau d'œstrogène dans le corps diminue. Les personnes atteintes de diabète sucré et d'hypothyroïdie sont également sensibles à la maladie.

La pathologie peut être héréditaire, de sorte que le risque de maladie chez les enfants dont les parents ont des néoplasmes augmente

Il existe également des facteurs provoquants qui contribuent au développement de la maladie. Ceux-ci inclus:

  • mauvaises habitudes;
  • stress;
  • une mauvaise nutrition;
  • activité physique excessive;
  • changements d'âge.

Symptômes

Initiale

Au stade initial de la maladie, les symptômes peuvent être absents. Certaines femmes signalent un léger inconfort en urinant ou une sensation de vidange incomplète de la vessie. Ces signes ressemblent à une cystite ou à une urétrite, donc dans la plupart des cas, ces maladies commencent à être traitées.

Au fil du temps, la formation augmente et les symptômes apparaissent plus vivement. Les principaux symptômes de la pathologie comprennent:

  • douleur et sensation de brûlure en urinant;
  • inconfort dans l'urètre lors de la marche ou pendant les rapports sexuels;
  • sensation de plénitude dans la vessie après avoir uriné;
  • incontinence urinaire: d'abord lors des éternuements, de la toux ou de l'effort physique, plus tard, lorsque le polype atteint une grande taille, l'urine peut fuir constamment, ce qui gêne la femme;
  • sang dans les urines. Ce trouble apparaît lorsque le polype se développe dans le tissu sous la membrane muqueuse de l'urètre..

Si le néoplasme n'est pas éliminé à temps, l'ajout d'une infection bactérienne est possible, à la suite de laquelle:

  • pyélonéphrite: inflammation des reins;
  • cystite: inflammation de la vessie.

Lorsque l'infection se joint, des douleurs surviennent dans la région lombaire ou dans le bas de l'abdomen, une envie fréquente d'uriner, un œdème et un écoulement purulent.

Tranchant

Si l'accumulation se développe rapidement et rétrécit la lumière urétrale, cela provoque une rétention urinaire aiguë. Le plus souvent, ce problème survient chez les hommes. Cela est dû aux caractéristiques anatomiques (urètre long et étroit). Mais dans certains cas, les femmes sont également confrontées à cela..

Il y a certains signes de cette pathologie:

  • l'apparition de douleurs dans le bas de l'abdomen, qui s'intensifie lorsque vous appuyez sur cette zone;
  • incapacité à vider la vessie, malgré une forte envie d'uriner;
  • l'apparition d'anxiété: une personne ne peut pas s'asseoir au même endroit, se déplace en position pliée.

Les symptômes aigus se développent très rapidement, parfois en quelques heures. Dans ce cas, il est possible de restaurer l'écoulement de l'urine uniquement à l'aide d'un cathétérisme..

Diagnostique

Un petit polype sur l'urètre chez la femme est généralement détecté par hasard lors d'un rendez-vous prophylactique ou lors d'un examen pour d'autres maladies.

Le diagnostic des néoplasmes comprend:

  • méthodes de laboratoire: analyse générale du sang et de l'urine, prélèvement de biomatériaux de l'urètre et du vagin, histologie;
  • examen échographique du système urinaire: le moyen le plus simple, le plus indolore et le plus efficace de détecter la formation, ainsi que la capacité d'évaluer la microstructure de la croissance;
  • urétrographie: l'une des méthodes modernes d'examen aux rayons X, qui permet de déterminer la localisation et la taille des polypes (ils peuvent être vus sur la photo), ainsi que le diamètre de la lumière de différentes parties de l'urètre. L'urétrographie ascendante est techniquement plus difficile à imager l'urètre féminin que chez l'homme..

Traitement

Une intervention chirurgicale est nécessaire si le polype provoque des symptômes désagréables, des saignements ou une altération du débit urinaire.

Méthodes pour éliminer les excroissances:

  • destruction physique. Les polypes peuvent être éliminés par électrocautérisation, laser ou cryodestruction. La procédure est réalisée sous anesthésie générale ou locale. Dans ce cas, les formations sont éliminées, adhérant précisément à ses limites et sans endommager les tissus sains;
  • excision chirurgicale. Cette méthode d'élimination est utilisée si la formation est importante ou potentiellement maligne. Les manipulations sont effectuées sous anesthésie générale suivie d'une suture.

Si la taille du néoplasme est petite, alors qu'il n'y a pas de symptômes de la maladie, et également si la pathologie est détectée chez une personne âgée, l'ablation n'est pas effectuée, se limitant à la thérapie du processus inflammatoire et à l'observation.

