Code CIM-10: С77.0

Avec les tumeurs primaires du tissu lymphoïde (lymphomes malins), les lésions métastatiques des ganglions lymphatiques du cou constituent un groupe très important. La source la plus courante de métastases est le carcinome épidermoïde de la membrane muqueuse des voies respiratoires supérieures et du tractus gastro-intestinal supérieur..

En outre, il existe parfois des métastases de tumeurs de types histologiques rares, ainsi que des tumeurs localisées en dehors de la région de la tête et du cou. Les métastases aux ganglions lymphatiques cervicaux sont isolées sous une forme spéciale avec une tumeur primaire non identifiée.

La propagation lymphogène du carcinome épidermoïde se produit avec la croissance invasive de la tumeur primaire et la pénétration de ses cellules dans les vaisseaux lymphatiques. Ces cellules atteignent ensuite le groupe suivant de ganglions lymphatiques par les ganglions lymphatiques qui les portent. Seule une petite fraction des cellules tumorales est capable d'éviter l'influence des facteurs d'immunité locaux.

Ces cellules prolifèrent généralement dans les sinus sous-capsulaires des ganglions lymphatiques avant de se développer en micrométastases (moins de 3 mm), mais il n'y a aucun signe clinique de lésion à ce stade. Avec une prolifération supplémentaire des cellules tumorales, des macrométastases se forment avec une expansion extracapsulaire et extranodale de la tumeur et la propagation lymphogène et hématogène de la tumeur se poursuit..

a Les ganglions lymphatiques affectés par des métastases ressemblent à des formations denses et indolores ressemblant à des tumeurs fixées aux tissus environnants.
b L'ulcération du ganglion lymphatique atteint de métastases est caractérisée par l'apparition d'un écoulement hémorragique et souvent une réaction inflammatoire de la peau environnante.

La probabilité de propagation lymphogène du cancer de la tête et du cou dépend de la localisation de la tumeur primaire et de la densité du système vasculaire lymphatique. C'est pourquoi, par exemple, le cancer du nasopharynx et de l'amygdale palatine est plus susceptible de métastaser que le cancer de la corde vocale et du laryngopharynx. La probabilité de métastases dépend également de la taille de la tumeur primaire et de la profondeur de son invasion, du degré de différenciation (gradation histologique I-IV), des signes de la présence de cellules tumorales dans les vaisseaux lymphatiques (lymphangiose carcinomateuse) et de l'invasion tumorale dans la gaine nerveuse.

Elle est également possible, notamment avec la localisation médiane de la tumeur (par exemple, cancer du nasopharynx, de la racine de la langue, du palais, de l'espace cricoïde) et avec une expansion tumorale progressive, des métastases bilatérales et croisées (dans les ganglions lymphatiques controlatéraux).

La propagation des tumeurs lymphogènes est caractérisée en utilisant la classification TNM proposée par l'American Joint Cancer Commission et l'American Cancer Union. Outre le critère T, qui caractérise le degré de propagation de la tumeur primaire, et M, qui reflète la présence ou l'absence de métastases à distance, la classification prend également en compte l'état des ganglions lymphatiques, la présence de métastases en eux et le degré de leur propagation à travers le système lymphatique (critère N).

La nomenclature et la topographie des ganglions lymphatiques cervicaux et faciaux ont été modifiées à plusieurs reprises sur la base des résultats de l'étude des caractéristiques des métastases des tumeurs de la tête et du cou, en fonction de leur localisation et de la nature de l'intervention chirurgicale réalisée. Dans la classification de Robbins et al. attribué six niveaux de ganglions lymphatiques.

Cette classification ne comprend pas, entre autres, les ganglions lymphatiques postérieurs, préauriculaires, rétropharyngés et occipitaux. Le but de la classification était de faciliter la réalisation de lymphadénectomie pour les chirurgiens, en tenant compte des voies prédominantes de propagation lymphogène de la tumeur des voies respiratoires supérieures et de la partie initiale du tractus gastro-intestinal, qui restent relativement constantes et prévisibles, bien que, bien entendu, des caractéristiques individuelles soient possibles dans la nature du drainage lymphatique d'une zone particulière..

P.S. La défaite des ganglions lymphatiques régionaux avec des métastases réduit considérablement le taux de survie à 5 ans des patients, si les ganglions lymphatiques affectés sont fusionnés avec les tissus environnants et que leur mobilité est limitée, alors les chances de survie du patient sont fortement réduites.

Le ganglion lymphatique de Virchow est palpé dans la fosse supraclaviculaire gauche à la confluence du canal thoracique dans l'angle veineux gauche formé par les veines jugulaire interne et sous-clavière.

Les ganglions lymphatiques pré-scapulaires sont situés dans le tissu graisseux pré-scapulaire, qui occupe l'espace délimité en dessous par la veine sous-clavière, médialement par la veine jugulaire interne et le muscle latéro-scapulaire-hyoïde. Le bas de cet espace est le muscle scalène antérieur avec le nerf phrénique passant à proximité. Le nombre de ganglions lymphatiques dans l'espace pré-scalène varie de 3 à 30.

Les métastases dans les ganglions lymphatiques supraclaviculaires sont une contre-indication au traitement chirurgical des tumeurs malignes des organes abdominaux et thoraciques, ainsi que des organes génitaux féminins..

La lymphe s'écoulant des tissus et des organes du cou passe trois échelons de ganglions lymphatiques avant d'entrer dans la circulation sanguine.

L'ablation chirurgicale des ganglions lymphatiques métastatiques dans le cou est une partie importante du traitement des tumeurs de la tête et du cou..

a Localisation typique des ganglions lymphatiques métastatiques du cou.
1 - ganglions lymphatiques sous-mentaux; 2 - ganglions lymphatiques sous-maxillaires; 3 - ganglions lymphatiques parotidiens et préauriculaires;
4 - ganglions lymphatiques postérieurs; 5 - ganglions lymphatiques de l'angle veineux jugulaire-facial; 6 - ganglions lymphatiques cervicaux profonds;
7 - ganglions lymphatiques dans l'angle jugulaire-claviculaire: ganglions lymphatiques cervicaux et supraclaviculaires profonds inférieurs; 8 - ganglions lymphatiques prétrachéaux et péritrachéaux; 9 - Ganglions lymphatiques prélaryngés.
b Cancer du larynx. c Cancer de la langue de localisation variée. d Cancer de l'amygdale palatine.
e Cancer de la lèvre inférieure. e Cancer de l'oreille externe. Notez le type segmentaire de drainage lymphatique.
g Cancer de la glande parotide (rappelez-vous des lésions métastatiques des ganglions lymphatiques intraglandulaires). h Cancer de la glande sous-maxillaire.

Tumeurs métastatiques avec un foyer primaire inconnu

Les tumeurs métastatiques à foyer primaire inconnu (syndrome CUP, Cancer of Unknown Primary) occupent une place particulière dans le diagnostic et le traitement des tumeurs malignes du cou qui métastasent vers les ganglions lymphatiques régionaux. Dans ces cas, on parle d'une ou plusieurs métastases, confirmées par examen histologique, avec une tumeur primaire non sélectionnée malgré un examen intensif en intégralité.

