Dans ce travail, les voies et les causes des maladies oncologiques ont été examinées. Les caractéristiques des types de tumeurs ont également été étudiées..

Grâce au développement des technologies et des méthodes de lutte contre le cancer, le nombre de victimes du cancer est considérablement réduit. En 2011, le nombre de décès dus au cancer en Russie est tombé à 30%.

La chirurgie est le traitement le plus courant en oncologie. Il peut être de deux types: radical, dans lequel une tumeur bénigne ou maligne est complètement enlevée et les opérations palliatives, dans lesquelles la tumeur n'est pas complètement enlevée, mais la vie du patient est grandement facilitée. Un traitement supplémentaire des tumeurs peut être effectué par des méthodes thérapeutiques.

La radiothérapie ou radiothérapie est une procédure d'irradiation des tumeurs avec des rayons X. Dans ce cas, les cellules tumorales meurent et les cellules du corps restent pratiquement indemnes. Lorsqu'un cancer de l'utérus est traité, la radiothérapie est généralement bénéfique. Le traitement du cancer par radiothérapie dans les cliniques est généralement effectué en conjonction avec la chirurgie et la chimiothérapie. L'irradiation est réalisée en plusieurs séances en utilisant les équipements les plus modernes. Une séance de radiothérapie dure jusqu'à cinq minutes. Le traitement est effectué sur plusieurs semaines, mais avec l'utilisation de techniques spéciales, il peut être réduit à cinq jours.

En outre, pour le traitement des maladies oncologiques, de telles méthodes de traitement sont utilisées comme: chimiothérapie, hormonothérapie, immunothérapie.

Diagnostic des tumeurs bénignes et malignes

Les résultats des tests de laboratoire, en plus de confirmer le processus malin, doivent indiquer le type de tumeur, le degré de propagation du processus tumoral. Le diagnostic des tumeurs malignes est différent du processus de reconnaissance des zones bénignes.

Notre corps est un système unique composé d'un nombre colossal de cellules. Les cellules diffèrent par leur structure et leur fonction. Toutes les cellules sont programmées pour mourir après avoir traversé le cycle de vie. La mort d'une cellule est appelée «apoptose». La division, l'activité vitale et la mort sont les principales étapes de la vie cellulaire. Le processus de reproduction et de division cellulaire est contrôlé par les principaux systèmes du corps: le système nerveux, les glandes endocrines, l'immunité.

Le développement d'une tumeur commence par le fait qu'un groupe de cellules sous l'influence de facteurs défavorables devient incontrôlable et commence une activité indépendante - une reproduction sans restriction. Ces cellules constituent le site principal de la tumeur..

Les cellules formées au cours du processus de division autonome se développent et acquièrent les propriétés du tissu dont sont issues les cellules «matures». En cas de mutation, les cellules perdent complètement leur ressemblance avec les cellules saines - cellules «immatures».

Le degré de maturité cellulaire détermine l'agressivité de la formation de la tumeur: plus les cellules sont «immatures», plus la tumeur est maligne. Les cellules cancéreuses se multiplient continuellement et ont la capacité de pénétrer dans les tissus voisins, formant des foyers tumoraux filles - des métastases. L'activité d'une tumeur maligne affecte négativement le métabolisme: le corps est empoisonné, une déplétion se développe.

La différence entre un processus malin et une tumeur bénigne

Les tumeurs peuvent être similaires. En même temps, ils sont diversifiés, ce qui rend difficile leur classification. L'individualité de chaque formation tumorale dépend des facteurs d'occurrence, du mécanisme de croissance, de l'emplacement de la tumeur et du degré de pénétration dans les structures anatomiques environnantes.

Les tumeurs sont divisées en formations bénignes et malignes..

Les tumeurs bénignes comprennent des excroissances qui ne mettent pas la vie en danger. Les tumeurs bénignes se développent lentement. Ils ne sont pas caractérisés par une récidive et une croissance dans les organes environnants. Les tumeurs bénignes ne métastasent pas.

Cependant, une tumeur de nature bénigne peut altérer considérablement la qualité de vie. Si la tumeur est localisée dans les glandes endocrines, la régulation hormonale est altérée. Une grande masse bénigne dans l'intestin comprime les anses intestinales. En conséquence, une obstruction intestinale. Les tumeurs bénignes peuvent dégénérer en tumeurs malignes.

Les néoplasmes malins sont des tumeurs, dont la différence est la multiplication incontrôlée de cellules avec pénétration dans les tissus voisins. Les cellules tumorales sont transportées par le sang vers d'autres organes, formant des métastases. Des métastases peuvent se former dans les os, le foie et le cerveau. Les tumeurs malignes nécessitent un traitement obligatoire. Sans mesures thérapeutiques, les tumeurs cancéreuses progressent, jusqu'à la mort.

Fonctions de diagnostic

Le diagnostic des néoplasmes bénins repose sur les signes d'une tumeur. Les patients trouvent souvent la tumeur d'eux-mêmes. Extérieurement, une tumeur bénigne ressemble à un néoplasme rond et bien défini avec une surface lisse. Le souci est l'existence de la tumeur.

Le diagnostic des processus bénins n'est pas difficile. La tumeur elle-même ne présente pas de danger pour la vie du patient. La menace réside dans la fonction altérée de l'organe où la formation de la tumeur est localisée. Le diagnostic des tumeurs bénignes et malignes est différent.

Les manifestations cliniques du processus malin sont assez diverses. Par conséquent, le diagnostic des tumeurs malignes est souvent difficile. Dans le complexe des symptômes des tumeurs malignes, quatre principaux sont distingués:

Plus le syndrome tissulaire. La tumeur est détectée dans un endroit où elle ne devrait pas être. Avec une bonne mise au point, la tumeur est facile à repérer. Il peut être localisé dans la peau, les muscles, les tissus sous-cutanés. Lorsqu'une tumeur est dans l'abdomen, elle est détectée par palpation de l'abdomen. Le syndrome du «plus tissu» permet d'identifier les méthodes de diagnostic des tumeurs malignes: endoscopie, échographie, radiographie.

Syndrome de décharge pathologique. Un écoulement sanguinolent ou purulent pathologique indique le développement d'un processus oncologique. Si une tumeur cancéreuse est localisée dans l'estomac, son symptôme est un saignement gastrique. Une tumeur maligne de l'utérus se fait sentir avec un écoulement sanglant abondant et un cancer du sein - avec un écoulement séreux-hémorragique du mamelon.

Dysfonctionnement de l'organe. Après avoir pris racine dans un organe, une tumeur cancéreuse grossit activement et libère des substances toxiques. Cela modifie le fonctionnement de l'organe ou du tissu. Par exemple, le cancer de l'intestin est symptomatique d'une occlusion intestinale. Le signe principal d'une tumeur maligne du larynx est une diminution ou une perte de la voix, une toux, une difficulté à avaler de la nourriture.

Syndrome des petits signes. Les plaintes d'un patient cancéreux sont souvent «vagues». Les symptômes comprennent une faiblesse générale, de la fièvre, un manque d'appétit, une intolérance aux produits carnés, une perte de poids. Selon les résultats des tests, l'anémie, une teneur accrue en leucocytes est déterminée. Le syndrome des petits signes survient souvent au stade initial de la pathologie cancéreuse. En manifestation tardive, ce symptôme est caractérisé par une intoxication oncologique: diminution de la turgescence et de la pâleur de la peau (teint ictérique inhérent aux patients «cancéreux»), yeux enfoncés.

