Le VPH de type 18 chez les femmes fait référence aux maladies qui sont le plus souvent sexuellement transmissibles, moins souvent - contact-ménage. Il existe une centaine de types de pathologie. Ils diffèrent les uns des autres par une sorte de composition d'ADN. Certains d'entre eux conduisent à des néoplasmes malins, tandis que d'autres formes, dues à l'action des défenses de l'organisme, ne provoquent pas le développement de processus oncologiques. Parfois, les patients sont à nouveau infectés.

Caractéristiques du développement du VPH 18 dans le corps féminin

Les patients confrontés à la maladie pour la première fois se demandent: HPV 18 chez la femme: qu'est-ce que c'est, comment se débarrasser du fléau. De par la nature du développement, la pathologie est particulière, car elle peut ne pas apparaître immédiatement, mais longtemps après que le virus se soit installé dans le corps.

Habituellement, il est à l'état latent et avec un affaiblissement de l'immunité, la maladie progresse. Pendant la période de reproduction active, de multiples excroissances apparaissent à la surface de l'épiderme sous forme de verrues et de papillomes. En médecine, un grand nombre de variétés du virus sont isolées.

Caractéristiques distinctives de ce type de virus

Le virus de type 18 est hautement oncogène. Pénétrant dans les cellules du corps humain, il bloque le système immunitaire, ce qui stimule l'apparition de néoplasmes. Au fil du temps, ces tumeurs peuvent se transformer en tumeurs malignes. Cela est dû à la propagation de nombreuses excroissances ou à leurs dommages mécaniques..

Le papillomavirus présente des signes distinctifs d'activation. Ils déterminent le 18 génotype du pathogène.

PanneauxZone éruption cutanéePropriétés
CondylomesMuqueuse génitale; anus; cavité buccale.Lorsqu'ils sont blessés, ils ont tendance à saigner.
PapillomesAisselles; vulve.Par couleur, ils fusionnent avec la peau.
VerruesMains; coudes; les genoux.Rouge foncé arrondi en forme de nœuds.

Les excroissances apparentes ne menacent pas le corps humain, surtout si elles sont rapidement éliminées. Le danger de ce type est qu'il provoque le développement d'un cancer du col de l'utérus chez la femme. Si les papillomes affectent la région urétrale, une obstruction est créée à la miction normale. L'agent pathogène peut se propager dans la vessie lorsque les néoplasmes existants sont endommagés lors de relations intimes.

Méthodes d'infection

Le plus souvent, la maladie affecte les filles qui ont des rapports sexuels précoces ou qui ont de nombreux partenaires sexuels. Parfois, les personnes qui contrôlent leurs relations intimes ou celles qui n'ont jamais eu une telle expérience du tout deviennent infectées.

Une mère peut infecter un bébé pendant l'accouchement si le virus est détecté à l'état actif. Mais il y a eu des cas où des enfants sont nés avec des indicateurs positifs et des femmes ont été infectées. Les médecins pensent qu'il est impossible de planifier une grossesse avec cette maladie. Il est plus sûr de le faire après un traitement complexe et des néoplasmes supprimés. Sinon, un virus sera transmis au bébé, ce qui augmentera la probabilité de développer une papillomatose du système respiratoire.

L'agent pathogène peut être transmis par contact de la membrane muqueuse avec la peau ou les sécrétions d'une personne infectée. Il y a des cas fréquents d'infection à la maison, en raison de l'utilisation de linge de lit, de serviettes, de vaisselle ou de meubles partagés.

Symptômes chez les femmes

Le développement de la pathologie dans le corps féminin a ses propres caractéristiques. Pendant longtemps, il n'y a pas de symptômes et, au fil du temps, ils sont localisés dans le système reproducteur et affectent d'autres organes.

Les plaintes suivantes ont été enregistrées:

  1. Violation de la microflore du vagin.
  2. Démangeaisons et irritation.
  3. Douleur abdominale basse.
  4. Écoulement avec du sang et une odeur désagréable, surtout pendant l'intimité.
  5. L'apparition de verrues sur les lèvres et ailleurs.
  6. Fatigue fréquente.
  7. Sueurs nocturnes.
  8. Affaiblissement de l'immunité.
  9. Gonflement des extrémités.
  10. Perte de poids dramatique.

Même les symptômes ci-dessus provoquent rarement de l'anxiété chez les patients. Habituellement, des signes plus évidents sont visualisés lors d'un examen physique..

Causes de la progression des agents pathogènes

Avant que l'infection au papillomavirus ne commence à progresser, la personne infectée peut même ne pas en être consciente. Il est impossible de prédire le comportement de l'organisme après l'introduction du pathogène. L'intensité de la formation des excroissances et la zone des zones cutanées endommagées dépendront de l'état de l'immunité du patient..

Une fois que le système de défense d'une personne est affaibli, elle est plus sensible aux agents nocifs. La raison de cela chez les femmes est provocante des facteurs:

  1. Fumeur.
  2. Infection par le VIH.
  3. Pathologies gynécologiques: herpès génital, trichomonase, chlamydia.
  4. ARVI fréquents avec complications ultérieures.
  5. Avortement.
  6. Maladies qui affaiblissent le système immunitaire.

Conséquences dangereuses: le degré de risque pour les femmes

Chaque maladie virale a des conséquences négatives, parfois elles laissent une marque à vie. La papillomatose provoque le développement d'autres pathologies féminines:

  1. Érosion ou dysplasie.
  2. Cancer du vagin, région anale.
  3. Carcinome du col de l'utérus.

La pathologie elle-même n'est pas toujours extrêmement dangereuse, mais la probabilité de complications graves demeure. Un corps affaibli conduit souvent à la chronicité de la maladie, et les rechutes douloureuses ont un pronostic défavorable.

Manifestation de l'activité du papillomavirus de type 18 chez l'homme

Dans la plupart des cas, les hommes sont porteurs de l'infection. Ils l'ont asymptomatique, mais le danger demeure pour le partenaire sexuel..

Le VPH de type 18 chez l'homme est de nature temporaire, se transformant rapidement en stade passif. Si, en raison d'une immunité affaiblie, la pathologie se développe encore, elle se déroule souvent sous une forme bénigne. Le tableau clinique s'exprime par l'apparition de verrues génitales ou de verrues sur le scrotum, la tête du pénis, dans l'anus. Ces néoplasmes nécessitent une élimination immédiate. Ils causent des inconvénients dans la région génitale et l'hygiène et interfèrent avec la miction normale..

Détection du virus HPV 18

Il ne suffit pas de diagnostiquer la présence du VPH dans le corps. Il est important de déterminer à quel point c'est dangereux. Il existe plusieurs méthodes développées pour identifier le virus et le degré de son oncogénicité:

  1. Examen d'un frottis et grattage de la membrane muqueuse de l'urètre ou du vagin.
  2. Biopsie de la zone touchée.
  3. Colposcopie.
  4. Test HPV.
  5. Analyses de sang et d'urine.

Une grande variété d'analyses vous permet de déterminer avec précision à quel groupe de risque appartient l'agent pathogène. Grâce aux résultats d'examen disponibles, le médecin sélectionne la bonne stratégie de traitement.

Méthodes de contrôle recommandées

Plusieurs techniques sont utilisées dans le traitement de l'infection. Dans chaque cas, le médecin fait attention à l'efficacité de l'admission thérapeutique et à sa tolérance par le patient, à la fréquence des rechutes.

L'utilisation de médicaments est considérée comme fondamentale dans le traitement initial. Désignation appropriée d'agents antiviraux et améliorant le système immunitaire.