Les métastases ganglionnaires sont les plus fréquentes dans la région de la tête et du cou. Dans 50 à 70% des cas, la tumeur primitive est également localisée dans cette zone. Dans 20 à 30% des cas, la tumeur primitive est localisée à l'extérieur de l'oreille, du nez et de la gorge.

Même après un examen clinique complet et des études d'imagerie chez 3 à 9% des patients présentant des lésions métastatiques des ganglions lymphatiques cervicaux, il n'est pas possible d'identifier la tumeur primaire. Le plus souvent, il s'agit d'un carcinome épidermoïde, moins souvent d'un adénocarcinome ou d'un cancer indifférencié. Dans moins de 10% des cas, la tumeur primitive est un mélanome latent.

Selon une hypothèse, la croissance d'une tumeur métastatique est si rapide que la tumeur primaire n'a pas le temps de se manifester cliniquement. Il est également possible que nous parlions d'une rechute de la tumeur primaire due à des modifications de l'immunité locale. Apparemment, chez certains patients atteints d'une tumeur métastatique avec un foyer primaire non identifié, le développement de la tumeur primaire se produit en «contournant» les stades lymphogène et hématogène, il peut donc être difficile d'établir sa localisation.

Le diagnostic d'une tumeur métastatique à foyer primaire non identifié n'est posé qu'après un examen complet, comprenant une endoscopie des voies respiratoires supérieures et du tractus gastro-intestinal supérieur sous anesthésie générale ou locale, ainsi que des techniques d'imagerie telles que la tomodensitométrie et l'IRM. Étant donné que dans la plupart des cas de carcinome épidermoïde métastatique des ganglions lymphatiques cervicaux, la tumeur primaire est localisée dans l'amygdale palatine, la racine de la langue, le pharynx et la poche piriforme, le diagnostic doit inclure une amygdalectomie, une biopsie de la muqueuse nasopharyngée, une biopsie profonde de la racine de la langue, ainsi que la muqueuse du larynx.

En fonction des résultats de l'examen histologique, en particulier si la chaîne profonde des ganglions lymphatiques du cou est affectée par des métastases, la recherche de la tumeur primaire doit être étendue aux organes et tissus situés sous le niveau de la clavicule, en la complétant, si nécessaire, par des méthodes d'imagerie telles que la tomodensitométrie et l'IRM du thorax et de l'abdomen, et également PET. Dans environ 30% des cas, un cancer bronchogène latent du poumon peut être détecté. Si nécessaire, il est important d'impliquer d'autres spécialistes dans l'examen (par exemple, un pneumologue, un gastro-entérologue, un gynécologue, un urologue, etc.). En général, la quantité de tests diagnostiques nécessaires pour détecter une tumeur primaire dépend de l'étendue du processus tumoral et du pronostic, ainsi que de l'état général du patient..

Traitement et pronostic. Les particularités du traitement sont déterminées par le résultat de l'examen histologique et de la localisation des ganglions lymphatiques affectés par des métastases. Si un carcinome épidermoïde latent est suspecté, une dissection des ganglions lymphatiques cervicaux associée à une radiothérapie doit généralement être réalisée. Habituellement, après la dissection radicale des ganglions lymphatiques modifiés, une radiothérapie est effectuée, y compris dans le champ irradié la zone drainée par les ganglions lymphatiques affectés par les métastases. Après ce traitement combiné, la survie à 5 ans est en moyenne de 50 à 60% (si la lésion couvre le groupe supérieur des ganglions lymphatiques du cou et est notée N1 ou N2).

Si la tumeur primaire est un adénocarcinome, la présence de métastases dans les ganglions lymphatiques régionaux cervicaux indique toujours un processus tumoral avancé, et la tactique de traitement dans ce cas doit être choisie individuellement, en tenant compte des besoins et des attentes du patient. Si les ganglions lymphatiques cervicaux supérieurs sont affectés par des métastases, une lymphadénectomie suivie d'une radiothérapie peut être réalisée. Si les ganglions lymphatiques cervicaux profonds sont touchés, seul un traitement palliatif est possible. Le taux de survie à cinq ans des patients présentant une telle lésion est de 0 à 28%.

En cas de lésion métastatique des ganglions lymphatiques cervicaux avec mélanome latent, une dissection ganglionnaire radicale modifiée est réalisée.

Cancer des ganglions lymphatiques - pronostic de survie

Cancer des ganglions lymphatiques - pronostic de survie

Le cancer des ganglions lymphatiques est primaire et secondaire. Le lymphome est appelé cancer primitif des ganglions lymphatiques. Elle se développe dans 95% des cas chez les personnes à risque:

les personnes de plus de 50 ans (70%);

femmes âgées en travail (28%);

Infecté par le VIH, atteint d'hépatite «C» et infecté par le virus de la leucémie T (62%);

avoir un contact direct avec des agents cancérigènes (88%).

Le cancer des ganglions lymphatiques est également provoqué par d'autres facteurs étiologiques:

rayonnement ionisant (dans 67% des cas);

prendre des médicaments immunosuppresseurs (38%);

l'utilisation de cytostatiques (71%);

pathologie génique (53%).

Le cancer des ganglions lymphatiques présente des caractéristiques qui le distinguent des autres maladies caractérisées par une hypertrophie des ganglions lymphatiques. Si un patient souffre d'un lymphome, dans 100% des cas, il présente une augmentation de plusieurs ganglions lymphatiques. Ils peuvent être localisés dans 31% des cas sur le cou, chez 28% des patients sous l'aisselle et chez 35% des personnes dans l'aine. 6% tombe sur des ganglions lymphatiques hypertrophiés d'un emplacement différent.

Dans 26% des cas, les ganglions lymphatiques augmentent en zones parallèles: soit dans les deux aisselles, soit dans l'aine des deux côtés, soit des deux côtés du cou. Dans le cas où le processus tumoral se propage aux ganglions voisins, dans 100% des cas, vous pouvez être sûr que nous parlons du deuxième stade du lymphome. Au dernier stade du cancer des ganglions lymphatiques, le pronostic est mauvais dans 99,9% des cas, car des cellules atypiques se retrouvent dans tous les ganglions lymphatiques.

Une attention particulière doit être portée à la forme et à la consistance des ganglions lymphatiques. Si vous avez un lymphome, ils ressembleront à un mûrier. Dans 100% des cas, la surface du nœud devient bosselée, elle est de consistance dense. Chez 98% des patients qui viennent pour un cancer des ganglions lymphatiques, les tissus autour des glandes ne sont pas gonflés, il n'y a pas d'hyperémie cutanée. Si les ganglions lymphatiques adhèrent à la peau, 99% peuvent être sûrs qu'ils sont affectés par un processus cancéreux..

Des méthodes de recherche supplémentaires aident à comprendre le diagnostic. Si un cancer des ganglions lymphatiques est suspecté, le pronostic dépend des résultats de ces tests:

A. Numération globulaire générale. Ce n'est pas pathognomonique pour le lymphome. Dans 96% des cas, une anémie peut être détectée, dans 78% des lymphocytopénie et neutrophilie, dans 49% des ESR augmentées.

