Les bosses, nodules, bosses et autres phoques sur les lèvres externes d'une femme sont presque toujours un phénomène pathologique qui nécessite des soins médicaux d'urgence. Même si les néoplasmes vous semblent bénins, sans apporter d'inconfort et de douleur aigus.

Les raisons les plus courantes

  • De tels phénomènes peuvent être détectés même dans l'enfance et être congénitaux. Dans ce cas, il est conseillé aux parents de vérifier leur sang pour la syphilis, car le plus souvent des changements dans les organes génitaux chez les nourrissons indiquent précisément sa présence.
  • De plus, les tubercules peuvent être le signe d'un développement anormal des lèvres, de malformations congénitales de l'urètre et d'autres caractéristiques qui n'ont pas d'étiologie infectieuse ou virale. Cependant, il s'agit plus d'un cas particulier que d'un phénomène sain..
  • Il ne faut pas oublier que les néoplasmes de la région génitale peuvent devenir un signe de processus tumoraux dans le corps..
  • De plus, des nodules peuvent indiquer le développement du VPH (virus du papillome humain). Cette maladie dans un certain pourcentage de cas conduit au cancer du col de l'utérus..

Si les bosses apparaissent soudainement et sont bien ressenties sous la peau ou les muqueuses, consultez immédiatement un spécialiste pour obtenir des conseils et passer tous les tests nécessaires. C'est peut-être l'intervention précoce d'un spécialiste qui vous aidera à éviter de terribles conséquences irréversibles..

Bartholinite

Très souvent, des bosses sur les lèvres apparaissent en raison d'une inflammation des glandes de Bartholin. Ils sont localisés à l'entrée du vagin et se situent dans la graisse sous-cutanée des grandes lèvres. La glande de Bartholin synthétise une sécrétion muqueuse qui se forme dans le vagin à la veille des rapports sexuels. Le blocage des canaux excréteurs de ces glandes entraîne un processus inflammatoire dans l'organe, à la suite duquel des néoplasmes sous forme de petites bosses sont notés. Cette maladie survient souvent chez les femmes qui ne prêtent pas suffisamment attention à l'hygiène personnelle..

Comment se développent les symptômes??

  1. La spécificité de la maladie est telle que les symptômes n'apparaissent pas immédiatement;
  2. 1 à 2 semaines après le début du processus inflammatoire, un sceau se forme à l'intérieur des grandes lèvres;
  3. Le ballon commence à faire mal et à causer de l'inconfort, surtout en portant des sous-vêtements serrés;
  4. Les grosses lèvres gonflent, il y a une sensation de brûlure et des crampes dans le périnée;
  5. La suppuration et l'épanchement de l'exsudat sont possibles, mais le plus souvent cela ne se produit pas.

La bartholinite ne nécessite pas de traitement spécifique, cependant, si elle est complètement absente, une femme a de fréquentes rechutes du processus inflammatoire. Dans le même temps, une nouvelle maladie commence - un kyste de la glande de Bartholin. Dans ce cas, le traitement chirurgical est déjà utilisé, car les méthodes thérapeutiques alternatives deviennent impuissantes. Si, avec la bartholinite, la suppuration de la masse commence, il y a une forte détérioration du bien-être général, des douleurs pendant les rapports sexuels, une augmentation de la température corporelle jusqu'à 40 degrés. Il convient de souligner que la bartholinite pendant la grossesse peut provoquer un avortement spontané..

Si vous avez reçu un diagnostic de bartholinite, nos spécialistes expérimentés sélectionneront pour vous un traitement antibiotique doux ou appliqueront des tactiques chirurgicales pour exciser le kyste. N'oubliez pas de maintenir votre santé après le traitement, de pratiquer une bonne hygiène personnelle et d'utiliser des contraceptifs lorsque vous changez de partenaire. Sachez que la bartholinite peut également se développer en raison du parasitisme des micro-organismes pathogènes dans votre microflore individuelle. Souvent, la maladie devient une conséquence de la trichomonase, de la gonorrhée et de la chlamydia.

Formations tumorales

Des bosses dans l'aine et les lèvres peuvent être le signe d'une tumeur dans le corps. Heureusement, les néoplasmes génitaux sont plus susceptibles d'être bénins..

  • Le fibrome est un néoplasme d'étiologie bénigne, localisé dans le tissu conjonctif, moins souvent dans l'aponévrose du tissu paramétrique. Généralement situé sur les grandes lèvres. Le traitement des tumeurs est exclusivement chirurgical. Nos médecins guérissent efficacement cette maladie, garantissant un nouveau pronostic favorable.
  • Les fibromes sont des tumeurs qui n'entraînent pas de destruction tissulaire ni de métastase (également bénignes). Formé à partir de fibres musculaires, il apparaît comme une bosse sur les grandes lèvres. L'excision chirurgicale est obligatoire.
  • Le lipome est une tumeur plus sévère qui n'a pas d'étiologie maligne. Il est formé de tissu adipeux et est situé près de la vulve. C'est un nodule ou plusieurs petits néoplasmes envahis. Placé sur une jambe solide et stable. La taille du nodule est généralement petite, mais a tendance à croître. Une telle tumeur est toujours disponible lors d'un examen traditionnel sans manipulations diagnostiques supplémentaires. Vous pouvez également trouver un lipome lorsque vous sentez vos organes génitaux ou les lavez. Si la maladie n'est pas traitée, diverses complications sont possibles: hémorragie, infection, œdème et même nécrose tissulaire. Nos chirurgiens pratiquent l'excision du lipome et prescrivent une thérapie de soutien supplémentaire.
  • L'hydradénome est un type rare de tumeur dans la région génitale. Il se développe en raison de l'activité vigoureuse des glandes sudoripares et de certaines autres déviations. Dans le cas de cette maladie, des indurations sous forme de nodules se forment sur les lèvres, parfois elles sont localisées sur toute la zone de l'organe ou sont solitaires. L'hydradénome doit être traité en temps opportun, sinon il peut évoluer vers une tumeur maligne.
  • Oncologie. (Cancer ou sarcome du vagin, tumeur oncologique de la vulve). Il se manifeste sous la forme de nœuds et de tubercules denses dans la région génitale. Si les tumeurs bénignes ne provoquent pratiquement pas de symptômes supplémentaires, l'oncologie s'accompagne toujours d'un écoulement abondant de pus ou de mucus avec une odeur piquante, des saignements et des infiltrats diffus. Malheureusement, dans ce cas, personne ne peut donner un pronostic favorable sans ambiguïté, même avec un traitement commencé en temps opportun..

Thérapie dans notre clinique

Si vous remarquez des phoques sur vos organes génitaux, nous vous recommandons de ne pas hésiter à contacter nos spécialistes qualifiés. Vous serez examiné par nos gynécologues sans faute, après quoi, si nécessaire, vous serez référé à un chirurgien. Nous effectuerons le traitement approprié, en choisissant la meilleure option pour vous. Nous nous efforçons toujours de choisir des techniques douces, mais si cela n'est pas possible, notre chirurgien éliminera votre tumeur rapidement, sans douleur, avec la garantie qu'il n'y a pas de complications..

La pratique à long terme et la vaste expérience de nos spécialistes nous permettent de garantir la santé de chaque patient. Nous vous recommandons de consulter un médecin en temps opportun afin d'éviter des complications graves et une rechute de la maladie..

