Sous l'influence de nombreux facteurs (conditions environnementales, alimentation, mode de vie, hérédité), des mutations se produisent dans les cellules. Un système immunitaire sain reconnaît les agents redoutables à temps et déclenche le processus de destruction. Avec des changements dans l'immunité, des cellules atypiques se développent, formant une formation telle qu'une tumeur maligne. La chirurgie pour enlever une tumeur maligne est une mesure radicale pour lutter contre l'oncopathologie.

Le premier dans l'histoire à décrire une tumeur oncologique était Hippocrate. La tumeur maligne a reçu le nom de «kapkivoc» («crabe») parce qu'elle ressemble à une coquille de crabe avec des veines qui l'entourent. Le terme a pris racine dans le lexique des médecins romains et a été défini comme «cancer», qui est traduit du latin par «crabe». Actuellement, ce mot désigne une tumeur maligne en anglais, qui en russe signifie «cancer».

La nature d'une tumeur maligne est telle qu'à un certain stade de développement, les cellules quittent la tumeur, se déplaçant avec le sang et la lymphe à travers le corps. Dans le foyer où la cellule s'est attardée, la croissance d'une tumeur secondaire - métastase - commence. La taille minimale du néoplasme indique moins d'agression. À mesure qu'elle grandit, la tumeur maligne met la vie en danger. Plus la tumeur contient de cellules, plus le facteur de croissance est élevé, car chaque cellule la sécrète. L'exposition aux facteurs de croissance stimule la formation d'un réseau vasculaire, qui fournit nutrition et protection aux cellules tumorales. Le processus d'alimentation d'une tumeur maligne nuit considérablement aux cellules saines - les défenses du corps s'affaiblissent.

Le corps a besoin de beaucoup de force pour combattre une tumeur maligne. Le cancer interfère avec la vie normale, car, en propageant des métastases à d'autres organes, la tumeur empoisonne le corps. Les métastases sont la principale cause d'épuisement et de douleur atroce.

L'élimination d'une tumeur maligne est la principale méthode de traitement des tumeurs malignes. Mais souvent, une tumeur maligne se fait encore sentir après l'opération. Le diagnostic des métastases après la chirurgie n'est pas rare. Le facteur à l'origine de ce phénomène est l'impossibilité d'éliminer les cellules qui se sont détachées de la tumeur principale. Le néoplasme est enlevé chirurgicalement et les cellules restantes deviennent des sources pour la création d'une nouvelle tumeur.

Propriétés d'une tumeur maligne

Le signe principal d'une tumeur maligne est la capacité de se propager à d'autres organes. Lorsqu'une tumeur maligne est introduite dans le tissu, il faut parler d'invasion. La tumeur envahit les tissus environnants, pénétrant dans les vaisseaux sanguins et les terminaisons nerveuses. Quelles propriétés sont caractéristiques d'une tumeur maligne?

1. La tendance de la tumeur à une croissance réactive incontrôlée, ce qui conduit à l'oppression des tissus environnants. Le temps de croissance de la tumeur est mesuré en semaines. L'hémoblastose aiguë au stade de la crise blastique progresse chaque jour.

2. Prédisposition à la pénétration dans les tissus voisins avec formation de métastases

3. Métastases vers des tissus éloignés de la tumeur maternelle

4. Production de toxines qui inhibent l'immunité antitumorale. Les patients développent une intoxication, le taux d'hémoglobine diminue. Perte de poids catastrophique, jusqu'à la cachexie

5. Capacité à se cacher du contrôle immunologique

6. Faible coefficient de maturité des cellules qui composent la tumeur (moins la cellule est formée, plus la tumeur est agressive)

7. Une cellule saine, ayant passé le cycle de vie programmé, meurt. Une cellule maligne n'a pas de limite dans le cycle de vie et la reproduction ultérieure.

Classification

En raison de la nature du tissu à partir duquel la tumeur se développe, les néoplasmes malins peuvent être divisés en deux groupes: les vrais et les hémoblastomes (l'hémoblastome est une tumeur des tissus liquides). À leur tour, les vraies tumeurs comprennent: les formations malignes formées à partir de l'endothélium et du tissu épithélial - le cancer, une tumeur du tissu conjonctif - le sarcome.

La classification clinique comprend la taille de la tumeur, le degré de propagation, la présence de métastases. Pour déterminer le degré du processus oncologique, tous les paramètres tumoraux sont considérés ensemble.

Il y a quatre stades de la maladie:

Premier degré. La tumeur est clairement limitée. La germination dans l'épaisseur de l'organe n'est pas observée, il n'y a pas de métastases. Avec un traitement rapide, une tumeur du premier degré peut être traitée sans rechute.

Deuxième étape. La taille de la formation tumorale est d'environ deux centimètres de diamètre. Diffère en faible mobilité. Deux ganglions lymphatiques sont impliqués dans le processus oncologique. À ce stade, le traitement radical est le plus efficace.

Troisième étape. Croissance tumorale active avec germination dans les tissus voisins. Les métastases sont diagnostiquées dans les ganglions lymphatiques. Le seul traitement est la chirurgie pour enlever la tumeur maligne. Dans la période postopératoire - chimiothérapie, traitement par ondes radio.

Quatrième étape. L'ablation d'une tumeur maligne est inefficace. De nombreuses métastases. Un traitement palliatif est prescrit. Le but d'un tel traitement est de créer une qualité de vie normale pour le patient. L'objectif principal est de répondre aux besoins physiques du patient, d'organiser une assistance psychologique et spirituelle.

Ablation chirurgicale d'une tumeur maligne

Aujourd'hui, l'oncologie moderne dispose de trois méthodes de traitement des néoplasmes oncologiques: la chimiothérapie, la radiothérapie et la chirurgie. La chimiothérapie est le traitement avec des médicaments qui ont un effet destructeur sur les cellules malignes. Radiothérapie - l'impact sur le foyer d'une formation maligne avec un mince faisceau de rayonnement. Méthode chirurgicale de traitement - se débarrasser de la tumeur à l'aide de la chirurgie.

Certains types de pathologies oncologiques ne peuvent être traités de l'une des manières. Par conséquent, pour obtenir un résultat positif, le traitement est prescrit dans un complexe: une combinaison de plusieurs méthodes.

Comment se déroule l'opération d'élimination d'une tumeur maligne?

Le processus malin se produit non seulement dans la tumeur, mais couvre également les tissus environnants. Pendant l'opération, la tumeur est enlevée avec la capture de certains des tissus autour pour éviter les rechutes. L'expérience montre que ce traitement, s'il est commencé à temps, empêche le développement de métastases et augmente les chances de guérison complète..

Le principal instrument chirurgical pendant l'opération est un scalpel. Avec le développement de la médecine, les oncologues opèrent de plus en plus avec un scalpel à ultrasons, un faisceau laser et un couteau à radiofréquence. L'utilisation d'instruments modernes permet d'éviter une perte de sang importante et de réduire le temps de récupération.

L'ablation chirurgicale d'une tumeur maligne nécessite le plus grand soin de la part des médecins. Pour éviter un processus cancéreux, l'oncologue doit suivre toutes les règles ablastiques pendant l'opération. L'incision cutanée est pratiquée dans un tissu sain, les dommages à la tumeur sont inacceptables.