B. Test sanguin biochimique. Chez 42% des patients atteints de lymphome de Hodgkin, une augmentation du taux de LDH, de phosphatase alcaline et de créatinine est observée. En présence d'un lymphome non hodgkinien, une augmentation des taux de LDH dans 98% des cas indique un cancer du sang agressif et un mauvais pronostic.

C. Chez 61% des patients, la radiographie pulmonaire montre des signes de cancer du ganglion médiastinal.

D. CT (tomodensitométrie). Sur celui-ci, chez 99% des patients souffrant d'un cancer des organes internes, des métastases à distance sont trouvées. Dans 70% des cancers du sang, le pronostic s'aggrave en présence de formations dans les organes internes.

E. L'IRM (imagerie par résonance magnétique) est indiquée chez 100% des patients avec suspicion de métastases d'une tumeur cancéreuse au cerveau ou à la moelle épinière.

F. La TEP (tomographie par émission de positons) est devenue une méthode indispensable pour diagnostiquer le cancer des ganglions lymphatiques. Une substance spéciale introduite dans le sang à la veille de l'étude est accumulée à 100% dans les zones touchées par les cellules du lymphome. Dans 98% des cas, la numérisation ultérieure permet d'identifier toutes les zones dans lesquelles la tumeur est localisée.

G. La biopsie du ganglion lymphatique suivie d'un examen histologique de l'échantillon de tissu dans 100% des cas permet de vérifier la forme de cancer des ganglions lymphatiques.

La biopsie par ponction ou trépanation permet de détecter la présence d'un lymphome dans la moelle osseuse rouge chez 24% des patients.

I. La méthode la plus moderne de diagnostic précoce du cancer des ganglions lymphatiques est la détermination des marqueurs tumoraux dans le sang. On les retrouvera dans 88% des cas de lymphome.

Pour déterminer le pronostic de survie dans le cancer des ganglions lymphatiques, un indicateur tel que l’International Prognostic Index a été développé. Il est utilisé pour les lymphomes de tous les grades de malignité. Les facteurs suivants influencent la survie des patients diagnostiqués avec un cancer des ganglions lymphatiques:

l'état du patient (déterminé selon l'échelle standardisée de l'OMS);

le stade de la maladie maligne;

nombre de lésions à l'extérieur des ganglions lymphatiques.

Lorsqu'un diagnostic de cancer des ganglions lymphatiques est posé, le pronostic est fait sur la base de la somme des points obtenus dans chaque section. Par exemple, les indicateurs pronostiques seront bons chez un patient diagnostiqué avec un lymphome folliculaire avec les indicateurs suivants:

a) 31 ans;

b) le niveau de LDH n'est pas augmenté;

c) l'état général est déterminé par 1 point, tandis que la capacité de travail est limitée;

d) lymphome de stade I.

Pour les patients de cet âge, la survie n'est déterminée que par ces quatre indicateurs. Si une tumeur faiblement différenciée est vérifiée, la sensibilité des cellules cancéreuses à la chimiothérapie et l'efficacité du traitement primaire deviennent un indicateur pronostique important. En cas de faible efficacité du traitement de première intention, le pronostic s'aggrave de 48% à 62%.

Le pronostic de la survie des patients diagnostiqués avec un cancer des ganglions lymphatiques, en fonction du stade de la maladie, est présenté dans le tableau 1.

Tableau 1. Survie par stade du cancer des ganglions lymphatiques.

Cancer des ganglions lymphatiques

Le cancer des ganglions lymphatiques est une tumeur présentant un caractère malin qui se développe à partir du tissu épithélial. Le diagnostic du cancer des ganglions lymphatiques représente 4% du diagnostic des maladies oncologiques chez les patients. Le développement de la maladie se produit indépendamment ou dans le contexte de la propagation des métastases d'une autre tumeur.

Il y a 500 ganglions lymphatiques dans le corps humain. Ils jouent le rôle de filtre mécanique et biologique, participent à la redistribution des fluides, aux dépôts lymphatiques et à l'hématopoïèse. La lutte du corps contre les cellules cancéreuses est menée par des cellules sanguines spéciales - les lymphocytes. Les ganglions lymphatiques sont les principaux organes de défense du corps, ils détruisent les substances nocives que la lymphe recueille.

Le système lymphatique est impliqué dans l'élimination des tissus et des organes de l'excès de fluide tissulaire, des produits métaboliques, ainsi que des bactéries, des particules de cellules mortes et est impliqué dans le transfert des lymphocytes. Les organismes pathogènes et les cellules tumorales peuvent également être transportés avec le flux lymphatique. Les principaux ganglions lymphatiques sont situés dans le cou, les aisselles et l'aine. Les ganglions lymphatiques et les vaisseaux lymphatiques sont répartis dans tout le corps.

L'état des ganglions lymphatiques caractérise les processus infectieux et inflammatoires du corps. Si les ganglions lymphatiques sont hypertrophiés et douloureux, c'est une raison sérieuse de consulter un médecin. Les formations malignes se produisent non seulement dans la population adulte, mais aussi chez les enfants.

Causes de la maladie

Dans un état normal, les ganglions lymphatiques ne provoquent pas d'inconfort et ne sont pas palpables. Les premières métastases dans le cancer conduisent au fait que les ganglions lymphatiques à l'examen externe semblent hypertrophiés, ce qui peut être vu à l'œil nu.

Chez les femmes et les hommes, le cancer des ganglions lymphatiques est diagnostiqué à tout âge. Une formation maligne se forme dans les ganglions lymphatiques et le système lymphatique. Dès que la maladie entre dans la phase active, les ganglions lymphatiques augmentent. Dans le contexte d'une diminution de l'immunité, cela entraîne des complications. En cas d'infection sévère, la fonction de barrière du système lymphatique diminue. Les bactéries et autres agents pathogènes pénètrent d'abord dans l'espace interstitiel, puis dans le flux lymphatique, ce qui conduit à une inflammation appelée lymphangite.

Les causes du cancer des ganglions lymphatiques sont inconnues. Il existe des facteurs menant à la maladie:

  • Exposition à long terme à des substances toxiques sur une personne, par exemple lors de travaux dangereux.
  • Exposition aux rayons ultraviolets, lumière directe du soleil.
  • Infection par le VIH, qui conduit à un système immunitaire affaibli et au développement de tumeurs.
  • Les métastases d'un autre organe infecté pénètrent dans le système lymphatique.
  • Mauvaise hérédité, par exemple, il y a des membres de la famille qui ont eu un cancer.
  • L'abus d'alcool et le tabagisme.
  • Vivre dans une zone écologiquement défavorable.
  • Manger de la malbouffe, c.-à-d. produits contenant des conservateurs, des stabilisants, des exhausteurs de goût, des composés chimiques.
  • Exposition aux radiations.
  • Grossesse tardive.

Classification de l'incidence du cancer

L'essentiel est de diagnostiquer la maladie à un stade précoce, ce qui permet de choisir un traitement efficace à ce stade du développement de la maladie. Il existe de nombreux types de tumeurs des ganglions lymphatiques, ils sont divisés en deux types.

lymphome de Hodgkin

C'est la manifestation la plus courante du cancer. Elle est diagnostiquée dans 1/3 des cas de tumeurs malignes des ganglions lymphatiques chez un adulte et un enfant. Le groupe à risque comprend les hommes de 14 à 40 ans. En conséquence, le système lymphatique est affecté par les cellules cancéreuses et la composition du sang change pour le pire. Ce type de lymphome est considéré comme curable. Même si le patient a une maladie de stade 4, le taux de survie est de près de 65%.