Traitement avec des méthodes folkloriques

Pour le traitement de la pathologie, des remèdes populaires sont utilisés qui, selon les avis des patients, aident dans certains cas à se débarrasser du problème:

  • recette numéro 1: l'herbe de chélidoine est écrasée et pressée le jus, qui est mélangé dans la même proportion avec 70% d'alcool médical. Le produit fini est pris 20 gouttes trois fois par jour une demi-heure avant les repas. Le traitement se poursuit pendant un mois, puis une pause de deux semaines est prise et, si nécessaire, il est repris;
  • recette numéro 2: 6 cuillères à soupe de graines de citrouille sèches sans enveloppe sont moulues en farine et mélangées avec six jaunes d'œufs de poule durs. Au stade suivant, ajoutez 500 ml d'huile d'olive raffinée et mettez au bain-marie pendant 20 minutes. Prenez une cuillère à café à jeun une fois par jour. Le traitement est effectué pendant une semaine, puis faites une pause de cinq jours. Le médicament fini est conservé dans un récipient en verre hermétiquement fermé au réfrigérateur;
  • recette numéro 3: mélanger 2 parties de bourgeons de bouleau, 3 parties de prêle et 4 parties de busserole. 2 cuillères à soupe de matières premières sèches sont versées dans 400 ml d'eau bouillante et infusées pendant une heure. Filtrer et prendre 100 ml 4 fois par jour. La durée du traitement est d'un mois. Ce remède aide à arrêter la croissance des polypes..

Avant d'utiliser des remèdes populaires pour le traitement des néoplasmes de l'urètre, vous devriez consulter votre médecin.

Complications

Si l'accumulation n'est pas éliminée à temps, les complications suivantes peuvent survenir:

  • malignité (transformation d'une tumeur bénigne en néoplasme malin);
  • cystite chronique, pyélonéphrite ou urétrite;
  • violation de l'intégrité de la membrane muqueuse de l'urètre, entraînant des saignements fréquents, conduisant au développement d'une anémie ferriprive.

L'élimination des polypes doit être effectuée quel que soit leur type, car il existe un risque de dégénérescence en une forme maligne, surtout si la croissance se développe rapidement et atteint une grande taille.

Si des signes de pathologie sont détectés, vous devez contacter un gynécologue ou un urologue.

Vidéo

Nous proposons de visionner une vidéo sur le thème de l'article.

Causes, symptômes et traitement du polype urétral chez la femme

Des néoplasmes bénins du tractus urogénital se retrouvent chez de nombreuses femmes en âge de procréer, interférant avec la vie normale. L'une des variétés de prolifération pathologique des tissus corporels est le polype urétral. Environ 15% de la population féminine rencontre cette pathologie, dont 5% ont des complications du système reproducteur et urinaire. Pour éviter cela, le traitement et le diagnostic du polype urétral chez la femme doivent être effectués en temps opportun..

  1. Qu'est-ce qu'un polype urétral
  2. Pourquoi la maladie est-elle dangereuse?
  3. Les raisons
  4. Symptômes
  5. Diagnostique
  6. Traitement
  7. Méthodes d'élimination d'un polype
  8. Traitement avec des remèdes populaires

Qu'est-ce qu'un polype urétral

Le polype urétral (caroncule) est un néoplasme bénin des cellules épithéliales de la paroi de l'urètre. Dans la grande majorité des cas, il est situé à l'ouverture externe de l'urètre, et seulement dans 10% des cas, le polype peut être localisé dans le tiers moyen ou supérieur du canal urétral. Lorsque la paroi du canal elle-même fait saillie, un kyste se forme.

L'urologie est impliquée dans le traitement de la maladie, le diagnostic et le programme de thérapie sont donc de la compétence de l'urologue. Dans la classification internationale des maladies de la dernière révision, la maladie est présentée dans la rubrique Maladies urétrales - rubrique selon la CIM N36. Le polype urétral porte le code CIM N36.2. Un polype typique est une prolifération de tissu qui s'élève au-dessus de la paroi épithéliale et se développe dans la lumière du canal. Dans 85% des cas, le polype a une petite tige avec une large base simplifiée..

Pourquoi la maladie est-elle dangereuse?

Malgré l'évolution relativement bénigne de la maladie, un polype dans l'urètre présente un certain nombre de complications. Comme tout néoplasme bénin n'ayant pas subi de traitement radical, le polype a un potentiel oncogène. La probabilité de transformation maligne du néoplasme augmente avec le temps. Environ 10% des polypes de la vessie ou du canal urétral ont tendance à devenir malins.