Les techniques de destruction des tissus sont populaires en chirurgie oncologique:

Électrocoagulation. Sous l'influence d'impulsions électriques à court terme, la destruction de la formation maligne se produit.

Cryodestruction. Exposition à un cancer à basse température, qui tue les cellules malignes.

Chirurgie au laser.

Pour effectuer une opération oncologique, la connaissance de la localisation de la tumeur est nécessaire. Cela permet d'organiser un accès gratuit à une tumeur maligne. Les contre-indications à une intervention chirurgicale sont les maladies cardiaques sévères, l'hypertension persistante, certaines pathologies du système endocrinien.

Le réalisme d'éliminer complètement une tumeur maligne est décidé lors de l'opération. Pour certaines raisons, il n'est pas toujours possible de se débarrasser complètement de la tumeur. Ensuite, des mesures d'excision partielle de la formation maligne sont prises. Le volume de la "formidable formation" diminue, les mesures chirurgicales sont un moyen d'augmenter la sensibilité des tissus affectés à la thérapie anticancéreuse. Après l'opération, le médecin détermine le traitement ultérieur.

Pour éliminer une tumeur cancéreuse, il existe aujourd'hui de nombreuses façons dont le choix dépend de la propagation du processus oncologique. Pour que le traitement soit efficace, vous devez respecter la prescription du médecin.

La prévention

Le but des mesures préventives est de réduire le nombre de patients cancéreux, de réduire la gravité de la maladie. Comment faire? Tout d'abord, il est nécessaire de faire attention aux moindres changements de santé et de procéder à des examens médicaux en temps opportun. La prochaine étape consiste à éviter tout contact avec des substances cancérigènes, à suivre une alimentation appropriée, à renoncer à l'alcool et à ne pas fumer. Avec la situation environnementale, une mauvaise alimentation, le tabagisme est une cause importante de cancer dans 50% des cas. Le cancer du poumon chez les fumeurs est diagnostiqué beaucoup plus souvent que chez une personne indifférente à la cigarette. En plus de l'oncopathologie des poumons, les fumeurs sont plus susceptibles de développer un cancer de la cavité buccale, des processus malins dans l'œsophage, l'emphysème.

Facteurs affectant l'apparence d'une tumeur maligne

Alcool (tumeurs malignes de la bouche, cancer du sein, tumeur de l'œsophage).

Réduction de l'activité physique sur les muscles, limitation de l'activité (oncopathologie du côlon, formation de tumeurs de la glande mammaire).

Obésité (cancer de l'endomètre, tumeur intestinale).

Prévoir

Pour déterminer le pronostic d'une tumeur maligne, on distingue un certain nombre de facteurs qui prédéterminent le mode de vie ultérieur du patient:

Le cancer qui s'est propagé aux ganglions lymphatiques ou à une région éloignée a généralement un pronostic moins favorable que la tumeur maligne dont l'élimination n'est pas problématique.

La localisation du processus pathologique est un facteur important. Par exemple, le cancer de la peau et l'oncologie du sein sont plus souvent clairement localisés et chirurgicalement accessibles. L'oncopathologie des poumons ou du pancréas est assez insidieuse et est détectée dans les derniers stades.

Le stade de la maladie est également important: plus le cancer est diagnostiqué tôt, meilleures sont les chances de vie.

Santé du système immunitaire. Un système immunitaire affaibli réduit la capacité à surmonter la maladie.

Âge. Les maladies cancéreuses sont malades à tout âge. Mais si le diagnostic est posé à un jeune, la probabilité de surmonter la maladie est beaucoup plus élevée que celle des personnes âgées atteintes de la même maladie..

On pense que si après cinq ans le patient est vivant, il n'y a pas eu de récidive de la maladie, aucune métastase n'est trouvée, la numération globulaire est normale, alors le développement de l'oncopathologie est peu probable. Les patients qui ont vécu plus de cinq ans après une chirurgie, une chimiothérapie ou un traitement par ondes radio sont en bonne santé.

La plupart des patients éprouvent une peur écrasante de trouver une tumeur à l'examen. La peur est une émotion non motivée qui change le bon train de pensée. En éprouvant de la peur, le patient forme une possibilité acceptable d'un résultat défavorable. L'humeur du patient est d'une grande importance: plus elle est optimiste, plus les chances de guérison sont élevées.

Ablastie en oncologie: principes de l'élimination des tumeurs

Prévenir la récidive et les métastases du cancer. L'ablastie en oncologie est un principe important de l'intervention chirurgicale: faire tout son possible pour éliminer complètement les tissus tumoraux et les cellules cancéreuses.

L'art d'enlever radicalement une tumeur

Ablastie en oncologie

La prévention des récidives et des métastases commence dans la salle d'opération: l'ablastie en oncologie est un strict respect de la technique d'intervention chirurgicale, lorsque le médecin doit découper le plus complètement possible un néoplasme malin et endommager au minimum les organes normaux.

Enlevez radicalement la tumeur et préservez les tissus sains.

Empêcher les cellules cancéreuses de pénétrer dans le lit vasculaire.

C'est une fusion d'expérience, d'art et de chance. Chaque opération chirurgicale en oncologie est comme un pas dans l'inconnu: quel que soit le niveau de qualification d'un médecin, vous ne pouvez jamais être sûr du résultat favorable d'une intervention chirurgicale..

La ligne invisible entre les cellules saines et cancéreuses.

Capacité fantastique du carcinome à survivre.

La victoire au combat est posée sur la table d'opération. L'ablastie en oncologie crée des conditions optimales pour empêcher la propagation de la tumeur dans tout le corps. L'oncochirurgien, comme un sculpteur, éliminera tous les malades inutiles, préservant le nécessaire-sain.

Principes chirurgicaux

Les règles pour enlever une tumeur ont été formées au siècle dernier. Bien que maintenant en oncochirurgie, le désir de pratiquer des interventions chirurgicales de préservation des organes commence à prévaloir, les principes de base sont toujours d'actualité. L'ablastie en oncologie est:

  • Élimination du néoplasme en un seul bloc avec les ganglions lymphatiques les plus proches (vous ne pouvez pas couper ou déchirer le tissu tumoral en morceaux);
  • L'excision de la tumeur doit être réalisée avec une marge (retirer dans une capsule des tissus visuellement sains);
  • Ligature de tous les organes creux, vaisseaux sanguins et lymphatiques avant de traverser et de retirer la tumeur cancéreuse (bloquant le chemin de la propagation des cellules cancéreuses);
  • Délimitation du tissu tumoral de la plaie chirurgicale (pour empêcher les cellules tumorales de pénétrer dans les tissus sains);
  • Destruction des cellules cancéreuses qui tenteront définitivement de s'échapper (laver la plaie avec des antiseptiques, utiliser le rayonnement de la plaie pendant la chirurgie).

Idéalement, il est peu probable que cela fonctionne - Le carcinome avant la mort fera certainement tout ce qui est possible et impossible pour survivre. La tâche du chirurgien oncologique est de s'assurer que le néoplasme malin a un risque minimum de métastase.