Selon les statistiques, les femmes et les hommes ont un pronostic de traitement positif. Chez les hommes, une augmentation des rechutes a été constatée, ce qui est associé à de mauvaises habitudes et des conditions de travail difficiles.

Lymphome non hodgkinien

C'est un cancer grave. Diagnostiqué dans les 2/3 restants des cas. Diffère du lymphome de Hodgkin dans la structure cellulaire. Il met en péril le système lymphatique, se propage à travers le flux lymphatique. Au stade de développement de la maladie, les ganglions lymphatiques du corps sont touchés. En médecine, il existe de nombreuses variétés de ce type de lymphome, similaires les unes aux autres dans l'évolution et la nature de l'évolution de la maladie.

La lésion progresse rapidement, les métastases se propagent dans tout le corps. La population de plus de 40 ans est plus vulnérable aux pathologies. Chez les jeunes, le lymphome non hodgkinien se développe rapidement et entraîne de graves complications pouvant entraîner la mort. La durée de vie du patient dépend de l'exactitude du traitement prescrit et effectué, il est important de déterminer le type de cancer chez le patient. En médecine, les tumeurs sont divisées en tumeurs bénignes (se développant lentement et n'affectant qu'une seule zone) et malignes (métastases à croissance et propagation rapides).

Stades du cancer des ganglions lymphatiques

À un stade précoce, la tumeur n'apparaît en aucun cas. Les chances de guérison sont présentes.

  • Stade 1: un ganglion lymphatique ou une partie du système lymphatique est affecté. À ce stade, seul un examen complet peut déterminer la maladie.
  • Stade 2: la tumeur peut toucher deux ganglions lymphatiques et toucher les organes adjacents.
  • Stade 3: propagation des métastases dans les ganglions lymphatiques du corps (aisselles, aine, cou, région sous-maxillaire), deviennent enflammés. Le risque de propagation de la maladie à d'autres organes augmente.
  • Stade 4: la maladie progresse, le pronostic de guérison est faible, le traitement n'est pas efficace, la pathologie capture les organes vitaux.

Le dernier stade de la maladie est caractérisé par un traitement improductif. Les organes cessent de fonctionner, les patients se voient prescrire une thérapie palliative, dont le but est de créer une bonne qualité de vie pour les malades.

Symptômes du cancer des ganglions lymphatiques

Symptômes du cancer des ganglions lymphatiques:

  • augmentation de la taille des ganglions lymphatiques, douleur, inflammation;
  • perte de poids brutale sur une courte période;
  • malaise;
  • fatigue rapide;
  • transpiration excessive;
  • rougeur ou démangeaison;
  • signes d'intoxication corporelle (maux de tête, nausées);
  • dyspnée.

En présence de cellules cancéreuses agressives, une forte détérioration de la santé est possible, ce qui peut provoquer:

  • fièvre;
  • anorexie;
  • hypertrophie des ganglions lymphatiques cervicaux et inguinaux sous la mâchoire;
  • faiblesse sévère.

Cette condition est caractérisée par un pronostic négatif, il y a une propagation rapide de la maladie, des dommages aux organes et aux systèmes corporels. D'autres foyers de la maladie peuvent survenir.

Types de cancer

  1. Le cancer des ganglions lymphatiques des aisselles se manifeste par des gonflements qui font périodiquement mal et démangeaisons. Le patient a de la fièvre et une transpiration sévère.
  2. La propagation des cellules tumorales à travers les vaisseaux lymphatiques du poumon est appelée lymphangite carcinomateuse. Les formations malignes sont formées à partir des cellules d'un organe et sont appelées carcinomes. La défaite de l'organe pulmonaire par les métastases est appelée carcinomatose lymphogène. Le pronostic du traitement est mauvais. Considéré comme un cancer du sein ou du poumon de stade 2.
  1. Des métastases lymphogènes se produisent avec des tumeurs du sein, de l'estomac et des poumons. Les cellules cancéreuses peuvent se propager à différentes parties du corps et donner naissance à de nouvelles formations malignes. Avec l'apparition de métastases, l'état du patient peut s'aggraver, il est donc nécessaire de faire un diagnostic précoce du cancer de l'estomac. Pour cela, une étude de dépistage est utilisée - la gastroscopie. Le traitement du cancer métastatique de l'estomac n'est pas possible. Par conséquent, il est important de consulter un oncologue dès les premiers symptômes alarmants..
  2. Un néoplasme qui se forme à partir des cellules plates du tissu épithélial du col de l'utérus est appelé carcinome épidermoïde du col de l'utérus ou carcinome. La pathologie peut être asymptomatique. Les carcinomes sont localisés à la surface de la peau, de l'estomac, du foie, du vagin et de la glande mammaire. Cause le cancer du vagin, le cancer du col de l'utérus, le carcinome basocellulaire.
  3. Chez la femme, le cancer du sein provoque une prédisposition héréditaire.
  4. Il existe un type de maladie comme l'histiocytose des sinus dans les ganglions lymphatiques. L'une des rares pathologies est caractérisée par la formation d'une tumeur bénigne. La défaite peut se propager au tissu osseux, à la peau, au nasopharynx. L'histiocytose des sinus se développe souvent dans le contexte de pathologies sanguines cancéreuses.
  5. Il se caractérise par l'accumulation de cellules pathogènes dans le tissu des ganglions lymphatiques, grâce à laquelle leur taille augmente. La tumeur est bénigne.
  6. Si le ganglion lymphatique iliaque devient enflammé, c'est le signe d'une maladie des organes pelviens. Le groupe de ganglions lymphatiques iliaques est situé profondément à l'intérieur et il n'y a aucun moyen d'évaluer visuellement leur augmentation.
  7. Un néoplasme malin du tissu épithélial qui affecte des segments de l'intestin est appelé cancer de l'intestin. Le groupe à risque comprend les hommes et les femmes de plus de 45 ans.
  8. En présence d'une infection dans le haut du corps (tête, cou), il existe une inflammation des ganglions lymphatiques supraclaviculaires. En cas d'inflammation unilatérale, l'apparition d'une tumeur maligne qui s'est formée dans la poitrine est suggérée.

En pourcentage, la localisation des lésions ressemble à ceci:

  • cancer des ganglions lymphatiques dans l'aine - 35%;
  • cancer des ganglions lymphatiques des aisselles - 28%;
  • cancer des ganglions lymphatiques du cou - 31%;
  • autres localisations - 6%.

Le cancer des ganglions lymphatiques sous-maxillaires, des aisselles et de l'aine a un pronostic favorable. Le cancer du sein accompagne une évolution défavorable de la maladie.