La détermination des signes cliniques d'un processus tumoral et l'utilisation de méthodes de diagnostic individuelles sont importantes pour déterminer le diagnostic et choisir le traitement optimal. Il est nécessaire de diagnostiquer une tumeur maligne le plus tôt possible, car le cancer à un stade précoce est complètement traitable. Diagnostic opportun - détection d'une formation maligne au deuxième ou au troisième stade. Le diagnostic tardif est un processus négligé de l'oncologie du quatrième degré. La probabilité de vaincre la maladie est faible.

Méthodes de diagnostic des tumeurs malignes

Méthodes de radiographie

L'examen aux rayons X est la principale méthode de diagnostic des tumeurs de l'estomac, des poumons et des intestins. La dernière méthode de recherche en radiologie moderne est la tomographie - une étude couche par couche avec un organe contrastant. L'angiographie et la bronchographie sont largement utilisées. La fluorographie joue un rôle important dans les examens préventifs.

La mammographie est une technique d'examen du sein de la femme à l'aide d'une faible dose de rayons X. La mammographie détecte les tumeurs qui ne peuvent pas être détectées par palpation. Les médecins recommandent un examen mammaire avec mammographie pour toutes les femmes, en particulier les patientes qui ont atteint l'âge de quarante-cinq ans.

La tomodensitométrie est une méthode de diagnostic basée sur l'utilisation des rayons X. Le principal avantage de la tomodensitométrie est la possibilité d'obtenir un grand nombre de projections transversales en un minimum de temps, ce qui est important pour planifier une intervention chirurgicale et une radiothérapie ultérieure..

La tomographie par ultrasons est une méthode de recherche informative qui aide à détecter une tumeur du foie, de la vésicule biliaire, de la tête du pancréas, des reins, de la vessie, des organes génitaux internes. Échographie populaire - recherche en conjonction avec la dopplerographie. Cela vous permet d'observer la direction du flux sanguin dans les vaisseaux de l'organe où se trouve la tumeur..

Endoscopie

La méthode d'examen endoscopique, grâce aux dernières avancées de l'optique, est devenue cruciale dans le diagnostic des étapes initiales du processus oncologique. L'utilisation de matériel endoscopique permet d'examiner attentivement les muqueuses des organes internes, de réaliser un examen cytologique. En cas de suspicion d'oncologie, prélever un morceau de tissu pour analyse histologique.

Recherche en laboratoire

Des tests cliniques de sang, d'urine et de suc gastrique sont nécessaires. Des traces de sang dans l'urine ou les selles sont des indicateurs d'un processus pathologique en développement de nature oncologique. Une diminution de l'hémoglobine indique une anémie. Dans le diagnostic du cancer, les méthodes de recherche biochimique sont d'une grande importance. Les tests biochimiques révèlent la nature endocrinienne de la tumeur. L'influence des troubles génétiques sous-jacents à la tumeur permet l'identification de marqueurs moléculaires spécifiques. Sur la base de marqueurs, des tests sont créés pour le diagnostic du cancer au stade naissant.

Marqueurs tumoraux

Les marqueurs tumoraux sont des substances indicatrices spécifiques qui se forment à la suite de l'activité vitale des cellules cancéreuses. Des taux élevés de marqueurs tumoraux indiquent une oncologie progressive.

Méthode cytologique. Histologie

La cytologie est une méthode de recherche abordable qui permet d'identifier les cellules atypiques et de diagnostiquer l'oncopathologie à un stade précoce. La méthode cytologique est utilisée pour diagnostiquer un processus cancéreux dans le col de l'utérus. Des échantillons de crachats sont examinés si un cancer du poumon est suspecté. Les cellules atypiques découvertes lors de l'examen ponctué de la tumeur confirment le cancer.

Biopsie - excision d'une zone de tissu "suspect" pour analyse histologique. Parfois, un nœud tumoral est soumis à un examen histologique. Les données histologiques confirment ou nient de manière fiable la présence d'un processus cancéreux.

Histologie. En médecine moderne, un traitement chimiothérapeutique ou une chirurgie sans analyse histologique préalable des tissus est inacceptable. Pour obtenir les résultats les plus fiables de l'examen histologique, il est important d'observer strictement les points de collecte du matériel biologique. L'examen histologique est urgent et planifié. Pour une analyse urgente, les échantillons biologiques sont congelés, puis des coupes sont effectuées. Ensuite, le médecin évalue l'état des tissus sous un grossissement microscopique. La procédure prend quarante minutes. Un examen histologique planifié consiste à placer les tissus biologiques dans une solution spéciale, à verser de la paraffine, et seulement après cela, une coupe est faite et colorée. Les résultats sont évalués après dix jours.

Une fois le cancer diagnostiqué, une méthode de traitement doit être choisie. L'opération chirurgicale est la méthode la plus constructive de lutte contre le cancer. La chimiothérapie est une méthode de traitement des maladies oncologiques à l'aide de médicaments dont l'action vise à inhiber le processus de division des cellules cancéreuses. L'immunothérapie est prescrite pour maintenir les défenses de l'organisme dans la lutte contre le cancer.

Que faire si vous avez un cancer: 5 recommandations précieuses d'un oncologue

La première et principale règle lors de la détection d'une tumeur maligne est de ne pas paniquer. Et ne vous découragez pas. Les maladies cancéreuses sont guéries avec succès aujourd'hui, en particulier celles identifiées à un stade précoce. Mais l'attitude du patient est très importante, car cela ne dépend pas moins de son comportement que des actions médicales. Plus de détails à leur sujet - dans le matériel de Passion.ru et de l'oncologue Andrey Korzhikov.

Ainsi, la tumeur a été identifiée. Ils inspiraient et expiraient, demandaient le soutien de leurs proches. Et nous agissons selon l'algorithme suivant.

1. Inscription et suivi avec un oncologue de district sur le lieu de résidence réel.

Pourquoi et pourquoi?

Tout d'abord, il s'agit d'une comptabilité statistique, à partir de laquelle il est prévu de financer chaque région en fonction du nombre de cancéreux observés et nouvellement diagnostiqués..

Deuxièmement, pour avoir la certitude personnelle que vous bénéficierez gratuitement de recherches, de traitements et de suivis coûteux dans les années à venir. Et, si nécessaire, avec des médicaments ciblés extrêmement coûteux ou des anesthésiques spéciaux inaccessibles sans oncologue.

2. Passez immédiatement un examen de "démarrage" complet.

Immédiatement - ce n'est pas bien demain, mais aussi sans tarder pendant quelques mois.

Pourquoi et pourquoi?

Premièrement, afin d'établir la véritable prévalence d'une tumeur, il est nécessaire d'exclure ou d'identifier le plus tôt possible ses métastases dans d'autres organes et tissus. Ceci est important pour clarifier le stade de la maladie, déterminer les tactiques de traitement et la séquence des actions thérapeutiques. Il n'y a pas d'autre moyen d'éviter l'erreur. Il y a des cas où le traitement a commencé ou a déjà été effectué, et après quelques mois, avec une étude particulière, des métastases tumorales "soudainement" sont détectées. J'aurais fait cette recherche plus tôt et le programme de traitement aurait été structuré complètement différemment.