Thérapie postopératoire

Après l'élimination du foyer principal du néoplasme malin, il est nécessaire de poursuivre le traitement. L'ablastie en oncologie n'est qu'une des étapes de la prévention des récidives tumorales et des métastases. L'objectif principal de la chimiothérapie adjuvante est d'en finir avec les micrométastases et les cellules cancéreuses qui se sont échappées pendant la chirurgie (et il y en a presque toujours). La radiothérapie postopératoire est plus efficace pour certains cancers.

Une opération radicalement réalisée dans le respect de tous les principes de la chirurgie ablastique sera l'une des premières étapes vers une rémission à long terme (l'intervention chirurgicale ne garantit pas une guérison, mais l'ablation du foyer primaire est une étape obligatoire sur le chemin de la guérison).

Abonnez-vous aux mises à jour

Communication avec l'administration

Inscrivez-vous à un spécialiste directement sur le site. Nous vous rappellerons dans les 2 minutes.

Nous vous rappellerons sous 1 minute

Moscou, perspective Balaklavsky, 5

De nombreux types de néoplasmes sur la peau sont à la fois totalement sans danger pour la santé et peuvent endommager les tissus environnants et même constituer une menace pour la vie humaine.

La méthode, appelée thérapie par ondes de choc, est utilisée pour traiter les maladies musculo-squelettiques et toute maladie du système musculo-squelettique

le processus de prélèvement de cellules ou de tissus du corps pour un examen microscopique supplémentaire pour vérifier la présence d'un cancer

Ablation d'une tumeur maligne

Le cancer n'est pas toujours un diagnostic critique, qui est forcément mortel. La médecine moderne se développe assez rapidement et efficacement afin de paniquer en cas de suspicion d'un processus semblable à une tumeur dans le corps. Aujourd'hui, les mesures de traitement du cancer de toute localisation comprennent trois méthodes principales:

1. Ablation chirurgicale d'une tumeur maligne, qui est effectuée par des méthodes cavitaires, endoscopiques et laser. Tout dépend de la taille et de l'emplacement du néoplasme, ainsi que du degré de négligence de la maladie.

2. Effet chimiothérapeutique de médicaments spéciaux à la fois sur tout le corps dans son ensemble et localement - dans la zone des limites de la tumeur.

3. Radiothérapie - agit sur les cellules malignes par la méthode d'un caillot d'irradiation radioactive, ce qui aide à arrêter la tumeur.


Le cancer de la peau et certains types d'organes internes peuvent être traités avec des méthodes cryothérapeutiques - congélation de la surface affectée avec de l'azote liquide à basse température. Les méthodes électrocoagulantes, utilisant le courant électrique, ne traitent que les affections cutanées précancéreuses. La photodynamique fonctionne comme la radiothérapie à spectre d'action plus économe, ce qui pousse naturellement cette méthode dans l'efficacité du traitement, sous réserve d'un diagnostic précoce de la maladie. L'immunothérapie et le remplacement hormonal sont efficaces en tant que facteurs supplémentaires des procédures de traitement, ainsi que de la prévention postopératoire des rechutes.

Par rapport à la méthode chirurgicale de traitement, toutes les autres méthodes aident à ralentir ou à arrêter le processus de multiplication des cellules malignes et leur croissance active. Mais il est possible de se débarrasser complètement du cancer uniquement par chirurgie aux premiers stades de la formation de la maladie..

Traitement chirurgical du cancer.

L'ablation chirurgicale d'une tumeur maligne n'est pas toujours possible. La quatrième et dernière étape de négligence de la maladie est considérée comme inopérable, car les métastases étendues du corps ne peuvent pas être complètement éliminées.

Outre le fait que l'opération d'un néoplasme oncologique peut être cavitaire et endoscopique, la chirurgie comprend également des méthodes d'intervention palliative et radicale..

• L'ablation radicale d'une tumeur maligne implique l'ablation non seulement du néoplasme, mais également de l'organe affecté, des tissus voisins et des ganglions lymphatiques. La chirurgie radicale a trois types: typique, combinée et étendue.

• La chirurgie palliative comporte deux types de performances: la résection tumorale et l'élimination des conséquences et complications du processus oncologique. Cette méthode d'intervention chirurgicale est utilisée lorsqu'il est impossible d'enlever complètement la tumeur. Les opérations palliatives comprennent l'ablation partielle d'un secteur du tissu affecté et l'installation de systèmes supplémentaires des fonctions vitales du corps, lorsqu'une tumeur inopérable menace de bloquer les fonctions vitales.

Chirurgie de préservation d'organes pour le cancer.

L'ablation d'une tumeur maligne est plus efficace par la chirurgie classique, mais la période postopératoire de cette méthode est souvent retardée et lourde de complications. Par conséquent, la médecine moderne préconise une réduction de la totalité de l'effet radical de la chirurgie sur le corps humain par des opérations de préservation des organes. L'excision partielle d'un organe malade affecté par le développement initial d'un néoplasme malin est réalisée à l'aide de méthodes alternatives:

• La thérapie électrochirurgicale utilisant des impulsions de courant agit sur les tissus malades en générant l'énergie thermique nécessaire pour provoquer le processus de repliement accru des protéines. Cette méthode provoque un séchage, une brûlure ou une soudure des tissus affectés par la tumeur, ce qui entraîne leur mort mécanique..

• Le traitement cryochirurgical par analogie avec le traitement électrique guérit la tumeur en raison de la température de congélation catastrophiquement basse pour le corps. La méthode est assez efficace pour la résorption des métastases.

  • Types de tumeurs bénignes
  • Thérapie hormonale
  • Tumeur maligne
  • Immunothérapie
  • Carcinome
  • Cardio-oncologie
  • Métastases dans la tête
  • Métastases mammaires
  • Métastases intestinales
  • Métastases en oncologie
  • Métastases rénales
  • Métastases pancréatiques
  • Métastases rectales
  • Métastases hépatiques
  • Métastases pulmonaires
  • Métastases osseuses
  • Métastases de grade 4
  • Métastases mammaires
  • Métastases d'estomac
  • Métastases
  • Oncoandrologie
  • Oncologie osseuse
  • Oncologie de la prostate
  • Oncogynécologie
  • Oncohématologie
  • Oncodermatologie
  • Tumeurs cutanées
  • Tumeurs du système reproducteur féminin
  • Oncoépidémiologie
  • Oncoendocrinologie
  • Oncochirurgie
  • Oncourologie
  • Oncopulmonologie
  • Oncoproctologie
  • Oncomammologie
  • Tumeur au sein
  • Tumeur du foie
  • Tumeur rénale
  • Tumeur du coeur
  • Chirurgie pour enlever une tumeur rectale
  • Tumeur rectale
  • Psycho-oncologie
  • Oncologie pédiatrique
  • Cancer sans métastases
  • Métastases du cancer du cerveau
  • Radio-oncologie
  • Stade des métastases cancéreuses
  • Ablation de la tumeur sans chirurgie
  • Ablation chirurgicale de la tumeur
  • Méthodes chirurgicales d'élimination de la tumeur

le processus de prélèvement de cellules ou de tissus du corps pour un examen microscopique ultérieur

Ancien prix RUB 3500 RUB 3.000 promotion

traitement des maladies musculo-squelettiques et de toute maladie du système musculo-squelettique

Ablation d'une tumeur maligne

Chapitre 12. Pourquoi ne puis-je pas enlever une tumeur?