Néoplasmes vulvaires

Les néoplasmes vulvaires sont une forme de pathologie causée par une division cellulaire anormale et une croissance tissulaire correspondante dans la région génitale externe. Presque toutes les structures tissulaires situées dans la zone indiquée peuvent produire un processus similaire:

  • musclé;
  • épithélium;
  • gras;
  • de liaison;
  • lymphoïde.
  • Types de néoplasmes bénins de la vulve
  • Symptômes des néoplasmes vulvaires bénins
  • Diagnostic des néoplasmes bénins de la vulve
  • Traitement des néoplasmes bénins de la vulve
  • Pronostic des néoplasmes vulvaires bénins

Il existe les zones possibles suivantes pour l'apparition de néoplasmes vulvaires:

  • pubis;
  • grandes lèvres;
  • petites lèvres;
  • clitoris;
  • commissure postérieure;
  • ouverture urétrale externe.

Les fibromes et fibromes les plus courants de la vulve. Les deux types sont des tumeurs bénignes. Le carcinome épidermoïde est plus fréquent parmi les néoplasmes malins de la vulve..

Les néoplasmes bénins de la vulve présentent les caractéristiques suivantes:

  • grandir lentement;
  • ne donnez pas de métastases à d'autres organes;
  • ne germent pas dans les organes voisins;
  • presser les organes adjacents avec une forte croissance;
  • avoir une frontière claire.

Le principal danger des néoplasmes de la vulve (comme, en fait, de tout autre organe) est qu'ils continuent à progresser même après l'élimination des facteurs qui ont provoqué leur apparition.

Types de néoplasmes bénins de la vulve

Comme déjà noté, les néoplasmes vulvaires peuvent être à la fois bénins et malins. Considérez quels types de néoplasmes bénins de la vulve sont connus de la gynécologie moderne.

  1. Myome de la vulve. C'est un néoplasme dont la structure est formée de fibres musculaires. Il en existe deux types:
    • rhabdomyome - myome formé par des fibres striées;
    • léiomyome - myome, constitué de fibres musculaires lisses.

Parmi les principales caractéristiques de ce type de néoplasme, il convient de souligner:

  • manque de communication avec les tissus environnants;
  • mobilité;
  • consistance élastique dense.

Le plus souvent, les fibromes se trouvent profondément dans les muscles des grandes lèvres.

  • Fibrome de la vulve. C'est une formation de structures fibreuses matures du tissu conjonctif. Dans certains cas, il est représenté par des faisceaux de fibrilles de collagène. Caractéristiques distinctives des fibromes vulvaires:
    • manque d'adhérences avec les tissus environnants;
    • la présence d'une jambe ou d'une base;
    • croissance lente;
    • cohérence, déterminée par le degré de compactage du cytoplasme et l'emplacement des faisceaux de collagène.

    Habituellement, le fibrome se trouve profondément dans les muscles des grandes lèvres. Dans certains cas, sa localisation se produit devant le vagin..

  • Fibromes de la vulve. Ce néoplasme combine les caractéristiques des deux précédents et prend naissance dans les muscles du gros ligament.
  • Papillome de la vulve (condylome). Cette formation à partir de l'épithélium tégumentaire est toujours associée au papillomavirus humain. Il a une structure fibroépithéliale et s'accompagne souvent d'une hyperpigmentation. Ses caractéristiques:
    • brun foncé (dans certains cas blanchâtre);
    • base large ou tige mince;
    • propagation simple ou multiple;
    • apparition de prolifération papillaire;
    • bombé vers l'extérieur.

    Le papillome est localisé, en règle générale, à la veille du vagin ou sur les grandes lèvres. Son danger réside dans le risque élevé de dégénérescence en tumeur maligne après propagation à la muqueuse vaginale.

  • Lipome de la vulve. Ce néoplasme est formé par une structure graisseuse, parfois avec des impuretés de tissu conjonctif (dans ce cas, un fibrolipome est obtenu). Ses signes:
    • forme ronde;
    • la présence d'une capsule prononcée;
    • peu de mobilité;
    • consistance molle.

    Le lipome se situe le plus souvent sur les grandes lèvres ou sur le pubis.

  • Lymphome de la vulve. Cette formation avec une structure à plusieurs lumières est représentée par le tissu lymphoïde. Cela ressemble à un petit nœud juteux. Cette tumeur est caractérisée par:
    • teinte bleuâtre;
    • la présence d'inclusions denses;
    • le contenu de l'épanchement protéique;
    • consistance molle.

    Dans la plupart des cas, le lymphome est localisé dans la zone des grandes lèvres..

  • Myxome de la vulve. Cette tumeur est formée par le mésenchyme - le tissu germe conjonctif, qui forme directement le tissu conjonctif et musculaire. Ses signes:
    • couleur blanc jaunâtre;
    • contours arrondis;
    • la présence d'une capsule;
    • consistance gélatineuse.

    Le myxome se trouve généralement dans la couche sous-cutanée du pubis ou des grandes lèvres. Cette maladie est plus souvent diagnostiquée chez les femmes en âge de postménopause..

  • Hydroadénome de la vulve. Ce néoplasme, émanant des glandes sudoripares, est une éruption cutanée nodulaire multiple, située symétriquement. Il se caractérise par:
    • teinte rosâtre, jaunâtre ou brune;
    • forme ronde ou ovale;
    • la présence de cavités kystiques.

    L'hydradénome se produit dans les grandes lèvres ou le pubis.

  • Hémangiome de la vulve. C'est la formation d'une structure capillaire ou caverneuse émanant des vaisseaux de la membrane muqueuse et de la peau. Une telle tumeur ressemble à un cyanosé, et parfois à un nœud rouge dépassant de la surface. Il est dangereux avec le risque de se propager aux tissus des organes génitaux internes - le vagin et l'utérus.
  • Symptômes des néoplasmes vulvaires bénins

    Tant que l'éducation n'a pas été suffisamment augmentée, la femme peut ne pas la remarquer. Au fur et à mesure qu'ils grandissent, ils se gonflent vers l'extérieur et étirent les tissus adjacents. Le résultat est un inconfort:

    • sensation de corps étranger dans la région périnéale;
    • inconfort pendant les rapports sexuels;
    • inconvénient lors de la conduite.

    Si la tumeur est endommagée, des symptômes tels que:

    • inflammation;
    • suppuration;
    • l'apparition d'ulcères;
    • saignement de contact;
    • violation de la miction.

    Cette dernière est due à la compression de l'urètre par une formation croissante.

    Les néoplasmes en développement de la vulve s'élèvent généralement sous la forme d'un gonflement au-dessus de la peau. Si la circulation sanguine y est perturbée ou si la nécrose commence, la femme commence à ressentir de la douleur.

    Diagnostic des néoplasmes bénins de la vulve

    Seul un gynécologue peut poser un diagnostic approprié et établir le type de néoplasme. Étant donné qu'ils peuvent se développer de manière asymptomatique, seuls des examens réguliers par un spécialiste peuvent suivre la maladie à un stade précoce..

    Le diagnostic commence par la collecte de l'anamnèse. Le médecin découvre:

    • plaintes des patients (inconfort, douleur, écoulement);
    • le moment de leur apparition;
    • l'intensité de leur manifestation;
    • la présence de maladies gynécologiques transférées dans le passé;
    • la présence de grossesses, d'avortements, d'accouchements et d'opérations;
    • une image de la fonction menstruelle (stabilité du cycle, douleur, profusion).

    Vient ensuite un examen gynécologique, qui comprend nécessairement un examen bimanuel. En plus des manipulations gynécologiques standard, vous devrez peut-être:

    • échographie transvaginale;
    • vulvoscopie - examen des organes génitaux externes à l'aide d'un microscope (dans certains cas - sans contact);
    • examen vaginal;
    • colposcopie ou vaginoscopie - examen du vagin et de la partie du col de l'utérus proche.

