La croissance de la pathologie oncologique est observée chaque année. La première place dans la structure du cancer est le cancer du poumon. Cela est dû à la fois à la pollution de l'environnement et au tabagisme, à l'alcoolisme, à la prédisposition génétique et à d'autres facteurs. Les statistiques sur les décès par cancer du poumon sont également effrayantes. Tout est lié au fait que pendant longtemps une personne ne remarque pas du tout de symptômes, et même quand elle le fait, elle trouve facilement une explication plus simple. Ceci est suivi d'une période de traitement symptomatique, et seulement quand cela devient très difficile - les patients demandent de l'aide. Malheureusement, plus de la moitié des patients présentant un tableau clinique prononcé ont déjà de nombreuses métastases..

En fonction de la localisation, le cancer du poumon central et périphérique sont séparés, et si le poumon entier est impliqué dans le processus, il est appelé massif. Central est localisé dans les grosses bronches et le cancer du poumon périphérique - dans les bronches de plus petit diamètre jusqu'aux alvéoles. Mais les scientifiques affirment que les différences ne concernent pas seulement la localisation, mais aussi la structure, l'origine, la pathogenèse, la clinique, etc. ingestion de cancérogènes.

La durée de vie avec un cancer du poumon périphérique dépend de nombreux facteurs, y compris le traitement. Le pronostic du cancer périphérique est sûrement plus favorable avec un diagnostic rapide et un traitement spécifique efficace.

Environ soixante-dix pour cent des cas de cancer périphérique du poumon droit, ainsi que localisé dans les lobes supérieurs, environ vingt - dans le bas et au milieu - moins de dix. Sur le plan histologique, le cancer périphérique est le plus souvent représenté par un adénocarcinome ou un carcinome épidermoïde..

C'est la forme périphérique du cancer qui est presque asymptomatique. Le diagnostic précoce est plus souvent associé à des examens médicaux préventifs.

L'hôpital Yusupov est équipé de tous les équipements modernes nécessaires au diagnostic du cancer du poumon. Des salles confortables, un personnel poli, des médecins hautement qualifiés sont tous les éléments clés d'un traitement réussi.

Symptômes

Les symptômes du cancer du poumon périphérique apparaissent le plus souvent aux stades avancés. Symptômes cliniques du cancer périphérique dans la plupart des cas associés soit à la compression d'organes ou de structures adjacents, soit à des lésions métastatiques.

Le cancer du poumon périphérique a plusieurs formes - nodulaire, semblable à une pneumonie et apicale. Les formes diffèrent par le cours, le tableau clinique, etc..

La forme nodulaire donne un tableau clinique lorsqu'elle commence à appuyer sur les bronches, la plèvre ou les vaisseaux. Cela devient la cause de la douleur, de la toux, de la production d'expectorations..

La pneumonie ressemble à une pneumonie, souvent compliquée par une pleurésie, mais ne répond naturellement pas à une antibiothérapie, ce qui fait réfléchir le médecin.

Mais le cancer périphérique du lobe supérieur du poumon droit, ainsi que le cancer périphérique du lobe supérieur du poumon gauche, sont souvent trouvés dans la littérature comme "apical". Le tableau clinique de cette forme de cancer est dû à la croissance du néoplasme dans les ganglions sympathiques. L'attention attire les douleurs à l'épaule, à l'avant-bras, à la main, un enrouement de la voix apparaît, la paupière supérieure tombe et la pupille se rétrécit. Ces symptômes mènent souvent d'abord à un neurologue, puis seulement à un oncologue..

Le traitement du cancer apical a également ses propres caractéristiques, car, par exemple, dans le cas d'un traitement chirurgical, il est possible de le retirer avec la clavicule et la côte. La chimiothérapie et la radiothérapie sont souvent utilisées en association.

Prévoir

Leur durée de vie avec un cancer du poumon périphérique dépend du stade, de la structure, de l'âge, de la pathologie concomitante, de la présence de métastases, etc. Malheureusement, l'espérance de vie, ainsi que le taux de survie au cancer du poumon, laissent beaucoup à désirer. C'est pourquoi vous ne devriez pas manquer une minute et commencer le traitement le plus tôt possible..

Dans le cas d'un stade avancé de cancer du poumon périphérique et de refus de traitement, l'espérance de vie est mesurée en plusieurs mois.

En cas de diagnostic rapide et de traitement adéquat, une survie à cinq ans est observée dans environ soixante pour cent des cas, selon les statistiques.

Les médecins de l'hôpital Yusupov, d'après leur expérience, peuvent donner des exemples de nombreuses rémissions et récupérations à long terme qu'ils ont pu réaliser grâce à leur travail. En développant, en essayant de trouver des solutions, les spécialistes de l'hôpital Yusupov sauvent la vie de patients 24 heures sur 24.

Cancer du poumon périphérique

Le cancer du poumon périphérique est appelé, qui se développe dans les mêmes parties du système respiratoire directement à partir du tissu pulmonaire. Comme il n'y a pratiquement pas de récepteurs de la douleur dans les bronchioles et les alvéoles, un foyer tumoral qui se développe ici aux premiers stades peut ne se manifester par rien. Une telle croissance se retrouve souvent fortuitement sur un scanner thoracique, prescrit pour d'autres problèmes de santé..

Compte tenu de l'augmentation multiple de la probabilité de maladie chez les personnes âgées et séniles, il est recommandé aux personnes des groupes à risque de plus de 35 ans de subir périodiquement un dépistage complet du cancer, y compris un certain nombre de tests, de tomodensitométrie et de bronchoscopie. Tout d'abord, cela s'applique aux fumeurs.

Formes de cancer du poumon périphérique

À la périphérie, des foyers malins nodulaires et infiltrants peuvent se former. La grande majorité des tumeurs sont nodulaires.

Si le nœud est formé d'épithélium squameux, il est généralement rond. Si l'adénocarcinome se développe dans les poumons, sa forme dépend généralement de la taille:

  • jusqu'à 1,5 cm - polygonale (polygonale);
  • de 1,5 à 3 cm - rond;
  • 5 cm ou plus - incorrect.

Les caractéristiques des néoplasmes comprennent un pourcentage assez élevé de nœuds avec une surface lisse et uniforme. Avec un examen insuffisamment informatif et l'incompétence du radiologue, cela peut entraîner des erreurs de diagnostic. Les plus grandes difficultés surviennent lors de l'examen des patients atteints d'un cancer du poumon périphérique cavitaire. De telles tumeurs sur les rayons X ne peuvent pas toujours être différenciées des foyers purulents (abcès), des cavités tuberculeuses, des kystes.

La nature de la lésion peut être clarifiée en scannant sur une installation avec deux types de scanners différents - TEP et CT.

Les principales caractéristiques des formes nodales de cancer périphérique associées à l'anatomie du système respiratoire

Il existe des différences dans la structure anatomique des poumons gauche et droit:

  • la bronche principale droite est plus large, plus droite et plus haute;
  • à droite, il y a trois lobes, à gauche - deux, tandis que le lobe supérieur du poumon gauche bordant le cœur a la soi-disant «encoche du cœur».
Structure pulmonaire humaine

Le cancer de tout type affecte plus souvent le bon organe apparié, car il est plus facile et plus facile pour les substances cancérigènes de pénétrer ici.