Je ne suis intéressé que par une chose - dites-moi, est-ce que cela fonctionne? Cette question implorante d'un enseignant retraité est une chose assez courante pour quelqu'un qui vient de recevoir un diagnostic de tumeur maligne. Une fois l'état de choc initial passé, une personne veut naturellement savoir si cette boue peut lui être coupée.

«La tumeur est opérable», ai-je répondu en tenant les photos dans mes mains. «Mais je ne suis pas sûr d'être guérissable..

«N'est-ce pas la même chose, docteur? Il a demandé d'une voix fatiguée. - Quant à moi, si opérable signifie guérissable ».

Beaucoup de gens croient à tort que la chirurgie éliminera complètement le problème. Ils pensent que si le chirurgien parvient à atteindre leur cancer, il le supprimera une fois pour toutes, augmentant considérablement leurs chances de guérison. Ainsi, la nouvelle que votre tumeur est résécable peut être un soulagement sérieux pour vous, mais il faut garder à l'esprit que le processus de guérison peut être retardé et se transformer en complications. Dans le même temps, la nouvelle de l'impossibilité de l'opération peut conduire à des inquiétudes excessives..

«Est-ce vraiment difficile de dire oui ou non? - un de mes patients a grogné de mécontentement. N'est-ce pas ce que font les chirurgiens?

J'ai expliqué à mon ancien professeur que la chirurgie est en effet nécessaire pour que son cancer de la vessie évite les complications, mais l'urologue pense que la tumeur a l'air trop grosse pour dire que la chirurgie l'aidera enfin à guérir. Il est probable que les cellules cancéreuses se soient déjà propagées à l'extérieur de la vessie et ont envahi les organes adjacents difficiles à opérer. En fin de compte, les images et la discussion ont aidé à expliquer au patient exactement ce que je veux dire, mais plus tard, il a lui-même réalisé à quel point cette tâche était difficile lorsqu'il était temps pour lui de parler avec sa famille. "Je peux vous assurer qu'une personne ordinaire ne voit pas la différence entre les concepts d'opérabilité et de curabilité", m'a-t-il admis..

Dans ce chapitre, nous aborderons la question de la chirurgie pour enlever une tumeur du point de vue d'un oncologue. Je ne vais pas entrer dans les détails d'une opération particulière - seul votre chirurgien désigné devrait le faire - mais je prévois simplement de vous aider à comprendre le concept plus large du rôle que joue la chirurgie dans le traitement du cancer..

De nos jours, de nombreux types de cancer, en particulier les cancers de l'intestin, du sein et de la prostate, sont diagnostiqués dans le cadre de l'examen médical de la population. Parfois, de petites tumeurs dans les poumons ou les reins sont trouvées lors de radiographies à d'autres fins. Par exemple, une femme âgée avec un bras cassé a dû subir une radiographie avant l'opération, et la radiographie a révélé un cancer du poumon, qui n'a jamais montré de symptômes. Un autre patient s'est vu prescrire une tomodensitométrie pour découvrir la cause de la douleur dans l'abdomen et a accidentellement diagnostiqué un cancer du rein, qui a ensuite été opéré avec succès..

Si pour vous le diagnostic de cancer a commencé par la détection d'une formation suspecte, sachez qu'après cela, en règle générale, de nombreux tests suivent pour s'assurer que la tumeur est maligne, son emplacement, ainsi que la sécurité et l'opportunité d'une intervention chirurgicale. La réalisation de toutes ces analyses prend beaucoup de temps, mais il est simplement nécessaire de les faire. Le résultat idéal dans ce cas devrait être l'ablation complète de la tumeur maligne, en s'assurant que la probabilité de sa propagation est minimisée..

Comme dans le cas de la chimiothérapie, les méthodes chirurgicales sont constamment améliorées et des technologies d'intervention plus précises émergent, grâce auxquelles certaines opérations auparavant considérées comme impossibles peuvent désormais être effectuées. La décision finale est prise par le chirurgien et, bien sûr, par le patient lui-même..

Le fait que la tumeur soit reconnue opérable ou non dépend également des qualifications du chirurgien et de l'équipement disponible à l'hôpital..

Il arrive parfois qu'un chirurgien décide d'opérer une tumeur reconnue inopérable par un autre - l'expérience, la disponibilité de matériel spécialisé, les qualifications du médecin et l'infrastructure des services de soutien de l'hôpital jouent un rôle..

Il y a plusieurs années, je suis tombé sur un patient dont le cancer avait été déclaré inopérable dans un autre hôpital. Un grand centre universitaire a conclu que ce diagnostic était prématuré. Le patient était déçu de son premier chirurgien et accepta volontiers l'opération. L'opération a été réalisée, mais le patient a dû passer neuf semaines dans l'unité de soins intensifs après cela, et quand il a finalement été libéré, il était trop faible pour marcher seul. De plus, comme le soupçonnait le premier chirurgien, la tumeur n'a pas pu être retirée complètement et une grande partie de celle-ci est restée intacte. Le patient a dit plus tard qu'il regrettait d'avoir été si prompt à conclure que la chirurgie serait la solution optimale. "Je suppose que j'ai juste compris que quelqu'un a décidé qu'une approche agressive était la meilleure méthode.".

Je dis à tous mes patients que la chirurgie, ainsi que la chimiothérapie, ne garantissent pas une absence totale de risques..

Si on vous a dit que l'opération n'est pas possible, il est logique de réfléchir à la manière d'obtenir l'avis d'un autre spécialiste. Parfois, une opinion extérieure peut changer radicalement la situation..

Je connais un boucher qui a subi une intervention chirurgicale sur un cancer du larynx dans un grand centre de cancérologie. Le chirurgien l'a prévenu que l'une des conséquences de l'opération serait une voix rauque, mais dans les mois suivants, le patient a constaté que la voix était bien pire qu'il n'aurait pu l'imaginer. Il ne pouvait plus crier après les acheteurs du marché et se sentait déprimé de ne plus être en mesure de faire son travail. Son fils craignait que son père ne devienne déprimé s'il ne continuait pas à faire du commerce. Craignant cela plus que toute autre chose, la famille a décidé de trouver une solution au problème..

Un beau jour, le fils du patient m'a informé qu'il avait décroché une opération qui était censée redonner au patient une voix normale, mais qu'elle n'était disponible, en fait, que dans un autre état. «Je ne sais même pas s’il est logique d’envisager cette opération. Je suis complètement perdu », a-t-il admis. La première chose que j'ai instinctivement conseillée de faire attention à ne pas voyager dans un endroit inconnu à un chirurgien inconnu, d'autant plus que le boucher vivait dans une grande ville avec des normes élevées de traitement oncologique. Cependant, il a insisté sur le fait que l'opération semblait «la bonne chose à faire», alors je lui ai conseillé d'en discuter avec son chirurgien. Si la technologie hors de l'état n'était vraiment pas disponible dans les hôpitaux locaux, le médecin recommanderait volontiers au patient d'aller où il le peut. Mais si la procédure s'avérait non testée, dangereuse ou simplement inacceptable, personne d'autre que le chirurgien ne pouvait la juger le mieux..