Les médicaments suivants se sont révélés très efficaces:

  1. Bougies ou gel "Viferon".
  2. Comprimés «isoprinosine», solution injectable.
  3. Suppositoires "Galavit".
  4. «Panavir».

Ces médicaments ont un effet de renforcement général, mais ils n'éliminent pas complètement les agents pathogènes existants. Le médecin détermine le schéma thérapeutique. En cas de risque élevé de tumeurs malignes, le traitement est complété par des médicaments cytostatiques.

Avec l'apparition de tissus infectés et une forme sévère de la maladie, des méthodes invasives sont utilisées:

  1. Électrocoagulation.
  2. Cryodestruction.
  3. Moxibustion.
  4. Excision au laser.
  5. Suppression des ondes radio.
  6. Chirurgie (pour éliminer les grosses excroissances).

Les méthodes ci-dessus ont leurs propres avantages et inconvénients. Si la pathologie n'est pas maligne, le médecin conseille d'éliminer les papillomes à l'aide d'agents pharmaceutiques spéciaux à usage externe..

Le VPH de type 18 chez les femmes répond bien au traitement à domicile. Grâce à la combinaison de remèdes populaires avec des méthodes médicales, le problème est résolu plus rapidement. Le principe des techniques non conventionnelles est d'utiliser des teintures, des décoctions, des huiles, des jus de plantes antivirales. Certains d'entre eux, le médecin recommande de ne les utiliser qu'en externe, d'autres en interne.

Les méthodes de Marva Ohanyan sont de plus en plus populaires. Ses recommandations sont basées sur le jeûne, grâce auquel de nombreux parasites peuvent être éliminés du corps. Parallèlement au refus temporaire de nourriture, le médecin naturopathe conseille l'utilisation quotidienne de décoctions de baies et d'herbes médicinales. Cette approche permet de se débarrasser complètement de nombreuses maladies virales. La plupart des patients utilisant cette méthode ont amélioré leur santé et renforcé leur immunité naturelle, sont satisfaits et écrivent de bonnes critiques.

Prévention des infections et autres complications

La progression de la maladie inhibe une forte immunité. Par conséquent, afin d'éviter les complications indésirables, les actions du patient doivent viser à renforcer les défenses. Pour ce faire, il est conseillé de respecter les règles suivantes:

  1. Mangez des complexes vitaminiques.
  2. Faire du sport.
  3. Traiter les rhumes et les inflammations du système génito-urinaire.
  4. Respectez les normes d'hygiène personnelle.
  5. Débarrassez-vous des mauvaises habitudes.
  6. Utiliser des méthodes de contraception barrières.
  7. Évitez les relations sexuelles occasionnelles.
  8. Évitez toute exposition prolongée au soleil.

Le respect de ces mesures aide à prévenir la maladie. Cela aura un effet positif sur la défense immunitaire, même si la personne est toujours infectée. Malgré tous les dangers de la pathologie, il se prête à de nombreuses procédures thérapeutiques. Le diagnostic des premiers symptômes cliniques prévient sa malignité.

HPV 18 - diagnostic et traitement

Le VPH est l'une des infections virales urogénitales les plus courantes. Le papillomavirus de type 18 est hautement oncogène: incorporé dans le génome humain, il provoque la croissance de néoplasmes bénins qui, avec le temps, peuvent dégénérer en cancer. Les types 18 et 16 du virus du papillome humain sont détectés chez 70% des femmes atteintes d'un cancer du col de l'utérus.

Le diagnostic quantitatif et le génotypage (isolement) des souches de papillomavirus sont réalisés dans le laboratoire du Medical Women's Center de Taganka. Il existe également des départements de gynécologie et de dermatovénérologie au MLC, où vous pouvez obtenir des conseils sur le VPH et éliminer les verrues, les papillomes avec une méthode à ondes radio peu traumatiques. Le coût d'un examen pour HPV 18 est de 900 roubles. Délai de réalisation - 5 jours ouvrables.

Coût des tests pour le papillomavirus humain de type 18

  • 1 200 R 1 500 R Écouvillon de type HPV à haut risque oncogène, avec génotypage
  • Écouvillon 900 R pour type HPV à haut risque oncogène (qualité)
  • Échantillonnage sur écouvillon 300 Р
  • Vaccin 10 500 R Gardasil (contre le VPH)
  • Test HPV de 1500 R étendu (avec détermination de la quantité et du type de virus)

Calcul du coût du traitement Tous les prix

Le papillomavirus de type 18 peut-il être guéri?

Le VPH 18 infecte des zones individuelles de la couche profonde de la peau ou de la membrane muqueuse et dans 30% des cas est détruit par l'immunité humaine naturelle dans les 6 à 12 mois suivant le moment de l'infection.

Si l'auto-guérison ne se produit pas, l'ADN des papillomavirus est présent dans 3 échantillons consécutifs, un traitement complexe est effectué:

  • ablation chirurgicale des néoplasmes;
  • 2-3 cours de médicaments antiviraux et immunostimulants.

Il n'existe aucun médicament neutralisant complètement le papillomavirus de type 18. Mais l'élimination rapide des néoplasmes et l'utilisation de médicaments qui renforcent le système immunitaire, réduisent le nombre de copies virales dans le corps et préviennent le développement du cancer.

Spécialistes

Comment identifier le VPH 18

Les signes d'activation de l'infection par le papillomavirus, que le médecin déterminera lors de l'examen initial, sont des verrues génitales dans la région anogénitale, des foyers de dysplasie sur le col de l'utérus, des papillomes sur les cordes vocales du larynx et d'autres néoplasmes sur les muqueuses et la peau.

La présence de HPV dans le corps confirme un test qualitatif positif et les types de virus présents chez le patient sont mis en évidence par l'analyse de génotypage. La probabilité de développer un processus malin dans ce cas est jugée par les résultats d'une étude quantitative: si le marqueur ADN du papillomavirus humain de type 18 est supérieur à 5 Lg pour 100000 cellules, le risque de carcinogenèse est élevé.

Le diagnostic du VPH chez la femme est réalisé par le frottis urogénital par la méthode PCR, en association avec la cytologie. Afin de prévenir le cancer du col de l'utérus, avec une analyse positive du VPH 18, une colposcopie et une histologie sont prescrites - examen d'une section de la membrane muqueuse pour les cellules atypiques.

Chez l'homme, un test PAP est réalisé: les condylomes et verrues sont traités avec une solution à 3% d'acide acétique. En présence de HPV 18, ils révèlent la forme correcte d'un maillage de vaisseaux sanguins, capillaires.

Traitement HPV

Le traitement médical du VPH 18 avec les verrues formées, les foyers de dysplasie et de leucoplasie est inefficace. Par conséquent, ils sont retirés chirurgicalement pour prévenir la malignité (malignité). Et ce n'est qu'alors qu'un traitement antiviral et immunostimulant (Allokin, Groprinosin) est prescrit: afin d'éviter les rechutes.

Le MLC est équipé d'un équipement unique et coûteux pour éliminer les néoplasmes de la peau, du col de l'utérus et des muqueuses - l'appareil à ondes radio Surgitron. Après des opérations cosmétiques et gynécologiques effectuées avec un couteau radio, il n'y a pas de gonflement, de saignement et de douleur intense, comme cela se produit après le laser et l'électrocoagulation des papillomes. La période de guérison des tissus est réduite d'un tiers et la probabilité de récidive des tumeurs bénignes est réduite de 10% à 1,2%.