Le développement d'un carcinome dans les lobes supérieurs ne provoque pas d'élargissement significatif des ganglions lymphatiques, mais conduit à une expansion de la racine.

Les tumeurs des lobes inférieurs, à mesure que la maladie progresse, affectent les ganglions lymphatiques voisins, ce qui se manifeste par une augmentation significative de ces derniers.

Cancer du poumon périphérique cortico-pleural

Les tumeurs cortico-pleurales sont formées à partir de l'épithélium squameux. Les principaux critères de diagnostic sont l'emplacement et la propagation du néoplasme, qui est formé à partir de la couche du manteau, localisée sous la plèvre, se développe dans les côtes et la colonne thoracique.

Sur les tomogrammes, le nœud présente des différences caractéristiques - une jambe large, un contour ovale clair avec une surface bosselée et un «éclat» prononcé.

Cancer cortico-pleural en images

Cancer du poumon périphérique apical (tumeur de Pancost)

En raison du fait que ce type de néoplasme se développe dans les plexus nerveux et les vaisseaux situés dans la clavicule, des symptômes caractéristiques apparaissent. La compression du ganglion étoilé s'accompagne du développement du syndrome dit de Horner: constriction de la pupille (myosis), affaissement de la paupière (ptosis), rétraction du globe oculaire (énophtalmie). Le patient peut également être gêné par:

  • enrouement et toux (lors de la compression du nerf laryngé);
  • douleur et faiblesse de l'épaule et du bras (lorsque le plexus brachial est impliqué dans le processus);
  • cyanose (cyanose) et gonflement du visage, gonflement des veines du haut du corps (lorsque la veine cave inférieure est touchée).

Les patients atteints du cancer de Pancost sont difficiles à opérer, donc la chimiothérapie et la radiothérapie sont prioritaires dans leur traitement.

Cancer du poumon périphérique de type pneumonie

Ce type de néoplasie glandulaire tire son nom de la similitude de l'image radiographique de la maladie avec les radiographies de patients atteints de pneumonie chronique. Dans les lobes moyens et / ou inférieurs de ces patients (très rarement dans les lobes supérieurs), on trouve de multiples sceaux de nature infiltrante. Un radiologue expérimenté est capable de distinguer l'infiltration cancéreuse de la pneumonie par le "symptôme de bronchographie de l'air" caractéristique.

Modèle d'infiltration du cancer

Traitement et pronostic

En raison de la variété des formes et des manifestations cliniques, les approches du traitement des patients atteints de tumeurs pulmonaires malignes périphériques diffèrent considérablement. Le schéma et la portée de l'intervention chirurgicale et des soins thérapeutiques dans chaque cas sont déterminés en tenant compte:

  • le type de tumeur et son degré de malignité;
  • stades de la maladie;
  • atteinte des organes médiastinaux voisins;
  • l'état de santé général du patient.

Le pronostic le moins favorable concerne les patients atteints d'un cancer infiltrant à petites cellules, qui n'est souvent diagnostiqué qu'à des stades tardifs en raison de symptômes non exprimés. Le taux de survie à cinq ans dans ce cas ne dépasse pas 10%. Un examen préventif opportun et un traitement compétent, dans lesquels la priorité est donnée à la chimiothérapie, à la radiothérapie et à leur association, peuvent améliorer considérablement ces statistiques..

Avec une détection précoce du foyer nodulaire, plus de 50% des patients peuvent être amenés en rémission stable. La chimiothérapie, dont le déroulement est réalisé après une intervention chirurgicale ou la destruction d'un néoplasme à l'aide d'une unité de radiochirurgie nouvelle génération - TrueBeam, Cyber-Knife, etc., permet d'éviter les rechutes..

Si vous avez besoin d'un deuxième avis pour clarifier le diagnostic ou le plan de traitement, envoyez-nous une demande et des documents pour consultation, ou inscrivez-vous à une consultation en personne par téléphone.

Cancer du poumon périphérique

Le cancer du poumon périphérique est un processus oncologique atypique qui se développe dans les poumons et constitue un grave danger pour la vie et la santé humaines (code CIM-10 - C34.9). Un néoplasme cancéreux se forme à partir des tissus des petites bronches et la bronchiole est capturée. La maladie est dangereuse car un signe précoce de pathologie organique se manifeste pendant la période de germination des cellules cancéreuses dans les grandes bronches et la plèvre. Il est possible de diagnostiquer une maladie oncologique par hasard lors de la réalisation de mesures de diagnostic pour d'autres anomalies (une radiographie est prise) ou dirigée. Cependant, il n'est possible d'identifier un processus malin qu'à des stades ultérieurs. Les prévisions dans un tel cas sont décevantes..

Causes du cancer du poumon

Le cancer du poumon périphérique est formé à partir des bronches du 4ème au 6ème ordre, la plus petite branche est couverte, ce qui n'est pas associé au chemin luminal de la bronche. La pneumologie note que la périphérie de l'oncologie est diagnostiquée dans 10 à 35% de toutes les tumeurs pulmonaires détectées. Dans la plupart des cas, le cancer périphérique spécifié du lobe supérieur est situé dans 70% des cas et se produit rarement dans le lobe inférieur - 23%. En outre, il existe de rares situations où le cancer périphérique dans 7% des cas est situé dans le lobe moyen du poumon droit. La pathologie gauche est très rare.

Le danger accru de cette oncologie réside dans le développement asymptomatique prolongé. Souvent, la pathologie des organes est détectée à un degré avancé avec inopérabilité de la tumeur. La structure histologique de la formation pulmonaire périphérique est un adénocarcinome bronchoalvéolaire (alvéole) ou un carcinome épidermoïde. L'apparition de ce type de néoplasme est due aux raisons suivantes:

  • La consommation de produits du tabac est la principale cause de maladie atypique des tissus pulmonaires. La fumée de tabac contient de nombreuses substances nocives qui ont un effet cancérigène sur le corps humain..
  • Conditions naturelles ambiantes - pollution de l'air pénétrant dans le corps humain. Le poumon est rempli de poussière, de suie et de produits de décomposition du carburant.
  • Conditions de travail nocives - l'effet néfaste constant d'une grande quantité de poussière provoque le développement de la sclérose des tissus organiques. La pathologie a de fortes chances de devenir un type malin.
  • Asbestose - un état du corps observé à la suite de l'inhalation de particules d'amiante.
  • Prédisposition génétique.
  • Les anomalies pathologiques des poumons sont la raison du développement régulier du processus inflammatoire, ce qui augmente la probabilité de formation d'une évolution oncologique dans le corps. Les bactéries virales peuvent pénétrer les tissus et provoquer un développement atypique dans le corps.

Symptômes de la présence d'une oncologie pulmonaire

Les symptômes cliniques du type périphérique d'oncologie se rapprochent de ceux du type central lorsque le cancer atteint un stade avancé. La tumeur a le temps de se propager à la grande bronche et rétrécit la lumière bronchique. Cette étape du parcours atypique est caractérisée par des résultats similaires de l'examen physique, quelle que soit la forme de cancer. L'examen aux rayons X avec atélectasie révèle une ombre d'un foyer oncologique périphérique.