La pensée de «défier» leur chirurgien a plongé le fils du patient dans un état de stupeur, car il était impatient de transférer son père dans un autre état le plus tôt possible, mais finalement il a suivi mon conseil et a été agréablement surpris par la façon dont les choses se sont déroulées. Le chirurgien a compris le problème du patient et a convenu qu'il serait logique d'essayer cette nouvelle opération. Les deux chirurgiens étaient d'accord sur tout, le patient a été envoyé dans un autre état et sa voix s'est finalement tellement rétablie qu'il a pu échanger à nouveau sur le marché en quelques semaines. Pour éliminer le besoin de vols constants, un suivi postopératoire a été organisé sur place avec l'aide du premier chirurgien. C'est un excellent exemple de la manière dont le patient peut bénéficier d'une opinion extérieure et d'une interaction active entre différents spécialistes..

Si certains types de cancer peuvent être complètement guéris par chirurgie, dans d'autres cas, la tumeur peut être reconnue comme techniquement résécable - c'est-à-dire qu'une chirurgie est possible - mais en raison d'un certain nombre de facteurs qui l'accompagnent, ce n'est pas le choix optimal pour le patient..

Les maladies dites localement avancées entrent dans cette catégorie. Un exemple est le cancer du poumon localement avancé. Dans cette forme de maladie, les cellules cancéreuses se propagent des poumons aux ganglions lymphatiques voisins sans affecter les organes distants tels que le foie ou les os. Un autre exemple est le cancer du pancréas localement avancé, dans lequel la possibilité d'une intervention chirurgicale dépend directement de la proximité de la tumeur maligne avec les gros vaisseaux sanguins. Il existe de nombreux autres exemples similaires et les préférences des patients jouent un rôle essentiel dans le processus décisionnel final..

Voici quelques éléments que je suggère à mes patients de prendre en compte la chirurgie. La chirurgie pour enlever la tumeur peut être retardée pour des raisons imprévisibles, ce qui augmente le risque de complications postopératoires et anesthésiques. Vous devrez peut-être également passer plus de temps à l'hôpital, peut-être dans l'unité de soins intensifs, et l'hospitalisation est inévitablement associée au risque d'infection, de dévastation mentale, de procédures désagréables, de la nécessité éventuelle d'une alimentation artificielle, etc. De plus, l'opération ne peut être que la première étape d'une thérapie anticancéreuse, qui nécessite beaucoup de force et d'énergie de la part du patient..

Pour ces raisons et d'autres, même dans les cas où la tumeur est résécable, le chirurgien peut recommander de s'abstenir de subir une intervention chirurgicale, car son expérience lui indique que le cancer peut en fait être plus étendu ou difficile à opérer que les images obtenues ne l'indiquent. Les patients sont souvent surpris que les médecins aient des doutes, malgré les technologies de numérisation les plus avancées, mais les images peuvent ne pas afficher toutes les informations. Un chirurgien expérimenté peut facilement conclure que la probabilité de propagation de la tumeur est suffisamment élevée pour craindre d'éventuelles complications après la chirurgie. Dans certaines situations, le mieux sur lequel vous pouvez compter est l'intuition d'un chirurgien expérimenté.

Une opération n'est jamais une procédure complètement séparée. Même si deux personnes ont le même type de maladie, l'opération n'apportera jamais le même résultat pour elles. Une femme fragile avec un emphysème sévère qui a besoin de transporter un réservoir d'oxygène avec elle à tout moment n'est pas une candidate appropriée pour la chirurgie, même si techniquement une petite tumeur dans ses poumons peut être enlevée. Elle ne survivra tout simplement pas à la chirurgie. Ces patients sont le plus souvent référés à un oncologue pour des options de traitement alternatives..

Un chirurgien s'est récemment prononcé contre la chirurgie agressive pour un pancréas atteint de cancer chez un homme déjà gravement émacié et risquant de se détériorer davantage en cas d'hospitalisation prolongée. La chirurgie du pancréas n'est possible que pour les patients en très bonne forme. L'âge seul ne peut pas automatiquement devenir un obstacle à l'opération, mais la présence de maladies graves le peut. Ainsi, le pronostic pour une femme de 57 ans souffrant d'insuffisance cardiaque et rénale est beaucoup plus pessimiste que pour un homme de soixante-dix ans en bonne forme et sans problèmes de santé graves. Un patient atteint de démence acquise pourrait bien faire face à des complications qui ne le menaceraient pas autrement.

Lorsque la question de la réalisation d'une opération est soulevée, il convient non seulement de considérer la procédure elle-même, mais également de prendre en compte l'état de santé général du patient, sa qualité..

Parlez à votre thérapeute et aux membres de votre famille des complications potentielles, à la fois physiques et émotionnelles, auxquelles vous pourriez faire face. Enfin, dans les cas limites, il est impératif d'envisager des alternatives raisonnables à l'opération. Il se peut que certains types modernes de chimiothérapie et / ou de radiothérapie promettent de donner un résultat similaire à une intervention chirurgicale, et il serait bien préférable pour vous dans ce cas d'abandonner l'opération afin de maximiser la qualité de vie..

Malheureusement, dans de nombreux cas, le cancer est encore diagnostiqué à un stade avancé, ce qui exclut la possibilité d'une intervention chirurgicale. Bien que, d'une manière générale, les statistiques de survie des patients cancéreux s'améliorent sensiblement chaque année, de nombreux patients reçoivent encore un diagnostic de cancer avancé métastasé, auquel cas la tumeur s'est déjà répandue dans tout l'organisme. En règle générale, ce cancer est attribué au quatrième stade le plus élevé. Grâce à l'utilisation généralisée des méthodes modernes de diagnostic précoce, le cancer du sein avec métastases ne se trouve plus que chez 10% des femmes, et seulement 20% des patientes atteintes d'un cancer du côlon sont à un stade avancé. Dans le même temps, plus de la moitié des patientes atteintes d'un cancer du poumon ou du pancréas, ainsi qu'environ soixante-dix pour cent des femmes atteintes d'un cancer de l'ovaire, ne découvrent leur maladie que lorsqu'elle progresse vers des stades plus avancés. C'est pour la simple raison que certains types de cancer ne provoquent pas de symptômes d'alerte précoce et que les méthodes de leur diagnostic ne sont pas largement utilisées..

À l'heure actuelle, la plupart des cas de cancer avec métastases ne se prêtent pas à un traitement chirurgical, car, par définition, la maladie a dépassé une zone particulière du corps. En règle générale, un oncologue dans une telle situation recourt à l'aide de l'un ou l'autre type de chimiothérapie dans l'espoir de surmonter une maladie évolutive à l'aide de celle-ci. Dans certains cas, lorsque le cancer ne s'est propagé qu'à une zone très limitée du corps, il existe toujours la possibilité de son ablation chirurgicale et, par conséquent, de prolonger la vie du patient. Autrefois, le cancer du côlon qui s'était propagé au foie était considéré comme incurable. Désormais, les acquis de la médecine moderne permettent à l'oncologue et au chirurgien de travailler ensemble pour éliminer la tumeur qui s'est propagée au foie. Néanmoins, de tels cas sont encore rares - la tumeur doit être petite et située au bon endroit. De même, un neurochirurgien peut éliminer les métastases cérébrales, à condition qu'elles puissent être atteintes. Il est toujours agréable de voir comment le patient se rétablit complètement après une telle intervention chirurgicale et est capable de continuer à effectuer les actions habituelles à sa place, sans perdre l'équilibre et sans tomber dans une crise d'épilepsie..

