Avec le carcinome invasif, qui est le type le plus dangereux de pathologie du tissu mammaire, il y a la présence de métastases dans les organes internes à proximité. Le cancer du sein est le cancer le plus fréquent chez les femmes. Au cours du développement d'un cancer invasif, les cellules tumorales envahissent toutes les zones voisines. De plus, une femme atteinte de cette maladie présente des cellules altérées dans les poumons, dans les ganglions lymphatiques, dans l'aisselle, le foie, les os et le cerveau..

Contrairement aux cancers non invasifs, qui ont des frontières et se caractérisent par l'absence de métastases, l'apparition d'un carcinome invasif est très dangereuse. Ce diagnostic fait souvent paniquer le patient. La pathologie étant très dangereuse, il est nécessaire de la diagnostiquer dès que possible et de commencer le traitement. Dans certains cas, il est possible de sauver la vie du patient et de la prolonger autant que possible.

Qu'est-ce que le cancer du sein invasif

Le carcinome mammaire invasif est une tumeur constituée de tissu glandulaire du sein. Il est dangereux en ce que les cellules cancéreuses dépassent les limites de leur origine primaire et se propagent rapidement à d'autres organes. Le plus souvent, les femmes rencontrent un cancer du sein après la ménopause, mais récemment la pathologie s'est "rajeunie" et peut être retrouvée chez les femmes de trente-cinq ans. Le cancer, en plus d'une menace mortelle, est dangereux pour ses complications:

  1. Saignement dû à la dégradation de la tumeur,
  2. Processus inflammatoire du néoplasme et des tissus adjacents,
  3. Métastase - propagation d'une tumeur aux ganglions lymphatiques régionaux et aux organes distants,
  4. Insuffisance respiratoire due à une pleurésie.

Avec la propagation des néoplasmes mammaires dans le système lymphatique, il y a une violation de l'écoulement de la lymphe par les mains. Ce phénomène est appelé lymphostase, conduisant à un œdème du membre supérieur et à une altération de sa fonctionnalité..

Causes et facteurs de risque

Les raisons exactes du développement de cette pathologie n'ont pas été identifiées, mais un certain nombre de facteurs peuvent agir comme un provocateur de carcinome. Le risque de cancer augmente en raison de:

  • utilisation à long terme de médicaments hormonaux, y compris en cas d'utilisation incontrôlée de contraceptifs hormonaux ou de port d'un dispositif intra-utérin,
  • diverses blessures à la poitrine - ecchymoses, blessures,
  • prédisposition génétique aux néoplasmes malins,
  • tabagisme, alcoolisme, irradiation ultraviolette fréquente des glandes mammaires,
  • maladies gynécologiques,
  • première grossesse tardive chez une femme et accouchement,
  • refus d'allaiter,
  • avortement (l'interruption de la première grossesse est particulièrement dangereuse),
  • manque de vie sexuelle.

Le début précoce des règles (avant l'âge de douze ans) et le début tardif de la ménopause (après cinquante ans) augmentent le risque de développer un cancer du sein.

Les excroissances bénignes dans le sein, telles que le fibroadénome ou la mastopathie, peuvent également provoquer un carcinome.

Étapes

Les stades de développement de la tumeur diffèrent les uns des autres en fonction de la taille et de la forme, ainsi que de l'état des ganglions lymphatiques voisins et de la présence ou de l'absence de métastases:

  1. Au premier stade, la taille de la tumeur ne dépasse pas deux centimètres et il n'y a pas de métastases,
  2. La tumeur du deuxième stade ne dépasse pas cinq centimètres de diamètre, il n'y a pas de métastases, mais les ganglions lymphatiques sont touchés au-dessus et au-dessous des clavicules, ainsi que dans les aisselles,
  3. Au troisième stade, la taille du néoplasme est supérieure à cinq centimètres, il n'y a pas de métastase, cependant, la tumeur se développe dans les tissus environnants et affecte les ganglions lymphatiques distants,
  4. Au quatrième stade, de nombreux ganglions lymphatiques sont touchés, la tumeur se développe et les métastases cancéreuses affectent des organes distants.

Il existe également quatre degrés de malignité du processus oncologique:

  1. G1 - carcinome hautement différencié. Dans ce cas, le cancer du sein ne germe pas, mais se développe très rapidement..
  2. G2 - le deuxième degré de malignité du cancer invasif avec peu d'invasion, mais une croissance tumorale rapide.
  3. G3 - de nouvelles cellules apparaissent qui diffèrent les unes des autres et diffèrent des tissus sains.
  4. G4 - le plus haut degré d'infiltration néoplasique.

La connaissance du stade de développement et du degré de malignité du processus oncologique aide à choisir les méthodes de traitement optimales.

Classification

Le carcinome du sein a plusieurs types, selon l'emplacement de la tumeur. Afin de comprendre la classification, vous devez connaître la structure du sein féminin. Dans le sein féminin, il y a une vingtaine de lobules, semblables à l'orange, dont il se compose. Le tissu adipeux et fibreux (conjonctif) est situé entre les lobules et au-dessus d'eux. À l'intérieur des lobes se trouvent des canaux par lesquels le lait s'écoule pendant la lactation. Selon les signes histologiques, le cancer du sein est:

  1. Canalaire invasif,
  2. Lobulaire invasif,
  3. Canal pré-invasif,
  4. Non spécifié.

Ces variétés peuvent être divisées en d'autres cancers invasifs..

Canal pré-invasif

Cette forme de tumeur provient des canaux lactifères, mais ne se développe pas dans les structures adjacentes. Ce type de carcinome ne peut être détecté que par hasard lors d'une mammographie préventive. Si vous sautez cette étape du développement de la tumeur, il se transformera avec un degré de probabilité élevé en carcinome canalaire invasif.

Canalaire invasif

Une tumeur se forme dans les conduits (ou l'un d'entre eux) pour que le lait s'écoule pendant la lactation. Les cellules du cancer du sein canalaire invasif pénètrent rapidement dans la lymphe et la circulation sanguine, divergeant dans tout le corps. Souvent, la pathologie est diagnostiquée après l'âge de cinquante-cinq ans. Dans le carcinome canalaire invasif du sein, les cellules anormales divergent vers le mamelon, modifiant sa forme et sa taille. Avec une telle maladie, un écoulement du mamelon peut être observé..

Le degré de différenciation d'une telle tumeur est:

  1. Élevé - les cellules cancéreuses ne sont pas nucléaires et ont la même structure,
  2. Intermédiaire - similaire au cancer de bas grade non invasif,
  3. Faible - la structure des cellules diffère les unes des autres, elles ont un degré élevé d'infiltration dans les tissus voisins.

Ce type de cancer du sein est le plus courant et, en même temps, le plus dangereux..

Lobulaire invasif

Une tumeur qui survient dans les lobules de la glande est diagnostiquée dans dix ou quinze pour cent des cancers du sein..

Les nodules multiples sont appelés carcinomes multiples. Souvent, les néoplasmes affectent les deux seins à la fois. Cette pathologie est mal diagnostiquée et est souvent détectée trop tard, car aux premiers stades de développement, il n'y a pas de signes tels que des «bosses» dans la poitrine ou des écoulements des mamelons.

Non spécifié

Si le médecin, après une biopsie, procède à un examen histologique et ne peut pas déterminer si la tumeur est une forme canalaire ou lobulaire, alors nous parlons d'un carcinome invasif de type non spécifique. En termes de structure cellulaire, le cancer du sein invasif non spécifique peut être des types suivants:

  • Cancer inflammatoire. Les signes de ce type non spécifique de cancer du sein sont les mêmes que ceux de la mammite. Un sceau rond apparaît dans la poitrine, sur lequel il y a une hyperémie de la peau. Un tel cancer est diagnostiqué dans dix pour cent des cas..
  • Le carcinome médullaire est le moins invasif. Il se développe très lentement dans les structures adjacentes, mais dans la zone d'apparence, sa taille augmente rapidement. Se produit avec la même fréquence que le formulaire précédent.
  • Néoplasme canalaire infiltrant, à croissance rapide et métastatique. Trouvé chez soixante-dix pour cent des patientes atteintes d'un cancer du sein.
  • Le cancer de Paget. La lésion tombe sur la zone mamelon-aréole. Il ressemble à de l'eczéma avec ses symptômes (démangeaisons, surface suintante, cloques).

Plus de la moitié de tous les néoplasmes, quelle que soit leur structure, ont des récepteurs aux œstrogènes, ce qui indique la possibilité d'utiliser un traitement hormonal. Lorsqu'un carcinome mammaire invasif non spécifique survient dans la période précédant la ménopause, ces récepteurs sont absents. Le carcinome non spécifique de type médullaire est le plus favorable. Selon les cellules mammaires d'origine de la tumeur (basale ou luminale), un type de cancer basal ou luminal est possible.