Pronostic après traitement du papillomavirus de type 18

Le traitement chirurgical de la dysplasie, de la leucoplasie, des condylomes et d'autres manifestations du VPH 18 est le seul moyen d'éviter le développement d'un cancer anogénital et d'un carcinome épidermoïde du col de l'utérus. 10 de nos patients sur 10 peuvent éviter l'oncologie, simplement en contactant le MLC à temps et en supprimant tous les néoplasmes bénins de la peau à l'aide d'une méthode d'ondes radio peu traumatiques.

La clinique dispose d'un laboratoire de biologie moléculaire avec des équipements de haute précision pour les analyses PCR pour HPV - amplificateurs électroniques. Nous effectuons l'élimination des papillomes avec l'histologie, ainsi que la vaccination préventive (Gardasil), qui offre une protection à 100% contre les types de papillomavirus humains 6, 11, 16 et 18.

Ne retardez pas le diagnostic et le traitement de l'infection par le papillomavirus humain, qui est potentiellement oncogène pour le corps. Prenez rendez-vous à la CPI dès maintenant!

Le type de maladie le plus désagréable - HPV 18

Le papillomavirus humain comprend environ 70 sous-espèces, chacune ayant son propre numéro individuel. Tous ont des caractéristiques uniques du cours, le danger d'infection et des conséquences néfastes. L'un des plus désagréables est le VPH 18. Il se transmet facilement d'une personne à l'autre, couvrant un grand nombre de personnes infectées et, de plus, peut provoquer le cancer. De quel type de virus s'agit-il, comment se produit l'infection et est-il possible d'y faire face?

Caractéristiques du HPV 18

Le virus affecte principalement les organes génitaux et la peau des personnes. Dans la plupart des cas, l'infection se produit par contact sexuel. Cependant, la transmission de l'infection est également possible par contact des muqueuses avec la peau du porteur de l'infection et ses sécrétions. De plus, la voie domestique de l'infection n'est pas exclue par:

  1. linge de maison;
  2. ustensiles;
  3. serviette;
  4. meubles rembourrés.

Une situation particulièrement dangereuse est lorsque le VPH 18 est transmis de la mère au nouveau-né au moment de son passage dans le canal génital..

La particularité de cette forme de papillome est qu'elle ne se développe que dans des conditions favorables pour elle-même. Pendant longtemps, la maladie ne se manifeste d'aucune façon, avec un affaiblissement de l'immunité, la progression commence. Ainsi, les personnes infectées par le VPH 18 sont plus souvent des porteurs latents d'infection et non des patients à part entière. Dans ce cas, le virus n'est pas seulement localisé sur les muqueuses, il pénètre dans les noyaux mêmes des cellules, il est assez difficile de l'enlever de là.

Selon les statistiques de l'OMS, au cours de la dernière décennie, le nombre de personnes infectées par le VPH 18 a augmenté d'environ 25%. Cette circonstance vous oblige à vous comporter aussi soigneusement que possible lorsque vous traitez avec des partenaires sexuels inconnus..

Caractéristiques de l'évolution de la maladie

Malgré la grande différence dans la structure anatomique des systèmes reproducteurs des hommes et des femmes, le développement de la maladie et les symptômes caractéristiques ne diffèrent pas beaucoup. Les méthodes d'infection par le VPH 18 sont également identiques.

Symptômes chez les hommes

Dans la grande majorité des cas, la maladie est asymptomatique. Cela comporte un certain danger, car il est assez difficile d'identifier la maladie en temps opportun et de commencer à la combattre dans de telles conditions. Les symptômes de la maladie dépendent du stade:

  • L'infection ne se manifeste d'aucune façon. Sa présence dans le corps ne peut être reconnue qu'en effectuant des tests.
  • Des rougeurs cutanées apparaissent et des néoplasmes apparaissent sur les muqueuses: excroissances, condylomes, verrues. Dans ce cas, le virus, à partir de la deuxième étape, se multiplie très rapidement et activement.
  • Les symptômes sont pratiquement les mêmes qu'au deuxième stade. Le danger est de changer l'ADN du patient.
  • À ce stade, les néoplasmes deviennent malins, le cancer commence. Heureusement, la maladie atteint ce stade dans un petit nombre de cas, généralement la maladie est guérie avec succès ou recule d'elle-même.

Veuillez noter que la maladie ne progresse pas toujours. Cela peut prendre plusieurs années à partir du moment de l'infection, mais la taille initiale des papillomes restera inchangée. Mais en aucun cas vous ne devez refuser le traitement, la complication peut être mortelle..

Symptômes chez les femmes

Les stades de développement du VPH 18 et les symptômes chez la femme ne diffèrent pas beaucoup de la situation chez les hommes. Cependant, il existe quelques différences:

  • les verrues du beau sexe sont massivement réparties le long des plis cutanés des grandes lèvres;
  • les papillomes se produisent sur les surfaces muqueuses des organes génitaux;
  • l'équilibre de la microflore vaginale est perturbé;
  • le risque de développer la chlamydia en même temps que le VPH 18 augmente considérablement.

De plus, cette maladie conduit souvent à des conditions précancéreuses du col de l'utérus, qui peuvent persister inchangées pendant des années. Le principal danger est qu'à ce stade de la maladie, la femme ne remarque plus aucun symptôme..

Le VPH 18 provoque rarement des verrues. Si le patient les a rencontrés, alors avec un degré de probabilité élevé, il peut également être diagnostiqué avec le VPH 14.

Diagnostics HPV 18

L'identification de cette maladie semble assez difficile. Et la raison n'est même pas que la maladie est souvent asymptomatique, mais que les mesures de diagnostic sont effectuées en plusieurs étapes. Leur tâche:

  1. recueillir des données générales sur le patient et la maladie suspectée;
  2. déterminer le type exact de VPH;
  3. établir le degré de développement de la maladie;
  4. identification des complications émergentes.

Dans ce cas, toutes les mesures de diagnostic commencent par la collecte de l'anamnèse:

  • Le médecin écoute les plaintes du patient et les analyse.
  • En règle générale, le VPH n'affecte pas le bien-être d'une personne dans les premiers stades, cet événement vise donc davantage à identifier les stades avancés possibles avec la transition des verrues génitales en tumeurs malignes, ainsi qu'à collecter des données sur le mode de vie du patient..
  • Ce moment aide à établir la cause possible de l'infection, ce qui facilite quelque peu la thérapie à venir..
  • Ceci est suivi d'un examen visuel du patient. Le spécialiste examine la peau et détecte les néoplasmes sur les organes génitaux.
  • Dans le cas des femmes, le vagin et le col de l'utérus sont examinés. Cela se fait dans une chaise gynécologique à l'aide d'un miroir. Dans ce cas, un frottis du col de l'utérus est nécessairement collecté, qui est envoyé pour cytologie.
  • Lors du diagnostic des hommes, le médecin effectue un test PAP. Les condylomes sont traités avec 3% d'acide acétique. Après un certain temps, un "maillage" de capillaires et de vaisseaux plus gros peut apparaître sur le néoplasme. Ceci est considéré comme un signe garanti du VPH 18..

Un traitement supplémentaire est prescrit en fonction des résultats de l'examen. Si les tests effectués ont révélé plus de 5 Lg d'ADN HPV 18 pour 100 000 cellules, alors le risque de formation de néoplasmes malins est trop grand. Dans cette situation, la thérapie est inévitable. Dans d'autres cas, il est possible «d'ignorer» la maladie, sous contrôle médical. De plus, si l'immunité du patient est incapable d'arrêter le développement de la maladie, vous devrez alors demander de l'aide - les risques sont trop grands.

Dans le diagnostic, l'histologie est également prescrite, mais uniquement si une infection virale est détectée pour vérifier les risques de développer un cancer du col de l'utérus.