Si vous avez un cancer avancé, vous devrez peut-être encore subir une intervention chirurgicale pour lutter contre les complications existantes ou anticipées, mais les médecins continueront de compter sur d'autres thérapies pour guérir complètement la maladie. Un de mes patients a récemment subi une coupure rénale au cours d'une chirurgie arthroscopique, car une tumeur maligne dans celui-ci entraînait constamment des saignements et provoquait une infection. Le rein a été retiré pour améliorer sa qualité de vie, mais il avait encore besoin d'une chimiothérapie pour éradiquer tout cancer restant.

Pour la plupart des patients atteints d'un cancer avancé, l'opération s'avère être une mesure inutile et même destructrice, car elle ne contribue pas à prolonger la vie et, au contraire, peut la réduire en raison des complications qui y sont associées..

Je suis sûr que quelqu'un avec les meilleures intentions du monde vous a déjà dit qu'il connaissait une personne atteinte du même type de cancer que le vôtre, que l'opération a aidé à guérir. Comme la plupart des gens, vous serez probablement curieux d'en savoir plus à ce sujet. On ne sait pas pourquoi, mais de nombreux patients cherchent constamment à comparer leur situation avec le sort des autres patients. Certains croient à tort qu'ils n'ont pas subi l'opération en raison d'un manque de connexions ou en raison d'un diagnostic erroné de leur médecin. D'autres sont mécontents, car on leur a simplement dit que la tumeur était inopérable, sans leur donner des explications plus détaillées. D'autres encore ne se calment pas et insistent sur le fait qu'un autre patient dans une situation similaire a été opéré, mais pour une raison quelconque, ils ne le souhaitent pas. J'espère que vous comprenez maintenant que, en règle générale, cela est dû au fait que dans chaque cas particulier, de nombreux facteurs différents doivent être pris en compte..

De nombreuses craintes ou soupçons de votre part peuvent être annulés si vous vous efforcez de dialoguer le plus ouvertement possible avec les médecins. Notez les questions que vous avez sur papier et partagez-les avec votre thérapeute, oncologue et d'autres professionnels qualifiés que vous rencontrez. Des informations plus détaillées sur l'emplacement de la tumeur ou son type peuvent suffire à clarifier la situation..

Aujourd'hui, il est admis qu'un patient ou un oncologue peut consulter plus d'un chirurgien en cas de doute sur l'opportunité d'une opération, alors n'hésitez pas à chercher l'opportunité de connaître l'avis d'un autre spécialiste si les informations reçues ne vous convainquent pas..

En général, le chirurgien ne vous refusera jamais une opération si les chances de succès sont en votre faveur. Si les avantages potentiels de la chirurgie sont minimes et qu'elle ne peut que causer plus de tort, une décision raisonnable serait d'abandonner cette entreprise. Inutile de dire que parfois les patients eux-mêmes, après avoir pesé tous les avantages et inconvénients, refusent l'opération. N'hésitez pas avec cette décision si vous pensez qu'une opération majeure sera un défi supplémentaire pour vous. N'oubliez pas que passer un peu de temps à analyser certains détails sur votre cancer et son lien avec votre santé globale et vos objectifs pour vous-même peut vous protéger des questions sans réponse et des regrets profonds..

• De nombreux types de cancer, en particulier ceux diagnostiqués à un stade avancé, ne répondent pas à la chirurgie.

• Une opération ne signifie pas toujours une guérison complète. Découvrez exactement quels sont vos objectifs chirurgicaux et quels autres traitements contre le cancer vous aurez besoin.

• Si nécessaire, n'hésitez pas à demander à un expert de l'extérieur.

• Avant d'accepter une opération, comprenez bien ses conséquences attendues..

• Il n'y a rien d'anormal à refuser une opération si les informations fournies ne répondent pas à vos attentes. L'avis du patient est toujours pris en compte en premier..

Pourquoi les néoplasmes sont dangereux: supprimer ou ne pas supprimer?

Les néoplasmes (tumeurs, néoplasies) sont des accumulations de cellules dont la division incontrôlée n'a pas été arrêtée par le système immunitaire. Les raisons de l'apparition de tumeurs ne sont pas connues avec certitude. Mais les scientifiques ont découvert qu'il existe des substances qui provoquent le développement de néoplasmes - amiante, benzopyrène, peroxyde, hydroxyméthylfurfural, aflatoxines. Ces composés sont appelés cancérogènes du mot cancer - cancer.

En raison de l'utilisation de cancérogènes, dans les pays développés, les tumeurs se classent au deuxième rang en termes de mortalité après les maladies cardiaques et vasculaires. Dans les États agraires, seulement 1% du nombre total de maladies est diagnostiqué..

"data-medium-file =" https://i0.wp.com/medcentr-diana-spb.ru/wp-content/uploads/2017/07/novoobrazovaniya.jpg?fit=450%2C300&ssl=1?v= 1572898668 "data-large-file =" https://i0.wp.com/medcentr-diana-spb.ru/wp-content/uploads/2017/07/novoobrazovaniya.jpg?fit=824%2C550&ssl=1?v = 1572898668 "src =" https://i0.wp.com/medcentr-diana-spb.ru/wp-content/uploads/2017/07/novoobrazovaniya-824x550.jpg?resize=790%2C527 "alt =" néoplasmes "width =" 790 "height =" 527 "srcset =" https://i0.wp.com/medcentr-diana-spb.ru/wp-content/uploads/2017/07/novoobrazovaniya.jpg?w=824&ssl= 1 824w, https://i0.wp.com/medcentr-diana-spb.ru/wp-content/uploads/2017/07/novoobrazovaniya.jpg?w=450&ssl=1 450w, https: //i0.wp. com / medcentr-diana-spb.ru / wp-content / uploads / 2017/07 / novoobrazovaniya.jpg? w = 768 & ssl = 1 768w, https://i0.wp.com/medcentr-diana-spb.ru/wp -content / uploads / 2017/07 / novoobrazovaniya.jpg? w = 894 & ssl = 1 894w "tailles =" (largeur maximale: 790px) 100vw, 790px "data-recalc-dims =" 1 "/>

Types de néoplasmes

Le type de tumeurs bénignes dépend des cellules qui les ont formées. Les papillomes et les verrues se forment à partir de la couche supérieure de la peau, des muqueuses - verrues, du pigment - naevus (taches de naissance) du tissu conjonctif - fibromes, du muscle - fibromes.

Dans les canaux des glandes sébacées, des athéromes se forment, dans la sueur - syringiomes. Il existe des néoplasmes vasculaires - hémangiomes et lymphatiques - lymphomes. Les kystes peuvent se former dans n'importe quelle couche de la peau - des cavités remplies de liquide.