Diagnostic du cancer des ganglions lymphatiques

En cas de suspicion de cancer dans les ganglions lymphatiques, il est nécessaire de se rendre d'urgence dans un centre d'oncologie pour une consultation médicale et une référence pour un examen complet du corps. Lors d'un examen externe, le médecin palpe le ganglion lymphatique afin d'en déterminer la taille. Dans le cancer, la taille des ganglions lymphatiques augmente. Un diagnostic précis est possible lors de l'examen en utilisant les procédures de diagnostic suivantes:

  • Examen échographique (échographie). Aide à localiser la tumeur, sa structure.
  • Chimie sanguine.
  • Imagerie par résonance magnétique (IRM) et tomodensitométrie (TDM).
  • Biopsie. L'analyse histologique des tissus de la tumeur révèle le stade de la maladie.

Après un examen diagnostique complet, un traitement est prescrit en fonction des résultats de la recherche. Récemment, un test de marqueur tumoral est considéré comme une méthode de diagnostic efficace. Dans un premier temps, au développement d'une tumeur, les cellules les sécrètent dans le sang, ce qui permet de diagnostiquer le symptôme primaire de la maladie à un stade précoce et, par l'ampleur de leur valeur, de juger de l'efficacité et du degré du traitement. Un marqueur tumoral est une substance protéique spécifique, un déchet d'une formation maligne.

Méthodes de traitement

Peu à peu, la maladie affecte le système lymphatique du corps humain. La nomination d'un traitement pour le cancer des ganglions lymphatiques à un patient dépend d'un certain nombre de facteurs:

  • la taille de la tumeur;
  • stade de la maladie;
  • localisation;
  • l'âge du patient;
  • maladies accompagnantes.

Le choix de la méthode de traitement est influencé par la localisation du néoplasme, son type et son stade. Un effet plus important peut être obtenu grâce à l'utilisation complexe de plusieurs méthodes de traitement. Le complexe de thérapie individuelle est prescrit par l'oncologue sur la base des données obtenues à la suite de l'examen du patient. Le cours du traitement est suivi d'une longue période de rééducation. Pendant la période de traitement, la plasmaphérèse est indiquée. La procédure implique une filtration mécanique du sang pour en isoler le plasma et les cellules en suspension. Après traitement, le sang purifié est renvoyé au patient.

Le cancer des ganglions lymphatiques est traité avec les méthodes énumérées dans l'article.

Intervention chirurgicale

C'est le traitement le plus efficace lorsque la tumeur est enlevée avec le ganglion lymphatique. Les ganglions lymphatiques des aisselles, de l'aine et du cou sont enlevés sous anesthésie locale. Les néoplasmes profonds sont éliminés sous anesthésie générale. Les parties excisées peuvent être utilisées avec l'histologie pour déterminer la présence de cellules cancéreuses (pathologiques) et poser le bon diagnostic. L'ablation des ganglions lymphatiques aide à réduire le risque de propagation des néoplasmes tumoraux.

Radiothérapie

Il s'agit du traitement des tumeurs malignes et autres néoplasmes pathologiques à l'aide de rayonnements ionisants. Pour cette raison, l'action des cellules pathogènes est supprimée. La méthode est utilisée pour le traitement aux stades initiaux de la maladie et pour la destruction des cellules cancéreuses après la chirurgie. Aide à prévenir le développement ultérieur du foyer de la maladie et à réduire la taille de la tumeur.

Chimiothérapie

Il s'agit d'une méthode de traitement universelle, elle est utilisée pour lutter contre les tumeurs malignes en tant que méthode de traitement indépendante et complexe. La chimiothérapie est la dernière chance de sauver le patient; elle aide à détruire le cancer et à arrêter sa propagation en utilisant des médicaments anticancéreux spéciaux qui détruisent les cellules cancéreuses. Cette méthode de traitement a des effets secondaires, à savoir que les médicaments anticancéreux agissent également sur les cellules saines. L'effet agressif affecte l'état du corps du patient. Effets:

  • diminution de la densité osseuse (ostéoporose);
  • chute de cheveux;
  • perturbation du tube digestif (diarrhée, nausées, vomissements);
  • l'affaiblissement de l'immunité conduit à des maladies de nature infectieuse;
  • l'anémie (une diminution du nombre de globules rouges et une diminution de l'hémoglobine) entraîne une fatigue et une faiblesse accrues;
  • infertilité.

Les trois méthodes ci-dessus sont extrêmement efficaces dans la lutte contre les néoplasmes malins. Si les métastases se sont propagées dans tout le corps, la chimiothérapie est le meilleur moyen d'aider le patient à combattre la maladie..

De nouvelles méthodes de traitement du cancer des ganglions lymphatiques ont été développées. Par exemple, la technologie de transplantation (transplantation) de la moelle osseuse de l'organisme donneur. Une thérapie de cette nature peut donner un pronostic optimiste pour le rétablissement du patient si vous attrapez la maladie à un stade précoce et consultez un oncologue à temps.

Rééducation des patients

Les oncologues se concentrent sur les rechutes. Il est difficile de prédire combien de temps les patients atteints de cancer vivent avec un cancer d'un degré ou d'un autre. Si des rechutes surviennent tous les deux ans ou moins, cela indique que le patient a de bonnes chances de guérison et une longue vie. Si une fois par an ou plus souvent, cela prédit un risque élevé de mortalité.

Le résultat du traitement dépend non seulement du diagnostic et du traitement opportuns de la maladie, mais également de l'humeur émotionnelle du patient et des personnes qui l'entourent. Le patient a besoin de personnes proches et de soutien pour avoir confiance dans la réussite du traitement..

Une attention particulière doit être accordée à une bonne nutrition et à un mode de vie sain. Avec la bonne humeur, l'immunité du patient augmente et les processus métaboliques s'améliorent, ce qui est important pour la récupération et la restauration de la force. Les tumeurs malignes et les traitements provoquent un malaise qui peut être traité par l'exercice. Les activités sportives augmentent le tonus du corps, améliorent la circulation sanguine.

Au cours de la dernière décennie, de nouvelles méthodes de traitement dans le domaine de l'oncologie ont été développées et les méthodes de thérapie ont été améliorées. Cela a un effet bénéfique sur la prolongation et l'amélioration de la vie des patients atteints de cancer..

Symptômes, stades et traitement du cancer des ganglions lymphatiques

Qu'est-ce que le cancer des ganglions lymphatiques?

Le cancer des ganglions lymphatiques est un type de maladie oncologique dans laquelle une tumeur maligne se forme dans les ganglions lymphatiques et dans ce système dans son ensemble..

Types de cancer des ganglions lymphatiques

Il faut rappeler que le concept de «cancer des ganglions lymphatiques» implique et réunit au moins 30 types spécifiques de formations tumorales.

Définissez des groupes principaux tels que:

Le lymphome de Hodgkin, qui représente environ 25 à 35% de tous les lymphomes présents. Il est déterminé lors de l'examen par la présence de tissus Ridge-Berezovsky-Shtrenberg extrêmement grands dans les ganglions lymphatiques. Aussi appelé lymphogranulomatose;

Lymphomes non hodgkiniens - c'est le nom de tous les autres types de lymphomes malins, qui représentent les 65 à 75% restants. Il est possible de déterminer le diagnostic uniquement après avoir examiné la nature histologique de tous les échantillons de cellules et de tissus de la formation.