Traitement HPV 18

La subtilité est que le traitement du VPH 18 est presque impossible. La maladie ne disparaît pas d'elle-même, les médicaments n'aident pas. La raison en est que ce virus n'est pas excrété du corps - il se trouve trop fermement et profondément à l'intérieur des cellules, et sa résistance aux médicaments antibactériens est enviable. Ainsi, la thérapie HPV 18 n'est possible qu'avec l'aide d'une intervention chirurgicale aux stades avancés et d'un renforcement supplémentaire du système immunitaire pour réduire le risque de récidive..

Dans le même temps, le patient lui-même doit suivre un certain nombre de règles pour que la maladie ne progresse pas et que le risque de complications soit minimisé:

  1. abandonner toutes les mauvaises habitudes;
  2. normalisation de la routine quotidienne;
  3. prendre des complexes vitaminiques;
  4. consommation régulière de fruits et légumes;
  5. activité physique (raisonnable);
  6. lutte en temps opportun contre les rhumes et autres infections génitales.

Seule une forte immunité peut contenir la maladie. Le traitement contre le VPH consiste uniquement en l'ablation chirurgicale des verrues génitales, qui ont pris le caractère de néoplasmes malins..

Aucun des médicaments ne s'est révélé efficace en laboratoire. Les cliniques qui offrent un traitement contre le VPH 18 impliquent une intervention chirurgicale ou l'utilisation de médicaments non testés.

Conséquences et danger

Pas une seule maladie virale ne passe sans laisser de trace pour le corps, le VPH 18 ne fait pas exception. Cette affection peut provoquer un certain nombre d'autres maladies, bien plus dangereuses:

  1. dysplasie verruciforme (extrêmement rare);
  2. papulose bowénoïde (provoque souvent le VPH 16, mais la forme 18 peut également en être la cause);
  3. érosion cervicale;
  4. autres maladies virales et bactériennes - chlamydia, VIH.

Le danger le plus grave posé par cette pathologie est le cancer. Il se développe assez rarement, mais il est difficile de retracer le développement d'une maladie mortelle, car la dégénérescence cellulaire se produit rapidement et de manière inattendue. Le plus souvent, les patients sont confrontés à un néoplasme du col de l'utérus.

Les condylomes dans la bouche et le larynx ne présentent pas le même danger que lorsqu'ils sont localisés sur les organes génitaux. Pourtant, cela ne peut être ignoré - une tumeur envahie peut bloquer les voies respiratoires.

Le VPH 18 est l'une des nombreuses formes de papillomavirus humain. Ce type se caractérise par un risque accru de développer un cancer, ainsi que par un affaiblissement grave du système immunitaire, ce qui contribue à l'apparition d'autres maladies infectieuses. Le diagnostic est effectué par des tests, mais la collecte de l'anamnèse est également d'une importance considérable. La science moderne n'a pas encore développé de traitement pour les pathologistes, toutes les méthodes de thérapie connues sont discutables et n'apportent pas d'effet positif. Vous pouvez également lire l'avis d'un spécialiste sur le traitement du VPH 18 dans cette vidéo.

3 stades de l'infection par le papillomavirus humain de type 18

Parmi les infections virales urogénitales, le VPH occupe une place de premier plan.

La plupart des hommes et des femmes sexuellement actifs connaîtront cette infection à un moment de leur vie. Le plus grand danger pour la vie est le VPH de type 18.

Ce que c'est

Tous les patients ne savent pas ce qu'est le VPH de type 18 et en quoi il diffère des autres souches. Et tout le monde devrait avoir de telles informations, car la présence de ce virus dans le corps affecte la santé des hommes et des femmes. Le papillomavirus de type 18 est intégré dans le génome humain, provoquant la croissance de tumeurs bénignes, qui peuvent devenir malignes avec le temps.

Chez les hommes, le VPH 18 provoque rarement la formation de croissances au niveau du pénis. Mais le plus souvent, ils ont le virus à l'état dormant et ils le transportent simplement sans aucune conséquence. Mais dans le sexe féminin, le VPH de type 18 est chargé de développer des conditions pathologiques précancéreuses, qui avec le temps provoquent un cancer du col de l'utérus.

Caractéristiques du HPV 18

Le papillomavirus humain de type 18 contient 2 brins d'ADN et a une croissance dirigée dans la couche basale de l'épithélium squameux et cylindrique stratifié. Dans les cellules du corps, le VPH 18 peut être trouvé à la fois dans l'environnement interne et dans le noyau cellulaire. Le tableau clinique du processus pathologique et le risque de développer un cancer en dépendent..

Vidéo

Comment se produit l'infection

Le papillomavirus 18 est très contagieux. L'infection peut survenir des manières suivantes:

  1. Le contact sexuel avec un partenaire infecté est le principal moyen par lequel le papillomavirus pénètre dans le corps d'une femme.
  2. Voie de contact-maison, ainsi que infection par des lésions cutanées lors de la visite de saunas, bains ou piscines.
  3. Chemin de transmission vertical. L'infection survient lors de l'accouchement, lorsque le bébé passe par le canal génital d'une femme porteuse du VPH.

Pour que l'infection se produise, il doit y avoir des violations de l'intégrité de la peau ou de la membrane muqueuse (abrasions, égratignures), et l'immunité doit également être sérieusement réduite.

Caractéristiques du cours

Chez les deux sexes, le papillomavirus humain de type 18 peut ne présenter aucun symptôme pendant longtemps. Si le système immunitaire est suffisamment fort, le virus peut ne pas provoquer de verrues, de condylomes, mais se trouvera simplement dans le sang. Si le statut immunitaire est réduit, l'infection se manifeste par le fait que divers néoplasmes apparaissent sur les organes génitaux.

Symptômes chez les hommes

Le VPH de type 18 chez l'homme entre très rapidement dans une forme dormante. Bien qu'avec une immunité réduite ou chez les patients gériatriques, des néoplasmes peuvent apparaître sur la peau ou sur les muqueuses des organes génitaux, mais la maladie se développe sous une forme bénigne. Pendant longtemps, la dysplasie peut ne pas se produire et les cellules ne sont pas converties en cancéreuses.

Manifestations cliniques du VPH 18 chez l'homme:

  1. Des verrues et des verrues génitales apparaissent sur les organes génitaux masculins.
  2. Papulose bowénoïde. Des éléments de démangeaisons multiples ou uniques d'une éruption cutanée rouge ou pigmentée apparaissent sur le gland du pénis.
  3. Maladie de Bowen. Des plaques rouges apparaissent sur le pénis avec des bords clairs et une surface humide. Si vous ne prenez aucune mesure thérapeutique, avec le temps, le processus peut devenir malin..

Si un homme reçoit un diagnostic de VPH de type 18, alors on ne peut pas fermer les yeux sur cela, car il peut infecter son partenaire, et pour elle, cela entraîne le développement de l'oncopathologie..

Symptômes chez les femmes

Le plus grand danger pour les femmes est le processus qui se déroule dans la région cervicale. Il ne peut être trouvé que lors d'examens gynécologiques préventifs et dégénère facilement en cancer. La présence du VPH 18 chez les femmes peut indiquer divers symptômes non spécifiques auxquels elles peuvent ne pas prêter attention pendant une longue période..

Habituellement, les patients sont alarmés par l'apparition de formations papillomateuses sur les muqueuses des organes génitaux ou la peau du périnée. Mais ils ne pourront pas détecter les signes de dysplasie sans un examen approprié, car elle se développe presque asymptomatiquement..