Deuxièmement, pour former un bagage diagnostique «de départ» à part entière pour tous les organes, pour créer un point de référence pour toutes les années suivantes pour une observation dynamique. Les métastases peuvent survenir en un an, trois, cinq, dix et même vingt-cinq ans. Et à quoi comparer s'il n'y avait pas d'étude de ce genre auparavant et qu'il n'y a pas de point de départ? Ce ne sont peut-être pas des métastases, mais des tumeurs bénignes (hémangiomes, kystes) et des foyers post-inflammatoires de longue date.

Important! L'examen initial doit nécessairement comprendre:

CT (tomodensitométrie); échographie complexe (glandes thyroïdiennes et mammaires avec ganglions lymphatiques régionaux, organes abdominaux et rétropéritonéaux avec ganglions lymphatiques para-aortiques, organes pelviens avec ganglions lymphatiques pelviens, iliaques et inguinaux); examen radio-isotopique des os du squelette (scintigraphie squelettique); IRM du cerveau.

Si possible, il est également nécessaire de faire une MSCT (tomodensitométrie multi-coupes) du corps entier avec contraste et TEP CT (tomographie par émission de positons).

3. Utiliser correctement la période précédant le début du traitement principal (opération).

À savoir - pour renforcer votre immunité pour lutter contre le cancer.

Pourquoi et pourquoi?

Premièrement, pour que les cellules tumorales se multiplient plus lentement. Plus la capacité des cellules saines à produire leur propre interféron est élevée, mieux le corps résiste à la croissance tumorale et à l'apparition de métastases. Si cette possibilité est réduite, il est nécessaire de soutenir le corps avec des préparations d'interféron prêtes à l'emploi. Dans ma pratique clinique, j'utilise souvent, par exemple, Viferon sous forme de suppositoires comme remède supplémentaire. Il procure une activité antitumorale, des effets anti-inflammatoires et détoxifiants, une meilleure tolérance aux médicaments agressifs et une diminution des réactions aux rayonnements chez les patients subissant ou recevant une radiothérapie. Les suppositoires à l'interféron sont particulièrement indiqués pour le cancer du col de l'utérus et des ovaires, le cancer du rein et de la prostate, le cancer du côlon, le foie et le pancréas, les glandes mammaires et thyroïdiennes, le lymphome. Dans certains médias aujourd'hui, il existe des informations selon lesquelles les interférons causent le cancer. Mais c'est fondamentalement faux: les interférons, au contraire, sont utilisés partout dans le monde pour traiter le cancer.

Deuxièmement, pour préparer le corps à des médicaments et des procédures plus «graves». Ainsi, aujourd'hui, les médicaments immunitaires sous diverses formes sont nécessairement inclus dans le traitement principal de nombreux types de cancer. Ils sont strictement prescrits par le médecin et l'accueil est effectué sous surveillance constante..

4. Apprenez activement auprès de votre médecin et d'autres oncologues toutes les nouvelles tendances dans la lutte contre votre type spécifique de tumeur.

Pourquoi et pourquoi?

Premièrement, afin d'utiliser les médicaments les plus modernes et les plus efficaces pour le traitement. Par exemple, ces dernières années, l'immunothérapie des tumeurs malignes avec des anticorps monoclonaux s'est activement développée. Ce sont des médicaments coûteux avec des indications d'utilisation très claires. À propos, pour recevoir non seulement les informations nécessaires, mais également ces médicaments eux-mêmes, il est nécessaire de s'inscrire auprès de l'oncologue du district..

Deuxièmement, afin d'empêcher les autres de vous marteler la tête avec la médecine «alternative». La chose la plus mauvaise et la plus improductive qu'une personne atteinte d'oncologie puisse faire est de faire un «raid» sur les guérisseurs et les guérisseurs. Si au moins l'un d'entre eux guérissait vraiment le cancer, il figurerait en premier lieu sur les listes des riches du monde. Et tous les puissants de ce monde qui sont tombés malades du cancer le sont en premier lieu. Mais les gens croient en quelque sorte que le guérisseur Adélaïde les guérira à l'aide de mantras et de décoctions secrètes. Bien qu'il n'y ait pas un seul cas officiellement enregistré d'un tel «remède».

5. Connectez-vous pour combattre et gagner. À la fois physiquement et mentalement.

Et chasser les "sympathisants" qui ne sont pas sûrs du succès et vous "pleurer".

Pourquoi et pourquoi?

Premièrement, afin de diriger toutes leurs forces vers la reprise. Tout oncologue vous dira que la rééducation des patients cancéreux est un travail sérieux. Essayez de consacrer le moins de temps et d'énergie possible aux sentiments et à l'apitoiement sur vous-même. Aussi, ne laissez pas vos proches «décoller» et sombrer dans le pessimisme ou la panique..

Deuxièmement, pour atteindre la fin amère. Le cancer est insidieux, donc au milieu du chemin, une personne qui est à l'écoute d'une victoire rapide peut «casser» et abandonner. Cela ne peut pas être fait. Oui, le chemin de la guérison est long et difficile, mais la marche le maîtrisera. Guérir, c'est beaucoup de travail.

Tumeur maligne

Une tumeur maligne est un processus de développement d'une pathologie de nature progressive. La maladie se caractérise par une division cellulaire intense sans possibilité de la contrôler. Le processus diffère du plan établi pour la structure, les fonctions et les performances du corps. Les cellules affectées capturent les tissus voisins pour une propagation ultérieure.

Les raisons du développement d'une tumeur maligne

Les scientifiques n'ont pas précisément établi les causes de la transformation de la tumeur en un côté malin. Il n'y a pas de compréhension claire de l'apparition du cancer. Il existe 5 étapes de développement des pathologies oncologiques:

  • Il y a un échec de la régénération tissulaire.
  • La structure des cellules et des tissus change, ce qui est la première étape de la formation de néoplasmes: dysplasie et hyperplasie.
  • Les cellules affectées se propagent aux tissus et aux organes.
  • Un foyer tumoral se forme.
  • La croissance se développe et augmente en taille.

Selon la théorie établie, des zones de croissance apparaissent à des endroits spécifiques sur les organes, base de l'éducation future. Les chercheurs pensent que la raison de la formation de cellules malignes est une violation des tissus génétiques humains. Le processus est lent et ne se produit pas d'un seul coup. La poursuite de la progression dépend des conditions et des facteurs provoquants. La croissance de l'éducation est influencée par de nombreux prérequis:

  • fumer ou inhaler de la fumée de tabac;
  • maladies infectieuses;
  • exposition à des oligo-éléments chimiques;
  • alimentation malsaine avec une prédominance d'aliments gras;
  • augmentation de l'excès de poids;
  • exposition fréquente à la lumière directe du soleil.

Tous les facteurs peuvent provoquer le développement d'une tumeur. Les irritants diffèrent par leur nature physique, chimique et biologique. En médecine, 5 théories ont été notées concernant les causes et le processus d'apparition des néoplasmes malins:

  • Virkhov - théorie physique et chimique;
  • Kongame - dysontogénétique;
  • Zilber - génétique virale;
  • Burnet - immunologique;
  • Petrov - polyétiologique.

Selon la théorie physico-chimique, la tumeur agit en conséquence en raison de l'effet sur le corps de substances cancérigènes et de blessures. Les cancérogènes actifs les plus puissants sont les produits chimiques, la lumière ultraviolette, l'ionisation, les produits du tabac et les aflatoxines. Ces composants ont des effets néfastes sur la santé humaine, endommageant le fond génétique et provoquant la formation de tissus malins. Les croissances se produisent souvent dans des zones sujettes à des frictions ou à des blessures systématiques.