Avec une excroissance périphérique, la tumeur se propage sur la plèvre, formant un épanchement pleural. Le changement de la variété périphérique dans le type central d'oncologie est noté à la suite de la couverture de grandes bronches dans le processus. Dans le même temps, une cellule atypique du matériau de l'organe reste longtemps invisible. Le développement d'une pathologie pulmonaire provoque des symptômes caractéristiques qui forcent l'attention sur eux-mêmes - augmentation de la toux, production d'expectorations, hémoptysie, saignements, essoufflement, carcinomatose pleurale avec épanchement dans la région pleurale.

Dans le cancer bronchique, une première symptomatologie similaire se manifeste également avec le développement de complications de l'évolution inflammatoire dans les tissus pulmonaires (de type pneumonie). Par conséquent, il est recommandé de subir systématiquement une fluorographie. La procédure aide à détecter en temps opportun une évolution pathologique suspecte dans les poumons. Symptômes indiquant le développement d'un type de tumeur périphérique:

  • Essoufflement - métastase des cellules cancéreuses qui se propage aux ganglions lymphatiques provoquant des problèmes respiratoires.
  • Sensations douloureuses dans la région thoracique - alors que la nature de la manifestation douloureuse change avec le mouvement des foyers douloureux.
  • Toux prolongée sans cause claire.
  • Excrétion des mucosités.
  • Augmentation de la taille des ganglions lymphatiques.
  • Si le tissu cancéreux se propage à la cavité du poumon supérieur ou à la racine de l'organe, la veine cave supérieure peut être comprimée. En parallèle, le néoplasme oncologique affecte les zones du plexus de la colonne cervicale. Les signes neurologiques caractéristiques se développent avec le temps.
  • La température corporelle augmente.
  • Malaise.
  • Faiblesse générale du corps.
  • État lent.
  • Fatiguabilité rapide.
  • Diminution des performances humaines.
  • Diminution ou perte d'appétit.
  • Réduire le poids corporel du patient.
  • Dans certaines situations, des sensations douloureuses apparaissent dans les os et les structures articulaires.

Stades de développement et classification des tumeurs pulmonaires

Quel que soit le type de processus oncologique périphérique dans les poumons (squameux ou nodulaire), le cancer est subdivisé en stades cliniques au cours de l'évolution. Chaque degré implique l'intensité de la sévérité des signes d'oncologie et le niveau de prévalence de la lésion affectée. La première étape est le début de la formation d'une formation pathogène. La tumeur est caractérisée par une petite taille et n'a pas le temps de se développer dans les structures des ganglions lymphatiques et des matériaux voisins.

Le processus tumoral se déroule sans manifestations spécifiques. Au deuxième degré, la taille de la croissance tumorale augmente et la cellule pathogène se propage plus près des cellules des ganglions lymphatiques. Cependant, au deuxième stade, les tissus affectés ne pénètrent pas dans la lymphe. Les symptômes n'apparaissent pas à ce stade.

Si une formation maligne est détectée au deuxième stade, un résultat positif est prédit. Un traitement rapide aide les médecins à éliminer le cancer et à prévenir la propagation des métastases. Cependant, une maladie dangereuse est diagnostiquée par accident. Une personne est envoyée pour une radiographie ou une fluorographie pour vérifier sa propre santé.

La troisième étape est la germination des cellules pathogènes dans les matériaux et les ganglions lymphatiques voisins. À ce stade, les premiers symptômes apparaissent. La symptomatologie ici ne diffère pas par la spécificité de la manifestation. Le patient peut être traité avec une maladie autre que l'oncologie. Une personne n'a même pas de soupçon de présence d'un carcinome épidermoïde ou d'un autre type de tumeur pulmonaire périphérique dans le corps..

La quatrième étape décrit la propagation des métastases dans les organes et les tissus qui remplissent le corps humain. Dans la plupart des cas, le cancer du poumon malin est détecté lorsque le quatrième degré de développement est atteint. Par conséquent, le pronostic de survie et de rétablissement est mauvais. Les signes d'un cours oncologique à ce stade sont fortement prononcés.

Il n'est pas difficile d'établir un diagnostic précis et définitif. Le médecin prescrit une radiographie pour établir l'emplacement du foyer affecté et déterminer la dimension de la croissance tumorale. Afin de sélectionner une méthode de traitement appropriée et efficace, il est important de classer le cancer par type. La classification du cancer du poumon dépend de l'intensité de la manifestation du tissu atypique.

Stade 1 - le cancer est de petite taille. Il n'y a pas de propagation de cellules pathogènes vers la poitrine et les ganglions lymphatiques:

  • 1A - valeur inférieure à 3 cm;
  • 1B - la dimension varie de 3 à 5 cm.

Stade 2 - il y a une progression accélérée du foyer pathogène:

  • 2A - la taille de la lésion est de 5 à 7 cm;
  • 2B - la valeur ne change pas, cependant, les cellules affectées sont situées à proximité des ganglions lymphatiques.

Stade 3 - la tumeur se développe dans les couches profondes des organes et des matériaux voisins:

  • 3A - le cancer recouvre les organes adjacents et les ganglions lymphatiques. Taille supérieure à 7 cm;
  • 3B - la cellule cancéreuse se propage dans le diaphragme et la lymphe à partir de l'arrière de la région thoracique.

Stade 4 - le néoplasme tumoral capture complètement tout le corps.

Diagnostique

Pendant longtemps, le développement d'un cancer du poumon périphérique sans manifestation de symptômes caractéristiques complique le diagnostic précoce d'une maladie dangereuse. Les méthodes physiques au stade initial de l'oncologie ne fournissent pas un contenu d'information suffisant. Par conséquent, la fonctionnalité principale pour identifier une maladie pathologique va aux méthodes de diagnostic par rayonnement. Le diagnostic d'une tumeur pulmonaire est difficile en raison des signes radiologiques similaires à de nombreuses autres maladies. Les mesures de diagnostic suivantes aident à détecter le cancer du poumon périphérique:

  • L'examen aux rayons X est la méthode de diagnostic centrale pour déterminer les processus malins dans le corps. Souvent, l'examen spécifié est effectué en raison de la présence de divers problèmes. En conséquence, une personne est confrontée au cancer du poumon. La formation de tumeurs est caractérisée par une petite taille du foyer pathogène sur la région périphérique de l'organe respiratoire.
  • La tomodensitométrie (TDM) et l'IRM sont des méthodes de diagnostic qui garantissent la plus grande précision des résultats finaux. Les méthodes de recherche aident à créer une image claire des poumons du patient et à examiner pleinement les formations pathogènes en développement. L'utilisation de programmes spéciaux offre aux médecins traitants la possibilité d'examiner les images résultantes dans diverses projections et d'obtenir le maximum d'informations possible.
  • Biopsie - réalisée par l'élimination d'un morceau de tissu avec la poursuite d'un examen histologique. Lorsque le médecin traitant examine attentivement le tissu affecté résultant grâce à une macro-préparation, il sera en mesure d'établir la malignité du développement d'une tumeur..
  • La bronchoscopie est un examen des voies respiratoires et des bronches d'une personne blessée de la cavité interne d'un organe à l'aide d'instruments spécifiques. Puisqu'un néoplasme tumoral peut être localisé dans des zones reculées avec centralisation dans les poumons, les informations obtenues par cette procédure sont moindres que dans le cancer du poumon central se développant chez l'homme..
  • Examen cytologique des expectorations - aide à déterminer les tissus atypiques et d'autres signes indiquant un diagnostic de la maladie.