Image clinique

Dans le cancer mammaire, les symptômes sont spécifiques, selon le type de tumeur, et communs à tout type de processus oncologique. Signes spécifiques:

  • Carcinome canalaire invasif - le mamelon est déformé et suinte un liquide anormal.
  • Cancer lobulaire - il y a une bosse douloureuse avec une surface bosselée. Le sein rétrécit, le mamelon se rétracte.
  • Carcinome inflammatoire - présente des signes de mammite, ce qui peut rendre le diagnostic difficile.
  • Carcinome de Paget - l'eczéma chronique se produit dans la région du mamelon.

Les symptômes et signes courants de la maladie comprennent la fièvre, la perte d'appétit et de poids et l'anémie. Les glandes mammaires deviennent asymétriques et varient en taille et en forme. En outre, les symptômes apparaissent sur la peau, elle change de couleur et devient rougeâtre, jaune, avec une teinte bleue. Il convient de rappeler qu'aux premiers stades de développement, le carcinome peut se dérouler secrètement, sans douleur ni signe visuel.Par conséquent, la pathologie est souvent diagnostiquée sous une forme avancée..

Diagnostic de la maladie

Afin de commencer le traitement du carcinome invasif, il est nécessaire de poser un diagnostic précis, ce qui est impossible sans un examen complet du patient. Tout d'abord, le médecin sonde la glande mammaire de la femme, écoute les plaintes et prend une anamnèse. En outre, un examen instrumental et de laboratoire est effectué:

  • mammographie,
  • échographie mammaire,
  • ductographie du sein,
  • imagerie par résonance magnétique ou calculée,
  • biopsie suivie d'un examen histologique,
  • analyses cliniques générales de sang et d'urine,
  • chimie sanguine,
  • test sanguin pour les marqueurs tumoraux.

Une fois le diagnostic posé, le médecin prescrit un schéma thérapeutique. La thérapie est choisie individuellement pour chaque patient et dépend du degré d'agressivité de la tumeur, du stade de son développement, de la présence ou de l'absence de métastases et de l'état général de la femme.

Tactiques de traitement

Le carcinome canalaire invasif et les autres types de cancer du sein sont mieux traités par chirurgie. Le montant de la chirurgie dépend de la taille du néoplasme et du degré de dommage aux tissus environnants. L'opération peut se dérouler selon l'un des schémas suivants:

  1. Ablation de la tumeur et des tissus adjacents,
  2. Excision du néoplasme et des ganglions lymphatiques voisins,
  3. Ablation partielle du sein et des ganglions lymphatiques,
  4. Amputation complète du sein affecté.

Si le sein a été complètement retiré, une fois que la patiente est complètement guérie, elle peut recourir à la chirurgie plastique pour placer un implant en silicone. Pour le carcinome invasif ayant atteint le stade 3 ou 4, une radiothérapie ou une chimiothérapie est administrée avant la chirurgie. Cela arrête le développement du néoplasme et tue certaines des cellules malignes. Après la chirurgie, une chimiothérapie et une radiothérapie sont également effectuées, ce qui réduit le risque de récidive..

Prévision et prévention

Le pronostic du cancer du sein dépend du stade auquel le traitement a commencé.

  1. Avec un carcinome de stade 1, quatre-vingt-dix femmes sur cent ont un taux de survie à cinq ans,
  2. Si un cancer du sein de stade 2 est détecté, le taux de survie à cinq ans tombe à soixante-six,
  3. Dans la troisième étape, le taux de survie n'est pas supérieur à quarante et un pour cent,
  4. Après le traitement de stade 4, seulement 10% des femmes peuvent espérer un taux de survie à cinq ans.

Pour la malignité uniquement jusqu'au grade G2, le pronostic est relativement favorable. La prévention de la récidive d'un cancer infiltrant la deuxième glande mammaire n'est possible qu'en retirant deux seins. La prévention consiste à éviter les facteurs de risque.

Cancer du sein invasif

L'incidence du cancer du sein en Russie augmente chaque année. Malgré la disponibilité de méthodes modernes de diagnostic précoce des tumeurs malignes du sein, les femmes se tournent de plus en plus souvent vers un médecin à un stade avancé du processus tumoral. Dans la clinique d'oncologie de l'hôpital Yusupov, les mammologues effectuent un examen des glandes mammaires à l'aide de méthodes de diagnostic modernes: mammographie et échographie.

Le cancer invasif est un néoplasme malin qui se développe à partir de cellules épithéliales et dépasse une certaine structure. Ainsi, le cancer canalaire invasif se développe à partir de cellules atypiques situées dans les parois du canal lacté. La tumeur ne reste pas dans le lobule, mais pénètre dans celui-ci et affecte le tissu adipeux. Les cellules atypiques en présence d'un cancer invasif sont transportées avec le sang ou la lymphe circulant à travers les vaisseaux vers d'autres organes.

Lors de la détection d'un cancer du sein invasif, les oncologues de l'hôpital Yusupov fournissent un traitement complet. Il comprend des interventions chirurgicales traditionnelles et mini-invasives, hormonales, radiothérapie et chimiothérapie. Les cas graves de cancer du sein invasif sont discutés lors d'une réunion du Conseil d'experts avec la participation de médecins et de candidats en sciences médicales, médecins de la plus haute catégorie. Des experts de premier plan dans le domaine du diagnostic et du traitement des néoplasmes malins des glandes mammaires développent collectivement des tactiques de prise en charge des patients.

Causes d'occurrence

Les facteurs suivants sont connus pour déclencher la formation d'un cancer du sein invasif:

Vie sexuelle irrégulière ou absence de vie sexuelle;

Interruption fréquente de grossesse;

Refus d'allaiter.

La tumeur peut se développer dans le contexte d'une mastopathie ou d'un adénome (néoplasme bénin) du sein. Le cancer du sein invasif se développe chez les femmes ayant une hérédité accablée, dont l'équilibre hormonal est perturbé, qui n'ont pas accouché ou qui ont donné naissance à leur premier enfant tardivement. La tumeur peut commencer à se développer après une blessure au sein, une exposition aux radiations. Les femmes souffrant d'alcoolisme, les fumeurs et les toxicomanes sont plus susceptibles de tomber malades.

Types de maladies

Les oncologues distinguent plusieurs types de cancer du sein invasif:

Cancer canalaire infiltrant;

Cancer du sein invasif non spécifique.

L'indicateur du degré de différenciation des cellules atypiques est désigné par la lettre «G». Il se décline en cinq options:

Gx - le degré de différenciation n'est pas déterminé.

G1 - néoplasme malin hautement différencié;

G2 - degré moyen de différenciation tumorale.

G3 - néoplasme malin mal différencié;

G4 - processus tumoral indifférencié.

Le cancer hautement différencié est constitué de cellules monomorphes. Ils se développent à l'intérieur du conduit et sont de petite taille. Le degré intermédiaire de différenciation est caractérisé par la présence de cellules atypiques, similaires au cancer du sein invasif de bas grade. Les cancers du sein mal différenciés sont constitués de structures morphologiques caractéristiques du cancer intraductal. En présence d'un cancer du sein invasif non spécifique, toutes les cellules tumorales sont similaires. Le diagnostic est posé lorsque le morphologue est incapable d'établir avec précision le type de tumeur.

Les types de cancers invasifs suivants sont connus:

Le cancer canalaire invasif est un néoplasme malin qui survient dans 80% des cancers du sein. Il se développe dans les canaux lactifères. La tumeur se développe dans le tissu adipeux. Les cellules atypiques se propagent rapidement dans tout le corps par les voies lymphogènes et hématogènes;

Carcinome canalaire préinvasif - se développe et reste dans les canaux lactifères, métastases aux organes voisins;

Le cancer du sein lobulaire invasif survient chez 15% des patientes atteintes d'un cancer invasif. La tumeur se développe dans les canaux et les lobules. Les cellules atypiques migrent dans tout le corps, affectant les organes internes.

Le cancer du sein invasif non spécifié peut être hormono-dépendant ou hormono-négatif. Les oncologues sont plus susceptibles de détecter des tumeurs hormono-dépendantes chez les patientes ménopausées. Un cancer hormonal négatif se développe chez les femmes en période de préménopause.

Symptômes

Le cancer du sein invasif provoque une sensibilité mammaire, des bosses et des nodules qui ne répondent pas au cycle menstruel. Dans la plupart des cas, les stades initiaux du cancer sont asymptomatiques. Avec la progression de la tumeur, la couleur de la peau sur le site du néoplasme change, un écoulement sanglant ou jaune apparaît à partir du mamelon. Le patient s'inquiète des démangeaisons, des brûlures dans la glande mammaire. La peau peut devenir rouge, squameuse. Agrandissement des ganglions lymphatiques axillaires.