La théorie dysontogénétique est basée sur le développement de pathologies sous forme embryonnaire. Peu à peu, les cellules se dilatent intensément, formant des croissances. Selon la théorie, lors de l'embryogenèse, le corps accumule le volume de cellules qui sont en mode inactif en raison du manque de besoin, un groupe de tissus est immobile. Les croissances latentes se caractérisent par une croissance intensive. Ceci explique le taux élevé de prolifération des cellules malignes lors du réveil des tissus dormants..

Dans la théorie de la génétique virale, l'accent est mis sur les bactéries virales. Le rôle principal dans la formation de néoplasmes est joué par l'herpès, le papillomavirus, l'hépatite et l'immunodéficience du patient. Lorsqu'une infection pénètre dans la structure d'une cellule saine, deux éléments se confondent. Le tissu affecté attire les bactéries virales, alimentant leur activité vitale. Dans une telle situation, les cellules saines acquièrent une propriété maligne et un changement dans la structure cellulaire du corps commence. Le processus lancé est irréversible.

Selon la théorie immunologique de Burnet, le mécanisme de stimulation et de déclenchement de l'apparition d'une tumeur est une violation de la fonction de protection immunitaire. Un échec du contrôle immunologique a été noté. L'immunité est incapable de détecter les cellules affectées et de les surmonter. En conséquence, le volume des tissus malins augmente..

Dans la théorie polyétiologique, on pense que la provocation de stimuli affecte le fonctionnement normal du corps. La collision entraîne des dommages à l'intégrité des tissus et une dégénérescence à l'avenir. À la suite des manipulations provoquantes effectuées, il y a une déficience de la défense naturelle de l'organisme contre le cancer. La fonction de protection est formée sur la base d'un certain nombre d'éléments:

  • Mécanisme anticarcinogène responsable de la destruction de micronutriments potentiellement nocifs.
  • Mécanisme anti-transformation empêchant la transformation du matériel sain en malignité.
  • Mécanisme anticellulaire responsable de l'élimination des tissus endommagés et des cellules saines qui ont subi le processus de dégénérescence.

Les symptômes d'une tumeur maligne

Le médecin établit un diagnostic sur la base des résultats de l'examen et des tests. Cependant, il existe des signes que le patient peut remarquer par lui-même. La présence de ces symptômes signale l'examen nécessaire:

  • L'apparition de petites taches qui se développent progressivement. Le grain a une teinte brillante perceptible.
  • Plaies ou plaies, saignements de sécrétions, douloureux à la pression.
  • Formation de caillots denses tangibles sous l'épiderme, qui ont un corps dur ou ramolli.
  • Croissance des ganglions lymphatiques.

Parmi les symptômes d'une tumeur, on distingue les signes externes:

  • température corporelle élevée;
  • pâleur ou jaunissement de la peau;
  • manque d'appétit;
  • faiblesse constante du corps;
  • sensations douloureuses;
  • l'apparition de changements sur le corps qui étaient auparavant absents.

Les cellules cancéreuses agissent localement et systématiquement sur le corps. Avec une influence locale, les organes situés à proximité du foyer tumoral sont comprimés. Le comportement systémique de l'accumulation conduit à l'empoisonnement du corps avec des éléments du néoplasme désintégré, lorsque la membrane tumorale est déchirée. Symptômes d'une exposition localisée au cancer en fonction de la zone de croissance et du stade de développement.

La manifestation des signes énumérés ne signale pas directement la présence de tissus de qualité inférieure dans le corps. Cependant, on ne peut pas refuser les examens si des écarts sont suspectés. Si la présence d'un cancer est confirmée, la détection précoce de la pathologie augmentera la probabilité d'un résultat positif. L'oncologie aux premiers stades peut être traitée avec succès. Mais une détection tardive réduira les chances de guérison du patient, car les métastases sont fatales.

Types de tumeurs

La classification des tumeurs malignes est basée sur le tissu affecté. Parmi les formations affectées, ils notent:

  • Organe épithélial non spécifique. Sont situés dans des zones atypiques de l'épithélium.
  • Spécifique à l'organe épithélial. La glande endocrine et l'épiderme sont affectés.
  • Mésenchymateux.
  • Tissu formant de la mélanine.
  • Système nerveux sympathique et zones de la moelle épinière et du cerveau.
  • Tissus hématopoïétiques et lymphatiques.
  • Une tumeur constituée de matériel germinatif.

Les tissus affectés ont de multiples effets sur l'état du corps du patient. Cependant, vous devez être capable de faire la distinction entre les types de tumeurs malignes et bénignes. Ce dernier type comprend:

  • Athérome. Il se développe sur la glande sébacée, se forme sur le cuir chevelu, le dos et les organes génitaux, en particulier l'ovaire.
  • Hémangiome. Le type caractéristique des nouveau-nés se résout au moment où l'enfant atteint l'âge de 12 ans.
  • Lymphangiome. Apparaît chez un nourrisson en cours de formation en ligne. Le processus pathologique est diagnostiqué à l'âge de 3 ans et éliminé par une méthode opératoire en cas de menace pour la vie de l'enfant ou d'inconfort dans la vie quotidienne.
  • Fibrome. Peut être constitué de tissu conjonctif dans l'épiderme, le rectum, les glandes mammaires, la thyroïde et le pancréas et l'utérus.
  • Lipome. Il est considéré comme une accumulation de graisse, ne provoque pas de douleur sous pression et a une structure molle. Se développe sur le haut du corps et les cuisses.

Les néoplasmes malins sont dangereux pour l'état et la vie du patient. La différence est la croissance de l'éducation à haute vitesse. Les métastases endommagent les zones et les tissus voisins. Le cancer se caractérise par une probabilité accrue de récidive et est mortel. Les excroissances malignes comprennent:

  • Basalioma. Il est formé sur la base de la couche basale de la peau. La raison du développement est le séjour constant en plein soleil et dans un environnement à haute température.
  • Mélanome. Il est considéré comme le cancer le plus dangereux. Il est basé sur les mélanocytes - une cellule qui produit de la mélanine, qui protège les tissus des rayons ultraviolets. L'épiderme est affecté, dans de rares cas la membrane muqueuse des organes et la rétine de l'œil.
  • Sarcome. Capable de se développer sur les tissus, quel que soit l'organe sélectionné. Le sarcome est divisé en 4 types: une tumeur du tissu conjonctif, du cartilage, des muscles et des cellules graisseuses.

En fonction du type d'épithélium qui est devenu le site de formation du cancer et des caractéristiques de sa structure, on distingue des types de tumeurs similaires:

  • squameux;
  • adénocarcinome;
  • cancer en place;
  • trabéculaire;
  • fibreux;
  • médullaire;
  • membrane muqueuse;
  • petite cellule.

Selon les caractéristiques morphologiques, la formation tumorale est divisée en:

  • Différencié. Le développement est lent, signifie métastases inhibées.
  • Indifférencié. Ils sont caractérisés par un taux d'évolution élevé et la prévalence de métastases dans les tissus environnants.

Selon le volume des foyers tumoraux, des formations uni- et multicentriques sont notées. Le premier type montre une seule lésion et le second présente de nombreuses lésions. Sur la base de la différence de croissance tumorale dans les lumières des organes, il existe:

  • Tumeur expansive avec croissance dans la lumière des organes;
  • Infiltration avec germination dans les tissus organiques ou les cellules voisines.