Méthodes de traitement oncologique

Un type périphérique de tumeur maligne est traité en tenant compte de la forme du néoplasme et du stade où le processus oncologique a été diagnostiqué (typologie épidermoïde, petite cellule, nodale et cavité). La forme à petites cellules nécessite un traitement conservateur avec l'utilisation de médicaments chimiques. D'autres espèces identifiées au stade initial peuvent être guéries à l'aide de la chirurgie. La tumeur est retirée, puis une chimiothérapie est prescrite. Si possible, il est possible de se passer de chimiothérapie.

Dans la pratique médicale, 4 méthodes modernes de traitement du cancer du poumon sont présentées:

  • impact opérationnel;
  • radiothérapie;
  • chimiothérapie;
  • radiochirurgie.

La plupart des types de procédures chirurgicales sont utilisés dans le traitement de l'oncologie - ablation du corps de la tumeur, excision de la partie affectée, élimination complète du poumon. Ou le médecin effectue une résection opératoire de la tumeur avec les matériaux affectés, où les cellules affectées ont réussi à pénétrer. La radiothérapie est prescrite lorsque la pathologie est détectée dans les derniers stades de développement.

La radiothérapie et la chimiothérapie à usage complexe aident à augmenter la durée de vie d'un patient atteint d'un type de néoplasme à petites cellules, quel que soit le stade de détection d'un foyer pathogène dans le corps. La radiothérapie montre un effet positif lors de la prescription d'une technique thérapeutique sérieuse à un stade précoce.

Une procédure de chimiothérapie implique l'utilisation d'un agent anticancéreux:

  • Vincristine;
  • Cisplatine;
  • Etoposide;
  • La bléomycine;
  • Paclitaxel;
  • Gemcitabine;
  • Nitrosométhylurée.

La chimiothérapie est une mesure complémentaire et auxiliaire des interventions chirurgicales et de l'exposition aux rayonnements. En outre, des méthodes chimiothérapeutiques sont utilisées s'il existe des contre-indications à la mise en œuvre de ces techniques thérapeutiques. La chimiothérapie se poursuit pendant 6 cours à des intervalles de 21 à 28 jours. Une résorption complète de la croissance tumorale est observée dans de rares cas..

Un phénomène similaire est typique pour 5 à 25% des patients, et il y a une amélioration sérieuse de l'état et du bien-être des patients. En combinant chimiothérapie et radiothérapie, quelle que soit la mise en œuvre simultanée ou séquentielle, il est possible d'obtenir un résultat positif. Une procédure thérapeutique chimique implique la possibilité d'un effet additif et d'une synergie, éliminant les effets secondaires d'une exposition toxique. La thérapie combinée est un type de traitement qui comprend une méthode radicale, chirurgicale et autre pour influencer le processus pathogène dans la zone touchée..

La méthode combinée est représentée par l'utilisation de deux types différents de manifestation et d'intensité de l'impact des effets exercés sur les foyers affectés locaux et régionaux. La combinaison de techniques thérapeutiques similaires comble les limites des méthodes individuelles utilisées. Il est important de comprendre que la polythérapie ne peut être réalisée que lorsque le traitement est réalisé selon un plan convenu, pensé et programmé pendant la période de diagnostic du cancer qui a englouti l'organe respiratoire. Le carcinome épidermoïde est diagnostiqué à un stade avancé. Par conséquent, l'opération est rarement recommandée..

Dans de telles situations, le médecin prescrit une chimiothérapie et une radiothérapie. Lors de la chirurgie pour enlever un foyer pathogène dans un organe, des complications apparaissent souvent, entraînant la mort chez les patients. Si l'opération est bien réalisée, il existe un risque de récidive de la pathologie. Lors de la détermination d'un néoplasme au stade initial, la probabilité de survie est de 50%. Si le cancer a été détecté au deuxième stade, le taux de survie des patients diminue à 30%. La troisième étape consacre 10% à la récupération. Et le quatrième degré d'oncologie reflète un pronostic décevant.

Une personne est privée d'espoir pour une guérison à part entière. Les gens vivent pour aujourd'hui, attendant le résultat prévu. Par conséquent, il est recommandé de subir systématiquement des examens médicaux, des examens préventifs et de faire une radiographie ou une fluorographie. La prévention et les directives cliniques aideront à identifier les processus atypiques dans le corps humain à un stade précoce.

Maladies oncologiques

Le cancer du poumon périphérique est une manifestation sous la forme d'un nœud, polygonal ou sphérique, sur les muqueuses des bronches, des glandes bronchiques et des alvéoles. La tumeur peut être à la fois bénigne et maligne, mais la forme la plus courante de la tumeur est maligne..

La maladie est un cancer du poumon périphérique qui affecte les bronches plus petites. Par conséquent, il existe généralement un rayonnement inégal autour du nœud, ce qui est plus typique pour les tumeurs à croissance rapide et mal différenciées. En outre, il existe des formes cavitaires de cancer du poumon périphérique avec des zones de carie hétérogènes..

La maladie commence à se manifester lorsque la tumeur se développe et progresse rapidement, impliquant les grosses bronches, la plèvre et la poitrine. À ce stade, le cancer du poumon périphérique devient central. Caractérisé par une augmentation de la toux avec écoulement des expectorations, une hémoptysie, une carcinomatose pleurale avec épanchement dans la cavité pleurale.

L'une des principales différences dans le processus tumoral dans les poumons est la variété de leurs formes:

Forme cortico-pleurale: néoplasme de forme ovale qui se développe dans la poitrine et se situe dans l'espace sous-pleural. Cette forme fait référence au type de cancer épidermoïde. De par sa structure, la tumeur est le plus souvent homogène avec une surface interne tubéreuse et des contours indistincts. Il a tendance à se développer à la fois dans les côtes adjacentes et dans les corps des vertèbres thoraciques voisines.

La forme de la cavité est un néoplasme avec une cavité au centre. La manifestation se produit en raison de la désintégration de la partie centrale du nœud tumoral, qui manque de nutrition pendant le processus de croissance. Ces néoplasmes atteignent généralement des tailles supérieures à 10 cm, ils sont souvent confondus avec des processus inflammatoires (kystes, tuberculose, abcès), ce qui conduit à un diagnostic initialement incorrect, ce qui contribue à la progression du cancer. Cette forme de néoplasme est souvent asymptomatique..

Important! La forme de cavité du cancer du poumon périphérique est diagnostiquée principalement aux stades avancés, lorsque le processus devient déjà irréversible.

Dans les poumons, des formations planes de forme arrondie avec une surface externe tubéreuse sont localisées. Avec la croissance de la tumeur, les formations de cavité en diamètre augmentent également, tandis que les parois s'épaississent et la plèvre viscérale est tirée vers la tumeur.