    Ces méthodes permettent de s'assurer que la tumeur s'est propagée des organes génitaux externes aux organes internes, et si cela s'est produit, de combien.

    Si le médecin décide que le néoplasme risque de renaître de bénin à malin, il en prendra un fragment et procédera à un examen histologique. Dans ce cas, l'aide n'est pas requise d'un gynécologue ordinaire, mais d'un gynécologue-oncologue.

    Traitement des néoplasmes bénins de la vulve

    Si le médecin est convaincu que le néoplasme vulvaire est bénin, il est peu probable qu'il prescrive immédiatement un traitement. Habituellement, la tumeur est gardée sous observation, à condition qu'elle ne cause pas d'inconfort au patient et ne progresse pas dans la croissance.

    Les indications pour l'ablation chirurgicale du néoplasme peuvent être:

    • inconfort esthétique;
    • évolution symptomatique de la maladie;
    • croissance tumorale;
    • le risque de modifications de la structure tissulaire.

    Les méthodes d'élimination des néoplasmes de la vulve présentent certaines caractéristiques qui dépendent de leurs types et de leur localisation:

    • Une tumeur située profondément dans le tissu doit être exfoliée avec suture ultérieure du lit.
    • Une masse avec une jambe est excisée à la base.
    • La myomectomie est nécessaire pour éliminer les fibromes.
    • Un néoplasme situé près de l'urètre est enlevé avec la participation d'un urologue.

    L'ablation des organes génitaux externes, la chimiothérapie et la radiothérapie ne sont prévues qu'en cas de détection de néoplasmes malins. Avec une nature bénigne des tumeurs, de telles interventions radicales ne sont pas nécessaires..

    Pronostic des néoplasmes vulvaires bénins

    Le danger de néoplasmes bénins de la vulve ne peut être que s'ils deviennent malins. Cependant, cela arrive assez rarement. Ainsi, ils n'entraînent pas de grands risques pour la vie et la santé..

    La réémergence des néoplasmes est possible, en particulier lorsqu'il s'agit de papillomes. Pour éviter cela, un traitement antiviral doit être effectué après le retrait..

    De plus, il existe un risque de blessure pendant l'opération..

    Balle sur les lèvres

    Les organes génitaux externes d'une femme contiennent de minces plis qui ont une fonction protectrice. L'homogénéité des tissus est un signe de l'absence de pathologies, mais parfois des représentants de la belle moitié de l'humanité peuvent trouver une balle sur les lèvres, ce qui change considérablement son apparence.

    Une condition anormale indique parfois une maladie en développement qui menace le système génito-urinaire et le corps dans son ensemble.

    Maladies à faible risque: follicules enflammés, lipomes et athéromes

    La zone intime d'une femme a un grand nombre de poils, mais sous l'influence d'infections et de bactéries, les follicules s'enflamment, formant une zone de lésion au contenu purulent.

    Les principales différences sont les phoques blancs ou jaune clair avec une bordure rouge. Les stades cliniques du développement ressemblent aux manifestations de l'acné sous-cutanée, mais seulement ils sont projetés sur les petites lèvres.

    Malgré l'évolution favorable, le sceau en forme de boule de ce type provoque des douleurs et provoque une inflammation accrue. La proximité de la zone touchée près de l'urètre ou la présence de poils incarnés est particulièrement dangereuse. Le traitement consiste à irriguer les lèvres avec des antiseptiques et à prendre des bains désinfectants.

    Le lipome est un wen qui grossit, mais il n'est pas associé à la présence d'un processus inflammatoire. À la palpation, la croissance sous-cutanée peut rouler, ce qui indique la présence d'un contenu semblable à de la graisse à l'intérieur.

    Facteurs de développement du lipome:

    • vie sexuelle riche;
    • augmentation du poids corporel;
    • négligence d'hygiène.

    Les graisses (variétés - fibrolipomes et myolipomes) sont relativement inoffensives, mais elles ne peuvent être éliminées que par chirurgie. Cela peut être fait après l'apparition d'inconvénients physiologiques, bien que les ostéolipomes, constitués non seulement de tissu adipeux, mais également de tissu osseux (une boule dure), doivent être rationnellement éliminés immédiatement après la détection..

    Un autre type de lésion est l'athérome, qui ressemble au wen (petit tubercule), mais se caractérise par la présence de bouchons aux emplacements des canaux sébacés.

    Une mauvaise épilation est une cause fréquente de lésions des lèvres, sur lesquelles apparaissent des foyers et des foyers de blocage des glandes sébacées dans les lieux d'exposition brutale.

    Risque modéré: atteinte de la glande de Bartholin

    Une mauvaise hygiène, une détérioration de l'immunité, des dommages mécaniques à la membrane muqueuse et un déséquilibre hormonal sont les principales raisons du développement d'un état pathologique. Si après 7 à 14 jours après la fin du processus inflammatoire, un tubercule apparaît, la cause du développement de la maladie y réside. En raison de la formation d'une bosse, une femme ressent une gêne en marchant, et parfois même des attaques fébriles causées par une forte augmentation de la température. Les médecins appellent cette maladie la bartholinite.

    Les rapports sexuels promiscus augmentent également le risque que des micro-organismes pathogènes pénètrent dans les canaux de la glande, ce qui crée les conditions pour l'apparition de processus destructeurs. L'effet le plus néfaste sur la glande est des maladies telles que la gonorrhée, la chlamydia, la trichomonase.

    Signes d'inflammation de la glande:

    1. rougeur de l'épithélium autour de la glande;
    2. douleur dans le périnée;
    3. aggravation après la menstruation;
    4. la libération de pus du canal.

    Parfois, la bartholinite conduit à la formation d'un kyste dans la zone du canal excréteur. Une condition pathologique est observée lorsqu'elle est bloquée, causée par une quantité excessive de sécrétion excrétée, qui est utilisée comme lubrifiant pendant le coït. Une mauvaise élimination de l'humidité se produit également lorsque l'ouverture est rétrécie.

    Une partie du liquide corporel reste à l'intérieur puis se décompose, provoquant une inflammation (faux abcès). Une forme compliquée de bartholinite est le développement d'un kyste, bien qu'après un traitement conservateur, il disparaisse souvent sans chirurgie. Cependant, lorsqu'un véritable abcès apparaît à l'intérieur des lèvres, il est impossible d'éviter les effets thérapeutiques sans utiliser un scalpel..

    Le traitement de la bartholinite est associé à une cure d'antibiotiques, dans les cas graves, la glande obstruée est ouverte.

    Sceaux temporaires

    Lorsque vous portez des sous-vêtements trop serrés, une sorte de bouton peut apparaître, qui, en apparence, ressemble à un wen ou à un phoque causé par la bartholinite, mais après avoir éliminé le facteur traumatique, le ballon passe.

    Parfois, l'acné survient par contact avec des mains sales ou par l'utilisation de produits qui provoquent une réaction allergique individuelle.

    La formation de grumeaux temporaire se produit après une hypothermie ou un rhume, mais après la guérison, elle disparaît.

    Balles comme néoplasmes bénins

    Si une boule de type bénin s'est formée, son excision en temps opportun peut réduire les risques de dégénérescence tissulaire.