Diagnostique

Toutes les méthodes d'examen existantes sont utilisées pour diagnostiquer le cancer malin et comprendre les caractéristiques du développement des métastases. En fonction de l'emplacement des excroissances, des tests de laboratoire, des rayons X, des ultrasons, une endoscopie sont effectués. Tomodensitométrie et imagerie par résonance magnétique, des diagnostics sont prescrits. Le médecin établit un diagnostic précis après la procédure de biopsie et l'examen des cellules obtenues.

La détection de tissus atypiques indique la nature maligne du néoplasme. Partout dans le monde, les médecins diagnostiquent le cancer chez un total de 10 millions de personnes chaque année. Sur la liste des décès de patients dus à des maladies, les maladies oncologiques viennent juste après les problèmes cardiaques et vasculaires..

Comment distinguer une tumeur bénigne d'une tumeur maligne

Les tumeurs sont divisées en trois catégories:

  • bénin;
  • malin;
  • tumeurs à croissance localisée.

Une tumeur bénigne est un groupe de cellules présentant des caractéristiques du tissu à partir duquel elles se sont formées, déterminant la source. Il est possible de calculer le taux de croissance de l'accumulation. Le type de néoplasmes spécifié ne produit pas de métastases. Cependant, une cellule non maligne n'est pas considérée comme inoffensive pour la vie du patient. Si la maladie affecte le cerveau, le patient peut ne pas survivre. Une personne doit comprendre la probabilité de transition d'une formation bénigne à une formation maligne.

Lorsque la tumeur est maligne, les cellules perdent leur ressemblance avec le tissu «natif». Les cellules affectées se propagent rapidement aux surfaces environnantes. En cas de blessure ou de grossesse, le taux de croissance du néoplasme augmente. Cependant, si un processus inflammatoire se développe dans la zone du foyer, l'expansion du cancer ralentit..

Il peut être difficile de déterminer le type de tumeur et de distinguer une croissance bénigne d'une cellule maligne. Il existe un troisième type de tumeur lorsqu'il est impossible d'établir une croissance. Les spécialistes distinguent les formations au développement localement destructeur. Cette espèce est considérée comme potentiellement maligne..

Traitement

La méthode de traitement des cellules cancéreuses est basée sur la localisation de la tumeur, le stade de développement, la présence de métastases, le type de croissance et le bien-être du patient. Si le patient a un stade terminal d'oncologie, une thérapie palliative est effectuée. Il vise à soulager l'état du patient, car ce type n'est pas traité. Plusieurs méthodes sont utilisées pour traiter les excroissances malignes. L'intervention chirurgicale est reconnue comme la principale méthode de guérison. Il est utilisé pour lutter contre presque tous les types de tumeurs. Si la chirurgie n'est pas possible et que la chirurgie met la vie du patient en danger, le cancer est dit inopérable.

La radiothérapie agit comme une méthode de traitement indépendante ou comme un assistant de la thérapie principale. La méthode représente l'utilisation de rayonnements ionisants. Le médecin fixe une dose spécifique de rayonnement en fonction du type de croissance. Les rayons affectent les cellules affectées et ont un effet destructeur.

La chimiothérapie utilise des agents antinéoplasiques qui agissent sur le développement des cellules cancéreuses. Le traitement est sélectionné individuellement, en fonction des caractéristiques et du cas. Cependant, la chimiothérapie ne peut pas combattre tous les types de néoplasmes. En outre, la chimiothérapie est prescrite avant et après la chirurgie et les interventions chirurgicales. Cela aide à prévenir le développement d'une rechute et à réduire au minimum la probabilité de sa survenue. La méthode est capable d'inhiber la croissance de l'éducation et des métastases.

En immunothérapie, des éléments spéciaux sont utilisés - anticorps, vaccins, cytokines, lymphocytes - avec un effet opérationnel. Aujourd'hui, cette méthode de traitement est considérée comme efficace et a la perspective d'une guérison dans le futur. La méthode est très efficace.

La thérapie photodynamique est le traitement le plus récent des cellules cancéreuses. Dans le traitement, un composant est utilisé qui contient un photosensibilisateur. Cette substance est injectée dans la croissance tumorale. Le site est ensuite exposé à un laser ou à une autre source de lumière. La longueur d'onde correspond à l'élément photosensibilisateur. La méthode conduit à la mort des tissus oncologiques.

Pronostic de la maladie

Le pronostic de la maladie est influencé par de nombreux facteurs. Il est important de prendre en compte le stade de développement de la tumeur, le territoire où se trouvent les zones focales, la structure de la croissance, le bien-être général du patient confronté à une manifestation oncologique, ainsi que la catégorie d'âge du patient. Pour répondre à la question de la durée de vie des patients atteints de cancer, il est nécessaire d'étudier les facteurs énumérés. Le taux de survie à cinq ans des personnes atteintes de cancer est calculé sur une base individuelle, dépend des nuances spécifiées et varie de 15% à 95%.

Le plus dangereux est le cancer malin, le pronostic révèle une issue défavorable en raison d'une croissance accrue des métastases. La situation actuelle conduit à une augmentation du pourcentage de décès. La détermination du résultat du traitement pour les patients atteints de cellules malignes se produit en fonction:

  • l'emplacement de la pathologie;
  • l'âge du patient;
  • stades de développement;
  • production de métastases;
  • la forme et la structure du néoplasme;
  • méthode de manipulation chirurgicale.

Au cours des dix dernières années, les experts ont noté une augmentation des lésions oncologiques. Le cancer le plus difficile à guérir est une tumeur du poumon, du tractus gastro-intestinal, du foie, du sein et des reins. Le cancer in situ est appelé poumon pour le traitement..

Mesures préventives

Il est important de prendre des mesures préventives au sérieux. Surtout, il est nécessaire d'arrêter de fumer. Selon les statistiques, c'est la fumée de tabac qui est dangereuse pour la santé et provoque de nombreux cancers. Il est également censé surveiller en permanence votre propre état et se faire systématiquement vacciner contre les maladies infectieuses. Une personne doit régulièrement être testée pour la présence de virus de l'hépatite et de virus du papillome. Ces facteurs deviennent un mécanisme de déclenchement du développement de tissus malins dans le corps humain..

Une attention particulière doit être portée à l'alimentation. Il est important de rendre votre alimentation variée, complète et avec un minimum d'aliments gras. Les repas doivent être équilibrés en éléments principaux - graisses, protéines et glucides. Le menu doit toujours contenir des légumes et des fruits frais remplis de fibres nutritives, d'oligo-éléments bénéfiques et de minéraux..

De plus, il est recommandé d'ajouter de l'exercice physique, des jeux de sports actifs ou des cours de fitness à la routine quotidienne. Les experts recommandent de consacrer une demi-heure par jour à un sport agréable et favori. Il n'y a pas de recommandations spécifiques concernant le choix de l'activité: jogging, marche rapide ou gymnastique. Le choix dépend des préférences individuelles de la personne. L'essentiel est de surveiller l'apport d'oxygène dans les tissus corporels pour éviter les conséquences négatives. Les recommandations énumérées sont considérées comme la première étape de la prévention de l'oncologie. Mesures supplémentaires les médecins appellent des examens oncologiques constants et un examen du corps pour des changements.