Karunculus pousse lentement, mais même cette croissance a ses conséquences. Au fil du temps, il occupe la majeure partie de la lumière urétrale, interférant avec le fonctionnement normal du système urinaire. Le diamètre naturel de l'urètre se rétrécit, puis la séparation physiologique de l'urine des sections supérieures est perturbée. Cela conduit à une augmentation de la pression à l'intérieur des voies urinaires et à la survenue d'un reflux inversé dans la vessie, ce qui peut être la raison de son infection secondaire avec le développement d'une cystite.

Avec une grande caroncule, il existe toujours une possibilité d'obstruction complète du canal urétral avec l'apparition d'une rétention urinaire aiguë. Une telle condition pathologique est dangereuse pour la santé du patient en raison de l'accumulation progressive de produits métaboliques nocifs et toxiques, qui sont normalement excrétés dans l'urine. Une rétention urinaire prolongée, à son tour, peut entraîner une insuffisance rénale hépatique aiguë ou une expansion du système pyélocalicique rénal.

Les complications de la maladie comprennent de nombreuses années de saignement. Le saignement peut provenir à la fois du néoplasme lui-même et de la muqueuse épithéliale en dessous. Dans certains cas, les saignements sont imperceptibles, tandis que dans d'autres situations, ils sont si abondants qu'ils entraînent une anémie. Dans des cas exceptionnels, en raison d'une violation de la circulation sanguine normale de la formation, une nécrose de la caroncule et la propagation du processus aux tissus voisins sont possibles.

Les raisons

Il existe plusieurs types de causes de formation pathologique sur l'urètre:

  • pathologie infectieuse chronique d'étiologies diverses avec des antécédents de rechutes fréquentes;
  • déséquilibre hormonal dans le corps;
  • traumatisme mécanique de la muqueuse épithéliale de l'urètre;
  • dommages aux parois du canal urétral lors d'une intervention chirurgicale dans les voies urinaires supérieures et inférieures.

Les agents infectieux sont le facteur étiologique le plus courant chez les femmes et les hommes. Le rôle principal dans la pathologie infectieuse est joué par les agents responsables des MST: gonocoques, chlamydia, Trichomonas ou agents responsables de l'urée et de la mycoplasmose. Dans la moitié des cas, des polypes et des papillomes du canal urétral se forment plusieurs mois après l'infection par des souches de VPH. Les agents pathogènes persistent dans le système urogénital, étant un facteur irritant constant. En réponse à l'invasion bactérienne, une hypertrophie protectrice de la membrane muqueuse du tégument épithélial se produit et un néoplasme se produit. En plus de l'urétrite chronique, une infection des parties supérieures du système reproducteur peut entraîner l'apparition de la maladie: cervicite, endométrite ou salpingo-ovariite.

La deuxième cause la plus fréquente est diverses endocrinopathies. Chez 30% des femmes, il existe une relation étiologique entre le déséquilibre hormonal qui survient pendant la période préménopausique et postménopausique. Souvent, l'anthrax accompagne le diabète sucré de type 2..

Symptômes

Le polype urétral peut ne pas déranger le patient pendant une longue période et dans certains cas, il s'agit d'un résultat diagnostique accidentel. L'absence de symptômes cliniques se produit avec la petite taille du néoplasme et la miction normale. Les symptômes apparaissent à mesure que la maladie progresse et que le nœud de polypose se développe.

Un tableau clinique typique comprend les caractéristiques suivantes:

  • syndrome dysurique prononcé, caractérisé par des douleurs coupantes lors de l'acte de miction;
  • changement de pression du jet d'urine - le jet devient hétérogène, des éclaboussures excessives apparaissent en raison d'un obstacle à son écoulement;
  • une augmentation du temps nécessaire pour uriner en raison d'un faible jet d'urine ou d'une obstruction de l'urètre;
  • la micro- ou macrohématurie est une condition pathologique dans laquelle il y a un mélange d'érythrocytes dans l'urine;
  • dyspareunie - douleur et inconfort pendant les rapports sexuels;
  • traces de sang sur les sous-vêtements ou les serviettes hygiéniques.

La polypose sévère est caractérisée par la présence d'une grande formation nodulaire à l'ouverture externe de l'urètre, qui peut être remarquée ou palpée indépendamment. La palpation du polype est indolore dans la plupart des cas. Avec une exacerbation de l'urétrite chronique concomitante, un état subfébrile et un écoulement purulent-sanglant de l'urètre peuvent apparaître.

En présence d'une violation prolongée de l'écoulement de l'urine, de nombreux symptômes de lésions du système urinaire se produisent. Premièrement, il y a des douleurs sourdes et douloureuses dans la région lombo-sacrée, qui peuvent irradier dans le pli de l'aine. En cas de rétention urinaire sévère, des signes d'intoxication endogène se rejoignent: nausées, vomissements, absence totale de miction, faiblesse sévère, pâleur de la peau et manque d'appétit.