Le cancer du sein canalaire mal différencié est localisé dans la paroi du canal lactifère. En se développant, la tumeur se développe dans les tissus adjacents. Les cellules atypiques migrent vers les ganglions lymphatiques et se propagent dans tout le corps. En présence d'un cancer du sein canalaire invasif, le néoplasme dense se développe avec les tissus adjacents. Le mamelon de l'aréole se rétracte.

La tumeur canalaire mal différenciée se caractérise par un haut degré d'agressivité. Ses cellules se divisent rapidement et se propagent dans tout le corps. Les symptômes apparaissent rapidement dans le cancer du sein agressif et invasif avec différenciation des cellules G3.

Diagnostique

Afin d'identifier en temps opportun les changements du sein, les mammologues recommandent à chaque femme de procéder à un auto-examen des glandes mammaires tous les mois pendant la menstruation. Si une asymétrie des glandes ou des seins, des changements dans la forme du mamelon ou des écoulements, des bosses, des nodules ou des changements dans la densité de la peau sont détectés, vous devez immédiatement contacter votre oncologue. Les médecins de la clinique d'oncologie effectuent un diagnostic précoce du cancer du sein à l'aide des recherches modernes suivantes:

Mammographie - vous permet d'identifier les changements dans la structure du tissu mammaire aux premiers stades du développement du cancer;

Examen échographique - visualise la tumeur, vous permet de déterminer sa taille et les caractéristiques de l'apport sanguin;

Imagerie par résonance magnétique - détermine les caractéristiques de la structure du néoplasme;

Biopsie - consiste à obtenir des échantillons de tissu tumoral, qui sont ensuite envoyés à un laboratoire histologique;

La ductographie aux rayons X - vous permet d'identifier les plus petits néoplasmes du tractus laiteux;

Détermination du niveau de marqueurs tumoraux - apparaissent dans le sang au stade préclinique du cancer.

La détection précoce du cancer du sein invasif permet une thérapie adéquate visant à guérir une femme du cancer, en améliorant la qualité et en prolongeant l'espérance de vie.

Traitement

Les oncologues de l'hôpital Yusupov fournissent un traitement complet du cancer du sein invasif. Il comprend les méthodes suivantes:

Le traitement principal du cancer du sein est la chirurgie. De nombreux chirurgiens pensent que lorsqu'un cancer est détecté, une femme doit se faire enlever les seins. Soi-disant, cela empêchera la croissance de la tumeur et les métastases. Les chirurgiens de la clinique d'oncologie de l'hôpital Yusupov ne retirent la glande mammaire que lorsque d'autres méthodes de traitement ne peuvent pas sauver la vie de la femme et guérir le cancer. Dans d'autres cas, les oncologues effectuent des interventions mini-invasives. Ils permettent non seulement de préserver l'organe, mais aussi de prévenir la récidive de la maladie, les métastases cancéreuses..

Pendant la chirurgie, une biopsie des ganglions lymphatiques situés à côté de la tumeur est effectuée et un examen histologique d'urgence est effectué. Grâce à cela, il est possible de détecter et de supprimer toutes les métastases. L'hôpital Yusupov utilise une technologie innovante pour la détection électromagnétique des cellules sujettes à la mutation, situées à la frontière d'un néoplasme malin éloigné et d'un tissu sain.

La mastectomie (ablation de la glande mammaire) est pratiquée chez les femmes à risque d'avoir une mutation des gènes BRCA 1 et 2. Dans d'autres cas, les oncologues jugent opportun de pratiquer une résection mammaire - pour ne retirer qu'une partie de l'organe. Le même principe de préservation des organes est observé par les oncologues de l'hôpital Yusupov lors du retrait des ganglions lymphatiques. Si, lors d'une biopsie du ganglion sentinelle, il s'avère qu'il ne contient pas de cellules atypiques, les ganglions lymphatiques restants ne sont pas retirés. S'il y a des cellules cancéreuses dedans, le groupe entier est enlevé. Pour le traitement du cancer du sein invasif après une chirurgie conservatrice du sein, la radiothérapie est réalisée à l'aide d'appareils de classe d'experts.

La prévention

La meilleure méthode pour prévenir le cancer du sein invasif est de contacter immédiatement un mammologue de l'hôpital Yusupov si des modifications du tissu mammaire sont détectées lors de l'auto-examen. Pour les femmes de moins de quarante ans, les mammologues recommandent de subir une échographie des glandes mammaires chaque année. Après quarante ans, une mammographie doit être effectuée - une radiographie du sein.

Le cancer du sein invasif peut être évité en suivant ces lignes directrices des oncologues:

Vivez une vie saine;

Évitez l'avortement et le stress;

Avoir une vie sexuelle régulière avec un partenaire régulier;

Avoir votre premier enfant de moins de 30 ans;

Allaitez votre bébé.

Le cancer est plus facile à prévenir qu'à guérir.

Prévoir

Le cancer du sein invasif est extrêmement mortel. La maladie peut être détectée à un stade précoce et traitée efficacement uniquement par dépistage. Dans 90% des cancers du sein invasifs de stade I, la guérison se produit. 70% des femmes qui reçoivent un diagnostic de cancer du deuxième stade sont guéries, 47% - le troisième. Seulement 6% des patientes diagnostiquées avec un cancer du sein de stade 4 survivent pendant cinq ans.

Par conséquent, les médecins de l'hôpital Yusupov recommandent aux femmes qui ont découvert les moindres changements de la glande mammaire de consulter immédiatement un mammologue. Si une tumeur cancéreuse est détectée, il organisera une consultation avec un oncologue. Vous pouvez prendre rendez-vous avec un médecin en appelant le numéro de téléphone du centre de contact.

Cancer du sein hautement différencié

Le cancer du sein est un néoplasme malin constitué de tissu mammaire (lobules et canaux). Selon la classification internationale, l'un des types de cancer peut être le cancer du sein hautement différencié. Avec ce type de formation de tumeurs, les glandes mammaires conservent leur fonction productrice..

Parmi les maladies courantes chez les femmes, le cancer est le leader parmi les autres. Malgré le développement constant de la médecine, le taux de mortalité pour cette maladie augmente chaque année..

Un peu sur les adénocarcinomes

Malgré le fait que la maladie affecte plus souvent la partie féminine de la population, les hommes souffrent également de cette maladie. La prédiction des adénocarcinomes chez les hommes est médiocre en raison d'un diagnostic tardif.

L'adénocarcinome du sein est un cancer qui se développe à partir des cellules de l'épithélium glandulaire de cet organe. Étant donné que les gens pensent constamment qu'une telle maladie les contournera, cela ne les intéresse pas beaucoup. Par conséquent, beaucoup ne savent pas qu'il existe plusieurs types de formations tumorales..

Une tumeur maligne qui se développe à partir du tissu épithélial est appelée cancer. Mais en fonction de l'épithélium qui se transforme en état de formation maligne, diverses formes de tumeurs sont diagnostiquées chez les patients.

Selon le degré de maturité, les experts identifient les types d'adénocarcinomes suivants:

  • Adénocarcinome indifférencié - les différences entre le tissu glandulaire normal et la formation de tumeurs sont visibles à la fois au niveau tissulaire et cellulaire. Ce type de maladie se caractérise par une progression rapide, une évolution maligne et il est difficile à traiter.
  • Adénocarcinome modérément différencié (cancer du sein modérément différencié) - le cancer est de structure similaire à un tissu normal.
  • Adénocarcinome hautement différencié - la tumeur ne diffère pas réellement des tissus normaux et sa structure est très similaire à celle de la glande mammaire.

Cancer: classification

La classification des cancers est effectuée en fonction du pronostic et du traitement. Selon le stade de la maladie, la classification TNM est basée sur la prolifération des métastases vers les ganglions lymphatiques régionaux et la croissance de la formation dans les tissus adjacents.

Stade zéro - carcinome in situ. De 1 à 3 stades, la maladie est considérée comme guérissable. Les experts font de bonnes prédictions. Cancer du sein de stade 4 (métastatique) ou lobulaire - a un mauvais pronostic et est difficile à traiter.

Par le niveau de différenciation, le cancer du sein se distingue:

  • moyennement différencié
  • mal différencié
  • hautement différencié

Il est également important d'évaluer l'agressivité de la croissance des cellules tumorales. Le meilleur pronostic a une croissance non invasive des excroissances cancéreuses. Avec un cancer invasif, le traitement sera efficace si la maladie est détectée au stade 1 de développement.