Diagnostic du cancer

La plupart des cancers sont guérissables si la maladie est détectée à un stade précoce et si le néoplasme est de nature locale. Cela signifie que les cellules malignes ne se sont pas encore propagées avec le sang et la lymphe à d'autres organes et systèmes..

Malheureusement, un grand nombre de processus malins sont asymptomatiques pendant une longue période ou avec des affections mineures. Les patients recherchent souvent une aide médicale dès le stade III ou même IV, lorsque le pronostic est mauvais, c'est pourquoi le diagnostic précoce du cancer est si important..

Quand commencer à s'inquiéter

Les symptômes du cancer dépendent de son type et de son emplacement (emplacement de la tumeur) et peuvent varier considérablement. Cependant, il existe des manifestations générales caractéristiques des processus malins de tous types:

  • Faiblesse, fatigue, fatigue chronique).
  • Perte de poids inexpliquée.
  • Augmentation de la température corporelle.
  • Pâleur de la peau.
  • Perte d'appétit.
  • Douleur récurrente dans une zone du corps sans cause apparente.

Peut-être une toux déraisonnable, un essoufflement, du sang dans les selles ou l'urine, l'apparition de taches et de plaies étranges sur le corps, etc. - selon le type de maladie.

Si les symptômes persistent pendant un certain temps, consultez immédiatement un médecin..

Méthodes de détection des tumeurs malignes

Le diagnostic du cancer se déroule généralement en deux étapes - la détection des dysfonctionnements dans le corps par des méthodes non spécifiques et de dépistage, puis une recherche étroitement ciblée de la maladie.

Référence! Études non spécifiques - dont les résultats indiquent la présence d'une maladie, mais ne permettent pas d'établir un diagnostic précis. Cependant, indiquez une direction pour une enquête plus approfondie.

Spécifique - une étude étroitement ciblée qui vous permet d'identifier le type de maladie et sa localisation dans l'organe.

  • Tests sanguins pour les marqueurs tumoraux.
  • Études cytologiques et histologiques du matériel biologique.
  • Radiographies d'organes spécifiques (p. Ex., Mammographie, radiographies de l'estomac).
  • Tomodensitométrie (TDM), tomodensitométrie multispirale (MSCT).
  • Imagerie par résonance magnétique (IRM).
  • Examen échographique (échographie).
  • Techniques endoscopiques avec prélèvement de tissus.

Le type d'examen le plus spécifique, selon les résultats desquels le diagnostic de "cancer" est établi, son stade et son type - analyse histologique d'un échantillon de tissu de l'organe affecté.

Quelques types de recherches non spécifiques:

  • Analyse sanguine générale.
  • Chimie sanguine.
  • Fluorographie.
  • Analyse d'urine générale.
  • Test sanguin occulte fécal.

Il est important que les femmes subissent des examens gynécologiques annuels et la palpation des glandes mammaires.

Recherche primaire

Les examens médicaux de routine et les tests «de routine» sauvent de nombreuses personnes chaque année, signalant au médecin des problèmes dans le corps humain et donnant la possibilité de commencer un examen restreint.

Numération globulaire complète (CBC)

Elle est également appelée clinique ou clinique générale. Il s'agit d'une étude de dépistage qui donne une image générale détaillée du travail du corps, de la présence d'inflammation, d'anémie et de troubles de la coagulation sanguine.

Une oncopathologie locale possible peut être indiquée par de tels changements d'indicateurs:

  • Augmentation de la VS (vitesse de sédimentation des érythrocytes) avec un nombre normal ou augmenté de globules blancs (globules blancs).
  • Une baisse de la quantité d'hémoglobine sans raison apparente. Peut survenir avec des processus malins de l'estomac et des intestins.
  • Une augmentation simultanée de la VS, de l'hémoglobine et des érythrocytes (globules rouges) peut indiquer un cancer du rein.

Cependant, si l'UAC a montré de tels résultats, il ne faut pas être intimidé. Répétons-le - il s'agit d'une étude non spécifique, qui est beaucoup plus susceptible d'indiquer d'autres maladies moins dangereuses..

Dans la leucémie, l'UCK devient un test de dépistage important - parfois la maladie est détectée par accident par un test sanguin effectué pour une autre maladie. Mais pour cela, une formule leucocytaire est nécessaire (le pourcentage des différents types de leucocytes par rapport à leur nombre total). Par conséquent, lors d'un test sanguin, ne vous limitez pas aux «trois» - hémoglobine, ESR, leucocytes.

Les soupçons de leucémie sont établis avec les indicateurs suivants:

  • Nombre de globules blancs très élevé ou extrêmement bas.
  • Un changement dans la formule des leucocytes.
  • L'apparition dans le sang de leucocytes immatures.
  • Augmentation de l'ESR.
  • Baisse du taux d'hémoglobine (anémie).
  • Diminution du nombre de plaquettes.

En oncopathologie localisée (tumeur d'un organe spécifique), le CBC peut ne pas changer, surtout à un stade précoce.

Analyse d'urine générale (OAM)

Il peut aider au diagnostic du cancer des voies urinaires: rein, vessie, uretères. Dans ce cas, du sang et des cellules atypiques se retrouveront dans l'urine. Pour clarifier le diagnostic, une analyse cytologique de l'urine est prescrite.

Chimie sanguine

Dans les néoplasmes malins des reins et de la glande parathyroïde, il y a une augmentation significative du calcium.

Avec le cancer du foie, des reins, du pancréas, la quantité d'enzymes hépatiques augmente.

Des changements dans la quantité et le rapport des hormones de différents types peuvent indiquer en faveur de maladies malignes de la sphère endocrinienne..

Fluorographie

Aide à détecter le cancer du poumon.

Diagnostic du cancer par des méthodes spéciales

Si les plaintes du patient et les études préliminaires donnent des raisons de suspecter une oncologie, une recherche ciblée commence.

Tests sanguins pour les marqueurs tumoraux

Les marqueurs tumoraux sont des substances qui sécrètent des tumeurs malignes au cours de leur vie. La spécificité de ces tests peut varier à la fois selon les organes (la capacité de déterminer exactement où se trouve le néoplasme) et les maladies (quel type de cancer).

La présence de marqueurs tumoraux n'indique pas toujours la malignité de la maladie. Par conséquent, après avoir reçu un résultat positif pour l'un d'entre eux, des examens supplémentaires sont nécessairement prescrits..

Les tests les plus couramment utilisés sont:

  • CEA (antigène embryonnaire du cancer) - est utilisé en gynécologie pour détecter les tumeurs de l'utérus, des ovaires, du sein.
  • AFP (alpha-foetoprotéine) - utilisé pour diagnostiquer les carcinomes, en particulier de l'estomac et des intestins.
  • CA-125 - utilisé pour le diagnostic précoce du cancer de l'ovaire, mais aussi d'autres organes (sein, poumon, foie).
  • CA-15-3 est un marqueur avec une spécificité d'organe relativement faible. Permet de suspecter un cancer du sein, des ovaires, du pancréas, de diverses parties du tractus intestinal.
  • PSA (Prostate Specific Antigen) - un test des néoplasmes de la prostate.
  • CA-19-9 - sert à reconnaître l'oncologie du tractus gastro-intestinal, et en particulier du pancréas.
  • CA-242 - un marqueur très sensible du cancer de l'estomac et de l'intestin.

Ces tests sont également réalisés à titre préventif si le patient est à risque.