Toutes les tumeurs sont schématiquement divisées en deux types - bénignes et malignes (cancéreuses). Ces néoplasies diffèrent:

  • La nature de la croissance. Les néoplasmes bénins se développent, poussant les tissus à part, tandis que les néoplasmes malins se développent dans les structures voisines et sont transférés (métastasés) vers des organes distants.
  • Atteinte des ganglions lymphatiques - avec la croissance de tumeurs bénignes, les ganglions lymphatiques ne souffrent pas et les ganglions malins les affectent rapidement.
  • Violation du bien-être général du patient. Les tumeurs bénignes ne provoquent pas d'intoxication et une personne se sent bien.. Dans les processus oncologiques, le corps est empoisonné par les produits de désintégration tumorale et l'épuisement - cachexie.
  • Le pronostic est beaucoup plus sérieux avec les tumeurs cancéreuses.

Pourquoi vous devez supprimer les néoplasmes bénins

Les tumeurs non cancéreuses peuvent atteindre une taille énorme. Wen (lipomes) et fibromes pesant plusieurs kilogrammes sont décrits. Pendant le processus de croissance, de gros néoplasmes pressent les tissus, les vaisseaux sanguins et les nerfs.

Les néoplasies deviennent enflammées et suppurées. L'accumulation de pus peut entraîner des phlegmon et une intoxication sanguine. En cas de blessure accidentelle, les tumeurs «se mouillent» et guérissent mal.

Les papillomes, verrues et verrues se développent, formant de grands foyers. Les excroissances situées dans la zone intime, au bord des lèvres et de la muqueuse nasale, créent des désagréments.

Une tumeur bénigne, en particulier une tumeur située dans des zones ouvertes, semble souvent inesthétique, causant des problèmes d'apparence.

"data-medium-file =" https://i2.wp.com/medcentr-diana-spb.ru/wp-content/uploads/2017/07/rodinki-2.jpg?fit=431%2C300&ssl=1? v = 1572898668 "data-large-file =" https://i2.wp.com/medcentr-diana-spb.ru/wp-content/uploads/2017/07/rodinki-2.jpg?fit=790%2C550&ssl = 1? V = 1572898668 "src =" https://i0.wp.com/medcentr-diana-spb.ru/wp-content/uploads/2017/07/rodinki-2-790x550.jpg?resize=790% 2C550 "alt =" moles 2 "width =" 790 "height =" 550 "srcset =" https://i2.wp.com/medcentr-diana-spb.ru/wp-content/uploads/2017/07/rodinki -2.jpg? W = 790 & ssl = 1 790w, https://i2.wp.com/medcentr-diana-spb.ru/wp-content/uploads/2017/07/rodinki-2.jpg?w=431&ssl= 1 431w, https://i2.wp.com/medcentr-diana-spb.ru/wp-content/uploads/2017/07/rodinki-2.jpg?w=768&ssl=1 768w, https: // i2. wp.com/medcentr-diana-spb.ru/wp-content/uploads/2017/07/rodinki-2.jpg?w=994&ssl=1 994w "tailles =" (largeur maximale: 790px) 100vw, 790px "données -recalc-dims = "1" />

Comment se déroule le cancer?

Les néoplasies ont tendance à devenir malignes (malignité), lorsqu'une formation inoffensive commence à se développer, dégénérant en cancer. Causes courantes de renaissance:

  • Dommages mécaniques. Les néoplasmes blessés par les vêtements, le linge et les bijoux sont malins.
  • Abus de bronzage. Les rayons UV transforment les grains de beauté inoffensifs en mélanomes.
  • Ajustement hormonal. La renaissance des tumeurs survient souvent pendant la grossesse et pendant la ménopause, lorsque le corps subit des changements majeurs.
  • Troubles endocriniens - Problèmes avec la thyroïde et d'autres glandes endocrines.
  • Travaillez avec des substances nocives qui provoquent la croissance des cellules cancéreuses. Le tabac a un fort effet cancérigène, par conséquent, chez les fumeurs, les tumeurs bénignes dégénèrent souvent en malignes.
  • Exposition aux virus, en particulier au papillomavirus.

Sous l'influence de facteurs défavorables, une mutation cellulaire et la formation de structures cellulaires défectueuses se produisent. Mais tous ces cas ne mènent pas au cancer. Dans la plupart des cas, des mécanismes immunitaires protecteurs sont déclenchés et le corps fait face au problème. Les cellules atypiques (irrégulières) sont détruites (apoptose) et le processus oncologique ne se développe pas.

Mais parfois, des cellules malignes, à partir desquelles les structures habituelles du corps ne se sont pas formées (ne se différencient pas), commencent à se multiplier. Une dysplasie se produit - zones présentant des signes de dégénérescence cancéreuse naissante.

La division des cellules atypiques qui forment la tumeur est progressivement accélérée. Plus leur différenciation est faible (incomplétude de la formation), plus le cancer est agressif. Son premier stade est le cancer in situ - une tumeur qui n'a pas poussé profondément et qui n'a pas métastasé. Mais, comme les cellules malignes se développent plus rapidement que les cellules normales, la tumeur se développe rapidement, pénétrant dans les tissus voisins et donnant des métastases.

Tous les types de néoplasmes bénins ont leurs propres caractéristiques et leur degré de danger.

Papillomes

Ces excroissances molles, confondues avec des grains de beauté, sont les manifestations d'une infection virale qui, en se propageant, conduit à la formation de nouvelles excroissances. Lorsqu'ils sont blessés par des vêtements et des bijoux, les «pendentifs» souples peuvent se détacher, s'ulcérer, saigner. Mais la complication la plus dangereuse des papillomes est la transformation en cancer. Par conséquent, ces formations doivent être supprimées..

Parce que le virus infecte tout le corps, des cancers peuvent se développer dans le tractus génital, le côlon et le rectum. Les patients souffrant de papillomatose (papillomes multiples) subissent un examen complet et un traitement antiviral est prescrit.

Verrues

Il s'agit d'un autre type de croissance cutanée virale qui doit être éliminée en combinant un traitement topique avec un traitement antiviral. Les verrues se propagent à la surface de la peau, se fondant en grands foyers. Contrairement à la croyance ancienne, l'infection n'est pas «captée» par les grenouilles et les crapauds, mais par des personnes malades, par conséquent, sans enlever les verrues, une personne infecte les autres. Les enfants sont particulièrement souvent infectés.

"data-medium-file =" https://i2.wp.com/medcentr-diana-spb.ru/wp-content/uploads/2017/07/borodavka.jpg?fit=441%2C300&ssl=1?v= 1572898667 "data-large-file =" https://i2.wp.com/medcentr-diana-spb.ru/wp-content/uploads/2017/07/borodavka.jpg?fit=809%2C550&ssl=1?v = 1572898667 "src =" https://i2.wp.com/medcentr-diana-spb.ru/wp-content/uploads/2017/07/borodavka-809x550.jpg?resize=790%2C537 "alt =" verrue "width =" 790 "height =" 537 "srcset =" https://i2.wp.com/medcentr-diana-spb.ru/wp-content/uploads/2017/07/borodavka.jpg?w=809&ssl= 1 809w, https://i2.wp.com/medcentr-diana-spb.ru/wp-content/uploads/2017/07/borodavka.jpg?w=441&ssl=1 441w, https: //i2.wp. com / medcentr-diana-spb.ru / wp-content / uploads / 2017/07 / borodavka.jpg? w = 768 & ssl = 1 768w, https://i2.wp.com/medcentr-diana-spb.ru/wp -content / uploads / 2017/07 / borodavka.jpg? w = 950 & ssl = 1 950w "tailles =" (largeur maximale: 790px) 100vw, 790px "data-recalc-dims =" 1 "/>

Naevus pigmentés (grains de beauté, taches de naissance)

Il y a plusieurs grains de beauté de différentes tailles sur le corps de toute personne, mais il n'est pas nécessaire de les retirer. Il y a des naevus dont il faut se débarrasser en raison du risque de dégénérescence cancéreuse. Pour faciliter la mémorisation, les signes d'un "mauvais" grain de beauté sont décrits par le système "AKORD".