    • Mixoma. Souvent trouvé sur le pubis, mais également présent sur les grands plis intimes. Le fluide interne a une base gélatineuse jaune-blanc. Plus souvent diagnostiqué chez les personnes à l'âge de la retraite.
    • Lymphangiome. La formation lymphatique est un type douloureux qui se projette principalement sur les grandes lèvres. Il y a toujours plusieurs tubercules, qui sont coulés en bleu ou pourpre et pendant la croissance sont reliés les uns aux autres. Le taux d'augmentation est très lent, il n'y a pas de menace pour la vie, la prévalence chez les patients est élevée.
    • Myome. La zone touchée est caractérisée par l'implication des tissus profonds des lèvres dans le processus pathologique..
    • Fibrome. La boule ovale est constituée de tissu conjonctif. La tendance à passer à une tumeur maligne n'est présente que dans un type de fibrome - desmoïde.
    • Hémangiome. Avec ce sceau, les médecins trouvent une balle sur les petites lèvres (ou grandes). La présence de couleur bleue ou rouge s'explique par la présence de sang dans la formation (2 formes - caverneuse et capillaire).

    Si la formation d'un défaut est associée à la présence d'une cystite, d'une urétrite ou d'une colpite, il est important d'éliminer ces maladies afin d'éviter une infection permanente de la masse.

    Influence des maladies vénériennes

    Muguet. Il est sexuellement transmis, provoquant un écoulement blanc. En cas d'infection prolongée, une candidose génitale se développe: des boules se forment sur les lèvres, qui se transforment rapidement en excroissances sur la jambe - des papillomes. Les lésions sont blanches, rouges ou de couleur chair. Ils augmentent rapidement lorsqu'ils sont exposés à un environnement humide..

    L'herpès génital. L'infection provoque l'apparition de boules molles avec un exsudat aqueux interne qui éclate lorsqu'il est pressé. Après le départ du liquide, de petits ulcères se forment.

    Syphilis. Après une infection par la syphilis, un chancre apparaît sur n'importe quelle partie du corps sous la peau, qui peut également être située sur les lèvres. Le compactage augmente rapidement en taille et se manifeste, formant une zone molle et en décomposition au centre et des bordures dures sur les bords.

    Points blancs indolores - taches de Fordyce - font référence aux glandes sébacées légèrement élargies qui sont plus fréquentes chez les adolescentes pendant la puberté.

    Néoplasmes malins

    Certains des changements dans la zone des organes externes féminins, en particulier s'il y a un joint en forme de boule, acquièrent des caractéristiques menaçantes en raison de la dégénérescence du tissu conjonctif. L'apparition de nodules est souvent associée au développement d'un cancer du col de l'utérus en présence d'un VPH oncogène élevé dans le corps. Avec le sarcome du vagin, il y a toujours une grande quantité de pus sécrété, du mucus sanguin qui a une odeur piquante.

    L'hydradénome est également dangereux - une formation à croissance rapide qui atteint un diamètre de joint allant jusqu'à 1 centimètre. Le derme adjacent au sceau meurt - en conséquence, le tissu musculaire est exposé.

    Les lésions cutanées augmentent le risque d'infection secondaire. Habituellement, le tissu altéré ne fait pas mal ou ne saigne pas. Lors du diagnostic de l'hydradénome, la probabilité que la tache devienne maligne augmente..

    La formation maligne entre les lèvres fait référence au cancer de la vulve, qui se développe plus souvent chez les patients diabétiques infectés par le VPH ou le VIH. Les premiers symptômes sont l'apparition de nodules, qui apparaissent ensuite, démangent et se développent. L'aggravation de l'état s'accompagne d'un syndrome douloureux et d'un exsudat séreux-purulent. Traitement - excision et radiothérapie.

    Conclusion

    Trouver un sceau sous la lèvre ou à côté de celui-ci est un signal pour subir un examen complet des organes génitaux. Lors d'un rendez-vous avec un gynécologue, vous pouvez obtenir des réponses complètes liées à l'incapacité de déterminer de manière indépendante le type d'éducation.

    De manière planifiée, ils visitent la clinique en l'absence de syndrome douloureux, de toute urgence - en présence de sensations désagréables prononcées.

    Que faire si vous trouvez un phoque sur les lèvres?

    Une bosse sur les lèvres est une formation sous-cutanée qui ressemble à un nodule ou à un tubercule. La formation de phoques peut s'accompagner de sensations douloureuses, d'une rougeur de la peau, d'un gonflement et de la formation d'un abcès avec écoulement purulent au stade de la négligence.

    Dans la plupart des cas, un néoplasme de ce type est bénin, mais après avoir trouvé un tubercule sous-cutané dans la région des lèvres, il ne faut pas exclure le développement de pathologies graves, d'une lésion infectieuse ou d'une tumeur maligne. Il est impossible de déterminer indépendamment la cause de l'apparition des phoques. Afin de protéger votre santé, vous devez consulter rapidement un médecin.

    Étiologie de la maladie

    Les facteurs suivants peuvent provoquer l'apparition de néoplasmes sous-cutanés:

    • pathologies non infectieuses (réaction à l'œdème des lèvres, formations congénitales, hypertrophie et inflammation des ganglions lymphatiques, suite à la syphilis transférée par les parents, protection immunitaire affaiblie, non-respect des normes d'hygiène personnelle, malformations congénitales et anomalies du système génito-urinaire, réactions allergiques, hypothermie et irritation mécanique de la peau) ;
    • processus inflammatoires des organes génitaux;
    • le développement de tumeurs de différents types et origines (fibromes, hydroadénomes, lipomes, etc.);
    • lésions infectieuses (VPH, bartholinite, folliculite, syphilis, gonorrhée, trichomonase, herpès génital, chlamydia, candidose).

    Seul un médecin peut identifier la cause du développement d'un sceau et prescrire un traitement approprié basé sur les données de l'examen initial et de la palpation du néoplasme, de l'anamnèse et des résultats de tests de laboratoire complexes.

    Variétés de néoplasmes

    En fonction de la localisation des cônes sous-cutanés denses, les types suivants sont distingués:

    Bosses sur les lèvres externes

    Le plus souvent, l'inflammation de la glande de Bartholin, qui est localisée avant l'entrée du vagin, est diagnostiquée comme la cause fondamentale de la formation de phoques sous-cutanés dans la zone des grandes lèvres. Son objectif principal est de produire des sécrétions muqueuses. Si des agents pathogènes pathogènes pénètrent dans la glande par le vagin ou l'urètre, un processus inflammatoire commence et les canaux excréteurs se bouchent, provoquant l'apparition d'une boule douloureuse sur les lèvres externes. Au contact des tissus de lin ou même lors de la marche, un tel néoplasme est sujet aux blessures. Si vous ne commencez pas un traitement compétent en temps opportun, la masse sous-cutanée peut saigner et s'infecter, provoquant la propagation de l'infection dans le sang et la peau..

    Les microtraumatismes causés par le port de vêtements serrés peuvent provoquer le développement de phoques dans la région des grandes lèvres (des éléments cellulaires endommagés mélangés à de la lymphe et du sang s'accumulent dans les tissus irrités par un frottement constant). En outre, une telle réaction est souvent déclenchée par le non-respect des règles de soins et de nettoyage de la peau dans la zone intime, une infection fongique (muguet), des fonctions de protection affaiblies du corps et une infection par des agents pathogènes de maladies vénériennes (chlamydia, gonocoques, trichomonas, etc.). Sur les grandes lèvres, un néoplasme tumoral peut être localisé - fibrome ou fibromes. Le fibrome se développe dans la structure du tissu conjonctif, tandis que les fibromes sont formés par des fibres musculaires.