Méthodes instrumentales

La médecine moderne dispose d'un grand nombre de méthodes non invasives et peu invasives qui vous permettent de voir même les plus petits néoplasmes dans des endroits difficiles à atteindre.

Diagnostic par rayons X:

  • Fluoroscopie - l'image est affichée sur l'écran du moniteur en temps réel. Vous permet de suivre les caractéristiques de l'orgue. Le plus souvent, des examens fluoroscopiques de l'estomac, des intestins et des poumons sont effectués.
  • La radiographie est une radiographie d'un organe. Un exemple de radiographie est la mammographie (un scan du sein).
  • Tomodensitométrie (CT) - rayons X couche par couche dans différents plans. Lors du diagnostic d'un néoplasme, il est effectué avec l'introduction d'un liquide de contraste, ce qui permet de voir clairement ses contours.
  • Tomodensitométrie multispirale (MSCT) - des coupes d'organes sont effectuées avec une rotation en spirale du tube à rayons X et un mouvement constant de la table où se trouve le patient. La haute résolution de la méthode, des coupes minces jusqu'à 0,5 mm, permettent de détecter les plus petites tumeurs inaccessibles au scanner conventionnel. Dans ce cas, la charge de rayonnement sur le patient n'augmente pas.

Imagerie par résonance magnétique

Le principe de fonctionnement est le même que pour la tomodensitométrie à rayons X - obtention d'images couche par couche d'organes. Mais l'équipement IRM basé sur les ondes électromagnétiques fonctionne.

Procédure d'échographie

La méthode est basée sur la capacité des ultrasons à réfléchir différemment de différents tissus et milieux liquides. Une étude indolore et peu coûteuse qui vous permet d'identifier les pathologies de la plupart des organes.

Méthodes limitatives

Des examens aux rayons X, par résonance magnétique ou par ultrasons permettent de voir la présence d'une tumeur, d'évaluer sa forme, sa taille et sa localisation. Mais pour juger de sa nature maligne ou bénigne, un échantillon de son tissu est nécessaire, qui ne peut être prélevé que lors d'un examen endoscopique ou lors d'une opération chirurgicale..

Endoscopie

Il s'agit d'une étude réalisée avec un dispositif optique qui est inséré dans un organe creux ou lors d'une opération (laparoscopie). À l'aide d'un endoscope, vous pouvez examiner l'état de ses parois, retirer un néoplasme suspect ou prélever un échantillon biologique pour analyse cytologique ou histologique.

Les techniques endoscopiques comprennent:

  • laparoscopie;
  • gastroscopie;
  • hystéroscopie;
  • coloscopie;
  • bronchoscopie, etc..

Si, au cours de la procédure endoscopique, une opération a été effectuée ou si des sites tissulaires suspects ont été trouvés, l'échantillon doit être envoyé pour examen cytologique ou histologique..

Microscopie

L'examen histologique est l'étude de la structure des tissus au microscope et l'examen cytologique des cellules.

Selon les résultats de ces analyses, il est possible de détecter la présence de cellules à structure atypique, de révéler leur malignité, de déterminer le type et le stade de la tumeur. L'analyse cytologique est rapide et est couramment utilisée comme test de dépistage. Pour la cytologie, des raclages sont effectués à partir de la membrane muqueuse des organes (par exemple, le col de l'utérus), des aspirations (liquides) sont prélevées, des ponctions des ganglions lymphatiques sont effectuées, des biopsies des glandes mammaires et thyroïdiennes.

Pour réaliser l'histologie, il faut plus de temps et un équipement plus complexe, mais c'est son résultat qui devient la base du diagnostic final.

Il existe une méthode d'immunohistochimie basée sur la liaison d'anticorps placés dans un échantillon de tissu avec les antigènes correspondants. Il s'agit d'une analyse très informative qui est capable d'identifier les tumeurs indifférenciées, les métastases d'un foyer primaire non détecté, et également de prédire le développement ultérieur d'un processus malin. L'équipement de laboratoire pour l'immunohistochimie est coûteux, il n'est donc pas possible de le réaliser dans toutes les cliniques.

Détection des cancers de divers organes

Les méthodes décrites ci-dessus qui sont utilisées dans le diagnostic de maladies malignes de tous types. Mais chaque type d'oncopathologie a ses propres spécificités et localisation, de sorte que les outils et les méthodes de diagnostic différeront. Faisons connaissance avec certains d'entre eux.

Cancer des poumons

Il occupe le premier rang, à la fois en termes de répartition au sein de la population russe et en termes de mortalité. Progresse rapidement, sujet aux métastases précoces.

En prévention, une attention particulière doit être portée aux patients du groupe à risque - fumeurs «purs et durs», propriétaires de professions liées à l'inhalation de substances nocives, qui ont des cas d'oncologie chez des parents proches (pas nécessairement pulmonaires).

Il existe deux types de cette maladie. Central, qui se développe dans les grosses bronches et périphérique - localisé dans les bronchioles et le parenchyme pulmonaire. Les symptômes du type central de cancer du poumon apparaissent déjà à un stade précoce en raison d'une diminution de la lumière des bronches, il est donc assez bien diagnostiqué. Et le type périphérique est asymptomatique pendant longtemps, et est souvent détecté à un stade tardif..

Techniques de détection du cancer du poumon:

  • Test sanguin clinique général.
  • Fluorogramme.
  • Bronchoscopie avec biopsie.
  • IRM des poumons.
  • Pleurocentèse avec biopsie d'épanchement pleural.
  • Thoracoscopie avec prélèvement de matériel.
  • Thoracotomie avec prélèvement d'un échantillon de tissu de la tumeur principale et des ganglions lymphatiques voisins. Il s'agit d'une chirurgie utilisée en dernier recours..

Les examens aux rayons X sont largement utilisés. Mais avec le cancer périphérique, ils révèlent souvent la maladie déjà aux stades III-IV.

Cancer mammaire

Il peut toucher les femmes de tout âge, mais il est beaucoup plus fréquent chez les patients de plus de 40 ans et plus. S'il est détecté aux stades I-II, un traitement de préservation des organes est possible.

Pour un diagnostic précoce du cancer du sein, vous devez consulter un gynécologue ou un oncologue mammologue chaque année. Il est nécessaire d'effectuer une mammographie préventive après 40 ans - une fois tous les 2 ans, après 50 ans - une fois par an. Il est conseillé aux jeunes femmes de subir une échographie mammaire régulière.

Chaque femme devrait périodiquement effectuer un auto-examen - cela se fait debout devant un miroir, puis allongée. L'alerte devrait être un changement de la forme du sein, l'apparition d'un écoulement du mamelon, la palpation des phoques, un changement dans l'apparence et la structure de la peau du sein.

Si le diagnostic initial donne des raisons de suspecter un cancer du sein, les examens suivants sont effectués:

  • Test sanguin pour le marqueur tumoral CA-15-3 et le niveau d'oestrogène.
  • TDM et IRM du sein.
  • Mammographie avec introduction d'un produit de contraste dans les canaux lactifères (ductographie).
  • Ponction de la glande mammaire avec analyse cytologique ou histologique.

Dans les grands centres d'oncologie, il est possible d'identifier des mutations oncogènes à l'aide de méthodes de génétique moléculaire. Il est logique que les femmes à risque effectuent une telle analyse..