Si vous présentez des signes de cancer, vous devez d'urgence demander l'aide d'un spécialiste. Après l'examen, le médecin prédira l'évolution de la maladie et élaborera une méthode de traitement.

Traitement

Le programme de traitement est basé sur des données de recherche. Cela prend en compte les résultats des analyses génétiques et immunohistochimiques, la prévalence du processus cancéreux, les résultats des méthodes de recherche en laboratoire et instrumentale..

Ce n'est qu'au premier stade que le patient peut récupérer en pratiquant une intervention chirurgicale. Toutes les étapes suivantes sont traitées avec un traitement combiné, qui dépend des caractéristiques biologiques du néoplasme. Pour cela, une immuno-chimiothérapie, une hormonothérapie et une radiothérapie sont effectuées..

Tumeur fortement différenciée ou mal différenciée

Les tumeurs malignes semblent différentes au microscope. Dans certains cas, ils ressemblent à des tissus normaux, tandis que dans d'autres, ils en sont très différents. En fonction de cela, les pathologistes et les médecins divisent conditionnellement les néoplasmes malins en deux types:

  1. Les tumeurs hautement différenciées conservent de nombreuses caractéristiques des cellules et tissus normaux. Ils se développent dans les organes voisins et métastasent assez lentement..
  2. Les tumeurs mal différenciées contiennent des cellules et des tissus très différents des tissus normaux. Ils se comportent beaucoup plus agressivement, se propagent plus rapidement dans tout le corps..

Le degré de différenciation du cancer dépend de la rapidité avec laquelle il peut se propager dans tout le corps. Et cela, à son tour, affecte directement le pronostic du patient. De plus, les tumeurs mal différenciées répondent moins bien à la radiothérapie et à la chimiothérapie. L'oncologue en tient compte lors de l'élaboration d'un programme de traitement.

En eux-mêmes, les termes «hautement différencié» et «peu différencié» sont assez généraux et en disent peu. Pour une évaluation plus précise, les oncologues distinguent 4 degrés de différenciation.

Quels sont les degrés de différenciation du cancer?

L'indicateur du degré de différenciation tumorale en oncologie est généralement désigné par la lettre latine G. Cinq options sont possibles:

  1. Gx - le degré de différenciation ne peut pas être déterminé.
  2. G1 - néoplasmes malins hautement différenciés.
  3. G2 - degré moyen de différenciation.
  4. G3 - tumeurs mal différenciées.
  5. G4 - cancer indifférencié. Les cellules tumorales ont perdu tous les signes et fonctions externes des cellules normales. Ils se ressemblent, comme deux gouttes d'eau, leurs seules occupations sont la croissance et la reproduction..

Voici à quoi ressemble le schéma général, mais pour différents types de cancer, le degré de différenciation est déterminé différemment. Par exemple, lors d'un examen au microscope, le tissu tumoral de la glande mammaire prend en compte la présence de tubules de lait, la forme et la taille des noyaux cellulaires et l'activité de division cellulaire. Chacun des trois signes est évalué en points, puis leur nombre total est calculé.

Pour le cancer de la prostate, un système Gleason spécial est utilisé. Il fournit 5 notes, chacune se voit attribuer un certain nombre de points, conformément à la numérotation, de 1 à 5:

  1. La tumeur comprend des glandes homogènes, les noyaux des cellules sont modifiés au minimum.
  2. La tumeur est constituée d'amas de glandes, qui sont séparées par des cloisons du tissu conjonctif, mais sont situées plus près les unes des autres que la normale.
  3. La tumeur comprend des glandes de structures et de tailles différentes, le tissu tumoral se développe en septa à partir du tissu conjonctif et dans les structures adjacentes.
  4. La composition de la tumeur comprend des cellules très différentes de la normale. La tumeur se développe dans les tissus adjacents.
  5. La tumeur est constituée de cellules indifférenciées.

En règle générale, le cancer de la prostate a une structure hétérogène, de sorte que le médecin doit choisir dans la liste deux grades que l'on trouve dans la plupart des tumeurs. Additionnez les points, en fonction du chiffre reçu, déterminez le degré de différenciation.

Le degré de différenciation et le stade du cancer sont les mêmes?

Différents indicateurs sont utilisés pour décrire une tumeur maligne. La division en fonction du degré de différenciation n'est qu'une des classifications possibles.

Le stade du cancer est déterminé en fonction de trois paramètres, désignés par l'abréviation TNM: à quel point la tumeur s'est-elle développée dans les tissus voisins, s'est-elle propagée aux ganglions lymphatiques et aux métastases.

De nos jours, la classification des tumeurs en fonction de leur «portrait moléculaire» devient de plus en plus importante, surtout dans les derniers stades..

Quelle est la différence entre le traitement d'un cancer hautement différencié et mal différencié?

Il ne sera pas possible de répondre sans équivoque à cette question, car le cancer peut être très différent. Pour certaines tumeurs malignes (par exemple, cancer du sein, cancer de la prostate), le degré de différenciation est particulièrement important, dans les cas d'autres maladies oncologiques, cet indicateur passe à l'arrière-plan.

En général, on peut dire que les tumeurs mal différenciées sont plus agressives et nécessitent un traitement plus agressif..

Lors de l'élaboration d'un plan de traitement, l'oncologue est guidé par de nombreux indicateurs: le stade du cancer, le degré de différenciation, le type et la localisation de la tumeur, son «portrait moléculaire», l'état de santé du patient et les maladies concomitantes. Un diagnostic précoce augmente considérablement les chances de succès du traitement, mais même dans les cas avancés, vous pouvez toujours aider, prolonger considérablement la vie du patient.

Pronostic du cancer du sein

Articles d'experts médicaux

Le pronostic du cancer du sein est considéré par les spécialistes comme la plus favorable de toutes les maladies oncologiques chez l'homme et la femme. Cela est devenu possible du fait que cette maladie est bien étudiée et que des mesures suffisantes ont été développées pour un traitement de haute qualité et rapide des tumeurs du sein..

Le cancer du sein est le cancer le plus courant chez les femmes. De plus, ce "malheur" affecte les habitants de la partie européenne du globe, les Américains des continents nord et sud, ainsi que les représentants de plusieurs pays asiatiques.

Chaque année, la communauté médicale mondiale enregistre plus d'un million de cas de cancer du sein. Au cours du dernier quart de siècle, le nombre de cas de cancer du sein a commencé à croître rapidement, et tout d'abord, cette tendance concerne les habitants des grandes et moyennes villes. On constate que l'incidence du cancer du sein a augmenté d'environ trente pour cent au cours de cette période. De plus, la plus sensible à cette maladie est une femme de plus de trente-cinq ans..

Quelles mesures spécifiques doivent être prises pour prévenir la probabilité de développer un cancer du sein ou pour réduire le degré de négligence de cette maladie? Tout d'abord, les femmes doivent savoir qu'un examen préventif annuel par un mammologue permet de détecter une tumeur du sein à un stade précoce. Cela augmente les chances d'un pronostic favorable de guérison de cette maladie. Mais dans notre culture, il est d'usage de recourir à des conseils spécialisés si le problème s'est déjà déclaré «en pleine croissance». La plupart des femmes malades se tournent vers des mammologues ou des oncologues déjà dans l'état où la tumeur présente des signes externes évidents, affecte également le bien-être général du patient et présente des symptômes importants de maladie oncologique. Cette situation complique grandement le traitement, tout en réduisant considérablement le pronostic favorable pour se débarrasser du cancer du sein et prolonger la vie de la patiente..

Par conséquent, toute femme soucieuse de sa santé, en particulier une femme vivant dans une grande ville, devrait en règle générale passer un examen dispensaire annuel par un mammologue. Cette procédure ne prend pas beaucoup de temps, mais en même temps, elle peut prévenir la maladie ou réduire considérablement les risques grâce à la détection précoce des processus tumoraux. Après un certain âge critique (généralement après trente-cinq ans), le mammologue prescrit un examen radiographique spécial de la glande mammaire - la mammographie. Une telle procédure vous permet d'identifier les processus tumoraux dans le sein aux premiers stades de leur développement et de prendre des mesures optimales pour lutter contre la maladie..

Il convient de noter que les représentants du sexe fort sont également sensibles au cancer du sein, même s'il faut garder à l'esprit que ce problème survient beaucoup moins souvent chez les hommes que chez les femmes. Certains oncologues pensent que le cancer du sein est indépendant du sexe, de l'âge et de l'origine ethnique. Il existe d'autres facteurs qui influencent la possibilité de développer un cancer du sein.