    Formations sous-cutanées denses sur la petite lèvre

    Les mêmes facteurs qui affectent les tissus des grandes lèvres peuvent provoquer le développement d'un compactage sur les petites lèvres. De plus, des bosses peuvent apparaître en raison du frottement avec des tissus inconfortables (par exemple, des tongs). Dans ce domaine également, des tumeurs bénignes telles que le lipome et l'hydroadénome peuvent être localisées. Le lipome ressemble à un tubercule dense formé à partir de tissu adipeux et situé près de la vulve. Le néoplasme peut être unique ou multiple. Le lipome est dangereux avec des complications telles qu'un œdème et une hémorragie. L'hydroadénome survient en raison de la présence de pathologies individuelles du fonctionnement des glandes sudoripares, en particulier de leur activité excessive. Une telle tumeur est ressentie comme un seul nodule solide et peut également être répartie sur toute la peau des lèvres. Le danger de l'hydradénome dans sa capacité à dégénérer en une formation maligne.

    Si l'apparition d'un sceau dans la zone à la fois des grandes lèvres et des petites lèvres est accompagnée d'un écoulement nauséabond de la masse sous-cutanée, il peut s'agir d'une formation de tumeur maligne. Afin de prévenir les complications qui menacent la santé et la vie, il est nécessaire de consulter rapidement un médecin..

    Caractéristiques du traitement

    Si la raison de l'apparition de phoques sur le plancher des lèvres réside dans le développement anormal des organes du système génito-urinaire ou si un néoplasme est diagnostiqué chez un nouveau-né, une nature infectieuse ou virale est exclue. Dans ce cas, la pharmacothérapie n'est pas nécessaire, il suffit de surveiller l'état du sceau et de suivre les règles d'hygiène personnelle. Si la formation est le résultat d'une lésion infectieuse, d'un processus inflammatoire ou d'une maladie vénérienne, un traitement avec des médicaments à action antimicrobienne, réparatrice, anti-inflammatoire et analgésique est prescrit. La sélection des médicaments et la préparation d'un schéma pour leur administration sont effectuées exclusivement par un médecin, en tenant compte de la nature de la pathologie, de sa pathogenèse et des caractéristiques individuelles de l'organisme. Le traitement des néoplasmes bénins est effectué par une intervention chirurgicale et un traitement réparateur ultérieur.

    Même si le sceau trouvé dans les lèvres ne cause pas d'inconfort et ne s'accompagne pas de sensations douloureuses, il est nécessaire de consulter un médecin. Un diagnostic et un traitement corrects et opportuns aideront à éviter des complications dangereuses.

    Une balle sur les lèvres - un symptôme dangereux ou un processus naturel?

    Les organes génitaux externes d'une femme ont une structure pliée fine. Cela est dû aux mécanismes de protection nécessaires pour empêcher l'infection de pénétrer. Cependant, il existe des situations dans lesquelles un ou plusieurs phoques se trouvent sur les lèvres ou les tissus environnants. Il peut y avoir de nombreuses raisons à cela, et toutes ne sont pas inoffensives. Presque toutes les pathologies sont accompagnées de brûlures, de démangeaisons, de douleurs, d'enflure et de fièvre (en raison du processus inflammatoire). Ici, il vaut mieux ne pas attendre le développement de complications et demander l'aide d'un chirurgien.

    Follicule pileux enflammé

    L'apparition d'une boule sur les lèvres d'une femme peut être associée à la survenue d'une ébullition (inflammation du follicule pileux). La zone intime a un grand nombre de poils. Le port de sous-vêtements inconfortables, les traumatismes de la couche protectrice de la peau lors de l'épilation et de l'épilation, les écoulements du tractus génital créent un environnement favorable à la reproduction de micro-organismes pathogènes à l'intérieur du follicule.

    Le résultat est une boule avec un contenu blanchâtre et un noyau purulent. La maladie est caractérisée par une douleur du phoque, une bordure rouge autour de la zone touchée et aucune démangeaison. Le traitement doit commencer immédiatement par le traitement de la zone touchée avec un antiseptique et l'application d'une pommade antibactérienne (par exemple, Levomekol). Avec une augmentation des symptômes et le développement d'un gonflement des tissus environnants, vous devriez consulter un chirurgien pour ouvrir l'abcès avec une méthode chirurgicale.

    Inflammation de la glande de Bartholin

    La glande de Bartholin est une glande appariée de sécrétion externe, située dans l'épaisseur des grandes lèvres et conçue pour sécréter des sécrétions qui maintiennent une humidité normale dans les muqueuses. Il peut s'enflammer pour plusieurs raisons:

    • mauvaise hygiène;
    • diminution de l'immunité;
    • blessure traumatique avec des sous-vêtements serrés;
    • processus inflammatoire dans les tissus adjacents.

    En conséquence, une boule douloureuse se forme sur les lèvres, qui peuvent atteindre plusieurs centimètres de diamètre. La bosse provoque une gêne lors de la marche en raison de volumes importants et d'une inflammation prononcée. Au stade initial, une boule de la taille d'un pois peut être ressentie (le plus souvent sur les petites lèvres). Au même endroit, une sensation de brûlure et de la fièvre se font sentir. Une complication est la formation d'un kyste ou d'un abcès sur le site de la lésion, qui ne peut être traité que chirurgicalement.

    Muguet

    Maladie causée par la multiplication pathologique du champignon du genre Candida. L'infection survient sexuellement, bien que la transmission mère-enfant du pathogène puisse également se produire. L'évolution aiguë se manifeste par un écoulement abondant de fromage, une floraison blanche et des démangeaisons prononcées. En l'absence de traitement adéquat, au fil du temps, il peut se transformer en une forme chronique, caractérisée par l'apparition de petits tubercules blanchâtres gonflés sur la membrane muqueuse du périnée et une éruption cutanée sur les lèvres. Le traitement de la maladie doit être effectué de manière globale, en tenant compte des points suivants:

    • thérapie antifongique pour combattre l'agent causal de la maladie;
    • des mesures visant à augmenter les défenses immunitaires de l'organisme;
    • normalisation de la microflore vaginale (lacto- et bifidobactéries, acide lactique).

    Une visite opportune chez un médecin aidera à se débarrasser du muguet en 5 à 10 jours.

    L'herpès génital

    La maladie est causée par le virus de l'herpès de type 2 (le deuxième nom est génital). Les boules résultantes de consistance molle, de petite taille. Souvent regroupés et remplis de contenu aqueux. Fournit un inconfort important, peut se manifester par de graves démangeaisons vaginales insupportables Lorsque vous grattez la lésion, de petits ulcères se forment et l'infection se propage aux tissus adjacents.

    L'éruption disparaît environ un mois après l'apparition des premières bulles. Même avec un traitement adéquat, la pathologie peut réapparaître, provoquant un inconfort grave pour la femme. Il est sexuellement transmis, le traitement des deux partenaires est donc considéré comme un must.

    Photo de boules sur les lèvres

    Chancre syphilitique

    Le chancre syphilitique est le principal signe du développement de la syphilis. L'infection se produit par contact sexuel, bien qu'il existe également une voie de contact. Au départ, un chancre ressemble à une tache de rougeur sur la peau ou la membrane muqueuse. Au fur et à mesure de son développement, il est séparé des tissus sains par compactage le long de la périphérie avec formation d'un fond dur. Peut apparaître comme une boule de la taille d'un pois sur les lèvres. Ses dimensions ne dépassent souvent pas 1 cm, mais dans de rares cas, il existe également des chancres de deux centimètres..

    Ne cause pas d'inconfort à une femme, se déroule sans démangeaisons, brûlures et douleurs. C'est souvent la raison de la détection de la maladie aux stades avancés, lorsqu'un certain nombre d'autres symptômes se rejoignent. La maladie est traitée au premier ou au deuxième stade avec une antibiothérapie pendant trois semaines, se transforme rarement en une forme chronique.