Le VPH de type 18 est souvent détecté pendant la grossesse: des verrues planes sont généralement détectées sur la peau. Une telle femme a besoin d'une surveillance particulière, mais aucune mesure thérapeutique n'est généralement prise avant l'accouchement..

Diagnostique

Comme la première période de la maladie est asymptomatique, il est possible de détecter une infection avec un test HPV prophylactique. Il est possible de confirmer la présence d'une infection avec des diagnostics PCR (la présence d'un virus est détectée et son type est identifié). Et pour obtenir une évaluation quantitative du virus, un grattage du canal cervical est effectué.

Pour déterminer les complications possibles causées par le papillomavirus de type 18, des études complémentaires sont en cours. Afin d'identifier en temps opportun l'oncopathologie, un frottis est prélevé pour la cytologie sur la surface externe du col de l'utérus. De plus, la colposcopie et la biopsie sont effectuées à partir du foyer pathologique.

Traitement

Alors que les femmes attendent les réponses aux tests et les résultats possibles, elles sont particulièrement intéressées à savoir si le VPH 18. Ce type de virus est traité de la même manière que les autres papillomavirus. Mais compte tenu de son oncogénicité, certains ajustements peuvent être apportés au processus thérapeutique..

Médicament

La thérapie se déroule en 3 étapes:

  1. Le traitement antiviral est sélectionné pour une femme et la microflore normale du vagin est restaurée en cours de route.
  2. Stimule l'immunité avec les inducteurs d'interféron. Et aussi les cours prennent des cytokines endogènes, qui ont un effet antiviral, immunomodulateur, antiprolifératif.
  3. Les patients subissent des procédures de thérapie à l'ozone, prennent des agents désensibilisants, des préparations adaptogènes, ainsi que des complexes multivitaminés.

Le cours de traitement dure de 6 mois à un an.

Pendant tout ce temps, une femme doit utiliser une contraception barrière. Et aussi, il devrait être régulièrement montré au médecin pour contrôler et identifier les dynamiques positives..

Chirurgical

Le plus souvent, l'élimination des verrues génitales devient une priorité afin d'éliminer le foyer de reproduction du VPH et d'empêcher la propagation du virus aux tissus sains. Cela peut se faire de différentes façons:

  1. Excision chirurgicale. Le retrait de l'accumulation avec un scalpel est réalisé sous anesthésie locale. Un morceau de biomatériau est envoyé pour examen histologique. Si une malignité des cellules est détectée, le patient est examiné encore plus attentivement. Parfois, une deuxième opération est effectuée pour une excision plus profonde de la lésion dans les tissus sains.
  2. Thérapie au laser. Le patient est également anesthésié puis les fluides cellulaires sont vaporisés à l'aide d'un laser et les vaisseaux sanguins sont soudés. Une croûte se forme sur le site des manipulations chirurgicales, qui disparaît d'elle-même en 1 à 2 semaines.
  3. Thérapie par ondes radio. Avec cette méthode de traitement, la mort cellulaire est causée par une irradiation ponctuelle. Cette méthode est absolument indolore et est largement utilisée en oncologie moderne..
  4. Cryodestruction. Verrues génitales, les papillomes sont éliminés avec de l'azote liquide. Les avantages de la méthode résident dans son indolore, mais un inconvénient majeur est l'incapacité de prélever du matériel biologique pour un examen histologique..

De plus, ils pratiquent l'élimination des excroissances papillomateuses avec des produits chimiques. Il est généralement nécessaire d'effectuer de telles procédures plusieurs fois jusqu'à ce que la formation soit complètement détruite sous l'influence de produits chimiques agressifs..

Méthodes traditionnelles

Le traitement du VPH de type 18 avec des remèdes populaires est inapproprié. Les méthodes traditionnelles ne peuvent être utilisées qu'en complément du traitement principal et en consultation avec votre médecin. L'exposition locale à des substances chimiquement actives sur les verrues génitales à domicile n'est pas recommandée. Mais les patients peuvent essayer d'utiliser des herbes pour affecter l'immunité..

Les herbes médicinales les plus populaires et les plus efficaces pour renforcer les défenses de l'organisme sont considérées: racine de pissenlit, ortie, cônes de houblon, tilleul, fruits de coriandre.

Ils sont utilisés pour la préparation de décoctions ou d'infusions. Les fonds sont prélevés 15 ml 3 fois par jour 30 minutes avant les repas ou 1 heure après les repas. Le cours thérapeutique moyen est de 1 à 1,5 semaines. Après un certain temps, il peut être répété.

Le papillomavirus humain de type 18 est une infection à risque accru de cancer. Pour éviter des conséquences graves, les représentants des deux sexes doivent être systématiquement examinés, et en cas de détection du papillomavirus de type 18, il est impératif de prendre des mesures thérapeutiques.

Si vous trouvez une erreur, sélectionnez un morceau de texte et appuyez sur Ctrl + Entrée. Nous allons certainement le réparer, et vous aurez + karma

Traitement HPV de type 18

Tout le contenu iLive est examiné par des experts médicaux pour s'assurer qu'il est aussi précis et factuel que possible.

Nous avons des directives strictes pour la sélection des sources d'informations et nous ne relions que des sites Web réputés, des institutions de recherche universitaires et, si possible, des recherches médicales éprouvées. Veuillez noter que les chiffres entre parenthèses ([1], [2], etc.) sont des liens interactifs vers ces études.

Si vous pensez que l'un de nos contenus est inexact, obsolète ou douteux, sélectionnez-le et appuyez sur Ctrl + Entrée.

Si, dans la plupart des cas, notre corps est capable de faire face seul aux types faiblement oncogènes du virus, le VPH 18 ne quittera pas le corps aussi facilement. Le système immunitaire humain peut maintenir le virus dans le corps dans un état inactif, mais dès qu'il échoue, les virions commenceront immédiatement une activité vigoureuse, envahiront les cellules vivantes et dicteront leur ligne de comportement.

Il s'avère que si tout dépend du système immunitaire du corps, alors il n'y a pas besoin de traiter l'infection? Est-ce vraiment suffisant de maintenir l'immunité? Et en général, que faire si le VPH de type 18 est détecté?

Pour commencer, le maintien de l'immunité est la principale chose à laquelle il faut faire attention lors de la détection d'un virus qui ne s'est pas encore manifesté, c'est-à-dire n'a pas provoqué l'apparition de symptômes spécifiques: l'apparition de croissances et de dysplasie. Mais si des lésions sous forme de formations papidllomateuses sont déjà notées sur la membrane muqueuse, nous parlons déjà de l'activation de l'infection, ce qui signifie que le système immunitaire ne pouvait pas y faire face et qu'il a besoin d'aide.

Dans certains cas, en particulier avec la papillomatose chez l'homme, les néoplasmes peuvent disparaître d'eux-mêmes, dès que l'immunité est augmentée. Mais souvent, la maladie ne fait qu'épuiser le corps, et plus de nouveaux virions sont formés, plus les défenses du corps sont difficiles. Chaque nouveau condylome ou verrue est un site d'accumulation de virions HPV 16 et de certains autres types d'infection par le papillomavirus humain. Pour aider le système immunitaire, il est nécessaire d'éliminer ces foyers le plus tôt possible. On peut en dire autant des foyers d'hyperplasie (prolifération tissulaire) sur la muqueuse cervicale.

Il s'avère que le point principal du traitement du virus du papillome, en particulier de ses types hautement oncogènes, est l'opération visant à éliminer les foyers d'infection. En supprimant ces foyers, il est possible d'empêcher la propagation du processus pathologique à d'autres tissus de l'organe et même au-delà..