La nature de l'évolution des processus oncologiques dans la glande mammaire dépend d'un certain nombre de conditions, qui, tout d'abord, comprennent l'âge de la femme et son statut hormonal. Les femmes à un jeune âge, en particulier pendant la grossesse et l'allaitement, sont sensibles à une croissance tumorale rapide, ainsi qu'à l'apparition précoce et à la propagation de métastases dans tout le corps. Contrairement à ce qui précède, les femmes âgées peuvent vivre plus de huit à dix ans avec un cancer du sein qui ne métastase pas..

Bien entendu, n'oubliez pas que le degré de guérison et l'espérance de vie après la thérapie dépendent du stade de la maladie. Les premiers stades de l'oncologie (I - II) répondent bien au traitement et la probabilité de rechute dans ce cas est assez faible. Dans les derniers stades, le traitement du cancer du sein sans rechute est problématique. Dans la pratique médicale, on sait que le pronostic à dix ans de la survie des patientes atteintes d'un cancer du sein de stade I est de quatre-vingt-dix-huit pour cent et le cancer du sein de stade IV de dix pour cent. En conséquence, le taux de survie à dix ans pour les cancers du sein de stade II et III est d'environ soixante-six et quarante pour cent des cas..

En plus du stade du processus de la maladie oncologique, les facteurs suivants affectent le pronostic de vie d'une patiente atteinte d'un cancer du sein:

  1. Localisation (ou localisation) de la tumeur dans une zone spécifique du sein.
  2. Taille de la tumeur.
  3. La forme clinique de la maladie
  4. Le degré de malignité des processus oncologiques et la rapidité de leur évolution.
  5. Âge du patient.
  6. La nature du traitement.

Examinons ces paramètres plus en détail.

  • Le pronostic du traitement favorable ou défavorable du cancer du sein est influencé par le placement de la tumeur dans un certain quadrant du sein. Une telle localisation des processus tumoraux est étroitement liée au taux de croissance et de propagation des métastases, ainsi qu'à la direction dans laquelle ces métastases se développeront.

Le pronostic le plus favorable est la formation d'une tumeur dans les quadrants externes de la glande mammaire. Une guérison complète de la maladie est possible, principalement en raison du fait que ces foyers de processus oncologiques peuvent être diagnostiqués à un stade précoce, ainsi que des métastases régionales. Dans ce cas également, lorsque la tumeur est située dans les quadrants externes de la poitrine, des méthodes de traitement plus radicales peuvent être utilisées, notamment une intervention chirurgicale..

Le pronostic, qui est caractéristique des tumeurs dans les régions médiale et centrale de la glande mammaire, diffère par une faible propension à guérir la maladie. Ces foyers de processus malins sont caractérisés par un niveau élevé de propagation des métastases. Tout d'abord, cela concerne les ganglions lymphatiques parasternaux (dans un cas sur trois).

  • Un critère pronostique important est la taille de la tumeur primaire détectée lors de l'examen. Les experts distinguent les degrés suivants de croissance des néoplasmes malins du sein:
    • jusqu'à deux centimètres dans la plus grande dimension;
    • de deux à cinq centimètres dans la plus grande dimension;
    • plus de cinq centimètres.

Si nous prenons en compte le taux de survie à cinq ans des patients, qui dépend de la taille de la tumeur, alors l'absence de métastases dans les ganglions lymphatiques doit être prise en compte. Dans ce cas, prolonger la vie des patients de cinq ans est possible dans quatre-vingt-treize pour cent des cas dont la taille de la tumeur peut atteindre deux centimètres. Avec des tumeurs dont la taille varie de deux à cinq centimètres, le taux de survie à cinq ans des patients est de cinquante à soixante-quinze pour cent.

  • Les experts identifient deux formes de cancer du sein:
    • noueux,
    • diffuser.
    • La forme nodulaire du cancer du sein est subdivisée dans les catégories suivantes:
    • limité,
    • localement infiltrant.
  • Dans la forme diffuse du cancer du sein, on distingue les types suivants:
    • hydropique,
    • infiltrant diffus,
    • lymphangite.

Le pronostic des tumeurs de type infiltrant est pire que pour toutes les autres formes de tumeurs énumérées ci-dessus. Le cancer du sein infiltrant se trouve le plus souvent chez les jeunes femmes et, dans de rares cas, chez les femmes plus âgées en ménopause profonde. Les cancers inflammatoires du sein ont le pire pronostic.

  • Avec la possibilité d'un traitement radical du cancer du sein après la thérapie, le pronostic pour un taux de survie à cinq ans pour les patients atteints d'un cancer de stade I est de quatre-vingt-trois à quatre-vingt-quatorze pour cent. Lors du traitement radical de patients atteints d'un cancer de stade III B (tumeur de plus de cinq centimètres avec présence de métastases dans les ganglions lymphatiques régionaux), le taux de survie à cinq ans des patients est de trente-quatre à quarante-six pour cent des cas.

D'autres sources indiquent le taux de survie à cinq ans des patients en fonction du stade du processus oncologique dans la glande mammaire après le traitement:

  • stade I - avec une taille de la tumeur inférieure à deux centimètres et aucun dommage aux ganglions lymphatiques, ainsi que des métastases à distance - la durée de survie à cinq ans est de quatre-vingt-cinq pour cent des cas;
  • stade II - avec une taille de tumeur de deux à cinq centimètres et en présence de ganglions lymphatiques affectés dans les aisselles, il n'y a pas de métastases à distance - le taux de survie à cinq ans des patients est de soixante-six pour cent;
  • stade III - avec une taille de la tumeur de plus de cinq centimètres, germination dans le tissu mammaire voisin, lésions des ganglions lymphatiques non seulement dans la région des aisselles, mais aussi plus loin, l'absence de métastases à distance - le taux de survie à cinq ans des patientes est de quarante et un pour cent;
  • stade IV - avec une taille de tumeur de plus de cinq pour cent, des lésions des ganglions lymphatiques et la présence de métastases à distance dans les organes vitaux - le taux de survie à cinq ans de ces patients est de dix pour cent.

Il est important de noter que le degré de guérison du patient après un cancer du sein après un traitement est déterminé dix ans après la fin du traitement..

Il existe des données sur l'espérance de vie des patientes atteintes d'un cancer du sein au stade de la métastase. Pour le moment, la maladie sous cette forme est incurable. Par conséquent, l'espérance de vie moyenne de la plupart des patients qui ont reçu un traitement à partir du moment de la détection des métastases est de deux à trois ans et demi. Entre vingt-cinq et trente-cinq pour cent de ces patients peuvent vivre plus de cinq ans, et seulement dix pour cent des patients pendant plus de dix ans. Cependant, les informations sur l'espérance de vie des patients qui n'ont pas subi de traitement aux stades III et IV du cancer sont d'environ deux ans et sept mois. Qu'est-ce qui peut remettre en cause le fait même de la possibilité de guérir le degré donné d'oncologie mammaire au moyen de la médecine moderne.

Pronostic du cancer du sein invasif

Une tumeur maligne de la glande mammaire a plusieurs stades de son développement. Les spécialistes traitant ce problème distinguent plusieurs stades qui passent par des processus oncologiques dans le sein. Le cancer du sein invasif en fait partie.

Le cancer du sein invasif est une tumeur qui s'est développée dans le tissu mammaire. Dans le même temps, à l'aide du flux sanguin et lymphatique, les cellules malignes se propagent dans tout le corps à partir de la zone de formation de la tumeur. Dans les aisselles, les ganglions lymphatiques commencent à être affectés et hypertrophiés. Les cellules cancéreuses pénètrent dans les principaux organes humains - le foie, les poumons, le système squelettique et le cerveau - où les métastases commencent à se former à un rythme accéléré..

Le cancer du sein invasif est subdivisé en types spécifiques:

  • Cancer du sein canalaire pré-invasif.

Ce cancer est une tumeur située dans les canaux lactifères du sein. Dans le même temps, les cellules malignes n'ont pas encore pénétré dans les tissus mammaires voisins. Mais à ce stade, les cellules cancéreuses se divisent activement et la tumeur grossit rapidement. Par conséquent, si certaines mesures de traitement ne sont pas prises, des processus malins se développent d'un cancer pré-invasif à un cancer invasif..

  • Cancer du sein canalaire invasif.

Avec cette forme de processus oncologiques, le cancer a déjà atteint le tissu adipeux de la glande mammaire. Les cellules affectées peuvent déjà pénétrer dans la circulation sanguine et / ou dans les ganglions lymphatiques voisins. Avec le sang et la lymphe, les éléments malins du néoplasme sont transportés dans tout le corps et exposent d'autres organes à des métastases.

Selon les médecins, le cancer du sein canalaire invasif est la forme la plus courante d'oncologie invasive. Parmi les cas identifiés de cette maladie, plus de quatre-vingt pour cent des cas expliquent ce type de processus tumoraux.

  • Cancer du sein lobulaire invasif.