La présence de cellules malignes dans les ganglions lymphatiques est une complication fréquente de nombreux cancers. Presque toujours, la voie principale est précisément le placement lymphogène ou régional, puis les ganglions plus éloignés sont affectés. Cela se produit lorsque les cellules cancéreuses se propagent dans tout le corps. Très souvent, une tumeur de nature spécifique commence également à se former dans les ganglions lymphatiques..

Symptômes du cancer des ganglions lymphatiques

Les symptômes de la lymphogranulomatose doivent être distingués du lymphome non hodgkinien. Dans le premier cas, les symptômes sont divers et sont:

une augmentation significative des ganglions lymphatiques dans le cou et au-dessus de la clavicule, beaucoup moins souvent dans l'aine ou les aisselles. Les ganglions lymphatiques au tout début se déplacent facilement et ne provoquent aucune sensation douloureuse, et après un certain temps, ils peuvent se connecter. En conséquence, ils deviennent très denses, peut-être un changement de teint au-dessus d'eux. Avec un graphique similaire de l'apparition du cancer, la fièvre et les symptômes d'intoxication ne sont pas observés;

une augmentation des nœuds du médiastin. Il y a une toux spécifique «sèche», un essoufflement, des veines gonflées dans le cou. Des sensations douloureuses se forment derrière la zone du sternum et des réseaux veineux y sont visibles. Ceci est le signe d'un changement de la taille des ganglions lymphatiques dans le médiastin lorsqu'ils commencent à appuyer sur la veine vide au-dessus;

extrêmement rarement, l'oncologie commence par une augmentation des ganglions lymphatiques situés près de l'aorte. Dans ce cas, le patient peut être tourmenté par des sensations douloureuses dans la région lombaire, qui se manifestent le plus souvent la nuit..

Il y a des patients chez qui le cancer «débute» sous une forme assez aiguë. Les signes spécifiques d'un tel développement de la maladie sont:

augmentation du degré de transpiration, une forte augmentation de la température corporelle, une diminution forcée de l'indice corporel;

un peu plus tard, les ganglions lymphatiques deviennent beaucoup plus gros. Ce graphique de l'apparition de la maladie a un pronostic extrêmement pessimiste..

Après un certain laps de temps, une étape de manifestations plus caractéristiques et plus vives d'un point de vue clinique commence. Les patients présentent une faiblesse évidente, de la fièvre et des démangeaisons cutanées. Les défaites de l'extérieur deviennent évidentes:

peau: dans la région du dos, ainsi que des membres, se forment des foyers de teinte sombre ou rouge de forme ronde, dont la taille varie de deux à trois millimètres. Ce sont les premiers signes de la transition d'un processus pathologique à partir des ganglions lymphatiques touchés. Cela s'explique par le fait que la formation germe;

système lymphatique: le processus de formation de la tumeur ne s'étend le plus souvent qu'à certains groupes de ganglions lymphatiques. Les ganglions lymphatiques du médiastin et de la région cervicale, mésentéraux (ils sont situés dans la région abdominale, c'est avec leur aide qu'une partie importante de l'intestin est attachée à la paroi arrière de la cavité abdominale) peuvent être affectés. Les ganglions lymphatiques de type paracaval (ils sont situés derrière la région abdominale à côté de la veine cave inférieure) peuvent également être affectés;

organes digestifs: des symptômes tels que des sensations douloureuses dans l'épigastre et le nombril, une tendance à des éructations fréquentes, la diarrhée sont caractéristiques;

reins: une douleur importante se forme dans la région lombaire;

organes respiratoires: des symptômes tels que toux, douleur dans le sternum et essoufflement fréquent se forment;

système nerveux: migraines fréquentes, sensation de vertige, douleur importante dans les jambes, dysfonctionnement de nature sensible et motrice, en fonction de la nature et de la vitesse de formation de ce processus;

tissu osseux: des sensations douloureuses dans le sternum et la colonne lombaire se forment le plus souvent;

rate: caractérisée par une augmentation de l'organe présenté.

Symptômes des lymphomes non hodgkiniens

La manifestation principale doit être considérée:

changement de la taille des ganglions lymphatiques périphériques;

serrer les vaisseaux et les organes voisins;

les ganglions lymphatiques ne provoquent aucune douleur, restent denses et ne se combinent pas avec les tissus et la peau relativement proches.

Le soi-disant «syndrome de la veine vide supérieure» peut se former, qui s'accompagne de:

un changement de la taille des veines du cou;

hypertension portale (pression artérielle élevée).

Le foyer de la maladie primaire peut être localisé non seulement dans les ganglions lymphatiques, mais également dans d'autres tissus, ainsi que dans les organes.

Causes du cancer des ganglions lymphatiques

De nombreux facteurs augmentent la probabilité de développer un cancer des ganglions lymphatiques:

Catégorie d'âge - deux pics ont été identifiés en fonction de l'âge, c'est-à-dire des périodes où le risque de formation de lymphome est le plus élevé. Le premier d'entre eux est dans l'intervalle de 15 à 30 ans, le suivant commence à partir de 50 et augmente progressivement;

Appartenant à une race particulière. Ainsi, il a été prouvé que ceux qui appartiennent à la race caucasienne sont beaucoup plus susceptibles d'avoir un cancer des ganglions lymphatiques. Le risque le plus élevé concerne les personnes à la peau claire;

Maladies et dysfonctionnements du système immunitaire dans son ensemble;

La première grossesse, survenue après l'âge de 35 ans;

Prédisposition génétique aux maladies oncologiques. Autrement dit, la présence de parents de la lignée primaire chez qui un cancer des ganglions lymphatiques a été diagnostiqué augmente considérablement la probabilité de formation d'une maladie;

Certaines maladies de type bactérien ou viral. Le VIH, le virus Epstein-Bar et des bactéries spécifiques sont particulièrement dangereux à cet égard;

La probabilité est considérablement augmentée par les substances de type cancérigène et certains facteurs, par exemple, le rayonnement actif et brillant.

Caractéristiques des métastases dans le cancer des ganglions lymphatiques

Même les métastases primaires dans le cancer des ganglions lymphatiques sont visibles même à l'œil nu. Il représente un élargissement évident des ganglions lymphatiques, qui peut également être ressenti à l'aide de la palpation. Le plus souvent, ces nœuds, soumis à une inspection externe, sont situés à différents niveaux. Nous parlons de la région cervicale, de la zone située au-dessus des clavicules, des aisselles et des ganglions lymphatiques situés dans la région de l'aine. Dans des conditions de santé normales, absolument tous les nœuds ne doivent pas apporter de sensations douloureuses et ne doivent pas être ressentis..

Les manifestations suivantes de la présence d'une tumeur maligne doivent être considérées comme une perte de poids corporel importante, une faiblesse générale constante et une fatigue rapide. Lors de la réalisation de certains examens diagnostiques ou de laboratoire, une anémie est détectée, qui se trouve soit au deuxième soit au troisième stade. De nombreuses tumeurs malignes dans les ganglions lymphatiques indiquent que le cancer progresse très rapidement..

Si vous identifiez des ganglions lymphatiques hypertrophiés, vous devez contacter un spécialiste qui fournira des soins médicaux qualifiés dans les plus brefs délais. L'autotraitement est interdit..