Il existe plusieurs méthodes efficaces pour éliminer les verrues génitales, les verrues et les foyers de dysplasie:

  • Opération chirurgicale pour éliminer les foyers de modifications tissulaires pathologiques, qui est réalisée avec un scalpel sous anesthésie locale. Pendant l'opération, le médecin doit envoyer un petit fragment du tissu excisé pour examen histologique.

L'opération peut être réalisée dès l'apparition de tels néoplasmes avant même que les résultats du test PCR ne soient obtenus. La détection ultérieure des virions HPV 18 ou HPV 16 n'est pas une indication de réopération, mais si des cellules malignes sont détectées, une autre opération est prescrite de toute urgence, au cours de laquelle une partie des cellules saines (environ 1 cm) est également retirée pour éviter la récidive et la poursuite de la progression du malin processus.

  • Élimination des néoplasmes et des foyers de dysplasie avec un laser. Contrairement à la méthode chirurgicale classique, cette technique ne nécessite généralement pas d'anesthésie (une femme ne peut ressentir que de la chaleur, un léger inconfort dans la zone de cautérisation et une odeur désagréable de chair brûlée). L'opération ne prend généralement pas plus de 5 minutes et s'accompagne d'une récupération rapide des tissus sans saignement (le laser assèche non seulement les foyers pathologiques à une profondeur suffisante, mais coagule également les vaisseaux sanguins). L'élimination de grands foyers de dysplasie peut être accompagnée de saignements mineurs pendant plusieurs jours. En 1 à 2 semaines, les croûtes formées pendant la thérapie au laser tombent et sont retirées du corps, et la membrane muqueuse est enfin resserrée.
  • Méthode d'électrocoagulation. Son action est identique à la thérapie au laser. Sous l'action du courant, les foyers pathologiques sont cautérisés (séchés) à la profondeur désirée et les vaisseaux sont coagulés, évitant des saignements sévères. Certes, l'opération peut être plus douloureuse et nécessiter l'utilisation d'une anesthésie locale, car l'effet du courant est moins doux que celui d'un laser.
  • Élimination des papillomes avec des préparations chimiques. Le médecin applique des produits chimiques agressifs sur le papillome afin qu'ils provoquent la mort des cellules endommagées ainsi que de nouveaux virions formés. Habituellement, plusieurs séances sont nécessaires pour éliminer complètement le néoplasme..
  • Méthode de cryodestruction. Dans ce cas, les papillomes sont congelés et détruits par l'azote liquide. La technique est considérée comme absolument indolore et ne nécessite pas l'administration d'anesthésie. Comme la thérapie au laser, elle exclut pratiquement les rechutes de la maladie, car elle capture tous les tissus modifiés. La restauration de la membrane muqueuse se produit en peu de temps.
  • Méthode des ondes radio. L'effet ponctuel des ondes radio provoque également une destruction cellulaire rapide et indolore. En utilisant cette méthode en gynécologie, les érosions du col de l'utérus, les papillomes, les polypes dans l'utérus sont traités.

Contrairement au traitement chirurgical et à l'utilisation de produits chimiques agressifs, les méthodes modernes d'élimination des papillomes ne provoquent généralement pas d'inflammation dans la lésion et préviennent l'infection des tissus endommagés, ce qui est une excellente prévention de la septicémie (empoisonnement du sang). Néanmoins, ces méthodes ne sont applicables que si les mesures diagnostiques excluent complètement l'oncologie, car la cautérisation ou la congélation des tissus entraîne une modification de leur structure et rend impossible la prise de matériel pour la biopsie..

Et pourtant, malgré toute l'efficacité de la méthode chirurgicale de traitement des papillomes, elle ne permet pas de se débarrasser complètement de l'infection, qui peut non seulement nicher dans la zone des excroissances et des cellules individuelles, mais aussi circuler dans l'espace intercellulaire, des fluides physiologiques (sang, salive, sueur)... L'opération ne permet que de réduire le nombre de virions, d'éliminer les foyers de leur plus grande accumulation et les cellules pathologiquement altérées par eux, et le corps doit lui-même désactiver les éléments restants de l'infection virale. L'humanité n'a pas encore inventé de médicaments qui pourraient vaincre le virus.

Médicaments pour le traitement du VPH 18

L'arme principale dans la lutte contre le papillomavirus humain est une forte immunité. Il peut être maintenu à un niveau élevé à l'aide de vitamines, d'immunostimulants et de médicaments antiviraux ayant des effets immunomodulateurs. Ce sont ces médicaments qui sont utilisés par les médecins nationaux dans la lutte contre le virus, tandis que les experts étrangers sont très sceptiques quant à l'efficacité de l'immunothérapie, ne reconnaissant que les avantages cliniquement prouvés de l'utilisation d'immunomodulateurs locaux..

Il faut dire que les approches du traitement des femmes et des hommes sont également différentes. On pense que le corps masculin est capable de faire face seul à une infection par papillome viral. À l'appui de ce point de vue, certains faits indiquent que chez les hommes, les manifestations cliniques de l'infection peuvent être observées beaucoup moins fréquemment que chez les femmes, et même dans ce cas, elles disparaissent souvent d'elles-mêmes en un à deux ans. Habituellement, un homme est porteur d'une infection (porteuse du virus) reçue d'une femme et ne présente pas de danger particulier pour ses partenaires sexuels jusqu'à ce que les symptômes visibles de la maladie apparaissent.

À cet égard, lorsque le VPH 16 ou le VPH 18 est détecté chez des hommes sans symptômes externes de la maladie, les dermatovénérologues, qui sont engagés dans le traitement de la pathologie du sexe fort, ne prescrivent aucun traitement. Ils préfèrent adopter une attitude attentiste, examinant le patient une fois tous les six mois avec des études cytologiques et un test OCP..

Si des papillomes ont été détectés sur les organes génitaux et la région anale, le patient est référé pour leur traitement (élimination par les méthodes décrites ci-dessus). Le traitement par HPV 16 et 18 chez l'homme n'est effectué que dans le cas d'une immunité sensiblement affaiblie, ce qui se produit chez les personnes en âge avec un certain bagage de maladies chroniques et chez les patients infectés par le VIH..

Le corps de la femme s'avère plus sensible à une infection virale de ce type.Par conséquent, dans la plupart des cas, après un certain temps, il commence à se manifester sous la forme de papillomes et de foyers de dysplasie sur la membrane muqueuse du canal cervical de l'utérus. Si, de plus, il y a des micro- et macro-dommages (érosion) sur la membrane muqueuse du vagin et de l'utérus, le virus s'enracine assez rapidement et commence son activité pathologique. C'est pourquoi, même lorsque l'érosion cervicale est détectée, les médecins prescrivent souvent une analyse OCP pour identifier les micro-organismes qui empêchent la cicatrisation de la plaie et contribuent à la transformation en foyer de dysplasie..

Les deux papillomes de différentes tailles et zones de dysplasie peuvent être enlevés. Pour l'élimination chimique des néoplasmes, une solution à 80% d'acide trichloracétique peut être utilisée, qui cautérise la lésion, provoquant une nécrose tissulaire dans la zone d'application. Un traitement de 6 semaines est indiqué. Les procédures sont effectuées une fois par semaine. Le médicament ne doit pas être appliqué sur des tissus sains. Le traitement est efficace dans 2/3 des cas.