    Néoplasmes bénins

    Les maladies bénignes ne constituent pas une menace sérieuse pour la vie, mais elles peuvent causer de graves inconforts. Les causes possibles d'une balle sur le clitoris, les lèvres et le périnée comprennent:

    1. Lipome. Néoplasme du tissu adipeux. Il a une capsule qui le sépare des tissus environnants. Il est ressenti comme une boule molle et mobile sur les grandes lèvres (moins souvent les petites). La principale cause de développement est la tendance accrue de la peau à sécréter des graisses associée à un déséquilibre hormonal.
    2. Athérome. C'est un kyste constitué de tissu épidermique dont la cavité est remplie de sécrétions graisseuses. Il se développe lorsque le conduit principal de la glande sébacée est bloqué. Un trait caractéristique est un point noir au milieu du sceau.
    3. Fibrome. Une tumeur de la couche sous-muqueuse du vagin, constituée de fibres de collagène. La consistance va de la formation douce à la formation très dense.
    4. Myome. Une tumeur du tissu musculaire située dans les grandes lèvres. Caractérisé par une croissance lente.
    5. Hémangiome. Néoplasme se développant à partir de tissu vasculaire. Elle se caractérise par la croissance la plus agressive de toutes les tumeurs bénignes. Plus commun dans l'enfance et se manifeste par une balle dure sur les petites lèvres.
    6. Hydradénome. Gonflement des glandes sudoripares. Il a une petite taille (jusqu'à 1 cm) et un faible taux de croissance. La couleur peut aller du jaune clair au rose vif.

    Tous les néoplasmes bénins sont enlevés chirurgicalement et envoyés pour un examen histologique. Son but est de déterminer le tissu appartenant à la tumeur et d'exclure le processus malin..

    Néoplasmes malins

    La principale maladie oncologique qui se manifeste parmi les organes génitaux externes chez la femme est le cancer de la vulve. Il survient plus souvent pendant la période postménopausique. Découvert tardivement, car dans les premiers stades il ne cause aucun inconfort.

    Des symptômes supplémentaires dans le développement de la pathologie sont des démangeaisons au site de la lésion et un écoulement pathologique avec un mélange de sang. La maladie est une condition potentiellement mortelle. Le traitement comprend la chirurgie, la radiothérapie et la chimiothérapie.

    Conclusion: Les maladies, dont le symptôme est une induration des organes génitaux, ne constituent le plus souvent pas une menace sérieuse pour la vie et la santé du patient. Cependant, dans tous les cas, il est nécessaire de consulter un gynécologue pour diagnostiquer l'éducation et résoudre le problème de son traitement..

    Cancer des organes génitaux externes chez la femme

    Le cancer des organes génitaux externes chez la femme est assez rare et survient le plus souvent à un âge avancé, après 60 ans. Sans aborder les problèmes généraux de l'étiologie des maladies malignes en général, les facteurs qui peuvent être importants dans le développement du cancer des organes génitaux externes seront indiqués ci-dessous..

    L'un des facteurs de l'étiologie de cette maladie sont les troubles des glandes endocrines. Dans la survenue d'un cancer des organes génitaux externes, l'arrêt ou l'affaiblissement de la fonction ovarienne joue un rôle important..

    Il faut souligner que dans le cancer des organes génitaux externes, les tumeurs primaires multiples se retrouvent beaucoup plus souvent, à savoir chez 10-13%. Cela peut indiquer une infériorité du tissu conjonctif chez les femmes âgées..

    L'apparition de la maladie à un âge avancé, l'apparition précoce de la ménopause, la combinaison fréquente de la maladie avec l'obésité et d'autres maladies endocriniennes (diabète) - tout cela suggère que les troubles hormonaux, en particulier le métabolisme des stéroïdes, jouent un rôle important dans la survenue d'un cancer des organes génitaux externes.

    Sans aucun doute, un rôle énorme dans l'émergence du cancer des organes génitaux externes appartient aux processus dystrophiques à long terme - leucoplasie et kraurose de la vulve, qui sont actuellement considérés comme des précanceurs facultatifs..

    Formes cliniques

    En fonction du site anatomique de la tumeur chez la femme, on distingue les formes cliniques suivantes de cancer des organes génitaux externes:

    • Cancers épidermiques. Parmi les cancers de la vulve, cette forme est la plus courante. Ce groupe comprend le cancer des grandes lèvres, des petites lèvres, du frein clitoridien, du périnée, des adhérences antérieures et postérieures.

    • Carcinome du clitoris. C'est moins courant. L'évolution clinique, en raison de l'apport sanguin abondant et des caractéristiques de la circulation lymphatique, est plus maligne et se manifeste par une croissance rapide de la tumeur, des métastases précoces aux ganglions lymphatiques inguinaux et parfois pelviens.

    • Cancers de la glande de Bartholin. Ils se présentent sous deux formes cliniques: le cancer canalaire, dont le site de développement est l'épithélium squameux stratifié du canal, et le cancer de la glande. L'évolution clinique est plus maligne que dans les cancers épidermiques, et moins maligne que dans le cancer du clitoris. En raison de la présence d'une capsule dense de la glande de Bartholin, la tumeur ressemble à un nœud isolé dense pendant longtemps. À l'avenir, la germination de la capsule et l'ulcération se produisent. La tumeur se propage rapidement aux tissus environnants et aux ganglions lymphatiques régionaux.

    • Cancers vestibulaires. Ceux-ci incluent le cancer périgiménal et périurétral. Le site de développement est l'épithélium de l'ouverture vaginale. Cette forme est très rare..

    Formes histologiques

    Les formes histologiques de cancer des organes génitaux externes sont diverses et la structure microscopique dépend du site de la tumeur..

    Le cancer de la vulve appartient à la catégorie des cancers de la peau, se développant plus souvent à partir de l'épithélium squameux stratifié de la peau, moins souvent des composants glandulaires de la vulve et très rarement des appendices de la peau.

    Le cancer des organes génitaux externes par structure histologique est réparti comme suit:

    • carcinome épidermoïde kératinisant - 70%;

    • cancer épidermoïde non kératinisant - 15,2%;

    • papillome malin - 3,2%;

    • Maladie de Bowen - 1%;

    • Carcinome de Paget - 2,7%.

    Modèles de croissance et propagation du cancer

    Le cancer qui est apparu n'importe où dans les organes génitaux externes, en apparence, peut avoir diverses formes cliniques de croissance, à savoir:

    • La forme d'ulcère primaire de cancer a l'apparence d'un ulcère plat avec un fond granuleux inégalement dense et des bords surélevés en forme de rouleau. Le fond de l'ulcère est recouvert d'un revêtement gris-jaunâtre et saigne facilement. Les formes ulcéreuses acquièrent souvent un schéma de croissance infiltrant avec destruction tissulaire (tumeurs endophytes). Cette forme se caractérise par une propagation rapide aux tissus adjacents, aux organes et aux ganglions lymphatiques régionaux.

    • La forme papillaire est plus fréquente que d'autres et a l'apparence d'une tumeur exophytique, ressemblant à un chou-fleur avec écoulement séreux-sanglant. À l'avenir, les tumeurs papillaires s'ulcèrent et les différences externes entre ces formes extrêmes sont effacées.

    • La forme de croissance nodulaire est caractérisée par le développement de nœuds denses simples ou multiples de différentes tailles, recouverts d'une peau inchangée. Au fur et à mesure que le nœud se développe, la peau est impliquée, qui devient immobile et acquiert une couleur lilas-rougeâtre. Par la suite, une ulcération cutanée et une carie du nœud se produisent.