Cancer périphérique du poumon gauche

Cancer du lobe supérieur du poumon gauche. À ce stade du processus tumoral, l'image radiographique visualise clairement les contours du néoplasme, qui sont inhomogènes et de forme irrégulière. Dans ce cas, les racines des poumons sont élargies par les troncs vasculaires. Les ganglions lymphatiques ne sont pas hypertrophiés.

Cancer du lobe inférieur du poumon gauche. Ici tout se passe bien au contraire, par rapport au lobe supérieur du poumon gauche. Il y a une augmentation des ganglions lymphatiques intrathoraciques, pré-vaginaux et supraclaviculaires.

Cancer périphérique du poumon droit

Le cancer périphérique du lobe supérieur du poumon droit présente les mêmes caractéristiques que la forme précédente, mais se produit beaucoup plus souvent, comme le cancer du lobe inférieur du poumon droit.

La forme nodulaire du cancer du poumon provient des bronchioles terminales. Il se manifeste après la germination des tissus mous dans les poumons. L'examen aux rayons X montre la formation d'une forme nodulaire avec des contours nets et une surface bosselée. Une petite dépression peut être observée le long du bord de la tumeur (symptôme de Riegler), cela indique qu'un gros vaisseau ou une bronche est entré dans le nœud.

Important! «Nutrition pour les patients atteints de cancer du poumon»: une attention particulière doit être accordée à une alimentation correcte et saine, il est nécessaire de ne manger que des aliments sains et de haute qualité enrichis en vitamines, micro-éléments et calcium.

Le cancer du poumon périphérique de type pneumonie est toujours un cancer glandulaire. Sa forme se développe à la suite de la propagation le long de la proportion de cancer périphérique poussant à partir de la bronche, ou avec la manifestation simultanée d'un grand nombre de tumeurs primaires dans le parenchyme pulmonaire et leur fusion en un seul infiltrat tumoral.

Cette maladie n'a pas de manifestations cliniques définies. Au début, il se caractérise par une toux sèche, puis des expectorations apparaissent, initialement rares, puis abondantes, liquides, mousseuses. Avec l'ajout de l'infection, l'évolution clinique ressemble à une pneumonie récurrente avec une intoxication générale sévère.

Le cancer de l'apex du poumon avec le syndrome de Pancost est un type de maladie dans lequel des cellules malignes envahissent les nerfs et les vaisseaux de la ceinture scapulaire.

Le syndrome (triade) Pancost, est:

  • localisation apicale du cancer du poumon;
  • Syndrome de Horner;
  • douleur dans la région supraclaviculaire, généralement intense, d'abord paroxystique, puis constante et prolongée. Ils sont localisés dans la fosse supraclaviculaire du côté de la lésion. La douleur augmente avec la pression, s'étendant parfois le long des troncs nerveux émanant du plexus brachial, accompagnée d'un engourdissement des doigts et d'une atrophie musculaire. Dans ce cas, les mouvements de la main peuvent être perturbés jusqu'à la paralysie..

Radiographiquement, avec le syndrome de Pancost, il est révélé: destruction de 1 à 3 côtes, et souvent des apophyses transverses des vertèbres cervicales inférieures et thoraciques supérieures, déformation du squelette osseux. Aux stades avancés de la maladie, un examen médical révèle une dilatation unilatérale des veines saphènes. Un autre symptôme est la toux sèche..

Les syndromes de Horner et de Pancost sont souvent combinés chez un patient. Dans ce syndrome, en raison de lésions tumorales des ganglions du nerf sympathique cervical inférieur, de l'enrouement de la voix, de l'affaissement unilatéral de la paupière supérieure, de la constriction de la pupille, de la rétraction du globe oculaire, de l'injection (vasodilatation) de la conjonctive, de la dyshidrose (violation de la transpiration) et de l'hyperémie de la peau du visage sur le correspondant côté vaincu.

En plus du cancer du poumon primaire périphérique et métastatique, le syndrome de Pancost (triade) peut survenir dans un certain nombre d'autres maladies:

  • kyste échinococcique dans le poumon;
  • tumeur du médiastin;
  • mésothéliome pleural;
  • lymphogranulomatose;
  • tuberculose.

Leur localisation apicale est commune à tous ces processus. Avec un examen minutieux des poumons aux rayons X, on peut reconnaître la vérité sur la nature du syndrome de Pancost..

Combien de temps se développe le cancer du poumon?

Il existe trois cours de développement du cancer du poumon:

  • biologique - de l'apparition d'une tumeur à l'apparition des premiers signes cliniques, qui seront confirmés par les données des procédures de diagnostic effectuées;
  • préclinique - une période au cours de laquelle il n'y a aucun signe de la maladie, à l'exception de la visite d'un médecin, ce qui signifie que les chances de diagnostic précoce de la maladie sont réduites au minimum;
  • clinique - la période de manifestation des premiers symptômes et des premières visites des patients chez un spécialiste.

Le développement d'une tumeur dépend du type et de l'emplacement des cellules cancéreuses. Le cancer du poumon non à petites cellules se développe plus lentement. Il comprend: les cellules squameuses, l'adénocarcinome et le cancer du poumon à grandes cellules. Le pronostic de ce type de cancer est de 5 à 8 ans sans traitement approprié. Dans le cancer du poumon à petites cellules, les patients survivent rarement plus de deux ans. La tumeur se développe rapidement et les symptômes cliniques de la maladie apparaissent. Le cancer périphérique se développe dans les petites bronches, ne donne pas de symptômes prononcés pendant une longue période et se manifeste souvent lors d'examens médicaux de routine.

Symptômes et signes du cancer du poumon périphérique

Dans les derniers stades de la maladie, lorsque la tumeur se propage à la grande bronche et rétrécit sa lumière, le tableau clinique du cancer périphérique devient similaire à la forme centrale. À ce stade de la maladie, les résultats de l'examen physique sont les mêmes pour les deux formes de cancer du poumon. Dans le même temps, contrairement au cancer central, l'examen aux rayons X sur fond d'atélectasie révèle l'ombre de la tumeur périphérique elle-même. Dans le cancer périphérique, la tumeur se propage souvent le long de la plèvre avec la formation d'un épanchement pleural.
La transition de la forme périphérique vers la forme centrale du cancer du poumon se produit en raison de l'implication de grosses bronches dans le processus, tout en restant invisibles pendant une longue période. La manifestation d'une tumeur en croissance peut être une augmentation de la toux, une séparation des expectorations, une hémoptysie, un essoufflement, une carcinomatose pleurale avec épanchement dans la cavité pleurale.

Cancer des bronches, des premiers symptômes similaires apparaissent avec l'ajout de complications inflammatoires des poumons et de la plèvre. C'est pourquoi il est important de procéder régulièrement à une fluorographie, qui montre un cancer du poumon..