Diagnostic du cancer des ganglions lymphatiques

Si vous présentez des symptômes ou des facteurs de risque, et pour une amélioration globale de votre qualité de vie, il est impératif de faire des recherches. Ils aideront à dissiper tous les doutes ou, au contraire, à déterminer le stade du cancer des ganglions lymphatiques..

Vous devriez commencer par une enquête, qui devient la base de toute enquête. Toutes plaintes, manifestations évidentes et vives, maladies antérieures ou existantes aujourd'hui, prédisposition génétique - tout cela donnera au spécialiste la base d'informations nécessaire pour un traitement réussi.

En outre, un examen complet est effectué, qui consiste en une palpation des ganglions lymphatiques les plus importants. Cette méthode doit être considérée comme un test simple et, en même temps, le plus informatif..

Il est également nécessaire de réaliser un diagnostic par ultrasons, qui est la méthode optimale pour étudier la structure de tels nœuds qui suscitent des soupçons chez un spécialiste. En outre, une IRM ou une tomodensitométrie peut être nécessaire. Ces méthodes sont certes beaucoup plus précises, mais coûteuses, et donc moins disponibles..

Une autre méthode de diagnostic fondamentale est la biopsie. C'est vraiment important dans le traitement du cancer. À l'aide de l'aiguille la plus fine, spécialement conçue pour la ponction, le spécialiste reçoit un morceau insignifiant de la formation maligne pour étudier le type de cellule de sa structure. Ainsi, le spécialiste sera en mesure de déterminer à quel type de tumeur maligne appartient. C'est de cela que dépend non seulement le pronostic probable, mais aussi la manière de traiter le cancer des ganglions lymphatiques.

Stades du cancer des ganglions lymphatiques

En fonction de la propagation de la maladie, quatre stades sont déterminés. Dans le même temps, le degré d'affection des zones de type lymphatique et des organes similaires est noté, sur la base duquel le stade est diagnostiqué.

Dans le cancer des ganglions lymphatiques de stade 1, les ganglions sont endommagés d'une zone (par exemple, la région cervicale) ou d'un organe en dehors du système présenté.

Si nous parlons du stade suivant, ou du cancer du deuxième degré, il se caractérise par des lésions des ganglions lymphatiques de deux ou même plusieurs zones d'un côté du diaphragme ou d'un organe situé en dehors du système lymphatique..

Le troisième stade, ou cancer des ganglions lymphatiques du troisième degré, est caractérisé par une lésion totale du diaphragme, qui se produit avec la défaite d'un organe en dehors du système lymphatique ou d'une zone entière, ainsi que de la rate. Parfois, toutes ces manifestations peuvent être observées en même temps..

Cancer des ganglions lymphatiques de stade 4

La quatrième étape doit être notée séparément. Il se produit avec des dommages à un ou plusieurs tissus en dehors du système lymphatique ou des organes. Dans ce cas, les ganglions lymphatiques peuvent être impliqués dans un processus pathologique, ou ils peuvent ne pas être affectés. Cela dépend uniquement des caractéristiques individuelles de l'organisme..

Lymphome, découverte au quatrième stade, suggère que la maladie a déjà «grimpé» très loin. En particulier, cette étape est caractérisée par:

une lésion en croissance constante avec placement dans la zone du tissu osseux, des poumons, du foie, du pancréas, le cerveau peut également être affecté;

formations malignes à progression rapide;

cancer des os inopérable;

formations cancéreuses extrêmement mortelles (par exemple, cancer du poumon, du pancréas, myélome, carcinome épidermoïde, cancer de la peau et de nombreuses autres formes d'oncologie).

À cet égard, la probabilité de récupération dans les quatrième et troisième étapes n'est pas aussi grande que dans les première et deuxième étapes..

Traitement du cancer des ganglions lymphatiques

Selon les dernières données, le processus de traitement de la maladie présentée doit être considéré comme extrêmement efficace. Chez 70 à 83% des patients, on parle d'une rémission de cinq ans. Le nombre de rechutes varie en moyenne de 30 à 35%. Cela dépend du début du traitement et des méthodes utilisées, ainsi que de l'âge du patient..

Le processus de cancer des ganglions lymphatiques dépend directement d'un nombre important de facteurs: l'emplacement de la tumeur, la taille, le stade, les maladies satellites, la présence de métastases et les organes dans lesquels elles se trouvent. Dans la grande majorité des cas, le spécialiste combine les méthodes de traitement habituelles, qui comprennent un ou plusieurs cours de chimiothérapie. Il peut bien être utilisé à la fois indépendamment et en association avec la radiothérapie, ainsi qu'avant ou après une chirurgie..

La chimiothérapie est une méthode universelle de traitement de cette maladie, qui permet d'arrêter la croissance de la croissance tumorale, de réduire partiellement sa taille et également de détruire certaines excroissances cancéreuses..

Une autre méthode courante est la radiothérapie. Un tel cours peut durer de plusieurs semaines à un mois entier. Le plus souvent, c'est la radiothérapie qui est prescrite après l'ablation des ganglions lymphatiques..

Le traitement chirurgical est peut-être la méthode la plus efficace. C'est une ablation totale des ganglions lymphatiques touchés. Pour réduire la probabilité de récidive de la maladie, la résection de plusieurs ganglions de type régional est réalisée simultanément à cette opération.

Des méthodes beaucoup plus avancées de traitement du cancer des ganglions lymphatiques ont également été développées, par exemple, une greffe de moelle osseuse d'un patient ou d'un donneur. Une telle thérapie est la garantie d'un pronostic assez optimiste, surtout si vous contactez un spécialiste à un stade précoce. À cet égard, il est nécessaire de porter une attention particulière à tout changement de son propre état et, si possible, de procéder à des examens diagnostiques aussi souvent que possible..

Cela permettra de trouver une formation maligne exactement au moment où il est tout à fait possible d'y faire face sans dommage significatif pour la santé..

L'auteur de l'article: Bykov Evgeny Pavlovich | Oncologue, chirurgien

Éducation: Diplômé de la résidence au Centre scientifique d'oncologie russe nommé d'après N. N. Blokhin "et a reçu un diplôme dans la spécialité" Oncologue "

Cancer des ganglions lymphatiques

Le système lymphatique est une structure puissante du corps humain. Il joue le rôle d'un assistant sur le chemin de la rétention des cellules pathogènes et des micro-organismes. Ainsi, la tâche principale des ganglions lymphatiques est de protéger et d'assurer le bon fonctionnement des organes voisins. En cas de dysfonctionnement, un cancer des ganglions lymphatiques survient.

  1. Causes de la formation du cancer des ganglions lymphatiques
  2. Symptômes, signes et manifestations
  3. Traitement du cancer des ganglions lymphatiques
  4. Pronostic du cancer des ganglions lymphatiques
  5. Prévention du cancer des ganglions lymphatiques

Causes de la formation du cancer des ganglions lymphatiques

Les causes exactes du développement du cancer des ganglions lymphatiques n'ont pas été déterminées par des spécialistes. Cependant, il existe des modèles de relations de cause à effet qui indiquent une pathologie. Il est d'usage de souligner plusieurs de ces raisons:

  • Effet cancérigène. Dans les entreprises industrielles et dans les lieux d'accumulation radioactive de substances, une personne ne peut pas rester très longtemps. Cette influence affectera de nombreuses manifestations de nature oncologique, y compris l'inflammation de la lymphe..
  • Insolation accrue.
  • Virus du papillome humain, infection par le VIH, herpès progressif.
  • Maladies systémiques du corps, stades de cancer qui n'ont pas été traités à temps.