    • La forme infiltrante est l'une des plus rares, caractérisée par une croissance rapide, une propagation précoce aux tissus sous-jacents et aux ganglions lymphatiques régionaux. Cliniquement, cela ressemble à un infiltrat diffus massif en présence d'une immobilité complète de la peau au-dessus.

    Une caractéristique de la croissance du cancer des organes génitaux externes est la capacité de former plusieurs foyers tumoraux, qui dépend de l'occurrence multicentrique de la tumeur..

    La vitesse à laquelle une tumeur se développe dépend de l'endroit où le cancer de la vulve se produit. Ainsi, les tumeurs développées à partir de l'épiderme (cancers épidermiques) ont une évolution plus lente que le cancer du clitoris. On sait également que les cancers endophytes et infiltrants se propagent plus rapidement aux tissus environnants. Sans aucun doute, l'âge du patient, et donc l'état hormonal du corps, affecte la croissance de la tumeur..

    La propagation du cancer des organes génitaux externes peut se produire de différentes manières:

    • Répartis le long:

    a) sur les zones adjacentes de la peau et des muqueuses;

    b) sur les organes adjacents - le vagin, l'urètre, le périnée, l'anus;

    c) sur les tissus sous-jacents, le tissu paravaginal, les os pelviens.

    • La propagation du cancer des organes génitaux externes à travers le tractus lymphatique est la plus caractéristique. Le processus implique les groupes de ganglions lymphatiques suivants:

    Stade I - ganglions lymphatiques inguinaux superficiels;

    Stade II - ganglions lymphatiques inguinaux profonds;

    Stade III - hypogastrique, obturateur, ganglions lymphatiques iliaques.

    • La voie de propagation hématogène pour cette localisation n'est pas typique. Les métastases vers des organes distants sont rares, même au stade avancé de la maladie.

    Métastase

    Les étapes de la métastase sont déterminées par la circulation lymphatique de cet organe et de ses différentes parties.

    • L'écoulement de la lymphe des organes génitaux externes se produit à travers un groupe de ganglions lymphatiques inguinaux superficiels situés directement sous le ligament pupar dans le numéro 12-16 et se trouvant devant le large fascia de la cuisse (stade I).

    • Ensuite, la lymphe pénètre dans les ganglions lymphatiques inguinaux profonds, situés sous-fascial le long de la veine fémorale à raison de 3-5. L'un des nœuds de ce groupe, le ganglion lymphatique de Cloquet, ou glande de Rosenmüller, se trouve dans le canal fémoral médial à la veine fémorale (stade II).

    • De plus, le flux lymphatique est dirigé vers les ganglions lymphatiques hypogastriques, obturateurs et iliaques situés le long des veines des hypogastriques, obturateurs et iliaques (stade III).

    La circulation lymphatique du clitoris se produit d'une manière particulière à l'aide de deux «jambes» lymphatiques. La lymphe par la "jambe inférieure" pénètre dans les ganglions lymphatiques inguinaux superficiels. Au moyen de la "jambe supérieure", la lymphe, contournant les ganglions lymphatiques inguinaux superficiels, traverse le canal inguinal, accompagnant le ligament rond, et atteint les ganglions lymphatiques iliaques.

    Dans le tiers supérieur de la vulve, il y a un large réseau d'anastomoses lymphatiques et l'intersection des voies lymphatiques du tiers moyen et inférieur des organes génitaux externes.

    Les métastases aux ganglions lymphatiques régionaux sont reconnues comme les plus importantes en termes pathogénétiques..

    Les métastases, en règle générale, se produisent par voie embolique, et seulement lorsque les ganglions lymphatiques sont «bloqués» par des cellules cancéreuses, il existe une lymphangite carcinomateuse entre le foyer primaire et les ganglions lymphatiques secondaires.

    Une caractéristique de la métastase du cancer des organes génitaux externes chez la femme est une défaite séquentielle par étapes de divers groupes de ganglions lymphatiques. Les métastases aux ganglions lymphatiques du bassin apparaissent tardivement. Le rôle principal dans les métastases est joué par la durée du processus et le degré de sa propagation.

    Symptômes et évolution clinique

    La plupart des carcinomes des organes génitaux externes proviennent de lésions précédant le cancer, et par conséquent, le début du processus cancéreux passe souvent inaperçu.

    Le plus souvent, la maladie commence par l'apparition de compaction, de verrues, de boutons, qui augmentent avec le temps et acquièrent diverses formes cliniques décrites ci-dessus. La tumeur formée ressemble à une formation arrondie, dense au toucher, avec des limites indistinctes. Au centre, il y a un ulcère avec un écoulement peu abondant de sang de pus. Souvent, les patients découvrent eux-mêmes accidentellement la maladie..

    Les symptômes subjectifs diffèrent selon le site de localisation de la tumeur primaire. Le symptôme le plus courant des cancers épidermiques est la démangeaison. À l'avenir, les douleurs lors de la miction se rejoignent, ce qui dépend de la pénétration d'urine sur la surface ulcérée. Avec le cancer du clitoris, le symptôme de la douleur est plus fréquent et apparaît plus tôt. Les saignements sont fréquents dans le cancer ulcéreux.

    Au fur et à mesure que la tumeur se développe et se propage aux organes et tissus voisins, une sensation de tension apparaît, la douleur s'intensifie et la miction devient plus fréquente. Une altération complète de la fonction mictionnelle n'est pas observée même avec un cancer périurétral. Parallèlement à la croissance au centre de la tumeur, la désintégration commence, à la suite de laquelle un écoulement séreux-sanglant, parfois avec une odeur désagréable, apparaît. Les sécrétions macèrent la peau. Une vulvite, une folliculite, une furonculose se développent. À l'avenir, il est difficile de marcher et de s'asseoir.

    Au fur et à mesure que le foyer principal se développe, des métastases apparaissent dans les ganglions lymphatiques inguinaux, qui sont initialement mobiles et ne dérangent pas les patients. À l'avenir, la germination de la capsule commence et, dans une étude clinique, des ganglions lymphatiques immobiles ou une infiltration carcinomateuse dense du tissu sous-cutané de la région de l'aine sont déterminés. Au fil du temps, la peau de la région de l'aine s'ulcère, un écoulement purulent fétide et une douleur intense apparaissent. L'état du patient s'aggrave progressivement, la température commence à augmenter et une perte de poids est notée. La mort survient par cachexie, septicémie, infection des voies urinaires, des saignements des vaisseaux fémoraux sont souvent observés. C'est l'image d'un cancer avancé des organes génitaux externes, non traité..

    Diagnostique

    Le diagnostic du cancer des organes génitaux externes n'est difficile qu'aux premiers stades de son développement. L'apparition de fissures à long terme non cicatrisantes et de sceaux aux bords indistincts permet de suspecter une malignité et les doutes sont résolus par un examen histologique. S'il est impossible (en raison de certaines circonstances) de procéder à un examen histologique, il est plus correct de considérer la maladie comme un cancer.

    Le diagnostic clinique des lésions intraépithéliales - maladie de Bowen, maladie de Paget - est toujours difficile au stade initial.

    L'examen cytologique des raclures de la surface de la formation permet une reconnaissance précoce du cancer. La méthode histologique permet de différencier la croissance du cancer intraépithélial de l'infiltration.

    Au stade invasif du cancer, le diagnostic n'est pas difficile et repose sur la présence de signes cliniques caractéristiques de densité de type cartilagineux, de fragilité, de saignements faciles et d'infiltration des tissus sous-jacents. La méthode cytologique et l'examen histologique permettent dans tous les cas le bon diagnostic.