Cette forme de cancer du sein invasif est rare. De plus, il existe une différence entre ce type de cancer et les précédents, qui peuvent être détectés lors de la palpation du sein. Sur le site de formation de la tumeur, le spécialiste ne trouvera pas de bosse, comme dans les cas ci-dessus, mais un sceau. Le développement de cette forme de processus tumoral est le même que les types précédents.

Les symptômes du cancer invasif aux tout premiers stades sont subtils. Par conséquent, dans la plupart des cas, les femmes ne savent même pas que leur corps a subi une maladie grave. Mais selon certains signes connus des médecins, on peut se faire une idée que des processus oncologiques sont présents dans la glande mammaire..

Ainsi, les symptômes du cancer du sein invasif aux premiers stades sont:

  • Dans l'apparition d'une bosse ou d'une induration de longue durée dans la glande mammaire.
  • En changeant la forme du sein, ses contours.
  • Dans la détérioration de l'état de la peau de la glande mammaire et de son élasticité, l'apparition d'une forte desquamation de la peau supérieure, l'apparition de rides et d'ondulations sur la peau.
  • Dans l'apparition d'un écoulement des mamelons du sein.
  • En cas de pâleur sévère dans une certaine zone de la peau de la glande mammaire.

Si une femme note un, plusieurs ou tous les symptômes ci-dessus dans l'état de son sein, elle doit immédiatement contacter un mammologue ou un oncologue pour une consultation complète. Il est impératif de découvrir la raison de ces changements qui se produisent avec la glande mammaire et de subir des examens appropriés.

Sur la base des diagnostics passés, le médecin doit choisir le traitement le plus optimal pour le sein. Le spécialiste peut opter pour un traitement hormonal, une chirurgie, une chimiothérapie, une radiothérapie ou une thérapie biologique. Une combinaison complexe de l'une quelconque des approches ci-dessus est également possible. Tout dépend des résultats d'un examen préliminaire de la glande mammaire: la taille de la tumeur, sa localisation, le stade du processus oncologique, les résultats des tests de laboratoire, la période d'âge dans laquelle se trouve le patient. Le choix que le patient a choisi d'utiliser une méthode de traitement particulière est également pris en compte..

Afin de prédire le pronostic du cancer du sein invasif, plusieurs facteurs doivent être pris en compte:

  • Stade de la maladie.
  • Taille de la tumeur.
  • La présence ou l'absence de métastases dans les ganglions lymphatiques et les organes vitaux.
  • La nature de la différenciation tumorale - hautement différenciée, modérément différenciée, mal différenciée.

Si les processus oncologiques dans le corps sont détectés en temps opportun, c'est-à-dire à un stade précoce, il existe un pronostic favorable pour la guérison de la maladie. Il faut garder à l'esprit que la tumeur ne doit pas atteindre deux centimètres et que le cancer du sein est traité en utilisant les méthodes les plus efficaces..

Le pronostic pour se débarrasser de la maladie est considéré comme favorable si la tumeur n'a pas de métastases aux ganglions lymphatiques régionaux et est fortement différenciée, et contient également de nombreux récepteurs d'œstrogènes et de progestérone. Et en même temps, le tissu tumoral est sensible à Herceptin, un médicament biologique à but antitumoral, qui est utilisé pour traiter le cancer du sein. Ce médicament attaque les cellules malignes de la tumeur du sein sans détruire les tissus sains.

Les tumeurs présentant les caractéristiques suivantes ont un mauvais pronostic pour le traitement du cancer du sein:

  • lymphœdème - une maladie du système lymphatique, dans laquelle l'écoulement de la lymphe des capillaires lymphatiques et des vaisseaux lymphatiques des canaux de la glande mammaire est perturbé; en conséquence, un œdème des tissus mous des membres supérieurs et du sein lui-même se produit, ce qui augmente considérablement la taille du sein affecté par la tumeur, ainsi que du membre affecté par le problème;
  • germination d'une tumeur dans un tissu sain voisin;
  • un grand nombre de foyers de développement de tumeurs;
  • la présence de métastases à distance dans les ganglions lymphatiques et divers organes (poumons, foie, tissu osseux, etc.).

Pronostic du cancer du sein lobulaire

Le cancer du sein lobulaire in situ (sinon cette maladie est appelée «cancer alvéolaire», «cancer acineux», cancer lobulaire non infiltrant) est un cancer du sein qui survient le plus souvent chez les femmes âgées de quarante-cinq à quarante-huit ans. Les foyers de cette forme de cancer apparaissent simultanément dans plusieurs zones du sein, dans les lobules du sein. Les quadrants supérieurs-externes du sein sont les plus sensibles au cancer lobulaire.

Ce type de cancer du sein est très difficile à diagnostiquer et à détecter. En effet, la densité du tissu néoplasique est assez faible et ne diffère pratiquement pas du tissu mammaire sain environnant. Les cellules tumorales malignes ne peuvent être détectées qu'au microscope, par hasard, et dans la partie de la glande dans laquelle une opération a été récemment réalisée pour enlever une tumeur bénigne. Ou le cancer lobulaire est diagnostiqué comme une maladie concomitante avec d'autres formes de cancer du sein.

Le carcinome lobulaire infiltrant (ou carcinome lobulaire invasif) est un stade ultérieur du carcinome lobulaire in situ. Cette forme de cancer du sein représente cinq à quinze pour cent de tous les cancers infiltrants (ou invasifs). Les patients souffrant de cette maladie appartiennent à la période d'âge de quarante-cinq à cinquante-cinq ans.

Le carcinome lobulaire infiltrant est constitué de foyers tumoraux sous la forme de nœuds denses qui n'ont pas de limites clairement définies. Les dimensions de ces joints en diamètre vont d'un demi-centimètre à trois à cinq centimètres. Les néoplasmes primaires apparaissent dans plusieurs segments du sein. Ensuite, ce type de cancer se propage à l'intérieur du sein et forme des foyers secondaires de processus malins. Dans plus de treize pour cent des cas, le cancer lobulaire infiltrant affecte deux seins en même temps.

Il est assez difficile de donner un pronostic favorable pour le cancer lobulaire, car cette forme de cancer est très difficile à diagnostiquer aux premiers stades du développement des processus oncologiques. Avec un degré avancé de cette oncologie (avec présence de métastases à distance), le pronostic de vie du patient est de deux à trois ans après la détection de la maladie.

Si les néoplasmes ont été détectés suffisamment tôt (aux stades I-II), la probabilité de guérison de cette forme de cancer est d'environ 90% des cas. Dans ce cas, la prévision est donnée pour une période de cinq ans après le traitement reporté. Si cette forme de cancer a montré plusieurs foyers secondaires, le taux de survie à cinq ans des patients après un traitement est de soixante pour cent.

Pronostic du cancer du sein hormono-dépendant

Avant de choisir une méthode de traitement de l'oncologie mammaire, le spécialiste prescrit à la patiente de subir un cycle complet d'examens. L'une des astuces de diagnostic consiste à vérifier le taux d'hormones dans le sang. Ce test vous permet de déterminer si les hormones féminines (œstrogène ou progestérone) ont un effet sur la croissance d'un cancer. Si le test est positif, on conclut que les hormones du corps féminin ont un effet direct sur le développement des cellules malignes. Et le spécialiste décide de la nomination d'un traitement hormonal pour le cancer du sein, qui est considéré comme efficace dans ce cas..

En outre, le traitement hormonal du cancer du sein est utilisé pour les patientes qui ont des tumeurs étendues ou défavorables en termes de pronostic de guérison d'un cancer du sein. Une méthode de traitement similaire est utilisée pour traiter les patients pour lesquels la chimiothérapie est contre-indiquée:

  • personnes de plus de cinquante-cinq ans,
  • avoir des maladies infectieuses aiguës,
  • ayant des antécédents de dysfonctionnement rénal et hépatique grave,
  • avec diabète non compensé,
  • patients présentant une insuffisance cardiovasculaire sévère,
  • personnes ayant des antécédents d'hémodépression sévère.

Le type d'hormonothérapie et la méthode de traitement du cancer dépendent du type de tumeur et de sa nature. Les thérapeutes peuvent choisir l'une des méthodes de traitement suivantes, à savoir:

  • l'utilisation de médicaments (androgènes) qui abaissent le niveau d'oestrogène dans le corps;
  • l'utilisation de médicaments (corticostéroïdes) qui bloquent la capacité des hormones sexuelles à se connecter aux récepteurs tumoraux;
  • l'utilisation de médicaments qui vous permettent d'arrêter complètement la production d'hormones sexuelles qui provoquent le développement d'une tumeur;
  • une méthode de traitement radicale - ovariectomie - à l'aide de laquelle les ovaires qui produisent des œstrogènes sont éliminés.