  • A - asymétrie.
  • K - rugosité des bords, festons.
  • O - coloration. La couleur sombre, presque noire du néoplasme, la présence de zones d'une nuance différente parle de transformation maligne.
  • P est la taille. La croissance rapide d'une taupe est un signe défavorable. Un médecin doit être consulté si le naevus a dépassé 6 mm de diamètre.
  • D - dynamique, signes dangereux - modification de l'apparence d'une taupe, perte de poils qui y poussent, saignements, apparition de nodules, croûtes ou ulcères, démangeaisons, brûlures et inflammation de la peau environnante.

Après élimination de la formation, le tissu est examiné pour les cellules cancéreuses..

Athéromes

Ces tumeurs bénignes se forment en raison de blocages dans les conduits des glandes sébacées. À l'intérieur de la formation se trouve un secret sébacé et des particules cutanées. Le secret gras est un excellent terreau pour les germes responsables de la suppuration. Par conséquent, la tumeur se transforme en abcès, qui peut se développer en une lésion tissulaire purulente - phlegmon, nécessitant une intervention chirurgicale urgente.

Sur Internet, de nombreuses méthodes de traitement de l'athérome à l'aide de compresses et de pommades sont décrites. Ces méthodes sont nocives et dangereuses, car elles augmentent la croissance des tumeurs et provoquent la suppuration. Un athérome cassé ne disparaîtra pas tant que sa capsule reste à l'intérieur des tissus. Après le «traitement à domicile», une fistule se forme sur la peau, qui doit être excisée avec la tumeur. Lors du retrait de la formation de manière planifiée, des méthodes douces sont utilisées - un laser et un couteau radio qui ne laissent pas de traces. Cette approche est plus rationnelle et plus sûre..

Corne cutanée et kératoacanthomes

Ces tumeurs surviennent chez les personnes âgées dans le contexte de changements cutanés liés à l'âge. Avec le kératoacanthome, ils ressemblent à des nœuds et avec une corne cutanée, ils ressemblent à des cornes d'animaux miniatures. Les excroissances cornées sont considérées comme des maladies précancéreuses, elles doivent donc être éliminées. Ils conduisent au cancer de la peau s'ils ne sont pas traités..

Hémangiomes

Ces tumeurs issues du tissu vasculaire sont:

  • plats - taches de naissance rouges et / ou bleuâtres;
  • caverneux - ayant l'apparence de excroissances violettes ou bleuâtres. Avec la tension, le sang se précipite vers la tumeur, sa taille augmente et devient plus visible;
  • combiné et combiné - composé de zones convexes et plates.

Les hémangiomes caverneux, qui se développent, blessent, saignent et s'infectent, sont soumis à un retrait obligatoire. Le reste des options n'est éliminé que pour des raisons esthétiques.

Lipome

Cette tumeur est constituée de tissu adipeux. Les formations Wen sont uniques et multiples. Les lipomes peuvent se développer et atteindre un poids de plusieurs kilogrammes. Ces grandes formations pressent les vaisseaux sanguins, les nerfs, interférant avec la circulation sanguine et lymphatique. Les énormes wen créent de nombreux problèmes quotidiens - ils gênent le mouvement, interfèrent avec le choix des vêtements. Des cas de dégénérescence du wen en tumeur maligne - liposarcome sont décrits.

"data-medium-file =" https://i2.wp.com/medcentr-diana-spb.ru/wp-content/uploads/2017/07/lipoma.jpg?fit=370%2C300&ssl=1?v= 1572898667 "data-large-file =" https://i2.wp.com/medcentr-diana-spb.ru/wp-content/uploads/2017/07/lipoma.jpg?fit=678%2C550&ssl=1?v = 1572898667 "src =" https://i1.wp.com/medcentr-diana-spb.ru/wp-content/uploads/2017/07/lipoma-678x550.jpg?resize=678%2C550 "alt =" lipome "width =" 678 "height =" 550 "srcset =" https://i2.wp.com/medcentr-diana-spb.ru/wp-content/uploads/2017/07/lipoma.jpg?w=678&ssl= 1 678w, https://i2.wp.com/medcentr-diana-spb.ru/wp-content/uploads/2017/07/lipoma.jpg?w=370&ssl=1 370w, https: //i2.wp. com / medcentr-diana-spb.ru / wp-content / uploads / 2017/07 / lipoma.jpg? w = 768 & ssl = 1 768w, https://i2.wp.com/medcentr-diana-spb.ru/wp -content / uploads / 2017/07 / lipoma.jpg? w = 795 & ssl = 1 795w "tailles =" (largeur max: 678px) 100vw, 678px "data-recalc-dims =" 1 "/>

Par conséquent, lorsqu'un lipome est détecté, il doit être observé. Les tumeurs qui augmentent de taille, provoquent des douleurs, des gonflements, des blessures sur les vêtements, sont éliminées. Les petites formations sont coupées avec un laser ou un couteau électrique, et pour la résection de gros lipomes, une opération chirurgicale avec suture est effectuée. Par conséquent, il est recommandé de retirer le wen jusqu'à ce qu'il atteigne une taille impressionnante..

Fibrome

Ce gonflement du tissu conjonctif est situé sous la peau et ressemble à une boule. Les fibromes peuvent atteindre la taille d'un œuf de poule. Les formations composées de tissu conjonctif et musculaire sont appelées fibromes. La plupart des problèmes sont causés par des formations situées dans des zones ouvertes du corps et du visage. Ils sont retirés en raison d'une inesthétique et d'une tendance aux abcès. Bien que les fibromes se transforment en cancer dans seulement 1%, il vaut mieux s'en débarrasser.

Kystes

Ce sont des néoplasmes intradermiques - des cavités remplies de sébum et de masses cornées. Il existe de faux kystes qui ne contiennent pas de liquide. En raison de la menace de croissance et de suppuration du kyste, il est recommandé d'enlever.

En cas de suspicion de processus malin, il est préférable d'éliminer le néoplasme. C'est beaucoup plus facile que de traiter le cancer de la peau, et en particulier sa forme agressive - mélanome, métastases précoces et ayant un mauvais pronostic.

Où enlever les néoplasmes à Saint-Pétersbourg

À Saint-Pétersbourg, à la clinique Diana, tout type de néoplasme est éliminé à l'aide de méthodes modernes - un laser et un couteau à ondes radio. Les procédures sont effectuées sans douleur, cicatrices et autres complications. Avant le retrait, vous pouvez passer des tests d'oncologie, consultez un oncologue. Toutes les opérations peu traumatiques sont effectuées par un dermatologue de la catégorie de qualification la plus élevée, confirmée à Saint-Pétersbourg.

Si vous trouvez une erreur, sélectionnez un morceau de texte et appuyez sur Ctrl + Entrée

Articles Sur La Leucémie