    Le diagnostic des métastases cancéreuses dans les ganglions lymphatiques inguinaux est difficile. L'élargissement et l'épaississement des ganglions lymphatiques inguinaux peuvent être de nature inflammatoire, sclérotique, métastatique et, enfin, une «hyperplasie» des ganglions lymphatiques est possible. Les métastases cancéreuses opérables aux ganglions lymphatiques sont caractérisées par les signes cliniques suivants:

    • une augmentation de la taille des ganglions lymphatiques;

    • absence d'inflammation.

    Diagnostic différentiel

    Parmi les maladies pouvant donner lieu à un diagnostic erroné, on peut nommer papillome, verrues génitales, ulcère vulvaire chronique, tuberculose, syphilis.

    • Papillome. Une formation unique ou multiple de forme arrondie avec une petite surface tubéreuse, parfois avec une ulcération au centre. La consistance est douce, il n'y a pas d'infiltration des tissus sous-jacents, il n'y a presque pas de décharge. Il y a souvent une réaction inflammatoire des ganglions lymphatiques inguinaux. Le diagnostic final est fourni par un examen histologique du site tissulaire retiré.

    • Verrues génitales. Contrairement aux lésions cancéreuses, les verrues génitales surviennent à un jeune âge et se caractérisent par l'apparition de multiples formations papillaires molles non ulcérées avec une localisation particulière autour de l'ouverture vaginale et de l'anus, en plus des lésions existantes sur la vulve. Les ganglions lymphatiques inguinaux sont souvent impliqués. Biopsie pour un diagnostic définitif.

    • Ulcère chronique. Apparaît généralement sur la commissure postérieure, la fosse scaphoïde, les lèvres et se caractérise par la présence d'une ulcération avec des bords acérés irréguliers. Les ulcères sont très douloureux, recouverts d'un revêtement graisseux et ont une infiltration importante des tissus environnants. Il y a souvent des passages fistuleux. Écoulement lent.

    • Granulome tuberculeux. Il est formé de petits nodules qui fusionnent les uns avec les autres, entraînant un ulcère superficiel de forme irrégulière avec un fond sébacé granuleux irrégulier et des bords minés sans infiltration à la base. Lors de l'examen du patient, il est souvent possible de détecter une tuberculose d'une autre localisation.

    • Syphilis de la vulve. Les lésions syphilitiques primaires de la vulve chez les personnes âgées sont rares. La réaction de Wasserman et la biopsie peuvent clarifier la nature du processus.

    Traitement

    Les traitements du cancer des organes génitaux externes chez les femmes sont actuellement bien établis, mais les méthodes utilisées dans les institutions individuelles diffèrent considérablement. Le traitement est basé sur le principe de l'élimination du foyer principal ainsi que des ganglions lymphatiques régionaux des deux côtés. Le choix de la méthode de traitement est individuel, en fonction de la localisation de la tumeur, du stade de la maladie, de l'âge et des maladies concomitantes des organes internes..

    L'extirpation totale des organes génitaux externes (électroexcision ou électrocoagulation) avec ablation des ganglions lymphatiques inguinaux superficiels et profonds est considérée comme une opération typique, sûre et radicale.

    En l'absence de ganglions lymphatiques inguinaux hypertrophiés ou avec des ganglions mobiles uniques (stade I-II), selon l'état général du patient, l'opération peut être réalisée simultanément ou séquentiellement en deux ou trois étapes. La première étape est la vulvoectomie, et après 30 à 40 jours, lorsque la plaie chirurgicale est nettoyée et recouverte de granulations, une lymphadénectomie inguinale bilatérale est réalisée. Dans le cancer de stade III, lorsque des métastases mobiles limitées dans les ganglions lymphatiques inguinaux sont déterminées et que le retard de l'opération est similaire à la mort, l'opération peut être réalisée simultanément avec un choix strict de la méthode d'anesthésie (anesthésie intratrachéale). En présence de maladies cardiovasculaires, il est plus rationnel de diviser l'opération en deux étapes. La première étape consiste à réaliser une vulvoectomie et à retirer les ganglions lymphatiques du côté où ils sont exprimés, ce qui se produit souvent du côté de la localisation du cancer de la vulve. La deuxième étape est réalisée lorsque l'état général du patient le permet.

    Si le temps manque, les métastases envahissent le fascia, se développent avec les vaisseaux fémoraux, le ligament pupar et se propagent aux ganglions lymphatiques du bassin. Une période de maladie commence lorsque le traitement chirurgical n'est pas possible et que l'excision des ganglions lymphatiques inguinaux n'est pas pratique..

    L'ablation des ganglions lymphatiques inguinaux peut être effectuée de différentes manières. Vous pouvez effectuer l'ablation des ganglions lymphatiques inguinaux selon la méthode du chirurgien français Duquesne. L'essence de cette méthode est d'éliminer les ganglions lymphatiques superficiels et profonds de la région inguinale-fémorale ainsi que le tissu sous-cutané, une section du large fascia de la cuisse et la résection de la grande veine saphène de la cuisse..

    Les résultats du traitement chirurgical dépendent principalement, comme dans d'autres localisations cancéreuses, du stade de la maladie et de la nature de l'intervention chirurgicale..

    La thérapie Curite pour le cancer des organes génitaux externes peut être réalisée par des méthodes externes (application) et interstitielles (interstitielles). La meilleure méthode est la curitothérapie interstitielle interstitielle, qui est plus facile à tolérer pour les patients et donne de meilleurs résultats à long terme. Cependant, les patients âgés avec une capacité de régénération tissulaire réduite développent souvent une nécrose radique sévère et souvent des rechutes. La curitothérapie intra-tissulaire est recommandée pour une utilisation uniquement chez certains patients âgés, avec localisation de la tumeur près de l'urètre, de l'entrée du vagin, du périnée.

    La radiothérapie peut être recommandée comme méthode palliative et analgésique, dans le traitement des formes courantes de cancer des organes génitaux externes et des métastases inopérables aux ganglions lymphatiques inguinaux.

    La chimiothérapie peut être administrée lorsqu'elle est indiquée pour réduire la tumeur.

    La prévention

    Les résultats du traitement des cancers des organes génitaux externes dépendent du stade de la maladie. Cependant, malgré la possibilité d'un diagnostic précoce du cancer et d'un traitement rapide des conditions précancéreuses, cette maladie n'est pas diagnostiquée à temps. L'une des raisons est le renvoi tardif des patients. Par conséquent, une éducation sanitaire généralisée parmi la population non organisée contribuerait à des références plus précoces et à une détection précoce de cette maladie..

    Avec une forme développée de cancer, il est nécessaire d'effectuer un tel complexe de mesures thérapeutiques qui exclurait la possibilité d'une rechute. La prévention de la récidive locale du cancer consiste à effectuer une large extirpation de l'organe entier par une méthode électrochirurgicale, ainsi que la peau environnante.

    Pour la prévention des métastases régionales, il est recommandé de retirer les ganglions lymphatiques inguinaux même en l'absence de signes prononcés de leur défaite par une tumeur cancéreuse..

    La prévention du cancer des organes génitaux externes chez la femme au sens large du terme devrait consister en un traitement chirurgical rapide de toutes les maladies dans ce domaine à long terme. Ceux-ci comprennent: la leucoplasie, la kraurose, la maladie de Bowen, la maladie de Paget, l'érythroplasie de Keira. Toute maladie de nature obscure qui ne répond pas au traitement conservateur est soumise à un traitement chirurgical avec examen histologique..

    Articles Sur La Leucémie