Les facteurs suivants influencent le choix de la méthode de traitement hormonal:

  • le stade de la maladie oncologique et les méthodes de traitement précédemment appliquées;
  • l'état de la patiente par rapport à la ménopause;
  • la présence d'autres maladies pouvant altérer la qualité de la tolérance aux médicaments (par exemple, arthrite, ostéoporose, thrombose, etc.)

En général, le cancer du sein hormono-dépendant survient chez trente à quarante pour cent des femmes atteintes d'un cancer du sein. La dépendance du processus oncologique à l'état des hormones dans le corps signifie que la surface de la tumeur possède des récepteurs qui se lient directement aux hormones sexuelles féminines. Cette interaction provoque le développement d'un néoplasme malin en stimulant la croissance des cellules cancéreuses.

Les indications de l'hormonothérapie, en plus de celles indiquées ci-dessus, sont:

  • hérédité chargée ou anomalies génétiques, à la suite desquelles la probabilité d'un processus oncologique dans la glande mammaire est assez élevée;
  • traitement d'une tumeur invasive afin de prévenir les manifestations récurrentes de la maladie;
  • le début du processus de métastase d'un néoplasme malin;
  • grande taille de la tumeur, afin de réduire le néoplasme malin.

Pour que le traitement hormonal soit efficace, avant de commencer le traitement, le patient doit subir des tests de présence de récepteurs dans le néoplasme. S'il n'y a pas de tels récepteurs à la surface de la tumeur, l'hormonothérapie sera inefficace.

Plusieurs facteurs influent sur la durée du traitement du cancer hormono-dépendant:

  • l'état de santé du patient;
  • type d'hormonothérapie;
  • la rapidité d'obtention des résultats avec cette méthode de traitement;
  • présence d'effets secondaires.

À l'heure actuelle, la médecine considère cette méthode de lutte contre le cancer du sein comme l'une des plus efficaces. Une telle efficacité élevée est due, tout d'abord, à la vaste expérience de l'utilisation de l'hormonothérapie, qui a permis d'élaborer en profondeur la méthode de traitement hormonal. Cela a augmenté le taux de survie des patients atteints d'un cancer hormono-dépendant de vingt-cinq pour cent..

Le pronostic de survie dans le cancer du sein hormono-dépendant avec des méthodes modernes d'hormonothérapie a considérablement augmenté. Dans cinquante-six cas, cette thérapie prévient l'apparition d'une tumeur primitive dans l'autre glande mammaire, et le risque de récidive de la maladie a diminué de trente-deux pour cent..

Pronostic de cancer du sein récurrent

La récidive du cancer du sein est l'apparition de nouveaux symptômes de cancer du sein après avoir suivi un traitement. La rechute de la maladie se manifeste par le développement répété de processus oncologiques quelque temps après la guérison. Cela se produit généralement plusieurs mois ou plusieurs années après la fin du traitement, qui peut inclure la chimiothérapie, la radiothérapie, l'hormonothérapie et la chirurgie. Dans ce cas, des processus oncologiques commencent à se développer dans la zone de localisation du néoplasme primaire et dans d'autres parties du sein. L'apparition de processus oncologiques dans la deuxième glande mammaire est également possible. Avec les rechutes de la maladie, l'émergence de nouveaux foyers de tumeurs malignes dans d'autres organes est souvent observée. Dans ce cas, nous pouvons parler de métastases, lorsque les cellules cancéreuses, ainsi que le flux sanguin et lymphatique, sont transportées dans tout le corps vers les organes vitaux..

Les experts estiment que les néoplasmes malins du sein font partie des tumeurs les plus susceptibles de provoquer une récidive de la maladie. Dans la plupart des cas de manifestations répétées de la maladie, la tumeur survient au même endroit où le néoplasme primaire a été localisé (dans soixante-quinze pour cent des rechutes). Dans vingt-cinq pour cent des cas, les processus oncologiques se produisent dans un endroit différent qui n'a pas été précédemment exposé aux cellules cancéreuses..

La récidive du cancer du sein est typique des formes suivantes de cette maladie:

  • Le cancer du sein mal différencié est l'un des types de cancer les plus courants qui récidive après une courte période..
  • Le carcinome canalaire invasif est plus susceptible de rechuter. Cela est également dû au fait que cette forme de cancer entraîne la formation de métastases dans les ganglions lymphatiques axillaires..
  • Les tumeurs de plus de cinq centimètres entraînent des rechutes de la maladie cinq à six fois plus souvent que les néoplasmes plus petits.

L'apparition de rechutes de cancer du sein est influencée par la nature du traitement transféré. Les résultats les plus durables sont obtenus par une thérapie complexe des processus du cancer du sein. Par exemple, au stade II B du cancer - une formation tumorale mesurant de deux à cinq centimètres avec des métastases uniques des ganglions lymphatiques - l'apparition de rechutes et de métastases deux à quatre ans après la fin du traitement est observée deux fois moins souvent qu'avec une polythérapie. Si nous comparons ces résultats uniquement avec une intervention chirurgicale, la survenue de rechutes et de métastases avec un traitement complexe peut être 2,2 fois moins fréquente qu'avec une méthode chirurgicale de traitement..

Le traitement radical des tumeurs du sein ne donne pas toujours des résultats positifs durables. Au cours des cinq premières années suivant ce type de traitement, des rechutes de la maladie sont observées de trente-huit à soixante-quatre pour cent des cas. L'apparition de symptômes d'un processus oncologique nouvellement en développement indique que le cancer s'est intensifié et le pronostic de survie dans ce cas est décevant.

Le pronostic de l'espérance de vie en cas de cancer du sein récidivant dépend des méthodes de traitement du processus malin récurrent et varie de douze mois à deux ans (information sur l'espérance de vie moyenne dans ce cas).

Si nous parlons des prévisions de guérison d'une rechute de la maladie et de la possibilité de survivre après celle-ci, il faut dire que la réémergence d'un processus malin dans la glande mammaire elle-même donne une plus grande chance d'arrêter la maladie que la propagation de métastases à d'autres organes. En présence de tumeurs métastatiques dans les poumons, le foie et les os, le patient n'a aucune chance de guérir complètement.

Pronostic d'un cancer du sein mal différencié

Toutes les tumeurs malignes du sein ont des propriétés et une structure différentes, si vous observez leur structure et leur composition au microscope. La méthode de traitement et le succès des résultats de la thérapie dépendent fortement de la détermination des propriétés des tumeurs et de la nature de l'évolution de la maladie..

Pour identifier la nature des processus oncologiques, un examen histologique du tissu tumoral est effectué, ainsi que d'autres diagnostics de laboratoire et d'imagerie. Quel que soit le type de tissu dans les profondeurs duquel la tumeur est apparue, le degré d'atypie cellulaire est mis en évidence, c'est-à-dire la similitude ou la différence des cellules cancéreuses avec les cellules saines normales de l'organe.

Selon le degré d'atypie cellulaire, les experts distinguent trois degrés de malignité des processus tumoraux:

  • Grade I (trois à cinq points) - cancer hautement différencié. Dans ce cas, les cellules tumorales sont les plus similaires aux cellules saines du tissu mammaire à la fois en composition et en apparence..
  • II degré (six à sept points) - cancer modérément différencié. Dans ce cas, les cellules tumorales ne ressemblent plus à des cellules de tissu mammaire sain..
  • III degré (huit à dix points) - cancer mal différencié. Avec ce degré de processus oncologique, les cellules tumorales ont complètement perdu les propriétés et l'apparence inhérentes aux cellules saines du tissu mammaire. Ces cellules malignes vivent et fonctionnent déjà de manière complètement distincte des autres cellules du tissu dont elles sont issues. Ils montrent une agression envers d'autres cellules saines, détruisant et transformant les tissus des organes voisins, augmentant la taille de la tumeur.

Le cancer du sein mal différencié est l'une des formes de cancer les plus agressives. Ce type de maladie oncologique affecte non seulement les canaux et / ou les lobules du sein, mais peut également se développer dans d'autres organes et tissus en raison du taux élevé de propagation des métastases.

Le cancer du sein mal différencié est le plus difficile en termes de pronostic pour la guérison de la maladie, car le traitement de ce degré de cancer est un gros problème. Les cellules tumorales qui ont subi une forte transformation, à la suite de changements dans leur structure et leurs propriétés, ont acquis une résistance à divers types de thérapie. À l'heure actuelle, la recherche de nouvelles méthodes de traitement des formes mal différenciées de cancer du sein est un problème urgent de la science et de la pratique médicales modernes..