Le risque de développer une pathologie augmente en cas de:

  • fumer et boire des boissons alcoolisées;
  • séjour professionnel dans des lieux dangereux dans lesquels il y a une exposition accrue aux rayonnements, une exposition aux rayonnements et l'influence d'agents mutagènes - agressifs - herbicides;
  • âge de 15 à 25 ans et vieillesse, dans lequel la défense immunitaire n'est pas si grande et est sujette à diverses lésions;
  • les accouchements tardifs ou particulièrement difficiles provoquent l'homéostasie du corps et provoquent des processus inflammatoires cancéreux secondaires;
  • prédisposition héréditaire, en particulier dans la première ligne de relation.

Symptômes, signes et manifestations

Au stade initial du cancer des ganglions lymphatiques, le patient ne présente aucun symptôme secondaire. À mesure que la tumeur se développe et que sa taille augmente clairement, une gêne survient dans la zone touchée. Cela s'accompagne d'un éclatement du tissu environnant avec des récepteurs situés à l'intérieur..

Les signes typiques de la maladie comprennent:

  • Température. Une augmentation de la température est particulièrement importante le soir, parfois les indicateurs s'éteignent la nuit, mais assez rarement. À 39-40 degrés, une fièvre se développe, une personne tremble et se jette dans une fièvre.
  • Démangeaison. Des sensations de démangeaisons apparaissent sur la peau. Généralisée est plus fréquente, mais des démangeaisons du cuir chevelu, de la poitrine, de la plante des pieds et des paumes se produisent également.
  • Au niveau des ganglions lymphatiques, il y a une sensation de satiété et de trouver un objet étranger à l'intérieur dans les couches de la peau.

Dans certains cas, le patient développe des symptômes non spécifiques, qui indiquent également le développement de la maladie:

  • Faiblesse, faiblesse, impossibilité de travailler pendant le temps imparti. L'apathie et la somnolence apparaissent. La personne devient nerveuse et irritable.
  • Diminution de l'appétit. Le tractus gastro-intestinal arrête ses activités habituelles et une anémie survient.
  • La personne manque d'oxygène. La respiration devient lourde et intermittente, ce qui affecte le fonctionnement normal du système pulmonaire.
  • Le patient perd du poids de façon spectaculaire.
  • Le tube digestif ne remplit pas pleinement les tâches qui lui sont assignées. La constipation, la diarrhée et l'indigestion sont les conséquences des deux processus.

Ganglions lymphatiques élargis dans le cancer - le phénomène n'est pas strictement nécessaire, se produit dans la moitié des cas.

Traitement du cancer des ganglions lymphatiques

Tout d'abord, le cancer des ganglions lymphatiques doit être détecté par palpation. Après cela, le médecin vous prescrit une liste supplémentaire d'examens, qui pourront révéler la cause de la pathologie et choisir le traitement le plus approprié:

  • Procédure d'échographie.
  • CT ou IRM.
  • Ponction et biopsie.

Le cancer des ganglions lymphatiques peut être traité par chirurgie, radiothérapie et chimiothérapie. Tout dépend du type et du stade de la maladie.

L'intervention chirurgicale implique l'excision de la tumeur. Dans ce cas, l'ensemble du groupe de collecteurs régionaux, qui ont ou pourraient avoir obtenu des cellules cancéreuses, subissent une dissection ganglionnaire..

La chimiothérapie est prescrite à tout stade et pour toute manifestation métastatique. La combinaison de médicaments dépend du type et des causes du néoplasme primaire, de sa sensibilité à certains médicaments.

S'il est impossible d'identifier la cause profonde de la maladie, des médicaments tels que le cisplatine, le paclitaxel, la gemcitabine, l'étoposide sont prescrits. Leur objectif est de geler la microflore pathogène et de ralentir la croissance tumorale..

La radiothérapie est réalisée à l'aide de la radiochirurgie ou d'un cyber-couteau. Ces appareils agissent sur la zone touchée avec un faisceau de rayonnement strictement dirigé. La méthode de rayonnement est efficace pour les métastases uniques ou pour les petits processus tumoraux.

Pronostic du cancer des ganglions lymphatiques

Bien sûr, le pronostic de la vie des patients est influencé par des facteurs tels que le traitement correct, le stade du processus. Les méthodes de traitement modernes aident à augmenter la durée de vie du patient pendant une période suffisamment longue. Dans le même temps, vous devez également maintenir une assez bonne qualité des jours restants.

Les symptômes de douleur et d'inconfort sont généralement supprimés immédiatement et pendant une longue période. Le taux de survie à cinq ans aux deux premiers stades les plus précoces est d'environ 90, parfois même 95%, au troisième (avant-dernier) stade, le taux de survie est d'environ 82-83%, le dernier stade critique enregistre 65% des cas.

Des métastases aux ganglions lymphatiques du cou sont observées dans 67% des cas avec lymphogranulomatose, dans 33% des cas, elles proviennent de la tête, du nasopharynx et de la langue. En présence de métastases dans les ganglions lymphatiques du cou dans 30% des cas, dans un premier temps, il n'est pas possible d'identifier le foyer principal du cancer.

Les métastases du cancer de l'abdomen aux ganglions lymphatiques péritonéaux représentent 52% des cas et les tumeurs pelviennes métastasent vers ces ganglions lymphatiques dans 48% des cas.

Prévention du cancer des ganglions lymphatiques

Pour la prévention du cancer des ganglions lymphatiques, vous devez d'abord consulter un oncologue au moins une fois par an. Dans le même temps, il est important de subir toutes les procédures de diagnostic dans le complexe que le spécialiste prescrit. Le résultat d'un traitement ultérieur possible dépend de chaque étude..

Afin d'éviter la pathologie, un certain nombre d'indications doivent être respectées:

  • Mange correctement. Le régime doit inclure des fruits et des légumes. Les aliments gras, épicés et farineux doivent être évités. Le soda et la limonade doivent être réduits au minimum.
  • Vivez une vie saine. Le tabagisme et les boissons alcoolisées ont l'effet le plus néfaste sur l'état du système lymphatique et provoquent un certain nombre de processus pathologiques.
  • Faire du sport. Chaque jour, vous devez faire des exercices du matin ou visiter la salle de sport, la piscine, le patinage artistique au moins 3 fois par semaine. Le jogging matinal à l'air frais a un effet très positif sur tout le système du corps et sur le système lymphatique, y compris.
  • Traitement en temps opportun des maladies virales et infectieuses.

Avec divers dysfonctionnements du système lymphatique, les lymphocytes deviennent agressifs et un cancer se produit. Le traitement d'une telle maladie se déroule selon un mode mesuré pour maintenir la vitalité du corps dans son ensemble. Le travail préventif aidera à éviter complètement les pathologies.

Articles Sur La Leucémie