Symptômes du cancer du poumon périphérique:

  • essoufflement - peut être dû à des métastases tumorales aux ganglions lymphatiques;
  • douleurs à la poitrine, alors qu'ils peuvent changer de caractère avec le mouvement;
  • toux de nature prolongée, sans raison;
  • séparation des expectorations;
  • des ganglions lymphatiques enflés;
  • si la tumeur se développe dans la région de l'apex du poumon, une compression de la veine cave supérieure et l'effet du néoplasme sur les structures du plexus cervical peuvent se produire, avec le développement des symptômes neurologiques correspondants.

Signes de cancer du poumon périphérique:

  • augmentation de la température;
  • malaise;
  • faiblesse, léthargie;
  • fatigue rapide;
  • diminution de la capacité de travail;
  • perte d'appétit;
  • perte de poids;
  • dans certains cas, même des douleurs osseuses et articulaires sont ressenties.

Raisons du développement du cancer du poumon périphérique:

  1. le tabagisme est l'une des principales causes de cancer du poumon. La fumée de tabac contient des centaines de substances qui peuvent avoir un effet cancérigène sur le corps humain;
  2. conditions environnementales: pollution de l'air qui pénètre dans les poumons (poussières, suies, produits de combustion de carburant, etc.);
  3. conditions de travail nocives - la présence d'une grande quantité de poussière peut provoquer le développement d'une sclérose du tissu pulmonaire, qui risque de devenir maligne;
  4. asbestose - une condition causée par l'inhalation de particules d'amiante;
  5. prédisposition héréditaire;
  6. maladie pulmonaire chronique - provoque une inflammation persistante qui augmente la probabilité de développer un cancer, les virus peuvent envahir les cellules et augmenter la probabilité de développer un cancer.

Stades périphériques du cancer du poumon

Stades de prévalence du cancer du poumon

Classification du cancer du poumon en fonction de la manifestation clinique du degré:

  • Cancer du poumon périphérique de stade 1. La tumeur est suffisamment petite. Il n'y a pas de propagation de la tumeur aux organes de la poitrine et des ganglions lymphatiques;
  1. La taille de la tumeur 1A ne dépasse pas 3 cm;
  2. 1B taille de la tumeur de 3 à 5 cm;
  • Cancer du poumon périphérique de stade 2. La tumeur augmente;
  1. Taille de la tumeur 2A 5-7 cm;
  2. 2B les dimensions restent inchangées, mais les cellules cancéreuses sont situées à proximité des ganglions lymphatiques;
  • Cancer du poumon périphérique de stade 3;
  1. 3A la tumeur affecte les organes adjacents et les ganglions lymphatiques, la taille de la tumeur dépasse 7 cm;
  2. Les cellules cancéreuses 3B envahissent le diaphragme et les ganglions lymphatiques du côté opposé de la poitrine;
  • Cancer du poumon périphérique de stade 4. À ce stade, une métastase se produit, c'est-à-dire que la tumeur se propage dans tout le corps.

Diagnostic du cancer du poumon

Important! Le cancer du poumon périphérique est un néoplasme malin qui a tendance à se développer et à se propager rapidement. Lorsque les premiers symptômes suspects apparaissent, n'hésitez pas à consulter le médecin, car vous pouvez perdre un temps précieux.

Le diagnostic du cancer du poumon est difficile en raison de la similitude de ses symptômes radiologiques avec de nombreuses autres maladies..

Comment reconnaître le cancer du poumon périphérique?

  • L'examen aux rayons X est la principale méthode de diagnostic des néoplasmes malins. Le plus souvent, cette étude est réalisée par des patients pour une raison complètement différente, et dans le membre, ils peuvent rencontrer une oncologie pulmonaire. La tumeur ressemble à un petit foyer sur la partie périphérique du poumon.
  • La tomodensitométrie et l'IRM sont les méthodes de diagnostic les plus précises qui vous permettront d'obtenir une image claire des poumons du patient et d'examiner avec précision l'ensemble de son néoplasme. Avec l'aide de programmes spéciaux, les médecins ont la possibilité de visualiser les images reçues dans différentes projections et d'extraire le maximum d'informations pour eux-mêmes..
  • Biopsie - réalisée en prélevant un morceau de tissu, suivie d'un examen histologique. Ce n'est qu'en examinant le tissu sous un fort grossissement que les médecins peuvent dire que le néoplasme est malin..
  • Bronchoscopie - examen des voies respiratoires et des bronches du patient de l'intérieur à l'aide d'un équipement spécial. Comme la tumeur est située dans des sections plus éloignées du centre, la méthode donne moins d'informations que si le patient a un cancer du poumon central.
  • Examen cytologique des expectorations - vous permet de détecter des cellules atypiques et d'autres éléments suggérant un diagnostic.

Diagnostic différentiel

Sur une radiographie pulmonaire, l'ombre du cancer périphérique doit être différenciée de plusieurs maladies non liées à un néoplasme du poumon droit.

  • La pneumonie est une inflammation des poumons, qui donne une ombre sur l'image radiographique, l'accumulation d'exsudat provoque une violation de la ventilation dans les poumons, car il n'est pas toujours possible de distinguer le dessin exact. Un diagnostic précis n'est posé qu'après un examen approfondi des bronches.
  • La tuberculose et le tuberculome sont une maladie chronique qui peut provoquer le développement d'une formation encapsulaire - le tuberculome. La taille de l'ombre sur le radiogramme ne doit pas dépasser 2 cm Le diagnostic n'est posé qu'après une étude en laboratoire de l'exsudat pour identifier les mycobactéries.
  • Kyste de rétention - l'image montrera une formation avec des bords clairs, mais de cette manière, l'accumulation de sécrétion par les cellules cancéreuses peut également apparaître. Par conséquent, un examen supplémentaire des bronches et une échographie sont effectués.
  • Tumeur bénigne du poumon droit - il n'y aura pas de tubérosité sur la photo, la tumeur est clairement localisée et ne se désintègre pas. Il est possible de distinguer une tumeur bénigne de l'histoire et des plaintes du patient - il n'y a pas de symptômes d'intoxication, un état de santé stable, l'absence d'hémoptysie.
    Après avoir exclu toutes les maladies similaires, l'étape principale commence - la sélection des méthodes de traitement les plus efficaces pour un patient particulier, en fonction de la forme, du stade et de la localisation du foyer malin dans le poumon droit.

Vidéo informative: l'échographie endobronchique dans le diagnostic du cancer du poumon périphérique

Cancer du poumon périphérique et son traitement

Aujourd'hui, les méthodes les plus modernes de traitement du cancer du poumon sont:

  • intervention chirurgicale;
  • radiothérapie;
  • chimiothérapie;
  • radiochirurgie.

Dans la pratique mondiale, l'intervention chirurgicale et la radiothérapie cèdent progressivement la place à des méthodes avancées de traitement du cancer du poumon, mais, malgré l'avènement de nouvelles méthodes de traitement, le traitement chirurgical des patients atteints de formes résécables de cancer du poumon est toujours considéré comme une méthode radicale dans laquelle il existe des perspectives de guérison complète..

La radiothérapie donne les meilleurs résultats lors de l'utilisation d'un programme de thérapie radicale dans les étapes initiales (1,2).