Pronostic du cancer du sein inflammatoire

Le cancer du sein inflammatoire est l'un des types de tumeurs du sein les moins courants. Cette forme de cancer survient dans cinq à dix pour cent de tous les processus de cancer du sein chez les femmes. Parmi la forte moitié de l'humanité, le cancer du sein inflammatoire est assez rare. Il est à noter que ce type d'oncologie du sein appartient au stade III du cancer et est considéré comme très grave. Le cancer du sein inflammatoire est caractérisé par un niveau élevé de métastases, c'est-à-dire une croissance rapide et une propagation dans le corps. De plus, le cancer du sein inflammatoire est mal compris lorsqu'on compare les informations sur son apparition, son évolution et ses méthodes de traitement avec d'autres formes de cancer du sein. Parfois, lors de l'examen d'un patient, les spécialistes peuvent confondre le cancer inflammatoire avec de simples processus inflammatoires de la glande mammaire, car toutes les manifestations cliniques de ces maladies sont très similaires.

Les cancers inflammatoires comprennent les suivants:

  • semblable à une mammite,
  • rosé,
  • Cancer de la coquille.

Le cancer du sein inflammatoire est devenu beaucoup plus courant au cours des vingt dernières années. Si dans les années 80 et 90 cette maladie est survenue chez 2% des femmes, alors les processus oncologiques inflammatoires du sein ont atteint 10% du nombre total de cas de cancer du sein..

Le cancer inflammatoire du sein est un peu «plus jeune» que les autres types de cancer: l'âge moyen des patientes diagnostiquées avec cette maladie est de 59 ans. Comparé à d'autres formes de cancer, ce type de cancer du sein survient trois à sept ans plus tôt que les autres..

Le cancer du sein inflammatoire est difficile à diagnostiquer. Ses manifestations cliniques sont similaires à d'autres processus inflammatoires dans la poitrine. Ceux-ci inclus:

  • présence de rougeur sur n'importe quel segment de la peau du sein ou sur tout le sein,
  • l'apparition d'une augmentation de la température locale, tandis que la peau rougie du sein semble être très chaude au toucher,
  • disparition périodique de la rougeur cutanée avec sa réapparition (dans certains cas de ce type de cancer),
  • l'apparition de changements sur la peau, d'apparence similaire à une peau d'orange,
  • l'apparition d'un élargissement de l'ensemble du sein,
  • l'apparition d'une induration sous-cutanée sur toute la surface du sein,
  • l'apparition d'une tumeur dans la glande mammaire (dans la moitié des cas de ce type de cancer), très difficile à palper à l'examen par un spécialiste en raison de l'augmentation et du compactage du tissu mammaire.

En raison des symptômes ci-dessus de la maladie lors d'un rendez-vous chez un mammologue, cette forme de cancer est très souvent confondue avec une inflammation du sein - mammite.

En résumant toutes les informations précédentes, on peut affirmer que le pronostic du cancer inflammatoire du sein n'est pas particulièrement favorable. Le taux de mortalité de cette forme de cancer est assez élevé, bien que récemment la médecine ait appris à traiter cette maladie. La détection précoce du problème et un diagnostic correct sont importants pour la guérison du cancer inflammatoire. L'identification des processus tumoraux aux premiers stades peut prolonger la vie du patient et améliorer considérablement sa santé.

Dans le cancer du sein inflammatoire, détecté assez tardivement et qui correspond au stade III des processus oncologiques à forte métastase, l'espérance de vie moyenne d'une patiente est de quatre à seize mois. Un tel pronostic défavorable est dû au fait que les cancers inflammatoires sont très agressifs et très résistants à tout type de traitement..

Si un cancer du sein inflammatoire est détecté à un stade précoce, l'espérance de vie des patientes après un traitement varie de trois ans.

Pronostic du cancer du sein de Paget

La maladie de Paget ou le cancer du mamelon de Paget est un cancer qui affecte les mamelons du sein ou la zone du sein située autour des mamelons. La grande majorité des patients atteints de la maladie de Paget (pas moins de quatre-vingt-quinze pour cent) ont un cancer du sein. Si une néoplasie mammaire est détectée, le cancer de Paget apparaît de 0,5% à 5% des anomalies détectées.

La maladie de Paget est une maladie des personnes âgées. De tels problèmes de santé parmi tous les cas d'oncologie similaire sont le plus souvent enregistrés chez les patients qui ont franchi la ligne d'âge des cinquante ans. Dans de très rares cas, le cancer de Paget survient chez des jeunes de moins de vingt ans. La maladie est observée chez les femmes et les hommes.De plus, l'âge moyen d'apparition de la maladie chez la femme est considéré comme étant de soixante-deux ans et dans la population masculine de soixante-neuf ans.

Les symptômes de cette maladie comprennent les manifestations suivantes:

  • Rougeur des mamelons.
  • Mise à l'échelle de la peau du mamelon.
  • Une sensation de pincement de la peau du mamelon.
  • Démangeaisons et / ou brûlures des mamelons et de l'aréole.
  • L'apparition d'une sensibilité élevée des mamelons et de l'aréole.
  • L'apparition de douleurs dans les mamelons et les tissus voisins.
  • Décharge des mamelons.

Lorsqu'il est examiné par un oncologue ou un mammologue, un spécialiste peut détecter des tumeurs en forme de grosseur dans la glande mammaire. Des manifestations similaires de cette maladie sont caractéristiques de la moitié des cas de maladie de Paget. Dans les premiers stades, le cancer du mamelon peut apparaître uniquement dans cette zone, mais se propager ensuite à la glande mammaire. Parfois, le cancer de Paget affecte l'aréole, la peau foncée autour du mamelon et ne pénètre pas davantage dans le tissu mammaire. Avec de telles manifestations de la maladie, l'aréole est recouverte d'une peau affectée, qui ressemble extérieurement à l'eczéma et s'accompagne des mêmes symptômes - démangeaisons et éruptions cutanées. Dans de rares cas, le cancer du mamelon affecte les deux seins..

Nous résumons donc les options pour les lésions mammaires dans le cancer de Paget:

  • Affectant uniquement le mamelon et l'aréole.
  • Avoir des changements dans les mamelons et l'aréole lorsqu'un nœud tumoral dans la glande mammaire se produit.
  • La présence d'un nœud tumoral dans la glande mammaire, qui est vérifiée par palpation et d'autres méthodes d'examen, par exemple, l'échographie. L'examen histologique des échantillons de tissu mammaire révèle également la présence du cancer de Paget du mamelon et de l'aréole mammaire, ce qui surprend à la fois la patiente et les spécialistes..

Le cancer du sein de Paget se trouve également dans le sexe fort, bien que dans un nombre beaucoup plus petit de cas. En effet, les processus de cancer du sein ne sont pas typiques du corps masculin. L'évolution de la maladie se déroule de la même manière que chez les patientes: vous pouvez également observer la manifestation d'un érythème, une desquamation et des démangeaisons de la peau dans la zone du mamelon et de l'aréole, une érosion affectant les canaux du sein.

Le pronostic du cancer du sein de Paget dépend du stade de la maladie oncologique, ainsi que de l'agressivité biologique de la maladie et du taux de sa propagation dans l'organisme. L'incurabilité de la maladie et une issue mortelle rapide se produisent lorsque les derniers stades du cancer sont associés à une forte agressivité du processus oncologique. Les prévisions les plus favorables, respectivement, sont obtenues avec la détection précoce et le traitement d'une maladie à faible activité biologique du processus oncologique.

Il est impossible de donner un pronostic général, qui serait aussi précis que possible, sans voir les résultats de l'examen du patient et sans pouvoir observer le processus de développement de la maladie. Le pronostic individuel de l'espérance de vie du patient est influencé par de nombreux critères. Les facteurs connus de la pratique médicale qui constituent le tableau pronostique de la santé de la patiente sont les mêmes pour le cancer du sein et le cancer du sein de Paget. Les plus importants d'entre eux sont:

  • stade de développement du processus oncologique,
  • âge du patient,
  • le nombre de ganglions lymphatiques affectés par les métastases,
  • présence ou absence de critères morphologiques défavorables,
  • la présence ou l'absence de lésions multiples (surtout s'il y a un cancer infiltrant lobulaire),
  • le degré de malignité du processus oncologique,
  • surexpression de c-erb 2neu,
  • i-ADN.

Ainsi, en résumant tout ce qui précède, nous pouvons dire qu'un pronostic favorable pour le cancer du sein est établi au stade le plus précoce du processus oncologique avec une agressivité biologique minimale de la tumeur et un faible taux de propagation. Dans ce cas, la maladie peut être complètement guérie, évitant les rechutes de la maladie. Dans d'autres cas, avec des stades avancés de cancer du sein, par exemple, avec un stade III sans métastases, le pronostic de la vie des patientes est de six à dix ans après le traitement..

Articles Sur La Leucémie