Une autre bonne option pour traiter les papillomes est le médicament Solkoderm, qui contient plusieurs acides organiques et inorganiques à la fois: nitrique, acétique, oxalique et lactique plus le nitrate de cuivre, qui, avec les acides, provoque la destruction et la momification des tissus affectés. Comme le médicament précédent, la solution doit être appliquée strictement à la surface des papillomes, et un médecin spécialiste doit le faire. Dans ce cas, un changement de couleur du tissu du gris blanchâtre au brun devrait se produire, ce qui indique une nécrose tissulaire.

S'il y a beaucoup de néoplasmes, ils sont retirés par étapes, 4 à 5 pièces à la fois. Les procédures d'application sont rarement effectuées à des intervalles de 4 mois.

Le traitement avec des produits chimiques n'est pas interdit pendant la grossesse, mais un spécialiste doit le réaliser. Il faut également dire qu'un tel "boulochage" chimique est contre-indiqué si des cellules malignes sont détectées dans la lésion, car une exposition de surface à des substances agressives peut provoquer une croissance tumorale, mais déjà profondément dans les tissus.

Bien que l'infection par le virus du papillome humain ne donne aucun symptôme, ne vous inquiétez pas trop, car le corps inhibe sa reproduction. Vous pouvez suivre un cours d'immunostimulants naturels à base de plantes pour augmenter les défenses de l'organisme, ou ne rien faire. Dans tous les cas, lorsque le VPH 16 ou 18 est détecté, la femme est sous le contrôle d'un gynécologue et est obligée de subir un examen tous les six mois, même si elle ne remarque aucun néoplasme.

Le fait que des papillomes soient apparus ou que des foyers de dysplasie se soient formés indique un affaiblissement de la défense immunitaire. L'élimination des tissus malades ne peut pas résoudre complètement le problème ou augmenter l'immunité. Une infection bactérienne peut être vaincue avec des antibiotiques, certains types de virus sont traités avec succès avec des médicaments antiviraux, mais pas une infection par le papillomavirus humain. Les agents antiviraux conventionnels efficaces contre le virus de l'herpès auront peu d'avantages dans le traitement du VPH.

Dans le cas du papillomavirus humain, les médecins domestiques considèrent que l'utilisation de médicaments ayant des effets antiviraux et immunomodulateurs est justifiée. Ces médicaments ont souvent différentes formes de libération, ce qui leur permet d'être utilisés à la fois pour un usage local et systémique. L'administration interne de médicaments immunomodulateurs est considérée comme obligatoire en cas d'infection récurrente.

Ainsi, pour le traitement local de l'infection par le papillomavirus humain, Epigen Intim est souvent utilisé sous forme de spray. Avant de retirer les condylomes, le médicament est prescrit 3 fois par jour. Les hommes vaporisent le pénis et la zone de l'anus avec un spray, les femmes passent 1 à 2 injections du médicament dans le vagin.

Immédiatement après l'élimination des néoplasmes, le médicament est utilisé jusqu'à 5 fois par jour, en continuant le traitement jusqu'à ce que la membrane muqueuse soit complètement restaurée.

Le médicament peut également être prescrit à des fins prophylactiques pour éviter la rechute de la maladie causée par le VPH hautement oncogène 18. Dans ce cas, le schéma thérapeutique sera identique à celui prescrit avant l'élimination des néoplasmes et le traitement durera un mois. Il est considéré comme obligatoire de traiter le vagin avant et après un contact sexuel, dans des situations stressantes, le développement d'infections respiratoires, une antibiothérapie qui affecte négativement l'immunité humaine..

Utilisé pour lutter contre l'infection par le virus du papillome humain et le médicament "Panavir", qui est disponible sous des formes aussi pratiques à ces fins que gel à usage externe, spray intime, suppositoires vaginaux et rectaux, solution injectable.

La solution pour injection intraveineuse est utilisée dans le traitement des infections récurrentes et de la dysplasie cervicale causées par le VPH. Le cours du traitement consiste en 5 injections, les 3 premières d'entre elles sont administrées avec un intervalle de 48 heures, le reste - avec un intervalle de 72 heures, soit 1 fois en 2 ou 3 jours, en utilisant à chaque fois 5 ml de solution. Au cours du premier trimestre de la grossesse et pendant l'allaitement, un tel traitement est contre-indiqué..

Le gel doit être utilisé pour lubrifier les papillomes à portée de main: sur les organes génitaux et la région anale. Le médicament sous cette forme est excellent pour les patients de tout sexe. Le gel, sans frottement, est appliqué sur la zone des néoplasmes 5 fois par jour pendant jusqu'à 1 mois. L'efficacité du traitement après l'élimination des verrues génitales atteint 95%.

Les suppositoires rectaux et vaginaux aident à combattre les manifestations du virus cachées dans le vagin et le côlon (condylomes et foyers de dysplasie). Les suppositoires vaginaux sont conçus pour traiter les femmes et sont insérés dans la cavité vaginale, les suppositoires rectaux peuvent être prescrits aux patientes de tout sexe, y compris aux femmes enceintes aux 2ème et 3ème trimestres de la grossesse (comme prescrit par un médecin, généralement afin de prévenir une exacerbation de la maladie avant l'accouchement).

Les suppositoires doivent être administrés selon le même schéma que la solution pour administration intraveineuse. Ceux. 3 bougies sont placées avec un intervalle de 2 jours, et après 3 bougies, l'intervalle est augmenté à 3 jours. Pour prévenir la récidive de l'infection, un deuxième traitement est prescrit dans un mois..

Un spray intime n'est pas tant un curatif qu'un agent prophylactique avec une concentration plus faible de la substance active, qui doit être utilisé avant et après les rapports sexuels. Habituellement, 2-3 injections du médicament dans le vagin ou le pénis sont effectuées.

Quels immunomodulateurs sont prescrits pour le VPH pour administration interne:

  • «Isoprinosine» est un médicament antiviral à effet immunomodulateur, le plus souvent prescrit sous forme de comprimés. La dose quotidienne est calculée à 50 mg par kilogramme de poids du patient. La durée du traitement est de 5 à 15 jours.

Le médicament n'est pas prescrit aux patients souffrant de goutte, d'insuffisance rénale sévère, d'arythmies, ainsi qu'aux femmes pendant la grossesse et l'allaitement.

  • Allokin-alpha est un médicament antiviral dont l'efficacité a été prouvée contre l'infection par le papillomavirus humain. Il est utilisé dans l'évolution chronique du VPH, du fait de la présence de ses types hautement oncogènes (HPV 18, HPV 16, etc.). Les médecins peuvent prescrire le médicament même en l'absence de manifestations cliniques de la maladie.

Le médicament est produit sous la forme d'une solution qui doit être injectée par voie sous-cutanée, mélangée à 1 ml de solution saline.Le médicament est administré 1 fois en 2 jours (intervalle - 48 heures) en 6 injections. Dose unique du médicament - 1 mg.

Le médicament n'est pas prescrit pendant la grossesse et l'allaitement, ainsi que dans les exacerbations de maladies auto-immunes.

  • «Gepon» est un médicament à effet immunomodulateur, qui aide à prévenir la récidive de la maladie et sa complication par une infection bactérienne ou fongique. Le médicament est produit sous forme de flacons contenant de la poudre, à partir desquels une solution est préparée pour l'administration orale et l'irrigation des muqueuses, en utilisant le solvant fourni (eau pour injection).

À l'intérieur, le médicament est pris 1 fois par jour à raison de 10 mg. Pour l'irrigation des muqueuses malades, une solution est préparée avec une concentration comprise entre 0,02 et 0,04% à partir de 1 à 2 mg de poudre. Le traitement est également effectué une fois par jour. Le cours du traitement est déterminé par le médecin traitant.

Le médicament n'a pratiquement aucune contre-indication. Mais vous ne pouvez l'utiliser pendant la grossesse qu'en dernier recours..