Chimiothérapie - la thérapie de qualité consiste en l'utilisation de médicaments de chimiothérapie pour traiter le cancer du poumon tels que:

  • La doxorubicine;
  • Vincristine;
  • Méthotrexate;
  • Cisplatine;
  • Etoposide;
  • Cyclophosphamide;
  • La bléomycine;
  • Nitrosométhylurée;
  • Vinorelbine;
  • Paclitaxel;
  • Docétaxel;
  • Gemcitabine et autres.

Ils ne sont prescrits que s'il existe des contre-indications à la chirurgie et à la radiothérapie. En règle générale, ce traitement est effectué jusqu'à 6 cours de chimiothérapie à des intervalles de 3-4 semaines. La résorption complète de la tumeur se produit très rarement, seuls 6 à 30% des patients présentent des améliorations objectives.

Lorsque la chimiothérapie est associée à une radiothérapie (leur utilisation simultanée ou séquentielle est possible), les meilleurs résultats sont obtenus. Le traitement de chimioradiation est basé sur la possibilité à la fois d'un effet additif et d'un synergisme, sans la somme des effets secondaires toxiques.

Le traitement combiné est un type de traitement qui comprend, en plus des effets radicaux, chirurgicaux et autres, sur le processus tumoral dans la zone régionale touchée locale (méthodes de radiothérapie à distance ou autres). Par conséquent, la méthode combinée prévoit l'utilisation de deux effets de nature différente, hétérogènes, visant des foyers locaux-régionaux: par exemple, chirurgical + rayonnement, rayonnement + chirurgical, rayonnement + chirurgical + rayonnement, etc. La combinaison de méthodes unidirectionnelles compense les limites de chacun des les séparément. Dans le même temps, il convient de souligner que le traitement combiné ne peut être parlé que lorsqu'il est appliqué selon un plan élaboré au tout début du traitement..

Cancer du poumon périphérique: pronostic

Il est très difficile de prédire le traitement du cancer du poumon périphérique, car il peut être exprimé dans différentes structures, être à différents stades et peut être traité avec différentes méthodes. Cette maladie est guérissable à la fois par radiochirurgie et intervention chirurgicale. Selon les statistiques, parmi les patients opérés, le taux de survie à 5 ans ou plus est de 35%.
Dans le traitement des formes initiales de la maladie, une issue plus favorable est possible..

Prévention du cancer du poumon périphérique

Pour minimiser le cancer du poumon, vous devez:

  • traitement et prévention des maladies pulmonaires inflammatoires;
  • examens médicaux annuels et fluorographie;
  • arrêt complet du tabac;
  • traitement des lésions pulmonaires bénignes;
  • neutralisation des facteurs néfastes au travail, en particulier les contacts avec:
  1. composé de nickel;
  2. arsenic;
  3. le radon et ses produits de désintégration;
  4. résines;
  • éviter l'exposition aux facteurs cancérigènes dans la vie quotidienne.

Cancer du poumon périphérique

Le cancer du poumon périphérique est une tumeur maligne qui se développe à partir des alvéoles, des petites bronches et de leurs branches; localisée à la périphérie du poumon, loin de la racine. Les symptômes du cancer du poumon périphérique apparaissent à un stade avancé, lorsque la tumeur se transforme en grosses bronches, plèvre, paroi thoracique. Ceux-ci incluent l'essoufflement, la toux, les crachats de sang, les douleurs thoraciques, la faiblesse. Le diagnostic est posé en tenant compte des données de radiographie des poumons, de bronchographie, de tomodensitométrie, de bronchoscopie, d'examen cytologique des expectorations. Le traitement du cancer de localisation périphérique implique la réalisation d'une résection pulmonaire (dans la quantité requise) en association avec une chimiothérapie et une radiothérapie.

CIM-10

  • Les raisons
  • Classification
  • Symptômes
  • Diagnostique
  • Traitement
  • Prévoir
  • Prix ​​des traitements

informations générales

Cancer du poumon périphérique - cancer du poumon provenant des bronches du 4 au 6e ordre et de leurs petites branches, non associé à la lumière de la bronche. En pneumologie, le cancer du poumon périphérique représente 12 à 37% de toutes les tumeurs pulmonaires. Le rapport du taux de détection du cancer du poumon central et périphérique est de 2: 1. Le plus souvent (dans 70% des cas), le cancer du poumon périphérique est localisé dans les lobes supérieurs, moins souvent (23%) - dans les lobes inférieurs et très rarement (7%) - dans le lobe moyen du poumon droit. Le danger de cancer du poumon de localisation périphérique réside dans une longue évolution latente, asymptomatique et une détection fréquente à un stade avancé ou inopérable. Par structure histologique, le cancer du poumon périphérique est plus souvent représenté par un adénocarcinome bronchoalvéolaire ou un carcinome épidermoïde.

Les raisons

Les principaux facteurs de risque affectant l'incidence du cancer du poumon périphérique sont divisés en facteurs génétiques et modificateurs. La présence d'une prédisposition génétique est dite dans le cas où le patient a déjà reçu un traitement pour des tumeurs malignes d'autres localisations, ou a des parents qui ont eu un cancer du poumon. Cependant, la charge héréditaire n'est pas un critère de risque obligatoire. Le plus souvent, le cancer du poumon périphérique se développe sous l'influence de facteurs modificateurs exogènes et endogènes..

Le plus important d'entre eux est l'effet sur les bronches des cancérogènes aérogènes, principalement ceux contenus dans la fumée de cigarette (nicotine, bases pyridiniques, ammoniaque, particules de goudron, etc.). L'incidence du cancer du poumon est clairement corrélée à la durée, au mode de tabagisme et au nombre de cigarettes fumées quotidiennement. Les personnes qui ont commencé à fumer à un jeune âge, qui inhalent profondément, fument 20 cigarettes ou plus par jour sont particulièrement à risque. D'autres facteurs exogènes ne sont pas moins importants dans l'étiologie du cancer du poumon périphérique: pollution de l'air par les émissions industrielles, poussières, gaz; cancérogènes industriels (amiante, poussière de graphite et de ciment, composés de nickel, chrome, arsenic, etc.).

À l'origine du cancer du poumon périphérique, un grand rôle est joué par des facteurs endogènes - maladies pulmonaires (pneumonie, bronchite chronique, bronchite du fumeur, tuberculose, pneumosclérose limitée), qui sont retracées dans l'histoire d'un nombre important de patients. Le principal contingent de cas est composé de personnes de plus de 45 ans. Dans la pathogenèse des tumeurs périphériques, la dysplasie de l'épithélium des petites bronches et de l'épithélium alvéolaire joue un rôle décisif. Les néoplasmes se développent à partir de cellules épithéliales basales ciliées en coupe des bronches, d'alvéolocytes de type II et de cellules de Clara.

Classification

La classification de la prévalence du cancer du poumon périphérique, proposée par l'Institut de recherche oncologique de Moscou. PENNSYLVANIE. Herzen, suggère l'attribution de quatre étapes:

  • I - tumeur jusqu'à 3 cm de diamètre, située dans le parenchyme pulmonaire;
  • II - une tumeur d'un diamètre de 3 à 6 cm, située dans le lobe; des métastases uniques dans les ganglions lymphatiques bronchopulmonaires sont trouvées;
  • III - une tumeur d'un diamètre supérieur à 6 cm, se propage au-delà du lobe; dans une zone locale, un diaphragme, la paroi thoracique peut se développer; plusieurs métastases dans les ganglions lymphatiques intrathoraciques sont trouvées;
  • IV - la croissance de la tumeur dans le diaphragme, la paroi thoracique, les organes médiastinaux dans une zone étendue; métastases à distance, carcinomatose pleurale, pleurésie cancéreuse.