Diagnostique

Le polype urétral nécessite les conseils d'un spécialiste en urologie qualifié. Les mesures diagnostiques commencent par la collecte des plaintes, l'anamnèse de la maladie et la vie du patient. Ceci est suivi d'un examen visuel et de mesures thérapeutiques générales: examen visuel et mesure du pouls, de la pression et de la température.

Tous les patients se voient prescrire des analyses cliniques de sang et d'urine pour évaluer leur état de santé général.

Pour détecter et identifier les infections chroniques, ainsi que les maladies génitales latentes, un certain nombre de tests de laboratoire sont prescrits:

  • frottis urétral et vaginal commun;
  • étude sérologique ou PCR pour un groupe de pathogènes MST;
  • frottis oncocytologique du col de l'utérus;
  • semences de culture.

Pour déterminer l'état général du système urogénital, un examen échographique des organes du système reproducteur et urinaire est montré. La cystouréthroscopie permet de visualiser un néoplasme pathologique chez la femme. Cette manipulation est effectuée avec un dispositif médical spécial - un cystouréthroscope, à la fin duquel se trouve un capteur spécial avec un système optique. L'outil permet d'examiner les téguments muqueux-épithéliaux et le polype lui-même sous grossissement. Après avoir reçu les résultats de toutes les études, le médecin traitant passe à l'étape du traitement.

Traitement

La thérapie pour les femmes est sélectionnée sur la base de l'examen.

Le traitement d'un polype de la paroi urétrale implique plusieurs principes:

  • élimination directe de la caroncule elle-même;
  • thérapie symptomatique visant à améliorer l'état général du patient;
  • thérapie pharmacologique de causes étiologiques ayant servi de facteur dans le développement de la maladie.

Lors du traitement des caroncules, une manipulation ou une chirurgie mini-invasive est indiquée. Les méthodes conservatrices de traitement de la maladie sont inefficaces. De plus, un manque prolongé de traitement adéquat entraîne une aggravation des symptômes. C'est pourquoi, immédiatement après les mesures de diagnostic, le médecin traitant recommande au patient de s'inscrire pour un retrait prévu du polype..

Le traitement symptomatique est indiqué chez les patients présentant un syndrome douloureux sévère, un syndrome anémique ou une réaction inflammatoire aiguë. Les anti-inflammatoires non stéroïdiens, les pommades topiques et les crèmes contenant des composants anti-inflammatoires et apaisants ou les suppositoires vaginaux peuvent soulager la maladie..

Si la cause de l'apparition d'un néoplasme est associée à une infection chronique, un traitement est nécessaire pour éliminer l'agent pathogène du corps. À cette fin, des médicaments antibactériens à large spectre ou des médicaments antiviraux sont utilisés..

Méthodes d'élimination d'un polype

polype urétral La technique optimale pour retirer une caroncule dépend de sa taille et de son emplacement dans la lumière urétrale. Les recommandations internationales stipulent que le choix de la méthode doit être basé sur le principe d'une invasion minimale et d'une récupération rapide après la chirurgie..

Pour les petites tailles, les méthodes suivantes sont utilisées:

  • électrocoagulation;
  • destruction laser;
  • technique des ondes radio.

L'avantage incontestable de ces méthodes est un faible traumatisme et une période de récupération rapide après l'intervention. Mais un laser ou un courant électrique n'est pas utilisé pour les localisations difficiles à atteindre ou pour les grands polypes. Dans ce cas, il peut être retiré par manipulation chirurgicale. L'opération d'élimination du polype de la paroi urétrale est réalisée sous contrôle endoscopique. La résection transurétrale d'un polype est l'excision d'un tissu envahi par la végétation. La technique de manipulation consiste en l'introduction d'un urétroscope dans le canal urétral, après quoi une résection en forme de coin est réalisée. Un matériau de suture auto-absorbable est appliqué sur la muqueuse. Le polype retiré est envoyé pour un examen histologique obligatoire pour exclure l'atypie des cellules et un processus oncologique dans ses tissus.

Toutes les manipulations sont effectuées sous anesthésie générale, de sorte que la période de récupération ne dépasse pas 3 jours. Pour une miction indolore lors de la guérison de l'épithélium urétral, un cathétérisme vésical est possible.

Traitement avec des remèdes populaires

Le traitement avec des remèdes populaires peut compléter les recommandations du médecin traitant, mais ne les remplace en aucun cas. Les herbes médicinales aideront à se débarrasser de la maladie. Le jus de chélidoine a un effet prononcé. Il peut être utilisé pour localiser la caroncule dans le tiers inférieur de l'urètre. La camomille, la sauge, le calendula et la propolis peuvent être utilisées pour prévenir les infections ascendantes..

Articles Sur La Leucémie