  • "Likopid". Un immunomodulateur utilisé pour l'infection par le papillomavirus chez l'adulte. En cas de processus hyperplasiques sur le col de l'utérus dans le contexte de l'introduction du VPH 16 ou 18, le médicament est prescrit en dix jours de 10 mg par jour. Le comprimé doit être avalé ou tenu sous la langue.

Le médicament n'est pas prescrit pendant la grossesse.

  • «Immunomax». Un immunomodulateur qui augmente les défenses de l'organisme et favorise la résorption des néoplasmes provoqués par une infection virale.
  • Le médicament est administré une fois par jour par voie intraveineuse à raison de 100 à 200 UI par jour. Le cours du traitement consiste en 6 injections. Tout d'abord, 3 injections sont effectuées, puis une pause de 4 jours, et à nouveau 3 injections.

En plus des médicaments ci-dessus, des agents immunostimulants naturels peuvent être utilisés: extraits d'éleuthérocoque, d'échinacée, de ginseng, de schisandra chinensis, etc., ainsi que des vitamines du groupe B, des vitamines C, D et E.

Le mécanisme d'action des médicaments antiviraux est basé sur la stimulation de la production d'interféron dans le corps, une protéine qui empêche les virus de pénétrer dans les cellules du corps et de leur réplication (reproduction). Pour ce faire, les préparations contiennent des stimulants d'immunité synthétiques ou naturels spécifiques..

Mais le même effet peut être obtenu en introduisant du véritable interféron humain dans le corps:

  • CHLI (interféron leucocytaire humain). Utilisé pour les applications à la surface des verrues génitales pour un cours de deux semaines ou des injections injectées directement dans ou sous le papillome (cours de trois semaines, 3 fois par semaine).
  • "Viferon" est un médicament à base d'interféron alpha-2 recombinant humain. Disponible en pommade et suppositoires rectaux. La pommade est appliquée sur les néoplasmes quotidiennement 3 à 4 fois par jour, en frottant légèrement sur la peau, jusqu'à 7 jours.

Les suppositoires qui doivent être injectés dans le rectum sont prescrits 1 pièce 2 fois par jour avec un intervalle de 12 heures pour une cure allant jusqu'à 10 jours.

  • Bougies avec Reaferon "Fitomax plus". Agent antiviral à base d'interféron humain. Les suppositoires sont insérés dans le vagin ou le rectum, 1 suppositoire par jour. Le cours du traitement dure jusqu'à 30 jours. Un cours répété est recommandé après une pause de 7 jours.
  • "Pommade d'interféron". Le médicament est appliqué trois fois par jour sur la zone des papillomes en 10 jours.
  • "Genferon". Analogue du médicament "Viferon". Il est produit sous forme de suppositoires, qui sont insérés dans le vagin un à la fois deux fois par jour pendant un cours de dix jours. Les hommes peuvent utiliser le médicament par voie rectale en insérant des suppositoires dans l'anus. Dans le cas du VPH chronique récurrent, il est recommandé d'utiliser les suppositoires un à la fois tous les deux jours, c.-à-d. 3 fois par semaine jusqu'à trois mois.

Ils sont utilisés pour traiter l'infection par le papillomavirus humain et certains compléments alimentaires. Ceux-ci incluent le médicament "Indinol". Il s'agit d'un médicament purement féminin qui régule l'équilibre des hormones sexuelles et arrête la prolifération pathologique des tissus utérins. Il a un effet néfaste sur les cellules qui, sous l'influence du virus, ont acquis la capacité de se multiplier excessivement. Des compléments alimentaires sont prescrits à la fois pour la dysplasie cervicale et les verrues anogénitales causées par l'influence de l'infection au papillomavirus.

Vous devez prendre «Indinol» par jour pendant 1 capsule avec des immunomodulateurs.

De plus, les patients se voient prescrire des adaptogènes sous forme de sédatifs:

  • Extrait de valériane. Les comprimés doivent être pris 3-4 fois par jour, 1 morceau pendant 2-3 semaines.
  • "Persen". Le médicament est pris deux fois par jour, 1 comprimé. Le cours du traitement dure jusqu'à 4 semaines.
  • "Relanium". Prescrire aux patients 1 comprimé avant le coucher pour un cours de dix jours.
  • «Novopassit». Le traitement est effectué pendant 2 semaines, en prenant 1 comprimé par jour deux fois par jour..

À quoi servent les sédatifs? Le fait est que le stress est l'un des principaux facteurs qui affectent négativement l'état de notre système immunitaire. Et le patient, ayant appris un diagnostic aussi décevant que le VPH 18, ressentira constamment de l'anxiété pour sa vie, s'inquiéter de la probabilité existante que la maladie se transforme en une forme maligne, se retrouvent, compliquant ainsi la situation et empêchant son corps de vaincre l'infection. Les sédatifs aident à calmer le système nerveux du patient pour éviter les effets négatifs d'expériences intenses considérées comme stressantes pour le corps..

Pour lutter contre le stress, certaines cliniques utilisent la thérapie à l'ozone (compte-gouttes d'ozone). Mais cette méthode d'influence physique sur le corps contribue également à la désactivation du virus du papillome pendant de nombreuses années..

En ce qui concerne le traitement traditionnel de l'infection par le papillomavirus humain, il serait ici conseillé de collecter des préparations à base de plantes, qui comprennent des herbes aux effets immunostimulants et sédatifs: échinacée, valériane, agripaume, origan, mélisse, coriandre, pissenlit, ortie.

L'élimination des verrues génitales et des verrues génitales à l'aide d'agents agressifs (iode, jus de chélidoine, ail, etc.) est indésirable et même dangereuse, car un tel traitement ne convient pas aux muqueuses délicates. Les médecins ne soutiennent pas l'idée d'utiliser la fraction 2 du médicament vétérinaire «TSA» pour le traitement des verrues génitales, qui fait l'objet de nombreux articles sur les forums de traitement du VPH..

«ASD-2» est un antiseptique et immunomodulateur vétérinaire à base d'adaptogènes isolés d'un organisme vivant à la veille de sa mort, qui aident les cellules affectées par des virus à se battre pour la vie. À des fins médicales, il est utilisé depuis longtemps et avec succès, cependant, aucun médecin n'écrira une ordonnance de traitement sur cette base, car l'agent est officiellement destiné au traitement des animaux..

Quoi qu'il en soit, mais la discussion active de ce médicament sur Internet dans le cadre du traitement de l'infection par le papillomavirus humain suggère que le médicament aide vraiment. Il est conseillé de le suivre en cours de 5 jours avec une pause de 3 jours. Commencez à prendre 3 à 5 gouttes, augmentez progressivement la dose à 20 à 40 gouttes, puis réduisez-la à la dose d'origine. Mais en plus de prendre le médicament en interne, dont la posologie mérite encore d'être discutée avec le médecin, il est également recommandé d'appliquer la fraction sur les condylomes et les verrues de la région anogénitale plusieurs fois par jour. Le médicament favorise la résorption des néoplasmes, il doit donc être appliqué quotidiennement jusqu'à ce que les excroissances disparaissent.

Comme vous pouvez le voir, il est possible de lutter avec succès même avec une infection résistante aux influences extérieures comme le papillomavirus humain. Si vous suivez le traitement prescrit par votre médecin, vous pouvez ralentir la propagation de types de virus papillomateux, même hautement oncogènes, qui sont considérés comme des provocateurs de cancer dans le système reproducteur des hommes et des femmes, comme les types de VPH 18 et 16..

Articles Sur La Leucémie