Cancer de l'intestin

Si une personne s'inquiète de nausées, de vomissements, de crampes, de douleurs abdominales, de coliques intestinales, de ballonnements, de constipation ou de diarrhée, d'incontinence gazeuse et fécale, de sang et de pus dans les selles, il existe un risque de processus malin dans l'intestin. Pour son diagnostic, les procédures suivantes sont prescrites:

  • Échographie des organes abdominaux.
  • Test sanguin occulte fécal.
  • Test sanguin pour le marqueur tumoral CA-19-9.

La tumeur peut être localisée dans différentes parties de l'intestin.

Pour examiner le rectum, la sigmoïdoscopie est utilisée. Cette méthode vous permet de voir une zone jusqu'à 25 cm de long, ce qui réduit considérablement les capacités de la méthode.

Le gros intestin est diagnostiqué de deux manières: l'irrigoscopie et la coloscopie.

Irrigoscopie - Radiographie de l'intestin à l'aide d'un agent de contraste (baryum).

Coloscopie - une procédure endoscopique pour examiner les parois d'un organe à l'aide d'un tube flexible avec un dispositif optique.

L'irrigoscopie est plus facile à réaliser que la coloscopie, mais cette dernière permet de réaliser une biopsie. Dans notre clinique, il est possible de mener cette étude sous anesthésie générale.

Pour clarifier la localisation du processus et la présence de métastases, la TEP-TDM et l'IRM peuvent être prescrites.

Cancer du pancréas

En règle générale, il est détecté à un stade tardif. Ses premiers symptômes sont plutôt flous - douleurs abdominales modérées, perte de poids, pâleur de la peau. Ceci est généralement attribué à des manifestations de pancréatite ou de malnutrition. Les modifications des paramètres biochimiques sont modérées, le marqueur oncologique CA-19-9 au stade initial peut ne pas augmenter.

Pour le diagnostic primaire, l'échographie, la TDM, l'IRM du pancréas sont utilisées.

Pour prélever un échantillon de tissu, utilisez les outils suivants:

  • Aspiration percutanée à l'aiguille fine (aspiration) sous le contrôle d'un appareil à ultrasons.
  • Endoscopie par ultrasons - la sonde est insérée dans le pancréas par l'intestin grêle.
  • Pancréaticolangiographie rétrograde endoscopique (CPRE) - un tube flexible avec une pointe optique est inséré dans la lumière du duodénum.
  • Laparoscopie - par méthode chirurgicale, des échantillons de tissus sont prélevés dans tous les endroits «suspects», et d'autres organes de la cavité abdominale sont examinés en détail pour la présence et la prévalence d'un processus oncologique. C'est la manière la plus informative de diagnostiquer les tumeurs..

Cancer de l'estomac

Les plaintes de douleur dans la région épigastrique, de selles et de vomissements avec du sang, des nausées, des brûlures d'estomac, des éructations, une perte de poids peuvent indiquer à la fois un ulcère gastrique et un cancer. Dans ce cas, il est attribué:

  • Échographie des organes abdominaux.
  • Radiographie de l'estomac et des intestins à l'aide d'un agent de contraste.
  • Test sanguin pour les marqueurs oncologiques CA-19-9, CA-242, AFP.
  • La fibrogastroduodénoscopie (FGDS) est une procédure endoscopique, qui consiste en un examen visuel des parois de l'estomac et du duodénum. Si un néoplasme est détecté, une biopsie est nécessairement réalisée pour une analyse histologique, ainsi que pour identifier la bactérie Helicobacter pylori. C'est le FGDS qui est le "gold standard" dans le diagnostic des maladies de l'estomac et du duodénum.
  • Examen laparoscopique. Il est prescrit si un grand néoplasme a été détecté avec une prolifération probable dans les organes voisins.

Si un patient a la bactérie Helicobacter pylori, cela le met à risque de maladies de l'estomac (gastrite, ulcères, cancer). Dans ce cas, un traitement antibiotique obligatoire est nécessaire, ainsi qu'une surveillance plus attentive du tractus gastro-intestinal..

Cancer du col utérin

La grande majorité des maladies malignes de l'appareil génital féminin sont asymptomatiques ou avec des symptômes mineurs jusqu'aux stades avancés. Par conséquent, leur prévention commence par un examen gynécologique annuel, quelle que soit la présence de plaintes.

Examen primaire obligatoire - examen dans un fauteuil de gynécologue avec des miroirs. Sur la base de ses résultats, le médecin prend des mesures supplémentaires..

Dans le cadre d'un examen gynécologique, le médecin prélève un frottis du patient pour la cytologie - il s'agit d'un dépistage du cancer du col de l'utérus et des conditions précancéreuses. Si les résultats du frottis montrent la présence de cellules atypiques ou malignes, une colposcopie (examen endoscopique de la muqueuse cervicale) est réalisée avec prélèvement d'un échantillon des zones altérées pour analyse histologique.

Cancer de l'utérus

Technologies de détection du cancer du col utérin:

  • Biopsie par aspiration de la cavité utérine.
  • Hystéroscopie - examen du canal cervical et de la cavité utérine à l'aide d'un appareil optique (hystéroscope) avec prélèvement de biomatériaux.
  • Curetage diagnostique.

Cancer des ovaires

Il est diagnostiqué par de telles méthodes:

  • Examen manuel - rectovaginal ou vaginal.
  • Échographie ovarienne.
  • CT et IRM.
  • Test des marqueurs tumoraux.
  • Laparoscopie avec prélèvement de tissus.

Ce type de maladie est sujet aux métastases, par conséquent, la recherche est souvent effectuée dans d'autres organes..

Cancer de la prostate

Le plus souvent, les hommes de plus de 50 ans, et surtout de 60 ans, sont malades. Par conséquent, les hommes plus âgés doivent subir des examens préventifs de la prostate. Il en va de même pour les personnes à risque, d'autant plus que les premiers stades sont asymptomatiques.

  • Examen numérique rectal.
  • Test sanguin pour le marqueur tumoral PSA.

Si un processus oncologique est suspecté, l'examen est poursuivi avec les instruments suivants:

  • Échographie transrectale. Elle est réalisée par le rectum du patient. Vous permet d'explorer la prostate, les vésicules séminales, l'urètre et les tissus environnants.
  • Biopsie multifocale à l'aiguille guidée par échographie. C'est le moyen le plus fiable de diagnostiquer le cancer de la prostate.

Cancer du rein

Il est possible de suspecter une tumeur rénale maligne sur la base de tests cliniques..

Il s'agit de l'apparition de sang et de cellules atypiques dans l'urine en combinaison avec une augmentation de l'ESR et du taux de globules rouges. La biochimie sanguine montrera une augmentation de la quantité de calcium et de transaminase.

Pour d'autres diagnostics, appliquez:

  • Échographie des reins et de l'abdomen.
  • Radiographie de contraste du rein.
  • CT des reins.
  • Pyélographie rétrograde. Il s'agit d'une radiographie du bassin rénal, qui est effectuée en insérant un cystoscope dans le système urinaire et un colorant de contraste dans les uretères. Les rayons X sont utilisés pour visualiser le mouvement du colorant et le fonctionnement du système.
  • Biopsie ciblée guidée par échographie.
  • Angiographie rénale sélective. Identifie le carcinome rénal. Pour les néoplasmes du bassin n'est pas utilisé.

Les tests de marqueurs tumoraux dans le cancer du rein ne sont pas informatifs.

Articles Sur La Leucémie