En outre, trois formes cliniques de cancer du poumon périphérique sont distinguées: le cancer nodulaire, de type pneumonie et de Pancost (cancer de l'apex du poumon).

  • La forme nodulaire provient des bronchioles terminales et ne se manifeste cliniquement qu'après la germination des grosses bronches et des tissus adjacents.
  • Une forme de cancer du poumon périphérique de type pneumonie se développe dans le parenchyme pulmonaire, caractérisé par une croissance infiltrante; adénocarcinome toujours histologiquement; ressemble cliniquement à une pneumonie lente.
  • Les caractéristiques de la localisation du cancer du poumon apical provoquent une infiltration tumorale des plexus cervicaux et brachiaux, des côtes, de la colonne vertébrale et des symptômes cliniques correspondants.

Parfois, la forme de la cavité du cancer du poumon (la formation d'une cavité pseudocaverneuse de carie dans l'épaisseur du nœud) et du cancer cortico-pleural (provient de la couche de cape, se propage le long de la plèvre le long de la colonne vertébrale, fait croître les tissus de la paroi thoracique).

Symptômes

Le cancer du poumon périphérique se développe pendant une longue période sans symptômes cliniques. Le stade asymptomatique peut être détecté lors de l'examen fluorographique, les symptômes cliniques évidents apparaissent généralement assez tardivement - au stade III. L'évolution des formes nodulaires, de type pneumonie et apicale du cancer du poumon périphérique a ses propres caractéristiques cliniques..

La forme nodulaire se manifeste généralement lorsque les bronches, la plèvre, les vaisseaux et autres structures plus grosses sont comprimées ou envahies. À ce stade, un essoufflement apparaît, une toux constante avec des expectorations abondantes et des traînées de sang, des douleurs thoraciques. Le patient commence à s'inquiéter de la détérioration de son état de santé général: faiblesse sans cause, fièvre, perte de poids. Développement possible du syndrome paranéoplasique - ostéoatropathie, déformation des doigts, etc..

La forme semblable à une pneumonie du cancer du poumon périphérique se présente comme une pneumonie aiguë typique - avec syndrome d'intoxication, fièvre fébrile, toux grasse avec des expectorations mousseuses abondantes. Souvent accompagné du développement d'une pleurésie exsudative.

La triade des signes du cancer de Pancost sont: la localisation de la tumeur à l'apex du poumon, le syndrome de Horner, une douleur intense dans la ceinture scapulaire. Le syndrome de Horner se développe avec la germination du ganglion sympathique cervical inférieur et comprend une ptose, une constriction de la pupille, une transpiration altérée dans le membre supérieur, une douleur supraclaviculaire du côté affecté. La douleur peut se propager à toute la ceinture scapulaire, irradier vers le bras; engourdissement des doigts, faiblesse des muscles de la main sont caractéristiques. Lorsque la tumeur se développe dans le nerf laryngé récurrent, un enrouement se produit. Le syndrome de la douleur dans le cancer du poumon apical doit être différencié de la douleur dans la plexite et l'ostéochondrose.

Dans les cas avancés, le cancer du poumon périphérique peut être accompagné d'un syndrome de la veine cave supérieure, d'un syndrome de compression médiastinale, d'un épanchement pleural, de troubles neurologiques.

Diagnostique

La longue période d'évolution asymptomatique du cancer du poumon périphérique complique le diagnostic précoce. Les techniques physiques aux stades initiaux de la maladie ne sont pas assez informatives, par conséquent, le rôle principal est attribué aux méthodes de diagnostic par rayonnement (rayons X, bronchographie, tomodensitométrie des poumons).

L'image radiographique dépend de la forme (nodulaire, cavitaire, apicale, de type pneumonie) du cancer du poumon périphérique. Le plus typique est l'identification d'une ombre sphérique non homogène aux contours irréguliers entourée d'une délicate «corolle radieuse»; parfois des cavités de désintégration sont déterminées. Avec le cancer de Pancost, la destruction des côtes I-III, des vertèbres cervicales inférieures et thoraciques supérieures est souvent observée. Les bronchogrammes montrent des amputations de petites bronches, un rétrécissement des branches bronchiques. Dans les cas difficiles, un scanner à rayons X ou une IRM des poumons est utilisé.

La bronchoscopie dans le cancer du poumon périphérique n'est pas aussi informative que dans le cancer du poumon central, mais dans certains cas, elle permet de visualiser les signes indirects de croissance tumorale (sténose bronchique), en effectuant des diagnostics de biopsie transbronchique et d'échographie endobronchique. La détection de cellules atypiques lors de l'examen cytologique des crachats ou des lavages bronchoalvéolaires confirme la nature tumorale du processus pathologique.

Dans le plan de diagnostic différentiel, il est nécessaire d'exclure l'échinococcose, le kyste pulmonaire, l'abcès, la tumeur pulmonaire bénigne, le tuberculome, la pneumonie persistante, la lymphogranulomatose, le mésothéliome pleural. Pour cela, un patient avec suspicion de cancer du poumon périphérique doit être consulté par un pneumologue, un phthisiatre, un chirurgien thoracique et un oncologue..

Traitement

Les tactiques thérapeutiques pour le cancer du poumon périphérique sont sélectionnées en fonction du stade auquel le processus tumoral a été détecté. Les meilleurs résultats sont obtenus avec un traitement combiné, y compris la chirurgie, complété par une chimiothérapie ou une radiothérapie.

La résection pulmonaire dans le volume de la lobectomie ou de la bilobectomie n'est applicable qu'aux stades I-II. La résection pour cancer de l'apex du poumon a ses propres caractéristiques et peut être complétée par une résection des côtes, des vaisseaux, une lymphadénectomie, etc. Les patients de forme commune subissent une pneumonectomie prolongée. En cas de contre-indications au traitement chirurgical (négligence du procédé, faibles capacités de réserve du corps, vieillesse, maladies concomitantes), ainsi qu'en cas de refus de l'opération, la méthode de choix est la radiothérapie ou la chimiothérapie. L'irradiation de deux zones est réalisée: le foyer périphérique et la zone de métastase régionale. Le méthotrexate, le cyclophosphamide, la vincristine, la doxorubicine, le cisplatine et d'autres cytostatiques dans diverses combinaisons sont généralement utilisés dans les cours de polychimiothérapie..

Prévoir

Les principaux facteurs qui déterminent le pronostic de l'oncopathologie sont le stade du processus, la radicalité du traitement, le type histologique et le degré de différenciation de la tumeur. Après un traitement combiné radical du cancer du poumon périphérique, le taux de survie à 5 ans au stade I est de 60%, au stade II - 40%, III - inférieur à 20%. Si une tumeur est détectée au stade IV, le pronostic est mauvais.

Articles Sur La Leucémie